Sep
09
La guerre en dentelle !

Nouvel angle d'attaque: "mon pays fabrique des armes". La guerre fait rage au Yemen. Par tribus interposées, les chiites et les sunnites s'affrontent, les uns soutenus par l'Iran et les autres par l'Arabie Seoudite. Le premier, allié du régime syrien, de la Turquie, du Hezbollah et de la nouvelle URSS, est soutenu sur les réseaux sociaux par L'Orchestre rouge du 21e siècle, sur fond de conflit israélo-palestinien. L'autre est l'allié des États-Unis et d'Israël. L'Iran en menant la guerre au Yemen veut déstabiliser son adversaire régional en le prenant en tenaille. Selon la pratique habituelle, des belligérants débordés s'abritent derrière des civils. Comment soutenir l'Iran en difficulté au Yémen trouve des appuis médiatiques pour défendre sa politique contre Israël, pour les palestiniens, et contre les saoudiens. Les soutiens habituels du chef de la mafia du Kremlin sur nos reseaux sociaux sont aux créneaux. Les ressorts usés sont toujours les mêmes depuis la dialectique et la rhétorique pratiquées par Lénine. Il s'agit de prétendre que notre pays est dirigé par des gens abjectes qui assassinent des enfants. Pas moins. Depuis des lustres, les pacifistes sont à l'Ouest et les missiles, les violations du droit international et des droits de l'homme sont à l'Est. Américains, actuels soviétiques, Britanniques, Israéliens, Allemands, Suisses, Brésiliens et beaucoup d'autres,y compris la Chine, fabriquent et vendent des armes. Si l'un ne fournit pas des armes, un autre prendra le marché. Mais depuis quelques mois, les soutiens de Poutine en France se préoccupent uniquement du fait que notre pays fabrique des armes et ils le dénoncent drapés dans leur indignation sentencieuse sélective. On fait des reportages qui montrent aux militants d'extrême gauche où se trouvent les sites de production et ce que l'on y fabrique. On interroge des employés en leur suggérant qu'ils devraient avoir des cas de conscience. Des ONG bien pensantes, des médias dans lesquels il y a surtout des journalistes militants (comme si c'était compatible) tissent des lauriers à leurs confrères ennoblis par la hauteur de l'humanisme qui les submerge puisqu'ils dénoncent en réalité que nous livrons des armes à l'Arabie Saoudite et pas à l'Iran. Qui lui est armé par l'actuelle URSS, dont la moralité depuis le dépeçage de la Géorgie et de l'Ukraine, est au-dessus de tout soupçon, comme les assassinats de journalistes et d'opposants le justifient également. Moralité démontrée aussi par son soutien à l'Iran, dictature religieuse, qui veut disposer de l'arme nucléaire, qui soutient le Hezbollah palestinien contre Israël. C'est donc parfait. Bien sûr, tout le monde sait que si nous voulons disposer d'une défense nationale indépendante, il faut avoir une industrie de l'armement. Si nous voulons cet outil industriel pour maintenir une défense nationale, il doit être capable de s'exporter car le notre marché intérieur est insuffisant. Seule la concurrence permet de fabriquer des outils de défense qui soit a minima au niveau des armes de nos "adversaires". C'est à cela que les soutiens de la nouvelle URSS s'attaquent: les armes vendues à l'Arabie Séoudite servent à combattre l'Iran au Yemen. Et je vous le donne en mille, il y a des victimes civiles et parmi elles, des enfants derrière lequel les alliés de l'Iran s'abritent. Conclusion: arrêtons de fabriquer des armes, car c'est un crime contre l'humanité. Le fait que le potentat syrien, les alliés de l'Iran usent d'armes russes dans les mêmes conditions ne posent pas de questions, bien sûr, ce n'est pas le sujet. Si nos alliés font la guerre, ce doit être avec une main attachée dans le dos et en dentelle. Personne n'a jamais rien dit des bombardements aux crayons incendiaires de Dresde par les américains, du largages des bombes atomiques sur le Japon, pour la bonne raison qu'il fallait abattre des régimes dictatoriaux en mettant fin au conflit mondial dans lequel les soviets avaient mis la main sur la moitié de l'Europe qu'ils étoufferont pendant des décennies. Mais, dès qu'ils s'agit des soviétiques anciens ou contemporains, de ses dictatures alliées, et plus précisément l'Iran, tout le monde est vigoureusement sommé de dénoncer uniquement les armes que nous exportons si jamais elles troublent leur marigot. On se paie notre tête. Reste à savoir si ces discours ont un effet repoussoir ou peuvent faire illusion. Je vous donne un exemple de l'article type relayant l'intox dans lequel on ne parle surtout pas de la Russie, et au nom duquel la guerre doit être éthique...pour l'Ouest. Les guerres qui ont dépecé la Géorgie et l'Ukraine, annexé la mer d'Azov, massacré les civils en Syrie sont hors champs des sentences morales de l'ONG complaisamment cité: "Une enquête d'Amnesty dénonce l'absence d’éthique des industriels de l’armement - Economie - RFI" http://m.rfi.fr/economie/20190909-amnesty-etude-denonce-absence-ethique-...

Que pensent à Moscou les ONG soviétiques ?

On nous refait le coup du pacifisme et du désarmement angélique d'avant la seconde guerre mondiale face à la montée évident du conflit. Les nazis nous disaient que là où ils y avait des allemands, c'était l'Allemagne, et on se souvient des annexions qui ont suivi. Aujourd'hui le Kremlin dit la même chose pour la Russie. L'arc chiite au Moyen-Orient est une menace pour les intérêts stratégiques des Occidentaux. Le Kremlin le sait. C'est un second front. Et la Russie a déjà consolidé ses bases en Syrie.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA