Jun
09
La violence est l'expression de l'inadmissible.

La "rageuse sphère" pour citer le criminologue Alain Bauer, est la manisfestation de ruptures.
"La violence est le dernier refuge de l'incompétence." - (Isaac Asimov)
L'inadaptation à la société dans laquelle nous vivons, l'incompréhension de ses enjeux, l'ignorance des nouvelles technologies et le refus des acquis de la science sont autant de sources de frustrations, autant de marginalisation intellectuelle, donc culturelle, économique et évidemment par voie de conséquence sociale. "Les cyniques disent la réalité, les moralisateurs et les dogmatiques racontent ce qu'ils veulent imposer." Et ils sont nombreux à ne pas pouvoir y parvenir sans plus vouloir comprendre pourquoi.
Cette incompétence à qui les micros sont tendus ferme la discussion sur le sujet essentiel des réformes structurelles non seulement de l'État mais de tous les rouages qui font tourner le pays au quotidien, de leur financement et empêche de voir la ligne d'horizon. De ce fait depuis 50 ans nous ne regardons pas en face les sujets qui fâchent. Pas de vagues. Les gouvernements successifs ont laissé filer ainsi les déficits budgétaires et sociaux tout en embauchant toujours plus de fonctionnaires, ce qui n'est que du chômage déguisé.
Les journalistes qui appartiennent tous à des médias subventionnés sans quoi ils auraient disparus, confortent le blocage de toutes les réflexions de fond quel que soit le sujet, en pissant de la copie sur des faits divers ou des petites phrases.

Il ne faut donc pas s'étonner qu'il ne sera pas regarder ce qui marche ailleurs tandis que nous nous enferrons dans ce qui ne fonctionne pas ici. Que ce soit dans le domaine de l'Éducation, de l'immigration, de la sécurité, de la couverture sociale, de la fonction publique, la législation.
La prochaine question des médias portera sur la couleur des bretelles des candidats à l'élection présidentielle et ils se nourriront de la polémique qui en sortira si possible pendant trois semaines.

Et puis, ne soyons pas dupes, la démagogie qui fait son lit sur l'ignorance est plus forte dans une société où l'éducation et l'autorité sont dépréciées, laissant la place à la médiocrité, la bêtise et donc à la violence, sous toutes ses formes, qui les accompagne toujours.

Mots-clés: 

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin
Site: 
scphuvelin.com

"La correction de la grammaire et le respect des nuances de sens entre les mots permettent d'éviter des malentendus. Je n'en démordrai pas: la langue est le moyen d'éviter la violence. Si on ne peut pas se faire comprendre, on passe aux coups", Jacqueline de Romilly

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA