Jun
03
A la manière des Chevaliers du Fiel : « C’est quand que l’on en finit avec les collaborateurs ? »

 (Retour d’enquête sur les poncifs pour les Etats Généraux de la Collaboration)

Sous l’auvent du Bar de la Mairie…

-Ouh, tu sais que le zouave du  pont de l’Alma à Paris, il a de l’eau jusqu’à la poitrine qu’ils disent que la crue passera les 6 mètres…

-Même que j’ai vu un reportage qui montrait une journaliste faire du canoë dans une rue de Nemours…note qu’elle ne risquait pas grand-chose à cet endroit-là, parce que le cameraman a fait un zoom arrière au moment où des piétons passaient avec des cuissardes…ils avaient de l’eau jusqu’aux chevilles…Et l’autre qui pagayait derrière…

-Tu sais que l’on reparle de la collaboration ?...Hé Patron, le jaune là…tu en profiterais pas pour ajouter de l’eau sous prétexte d’inondation par hasard ?

-Ah l’anniversaire du débarquement et de la création par le Général de Gaulle du Conseil National de la Résistance…Oh, Patron, assez pour les glaçons…

-Ah, non, pas ça, je te parle des collaborateurs du Barreau de Paris…. Cela va très mal…

-Et dire qu'en 14-18, un tiers seulement du Barreau de Partis est revenu de la Grande Guerre…C’est triste ce qui s’est passé après…

-Mais, tu mélanges tout, non, je te parle des collaborateurs d’aujourd’hui dans les Cabinets.

-Ah…parce qu’ils ont des collaborateurs dans leur cabinet…

-Tu le fais exprès, ma parole…enfin tu sais bien que mon beau-frère est avocat. La vieille école, un généraliste comme il dit, il sait tout faire…

-Comme mon médecin alors…il soigne la chute des cheveux jusqu’aux corps au pied, et entre les deux il me donne des arrêts de travail, mais pour 23 euros la consultation, il ne faut pas non plus être trop exigeant. Je dis cela parce qu’en Allemagne c’est 40 euros et ils ont moins d’arrêt de travail.

-Non mais ici c’est le stress, nous sommes les plus gros consommateurs européens sinon mondiaux de tranquillisants. En plus il y a des psy à tous les coins de rue, même dans les petits villages entre le druide et le rebouteux.

-D’accord mais ni l’un ni l’autre n’ont soigné qui que ce soit. Si la psychanalyse soignait, il y aura belle lurette qu’il n’y aurait plus de psychanalystes. Pareil pour les psychotropes. Plus tu en prends, plus t’en consommes, plus tu vas voir un psichtt…un psy.

-Et bien justement, c’est ce que dit mon beau-frère, il n’en peut plus, il est au bord du « burn out », il dit tout le temps, parce qu’il fait deux fois 35 heures, qu’il me dit à moi comme cela, avec la tête qu’il a, on a pas envie d’en faire autant.

-Pourquoi il ne se fait aider s’il a tant de travail ?

-Figures-toi qu’il a essayé et c’est de cela que je voulais te parler. Il dit comme cela que les jeunes, ils font six ans d’université, ils ont des Masters à plus savoir quoi en faire, ils ont fait H.E.C. ou Sciences-Po. en même temps ou en décalé, et il dit qu’ils sont comme les ingénieurs : « bons à tout et bons à rien ». Il faut repasser derrière eux et finalement c’est plus de travail. En plus ils font passer leur vie personnelle avant le travail, à 18 h 30, ils quittent leur bureau, ils ne veulent pas travailler le week-end, et en plus ils ont des prétentions….Tu sais qu’ils sont mieux payés que nous ! En plus si c’est une femme, elle fonde une famille et si c’est un homme, il prend un congé parental...Les grossesses sont pathologiques maintenant, il me dit comme cela, après deux semaines, les médecins les arrêtent…Après le troisième enfant, il me dit qu’il a compris Hérode…il m’a pas expliqué, je n’ai pas compris ce qu’il a voulu me dire. En plus les collaborateurs, ils font de la concurrence déloyale parce comme ils n’ont pas de frais et ils cassent les prix….en plus ils ne savent rien faire en sortant de l’Université, qu’il faut tout leur apprendre en fait…A ce moment-là, il a repris un whisky avec ses cachets….Tu vois c’est l’enfer le privé…Ici le Maire qui est un retraité de l’Administration, il ne voit pas les choses comme cela…

-C'est vrai aussi que lorque l'un d'entre-nous a un problème on peut badger pour lui. Là regarde, avec le retard de ce matin, on a laissé nos badges et personne ne s'en plaint.. Et son collaborateur il en dit quoi ?

-Et justement, je l’ai rencontré un jour en lui apportant des papiers de ma sœur…tu sais qu’elle a ouvert un bar près de l’église et c’est lui qui a fait les formalités… Il n’avait pas bonne mine…c’est son deuxième enfant, il ne dort plus. Et comme il travaille jusqu’à 22 heures, et le samedi quand ce n’est pas le dimanche parce qu’il a des audiences le lundi…il est au bord du divorce et de tomber malade.

-Je croyais que ton beau-frère disait que les collaborateurs partaient à 18 h 30, qu’ils prenaient des vacances…

- Oui, d’ailleurs il ne les a pas gardé, Il avait beau les harceler, il n’a pas réussi à les faire travailler comme il voulait… c’est comme celle qui était enceinte, il l’a virée… non celui-là, c’est un bon, il travaille comme lui, qui dit que c’est comme cela qu’il travaillait au même âge.

-Il va l’associer ?

-Ah ben non, il ne va pas lui refiler sa clientèle qu’il a eu tant de mal à garder en plus…Non, il va rejoindre un gros Cabinet…un nom américain…ils sont 250 avocats…Ce qui fait que quand il y a un collaborateur est malade, on peut refiler le travail aux autres…Il m’a décrit les locaux…tu peux garer ta voiture dans le Hall, du marbre partout, un agent de sécurité comme à la Maison Blanche avec une oreillette...des hôtesses d’accueil en deux huit…, de la musique dans l’ascenseur qui arrive directement dans le jardin d’été… les collaborateurs tournent en deux fois douze heures…avec les décalages horaires, ils ne s’arrêtent pas de travailler avec les USA, Dubaï, Hong-Kong …Pas un gramme de poussière, climatisation...places de Parking…Chaussures obligatoirement impeccablement cirées, costumes que tu croyais avoir affaire à un ministre…des ordinateurs partout… Ceci dit, je n’ai pas compris, il m’a dit que le « point mort », c’était le 15 décembre…Enfin lui il va devenir "Collaborateur Sénior" qu'il m'a dit...il avait l'air content...

-Tu vois, il y a une justice…Ils n’ont pas la chance de pouvoir prendre leur apéro en attendant le plat du jour de Ginette, comme nous à la terrasse du Café de la Mairie… Alors, Ginette, Elles arrivent ces paupiettes ? Non parce que si ça continue, comme on est arrivé en retard ce matin on va devoir compenser en partant plus tôt cet après-midi…

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA