Oct
25
"Je vous choque, mais il ne fallait pas me provoquer..." Eddy Mitchell

Paris privatise la verbalisation stationnement des voitures ce qui va permettre de redéployer 1600 salariés... Oups. ..fonctionnaires territoriaux, vers d'autres fonctions. Au passage on apprend qu'il y a 91% de fraude au stationnement sur le domaine public parisien. Personne ne se pose la question de savoir comment il se fait que lorsque le problème est privatisé, il est résolu, comme c'est le cas dans d'autres capitales européennes. Personne ne dira que c’est le constat d’échec de la puissance public avant toute chose. Reste que  tout cela et plus d'efficacité relative ne manquera pas d'alimenter des contentieux.

Peut-être qu’avec le redéploiement de 1600 verbalisateurs, mais il ne faut jurer de rien, s'agira - t'il enfin de lutter contre les incivilités qui sont devenues insupportables après tant d'années de laxisme et d'effets d'annonce fait au nom des budgets de la com’ pour ne rien faire en faisant croire que l'on allait le faire. De là à considérer que nos édiles prennent enfin comme exemple la tolérance zéro newyorkaise (qui commence dès "la vitre brisée ou le tag" peint sur les murs par un gamin), on peut encore rêver d’avoir un bonapartiste au pouvoir pour les remplacer…

Il faudrait que nos autorités changent de matrice intellectuelle pour concevoir l' échec de leur mode de penser et de comprendre que la répression et la prison sont faites pour protéger la société et qu'en conséquence, la place des criminels et des délinquants est dans les prisons. Ce ne sont pas des victimes de la société. C'est la société qui est leur victime. C'est à ce prix de recomposition mentale que nos rues seront sûres et vidées des détritus et jets d'urine contre les murs, première condition pour rendre à Paris une attractivité que New-York et Singapour notamment ont comprise. Ce qui devrait interrompre le choeur lanscinant qui se résume par la fameuse interrogation des chefs de cabinet et autres conseillers aux chaussures impeccablement cirées face à la révélation des problèmes lorsqu'ils sont devenus aïgus:  -"Ben...qu'est-ce qui se passe ?"

 Le Barreau devrait soutenir la tolérance zéro. Cela lui donnerait plus de travail. Ce qui permettrait de faire se rejoindre l'utile et le cynisme, ce qui remplacera son discours lénifiant et lâche au nom des grands principes dont il ne suppoprte pas les effets dont il est la cause et provoque son déni insupportable... et ne me fait pas rire du tout.

Nos intellectuels qui ignorent que dans les "hard discount" les pains au chocolat sont vendus par huit pour 20 centimes pièce  voire 15 si c'est par dix ont méchamment attaqué le maire de Meaux sur les réseaux sociaux qui a donné ce prix au journaliste qui lui le paie un euro vingt l'unité dans sa boulangerie d'un quartier peu populaire, sur l’air d’évidemment, Copé est coupé des réalités… sauf que Meaux ce n’est pas Neuilly.

Il en va de même des interrogations que les médias se posent sur la relation qu'ils doivent faire de la guerre. Ils se censurent au nom de la bienséance. Aussi ils censurent l'information  sur la guerre qui doit être en dentelle. Pas question de montrer que la guerre c'est un soldat ou un civil qui se traîne par terre en hurlant ses tripes à l'air, mortellement blessé par un éclat d'obus. C'est tellement plus propre un catapultage de Rafale depuis le pont de notre porte - avions. Nos journaleux sont des désinformateurs et des agents d'influence politiciens grassement payés.

 Les journalistes qui font un travail de fond sont plus rares et moins rétribués. Ce sont ceux qui, par exemple, vous expliquent les causes profondes,  religieuses, culturelles,sociologiques et historiques de la situation au Moyen-Orient entre l'Iran chiite et l'Arabie Saoudite sunnite sans parler du millefeuille religieux syrien, alors que les autres se recopient les uns les autres pour radoter  une "analyse" sans profondeur et à courte vue. Des signatures des plus prestigieuses en raison de l'importance que les organes de Presse et les médias leur donnent,  ne sont pas les derniers à s'adonner aux effets racoleurs.

Comme d'habitude il s'agit pour des penseurs de génie auto proclamés ou cooptés de soutenir les caciques soviétiques devenus russes après ripolinage, qui ont réactivé la bienpensance bélante de la paralysante petite musique d'un nouvel Orchestre Rouge d'idiots utiles ranimés dès les prémisses du retour de la guerre froide (sur fond de dépeçage de la Géorgie, de l'Ukraine, et de crimes de guerre à Alep pour la conservation des bases russes en Syrie). Je ne suis pas d’accord pour considérer que l’Occident doit se compromettre avec une dictature sans scrupules qui s’est acoquinée avec une autre plus sanguinaire sous le prétexte en l’espèce fallacieux d’efficacité contre DAESH en Syrie. L’espace russe s’est encore agrandi d’une annexion sur fond de massacres par dictature à peine interposée. Laissons-là se dépêtrer dans le bourbier qu’elle s’est fabriquée et qu’elle soutient à bout de bras, mais n’oublions pas que nous en sommes au troisième « casus belli » que l’OTAN traite de façon munichoise.

 Engluée dans le politiquement correct dans l’esprit de Nuit gravement Debout animé de lapins crétins utopistes et dogmatiques, notre économie est brillamment la seule en panne grâce aux forces de progrès de l’immobilisme. Notre économie est bloquée par tous les conservatismes qui animent ces fameuses forces de progrès ainsi nommées par l’usage immodéré de la dialectique marxiste. Les conservatismes sont à gauche et les réformes sont à droite, comme le pacifisme était à l'ouest et les missiles SS21 étaient à  l'Est.  Rien n'a changé et le discours des manipulateurs des droits sans les devoirs, non plus. L'Europe va peut être de l'Atlantique à l'Oural mais personne n'osera curieusement  nous dire que l'immigration ne va pas en Russie pays pourtant le plus vieillissant...d’Europe. Tout simplement parce que la migration est une arme de guerre.  Au Soudan comme en Érythrée ou en Syrie. Et je ne jette pas mon écharpe rouge ou blanche par dessus mon épaule en disant que  « cela m'interpelle au jour d'aujourd'hui au niveau du concept de la problématique ».

 André Comte-Sponville écrivait : « Si vous comptez sur l’humanitaire pour tenir lieu de politique étrangère, sur l’antiracisme pour tenir lieu de politique de l’immigration, il me parait clair que vous vous racontez des histoires. La morale et la politique sont deux choses différentes, l’une et l’autre nécessaires, mais qu’on ne saurait confondre sans compromettre ce qu’elles ont chacune d’essentiel. »  

-« Ah, ben on n’y avait pas pensé... »

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin
Site: 
www.huvelin-associes.fr

L'exacte citation extraite d'une chanson interprétée par notre Eddy Mitchell national est:

"J'vous dérange,'fallait pas me provoquer".

 

Nom: 
Bâtonnier GIROUD
Je vous dérange, fallait pas me provoquer
Je vous dérange, je suis pas venu vous chercher
Je vous dérange, fallait pas m'inviter
Je vous dérange, mais je n'ai rien demandé

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA