Mar
26
Il est reparlé de déménager les ministères.

Installer les ministères en Province, ça fait 50 ans que j'en entends parler. Jack Lang en avait fait son programme  de candidat à la députation en promettant l'installation du ministère de la Culture à Blois où il se présentait. Depuis, la décentralisation est un millefeuille aberrant de compétences concurrentes (comunes, syndicats intercommunaux, communautés de communes,  communautés urbaines et j'en passe sans compter les changements de dénomination avec autant de jeux de bonneteau de compétences). Elle est doublée par la déconcentration et la centralisation est restée, je dirais même demeurée. Depuis 1920 (Georges Mandel), il est acquis que l'État doit être géré comme une industrie. Résultat, on a préféré tué l'industrie. Depuis 1930 (René Coty) on doit supprimer les départements aujourd'hui chargés principalement de l'action sociale alors qu'il fallait la confier aux communes plus près des problèmes que les équipes municipales connaissent parfaitement. On a préféré retirer aux maires des compétences et leur scléroser celles qui leur restent. Dans seulement 8 départements, il est créé proportionnellement plus d'emplois dans le privé que dans le secteur public. Ça veut dire que la création de postes dans le public, c'est de la redistribution sociale. On ne sortira pas de cette spirale qui nous tire vers le bas. Déménager un ministère ? Essayez de muter un fonctionnaire parisien d'Etat, mission impossible. S'il ne veut pas changer de lieu de travail, il faut en embaucher un nouveau et recaser le réfractaire sur place. Seule une révolution libérale complète peut nous sauver.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA