Jul
31
Ecoles d'avocats

A l'heure de la constrution d'une école de formation de 1700 élèves avocats à Issy-les-Moulineaux la question d'une formation nationale et celle de la mise en place d'un numérus clausus font débats.

Je suis contre le numérus clausus et pour la sélection par la pratique : les meilleurs restent.

Je suis pour les passerelles afin que les juristes d'entreprises, les magistrats, les avocats, les greffiers, les huissiers, les notaires puissent changer de métier en cours de carrière.

Aucun magistrat ne devrait à mon sens le devenir sans avoir exercé dans le privé au moins 8 ou 10 ans les fonctions de juriste d'entreprise ou DRH, ou une profession libérale.

Compte-tenu du conservatisme qui anime nos professions et la frilosité de la Chancellerie pour employer un euphémisme de bon aloi comme il sied, une réforme dans ce sens n'est pas poour demain !

Commentaires

au moins, je suis contre.

Comme d'habitude, tous les étudiants devront aller à Paris, se loger dans des conditions pas possibles, sans même avoir le droit de travailler.

A l'ENM, c'est différent : ils sont déjà fonctionnaires et sont payés. Rien à voir.

Pour l'exercice antérieur d'une profession, je le pense aussi : c'est comme ça au Royaume-Uni et en Belgique, par exemple, et c'est très bien.

Cela évite des juges de 24 ans qui ne comprennent rien à la vie, même s'ils sont de bonne foi. La question n'est pas là.

Je suis contre le numérus clausus (il ne restera que les enfants d'archevêques), tout en sachant qu'on peut, quand même, limiter à quelques milliers chaque années (c'est largement suffisant pour croître et donner sa chance...) mais pour une tarification minimale à l'Allemande.

Et pas de passerelles automatiques : elles devraient juste donner le droit de passer le concours ou l'examen correspondant, sans en avoir nécessairement le diplôme. La passerelle, c'est le règne du favoritisme et du contournement.

D'accord avec vos remarques. L'examen de déontologie doit être obligatoire. Les universitaires ont le droit de s'inscrire au barreau et ils sont également soumis à cet examen. Je suis particulièrement favorable à leur entrer dans notre métier car leur apport me paraît indispensable.

Il présuppose que ceux qui ont en charge l'examen sont compétents, indépendants et impartiaux, suivant la formule qui va faire son chemin, vous savez celle de Madame FABRE, la présidente de la chambre commerciale.

Rien, absolument rien, n'est moins sur. Je sais familialement ce dont je parle.

Redonnons à l'Université le soin de sanctionner le niveau des conniassances nécessaire. L'IEJ avait cette fonction. nous ne passions les épreuves du CAPA que l'IEJ ne sanctionnait pas. Personnellement je verrai bien la suppression de l'ENM et la création d'Instituts d'Eutudes Judiciaires universitaires pour la formation commune des Avocats et des Magistrats. Je suppimerai l'EFB et les CFPP pour confier également à l'université le soin ou l'encadrement de notre formation professionnelle ce qui serait aussi gage de compétence... Je viens de me faire combien d'ennemis en huit ligne d'écritures ?

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA