Aug
17
Il faut tourner d'urgence la page obsolète de la laïcité ...

telle que nous la concevons parce qu'elle n'est plus adaptée à notre siècle et à l'évolution de la société européenne. Regardons où nous en sommes. L'histoire de la foi depuis son origine et de son évolution nous apprend que le gouffre abyssal de l'ignorance humaine a toujours trouvé des réponses stupides dans la foi en une ou des forces divines. Cette quête de la protection de notre condition humaine a permis sous la férule des prébendiers de la foi des dictatures religieuses et des guerres de conquêtes ou encore de constituer des Etats sous couvert d'identité religieuse devenue politique . Sont européens ceux qui sont de culture grecque, romaine et chrétienne. Les religions monothéistes adorent de façon différentes et inconciliables un même dieu au point qu'il faudrait se demander si c'est vraiment le même puisqu'il est adoré et imaginé par des cerveaux humains. Depuis des siècles chacun le faisait dans son coin. Depuis quelques dizaines d'années des religions minoritaires en France sont devenues des sources politiques et culturelles de communautarismes revendicatifs identitaires, même si certains de leurs membres ont préféré plus de discrétion. Les symboles qui véhiculent les dogmes religieux sont aussi matérialisés dans des codes vestimentaires qui sont autant de signes de revendication identitaire. Si personne ne se dit catholique ou chrétien de France, il n'y a pas de place non plus pour des musulmans, des juifs, des bouddhistes de France, ce qui emporte la prééminence de la foi sur l'appartenance à une nation. Par contre nous sommes libres d'être français de confession  musulmane, juive ou bouddhiste, ce qui a un sens précis dans un pays laïc. Qu'Israël devienne ou pas un pays juif est un choix constitutionnel de cet état au même titre que le fait que certains autres pays ont fait le choix d'une religion musulmane officielle d'Etat. Il n'est pas acceptable pour autant que ceux qui embrassent ces religions officielles d'un État deviennent ici pour autant des ressortissants de cette religion avant d'être soit nos concitoyens soit nos hôtes. La tolérance et la liberté sont des concepts dont les définitions appartiennent à ceux qui ont le pouvoir. Et en l'état, en France, le pouvoir n'est pas religieux. Cela ne suffit plus au 21ième siècle. Les dogmes qu'ils soient politiques ou religieux ainsi que les symboles qui les véhiculent sont autant d'injures à l'intelligence et d'obstacles au libre arbitre. Il n'est plus tolérable de les tolérer. C'est la raison pour laquelle  les croyances doivent être combattues par l'instruction de l'histoire de la foi depuis son début. Dieu existe si vous croyez et n'existe pas si vous n'y croyez pas. Dieu est entre nos deux oreilles et c'est pourquoi nous sommes d'autant plus fait à son image que les croyants l'ont modelé soit à leur image, soit à leur doux ou féroces délires selon les dogmes auxquels ils ont adhéré. Nous nous sommes fait refiler dieu, chacun par nos prédécesseurs avec le reste de leurs bagages de sornettes, légendes, contes, et chansons pour endormir les enfants. Si vous croyez en dieu,  il n'y a aucune raison pour que vous ne croyez pas au Père Noël puisque déjà vous croyez en  la démocratie. Autant de crédulité est affligeante. Il y a 10 000 ans nous adorions les cailloux ou le soleil . On a fait juste un plus sophistiqué depuis. Dieu n'a pas toujours existé. Il est temps de faire en sorte que la mode intellectuelle de la foi s'éteigne. Cela commence par le refus clairement affirmé comme Atatürk en 1923 en Turquie l'a fait de rejeter en premier lieu les codes vestimentaires religieux qui bien entendu sont des symboles d'appartenance identitaires. Tous les dogmes sont dictatoriaux. Toutes les dictatures religieuses ou pas ont les mêmes mécanismes. L'uniforme en fait partie. C'est un signe de la bêtise révélée de la religiosité ou de l'adhésion à un système de penser qui heurte ceux qui ne veulent pas s'en voir imposer. Le chantier de la République est de se débarrasser de la foi en dehors de la sphère privée ou les lieux de culte stricto sensu. C'est le problème de fond du vivre ensemble au même titre que le tabagisme que nous devons clairement affronter. Il est impossible de l'éluder et c'est la raison pour laquelle je ne doute pas un seul instant qu'il le sera par les médias, les intellectuels et philosophes auto proclamés autant que les politiciens. Rappelons-nous que nous sommes en guerre et que les terroristes qui nous ont frappé non seulement étaient pour la plupart "connus des services de police" ou fichés S et qu'ils étaient ou sont nos concitoyens. Le but clairement affiché est de parvenir au nom usurpé d'une religion à ce que cette guerre deviennent civile, ce qu'elle est déjà car nos victimes le sont en très large majorité même si j'ai présent à l'esprit les militaires et agents des forces de l'ordre tombés (aussi mais pas que) sur notre territoire. Il n'empêche que le problème de fond derrière tout cela est à la base la foi en dieu au nom duquel des personnes endossent des signes vestimentaires de reconnaissance, d'adhésion et revendicatifs d'un modèle de société qui nous est étranger philosophiquement, politiquement et culturellement. Cela en aucun cas ne dispense pas, bien au contraire, de trouver un élan commun fédérateur dans un projet de société. Il nous faut un nouveau Jean Zay pour relancer l'effort de l'Education Nationale notamment et s'inspirer d'une vision libérale comme celle de Robert Francis Kennedy qui pose le principe de responsabilité et d'engagement de chacun dans une société qui doit assurer solidarité et égalité des droits. Mais il faut être intraitable à l'égard des attaques religieuses totalement archaïques contre notre civilisation. La mobilisation doit être intellectuelle, morale, vigilante et relève aussi de la mission régalienne de l'Etat.

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin
Site: 
www.huvelin-associes.fr

pour un article sur un sujet d'actualité qui chauffe des esprits à blanc, et visité près d'une centaine de fois, qu'il provoque des commentaires en faveur de la défense philosophique des symboles, la liberté de conscience et la défense de la loi de 1905. Rien. Je constate donc que les opinions manifestés sur les autres réseaux sociaux ont donc épuisé le sujet en messages lapidaires de 140 caractères.
Ce qui augure mal du traitement citoyen de nos rapports sociaux autant que des choix politiques à venir.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA