Apr
04
Le droit est une arme dont les juristes sont les munitions.

Notre pays représente 1% de la population mondiale. L'Europe est le continent qui pollue le moins. La France est le pays développé qui produit le moins de CO2. Les écologistes qui ne parlent jamais de la pollution de la Chine et de la Russie, nous culpabilisent dans le seul but de combattre ce qui reste de notre industrie, que la CGT n'avait pas encore détruite au nom de "la lutte contre le travail nuisible" et que la recherche des prix bas de la production délocalisée pour faire face à la paupérisation imposée par la gangrène du collectivisme, n'a pas encore éradiquée. Ils ont tout fait pour attraper au miroir aux alouettes des énergies  renouvelables, les idiots utiles de la veine de ceux qui ont cru aux avions renifleurs.  Les investissements bien entendu financés par des subventions publiques sont ruineux et la production d'électricité forcément intermittente, est d'un rendement capacitaire marginal même au prix de la destruction des paysages. Le recyclage des éoliennes et des panneaux solaires restent impossibles au même titre que celui des batteries. Mais là, ça ne gêne personne. La production entre autres de ces biens, subventionnée par la casse sociale et la destruction de l'environnement chez elle par la Chine, a empêché toute concurrence et nous livre sous  couvert de lutte contre le réchauffement climatique à la perte de toute souveraineté.  Ils dénoncent la fonte des glaces du Groenland en omettant de dire que le nom même de cette vaste étendue veut dire "pays vert" comme les premiers vikings l'ont découverte et nommée. Que le fort réchauffement et la glaciation sont des phénomènes  qui se sont toujours succédés depuis que l'atmosphère et le noyau terrestre existent, au même titre que des périodes de calamités climatiques, chaudes ou froides, tout au long des derniers millénaires.
Nos militants "pastèques" comme les désignent les Italiens pour dire qu'ils sont rouges revêtus de vert, après s'être attaqué à tous nos fleurons économiques un par un, s'acharnent maintenant sur nos agriculteurs et notre patrimoine culturel en commençant par la grammaire de notre langue, après avoir mené force campagne contre l'énergie nucléaire issue de la fision de l'uranium. Reste que bientôt la production inépuisable de l'électricité par la fusion nucléaire balayera l'idée du retour à la civilisation du silex. La perspective de ruiner notre production agricole en inventant des discours insensés sur le Glyphosate dénoncés par tous les ingénieurs agronomes ou les médecins, leur guérilla imbécile sans plus de fondement contre les OGM n'a de justification que de relayer l'Orchestre rouge du 21e siècle pour qui la désinformation et la propagande valent mieux que des divisions pour gagner le temps de combler le retard de la nouvelle URSS dont le retour à la guerre froide ne sert plus suffisamment une nouvelle fois à occulter l'échec. Faisant le jeu des dictatures communistes subsistantes, les verts autant que les militants dogmatiques des droits de l'homme ne sont que les nouveaux avatars en perpétuelle reconversion des bolcheviks reconnaissables aisément par le permanent usage de la même dialectique et de la constante rhétorique.  Il suffit de ne pas être ignorant de l'Histoire du 20e siècle et de savoir lire, ce à quoi ils s'attaquent  tout en réécrivant un nouvelle fois plus largement le passé en la dénaturant sous la forme d'une contre culture imbécile, pour être dessillé.  Ceux qui acceptent, sans aller d'eux-mêmes vérifier les informations, leur baratin, sont le produit de la destruction de l'Éducation Nationale et du remplacement du  courage et de l'initiative par la perpective d'un revenu universel de misère. En cela, ils font cause commune avec les capitalistes qu'ils dénoncent, car ceux-là trouvent dans la mode intellectuelle politique, la possibilité d'imposer un juteux renouvellement du marché saturé, par des produits soumis à de nouvelles normes. C'est pour ces derniers, un nouveau Far West et rien d'autre, tandis que pour les nouveaux totalitaires collectivistes repeints, une nouvelle façon de gruger les électeurs afin de faire une carrière politique. La finalité est d'avoir les doigts dans la confiture par des jeux rôles, de duettistes ou en chœurs selon les connivences ou l'entre soi idéologique, sur fond de pénurie de matière premières ou de captation des marchés, sous les applaudissements des crétins du poulailler et l'assentiment des imbéciles des places d'orchestre, sous le regard des spectateurs des loges d'où l'on se montre. Quel magnifique théâtre ! Et quelle magnifique pièce Molière aurait écrite. Et Shakespeare donc !
Ces manipulateurs et ceux qui profitent de la bêtise inépuisable vivent en symbiose. Les extrémistes de gauche les exploitent en parasites sur le dos de la société libérale qu'ils vomissent et leurs excès servent de repoussoir pour justifier le maintien de l'ENA, demain ISP, qui alimente une administration toujours plus soviétique, dont ses diplômés ponctionnent un budget public de fonctionnement de l'Etat chaque année déficitaire qui nous mène par ses conséquences sur les pas du Venezuela, les mêmes causes économiques écrasant les revenus et paralysant l'activité privée, ayant les mêmes effets sociaux. Cela produit des chômeurs sans qualification suffisante dont la seule ambition sera de percevoir un revenu indemnitaire faute de pouvoir accéder au savoir indispensable pour les applications extraordinaires des découvertes scientifiques fabuleuses en  cours dans tous les domaines.

Cela n'est pas possible sans le droit qui impose les choix qui en découlent et la complicité des juristes. L'absence d'autorité, donc de répression effective de tous les désordres, petits et grands, générés par les déséquilibres sociaux issus des choix politiques de collectivisme rampant depuis 90 ans, sont consubstantiels au jeu de chaises musicales aux manettes, selon des partitions écrites par l'Histoire depuis 1789. Elles sont mises en chanson par de lamentables scribouillards usant de plumes idéologiques ou mercenaires.

Pris entre les malhonnêtes et les profiteurs, les honnêtes gens sont des alibis moraux. Relisons Saint Thomas d'Aquin ou plus près de nous André Comte-Sponville. A défaut de rétablir leur enseignement, c'est bien le retour de la politique du pain et des jeux qui gagnera, si ce n'est pas déjà acté intellectuellement par nos politiciens démissionnaires.

La société est comme le corps humain qui a besoin des bactéries et des virus pour digérer autant que pour le fonctionnement de ses tissus et son évolution, encore faut-il que sa force immunitaire reste suffisante pour contenir ces organismes opportunistes en maintenant un équilibre vital. Pour le garder, il faut avoir le respect de règles de vie.

Nous savons en cette ère scientifique que l'apport des vaccins est notoirement nécessaire.

Pour notre société, l'éducation, la connaissance, qui incluent la culture, constituent ensemble un vaccin contre l'obscurantisme, l'ignorance et par conséquence contre la "voke-culture" totalitaire et la bienpensance indiscutable, le communisme et le nazisme, mais aussi les slogans et les symboles. Ils véhiculent toujours les dogmes. Sans exception ils asservissent au moins la pensée, toujours la liberté, lorsqu'ils ne l'interdisent tout simplement pas.

Et pour revenir au sujet et conclure: n'oublions pas que la cause de la dévastation de notre biotope sur la surface de la planète est la surpopulation humaine. Tout le reste n'est que discours sur les conséquences. Seules préoccupations du Droit, les conséquences, les juristes adorent.

Pour le reste, les deux tableaux ci-dessous, que vous pouvez agrandir pour faciliter leur lecture, démontrent que nos "verts" prennent le droit de nous piétiner indûment l'aorte.

Et ils ont trouvé des juristes, voire des avocats pour les y aider devant les Tribunaux en assignant l'Etat à faire mieux.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA