Aug
30
Dieu, Bruxelles, l'A1 ...circulez, il n'y a rien à voir et pour les idées c'est pareil.

J'en suis resté incrédule hier matin. C'était un gag ou une mise en scène . Le mug de café à  la main je voyais sur une chaîne d'information en continu tôt le matin, commentaire à l'appui, des pneus brûlés et quelques  personnes bloquant dans les deux sens l'autoroute A 1.  Ce samedi 28 août est un jour de retour de vacances. Depuis des heures cette voie majeure de circulation à  hauteur de Roye était  restée bloquée.  Des "gens du voyage" demandent que l'un d'eux, incarcéré, puisse assister à  l'enterrement de son père. Les forces de l'ordre temporisent. Traduire: elles a attendent des ordres. Sauf erreur de ma part, bloquer une route c'est un délit. Là, toujours sauf erreur de ma part,  c'est un flagrant délit avec destruction de la chaussée... Résultat ? Réunion d'une Cour d'Appel d'urgence un samedi matin pour donner satisfaction aux manifestants qui n'ont pas été interpellés.  Je veux bien que les gens du voyage soient nos amérindiens, mais la cavalerie ça  existe..  N'importe quelle manifestation d'infirmières libérales et hospitalières sous MITTERRAND se serait fait pour le moins bousculer. Bien sûr les pratiques de nos syndicats avaient abrogé la loi de fait à  leur seul profit et on ne compte plus dans leur histoire l'occupation du réseau ferré, de pistes d'aéroport, bretelles d'accès, de barrages routiers et de ports bloqués, de ferries occupés (Sea ferry encore ce dimanche pour bloquer un port) .Mais Bruxelles et nos voisins avaient haussé le ton, rappelant à  Paris que la liberté de circuler était une liberté fondamentale et que la démission systématique de nos autorités commençait à bien faire. Résultat les blocages par des mouvements de  routiers au bord de dépôt de bilan avaient été levés manu militari et réprimés, sous l'air bien connu: c'est pas nous, c'est Bruxelles...

Où  dieu habite....Nous dit le titre d'un film qui sortira ce mercredi sur les écrans.

Certains petits enfants parlent à un ami invisible ou à  leur ourson en pluche. Adultes, ils auront dieu. L'humanité n'a pas d'avenir en dieu ou alors elle a un avenir dans ses oursons en pluche.

Tant que la République n'aura pas le courage d'expliquer que dieu est un problème psychologique voir un trouble  psychiatrique, il n'y aura pas de fin dans les causes des comportements les plus criminels de notre temps.

Dieu est la cause de radicalisme, mais aussi d'identité devoyée pour tout ceux qui assimilent leur foi à leur appartenance à une nation. Dieu est le soutien à des revendications politiques, la justification du communautarisme, et la source des malheurs de notre temps.

Victor Hugo disait haut et fort que chacun en matière de religion devait rester cher soi.  La religion, dans son esprit, devait rester du domaine privé.

Aujourd'hui il faut nommer les choses et arrêter de se voiler la face. Dieu est un problème mental.

Prétendre que nous aurons la paix par la compréhension et l'écoute des religions  revient à  légitimiter une forme de déréglement psychiatrique qui conduit à  des actes de violence et des politiques de provocations à des fins politiciennes.

Il est important de dire que 4 ou 6000 ans d'obscurantisme polyforme fondé sur la nécessité de structurer les sociétés et justifier les guerres, cela suffit.  Inutile de vous dire que je n'attends pas grand'chose de l'Université d'été du P.S. à  La Rochelle  dans ce domaine.

C'est poutant de la responsabilité des hommes politiques du XXI ième siècle de sortir les peuples de leur difficulté à s'inclure dans le monde réél.. 

 
En ce qu'il permet de rire de dieu comme les grecs ont fini par le faire des habitants de l'Olympe, le film "Dieu existe et il habite Bruxelles"  doit impérativement être vu à  l'aune de ce qui vient d'être écrit ci-dessus. C'est drôle et ouvre l'esprit.

Vous pouvez y aller avec votre nounours...
 

Commentaires

Posera problème dans ce pays, nous en serons là.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA