Jan
15
Inconscience, complicité ou incompétence...un cocktail des trois ?

"Parce que les comptes numérotés, il y avait un système légal et un état pour les encadrer et les contrôler, certes avec des méthodes plus libérales que sovético-françaises, mais ... maintenant, ben ... allez donc demander à M. Bitcoin un échange automatique d'info et on en reparle "

Cette remarque pertinente d'un juge renvoie à un article publié par l'AFP publié ce 12 janvier 2018, intitulé: "un compte suisse numéroté." ...sauf que de fait, cette monnaie virtuelle l'est, comme les presque 2000 autres actuelles à travers le monde.
L'article est rédigé par MARK WILSON et rapporte les propos du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, qui "promet une surveillance du portefeuille des détenteurs de la cryptomonnaie aux Etats-Unis."

Plutôt que de paraphraser l'auteur, je le cite ci-dessous, en me contenant au seul sujet de la monnaie virtuelle:

"On veut s'assurer que des gens malveillants n'utilisent pas cette monnaie pour faire des choses répréhensibles" à dit le Secrétaire au Trésor et il a informé que "les autorités de régulation avaient formé un "groupe de travail" sur le développement du bitcoin.
"Il a indiqué vouloir travailler avec le G20 pour s'assurer que la monnaie virtuelle ne devienne pas comme "un compte bancaire suisse numéroté" et secret."

"M. Mnuchin a reconnu que certaines banques centrales examinaient la possibilité de créer des monnaies numériques au lieu d'émettre du cash, mais il a indiqué que ce n'était pas le cas de la banque centrale américaine. "La Fed et nous mêmes pensons qu'il n'y a pas besoin de cela pour l'instant".

"Interrogé sur la possibilité que la Russie crée sa propre monnaie virtuelle pour échapper aux sanctions financières, M. Mnuchin a répondu que cela "ne le préoccupait absolument pas". "Je ne pense pas que cela soit une inquiétude", a-t-il lancé."

En revanche, les risques de fraude ou d'attaque cybernétique sont "un domaine de préoccupation" pour le Trésor, a-t-il souligné.

De mon point de vue, cette prise de position est consternante car elle met les monnaies virtuelles sous la protection des États contre les attaques cybernétiques de véritables paradis fiscaux qui imposeront bientôt des monnaies de substitution à celles des États avec leur complicité objective. Le rempart me direz-vous est dans le contrôle de la conversion des monnaies virtuelles en monnaie d'État. Sauf que le blanchiment sera de plus en plus difficile à déceler que les monnaies seront inscrites dans l'économie réelle ou les spéculations boursières. Il serait temps d'endiguer puis d'éradiquer un mécanisme qui légitimise l'argent sale et donc l'activité de ceux qui l'accumulent dans le contrôle de notre quotidien économique et par conséquent social...
Quand je prends connaissance des propos du Secrétaire du Trésor, j'ai envie d'ajouter...et politique.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA