Jun
12
La bienpensance dominante, aujourd'hui prise à son propre piège.

Commençons par le terrain et élevons-nous sans atteindre au ciel.

Si vous avez l'habitude de côtoyer le public à longueur de journée, vous apprenez assez vite à comprendre la communication non verbale, les attitudes et le sens des comportements. Il y a de bons comédiens. Les trentenaires et leurs cadets font partie d'une génération qui ont pris des cours de théâtre. Puis une part a appris aussi la dialectique trotskiste. Mais ce que la bienpensance appelle délit de sale gueule, ce n'est rien d'autre bien souvent que la tête de l'emploi. Frequenter les audiences correctionnelles vous dessille assez vite.

Le guetteur dans une cité est repérable comme le Porte-avions Charles de Gaulle dans le port de Toulon. Un guetteur, même mineur, est un complice d'un fait principal. Déranger un trafic de stupéfiants, c'est évidemment contrôler ses acteurs, généralement "connus des services de Police" et dissuader leurs clients. En France pour arrêter un revendeur, il faut le prendre en flagrant délit entrain d'échanger la drogue contre de l'argent. Aux USA, il suffit de filmer les transactions. On évite de prendre les autorités pour des crétins. Pas chez nous. Les justiciables peuvent mentir à ses juges. Partout ailleurs c'est un délit d'outrage à magistrat. Nous sommes des pitres et l'Etat de droit n'est invoqué qu'au soutien du droit de nuire.
Les droits de l'Homme sont instrumentalisés pour en dénaturer les principes au nom de slogans et de symboles afin de nous faire prendre des vessies pour les lanternes.
Le Code de Procédure Pénale est conçu pour empêcher les policiers et les gendarmes de quitter leur bureau et d'empêcher l'enquête avant, pendant et après la garde à vue. Les preuves apportées par un plaignant sont libres et recevables. Les mêmes dans les mêmes circonstances rassemblées par un Officier de Police Judiciaire sont irrecevables. Il doit les collationner sauf flagrant délit que sur ordre et avec des moyens conformes aux instructions d'un magistrat. Ajouter les mêmes contraintes administratives et syndicales que dans l'ensemble du secteur public.
Résultat, le taux d'élucidation des délits et pire, des crimes est lamentable, comparable aux taux d'exécution des décisions de justice dans les domaines civil et commercial. Ne parlons même plus des peines prononcées et non exécutées, ou aménagées de telle sorte qu'elles n'en sont plus. Évidemment lorsque vous devez assurer la Sécurité Publique dans les Gares et les principales stations de Métro comme la Gare du Nord ou la station Châtelet-Les Halles, il est facile de prétendre que les blancs sont moins contrôlés que les autres. Allez les visiter aux heures de pointe. Personnellement, ne rasant pas les murs avec une capuche sur les yeux avec un jeans sur les fesses et les mains dans les poches, "chouffant" en errant dans les couloirs, je ne suis jamais fait contrôler. De même je ne me déguise pas en tchétchéne avec blouson mastic, patalon battle dress hiver moldave, coupe de cheveux en brosse et tatouages.
Tous les usagés fréquentant le métro constatent que le public n'est pas le même dans les autobus et que les trafiquants opèrent dans les couloirs ou les quais qui offrent des possibilités de fuites. Curieusement, ils ne sont pas blancs, pas plus que les "réfugiés".(puisqu'il n'y a plus de "migrants") en situation "irrégulière" (puisqu'il est interdit de dire qu'ils sont entrés et restent illégalement sur le territoire). De la même façon, la sur-représentation des personnes noires dans les prisons y sont parce qu'elles sont condamnées par des tribunaux et non parce qu'elles sont noires. Quand je passe Place de Clignancourt et aux alentours en passe de devenir le quartier de la Porte de la Chapelle bis avec les abords des "Puces", les vendeurs de tombés du camion, de drogues, de paquets de cigarettes et les vendeurs même plus à la sauvette, sont noirs. Les joueurs de bonneteau et leurs "barons" qui viennent des pays "de l'Est", non.. Qu'est-ce que j'y peux ?
Et ne me dites pas que les théoriciens du grand remplacement ont raison, dans ce quartier, il n'y a que 70% de personnes originaires d'Afrique.
La dénonciation du racisme est une grossière conséquence d'instrumentalisation complaisamment relayée et attisée sur le modèle de ce qui se passe dans les universités américaines, dont celle d'Evergreen en Oregon. On retrouve la même dialectique et la même rhétorique. Vous ne me croyez pas ? Regardez cette video:
https://t.co/MvF2tnz6tw
Vous y trouverez le même terrorisme intellectuel que l'on tente de nous imposer.
L'ignorance conduit à l'incompréhension et l'incompétence, sources de frustrations dont les manipulations poussent dans la rue les plus socialement marginalisés avec des manipulateurs dont une part n'ignorent rien de "l'économie parallèle" et ils détestent qu'on la dérange. Ne soyons pas idiots. C'est la cause principale de l'instrumentalisation des manifestations actuelles. Le message est clair. Ne venez pas nous déranger, sinon c'est du racisme.
Qu'il y est un problème social est évident. Il y a 50 ans il y avait peu de clochards et ils étaient blancs. Il y a 40 ans, il n'y avait pas de SDF noirs. Les SDF sont aujourd'hui nombreux et majoritairement d'origine africaine.
Je n'ai jamais vu que deux personnes d'origine asiatique faire la manche dans le métro. Il y a cinq ans.
Le problème de fond de l'intégration économique et donc sociale ne se résoudra que par l'acquisition des fondamentaux, la rigueur du travail, la responsabilité et la prise de conscience que l'on sort de sa condition qu'en faisant beaucoup de sacrifices. J'en ai fait beaucoup, je refuse que l'on me raconte n'importe quoi en continu pour dédouaner une petite minorité de nos concitoyens pour prétendre qu'ils sont plus nombreux qu'ils le sont. Et tant que ne m'expliquera pas scientifiquement pourquoi les personnes d'origine asiatique s'intègrent sans poser de problème et pourquoi d'autres minorités n'y arrivent pas, je refuse de tomber dans le misérabilisme compatisant sélectif.

Que 20 000 d'entre nous manifestent pour témoigner de notre indignation à la lecture de la vidéo de la mort de George Floyd est une chose. Que l'on m'associe à la manifestation de 2 000 personnes criant que la Police Nationale est raciste à l'image d'un pays raciste avec des personnes qui se disent africaines et n'acceptent soi-disant pas d'être françaises quand cela les arrangent, je dis clairement: non. Que l'on prétende subir une manifestation interdite parce que l'émotion passe avant la loi ne masque pas la démission de l'autorité. Manifester illégalement est une contravention, entraver la circulation est un délit. C'est très clair. Quand on prétend céder à l'émotion, c'est qu'en réalité on cède à la force.
Et en ce qui concerne l'usage de la force publique, je souhaite des caméras portées, dans les voitures et dans les commissariats. Et que le respect qui est dû à la fonction de Police et de Gendarmerie soit la règle au même titre que vouvoyment par les forces de l'ordre à l'egard des interpellés.
Pour le reste que les âmes sensibles aillent voir comment les arrestations se font au Portugal ou dans les pays nordiques. On arrête de se moquer du monde en imaginant qu'il est facile forcément d'arrêter et de contrôler un interpellé en rébellion ou prenant la fuite.
Pour le reste, comparons les méthodes des autres polices des pays de l'OCDE. Et que l'on arrête de me dire que la France n'est qu'une frontière et que l'on est français malgré soi. Ça suffit. Ces personnes qui disent n'importe quoi ne représentent qu'elles et n'existent que parce qu'elles sont médiatisées par des personnes qui ne représentent personne. Je ne suis pas responsable de l'histoire de mon pays. Je n'en suis débiteur de personne. Elle fait partie de l'évolution de la civilisation, de notre pays et de notre culture. J'assume et je la porte. Si je m'estime en exil ici, je suis libre de partir en Nouvelle Zélande. Certains vignerons l'ont d'ailleurs fait pour échapper à notre administration sclérosée.
Mais l'occultation de la moitié de l'histoire de l'esclavage est une méthode marxiste faite pour détourner l'attention des fondamentaux de la situation d'une minorité qui a la volonté de pietiner l'aorte de leurs contemporains pour les racketter et cela ne m'impressionne pas. Le nécro proxénétisme, qui cherche dans des faits dramatiques, une légitimité politique, non plus. Je m'incline, devant la douleur pour laquelle je compatis et la quête sincère de la vérité que je soutiens, Mais je ne partage en rien leur récupération ou leur recyclage politique. D'où que cela vienne. Quand à la création par le ministre de l'intérieur du "soupçon avéré" à l'encontre des policiers et gendarmes, je déplore le silence consternant du Barreau.
La connerie est une plaie et le racisme n'est qu'une des manifestations de la connerie. Instrumentaliser la connerie est une provocation insupportable.
La quête de sens est le début de la connerie.
Se définir comme "blanc", "bariolé" ou comme "noir" en est une. Se définir en fonction de son appartenance religieuse aussi. Ce ne sont que des méthodes identitaire et par conséquent de discrimination inversée. La fraternité, l'amour de l'amour, le sacré sans la foi réside dans l'universalité de l'esprit de l'humanité et peut être laïc, athée. Cet amour commun n'a pas besoin d'identité, de superstision ou de religion. Soyez bon et retenez qu'une bonne action est toujours punie. Nous savons tous que le premier qui dit la vérité doit être exécuté. Celui qui fait le premier pas dans la bonne direction sera voué aux gémonies ou on lui jettera des pierres. Ghandi ou Martin Luther King l'ont payé de leur vie.
Retenons plus simplement que l'ignorance et la frustration conduisent à la violence. La démagogie dogmatique ou identitaire tue, y compris le bien commun, à savoir notre République et notre démocratie.
N'oublions pas de rire, de nous-mêmes et de nous apaiser. De nous apaiser.
Tout n'est que bassesse, cupidité et vanité. Epicure enseigna que nous devons nous éloigner de l'argent et de la politique. S'il nous échoit de descendre dans l'arène, relisons Marc Aurèle avant .
Rien ne doit supprimer le sens de l'effort, porter atteinte à la rigueur et la nécessaire discipline de chacun. Il n'y a aucune réussite ou accomplissement en dehors du respect de ces fondamentaux.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA