May
26
"Le glaive gardien de la loi" ou le sens de l'Etat.

On ne peut pas lorsque l’on est juriste regarder sans réagir des casseurs échapper à la police ou la gendarmerie parce que le Ministère de l’intérieur ne veut pas que le journal de 20 h montre des arrestations forcément musclées.

Il est de même insupportable de voir des syndicalistes bloquer un accès routier ou une voie de circulation ouverte au public, des dépôts de carburants, des ports, sans qu’ils soient immédiatement arrêtés, déférés au Parquet et présentés devant le Tribunal correctionnel en comparution immédiate.

Cela fait plusieurs décennies que la loi n’est pas appliquée sous prétexte fameux : « pas de vague ». C’était simple, il suffisait d’accepter le racket des électriciens, des fonctionnaires des services des transports publics etc… Les infirmières, elles ont toujours eu droit à moins d’égard, c’est le moins que l’on puisse dire, que les dockers qui paralysent régulièrement les ports sans problèmes. Pourquoi y en aurait-il d’ailleurs ? Lorsque les bornes sont dépassées depuis aussi longtemps, pourquoi existerait-il encore des limites ?

Tant que les gouvernements successifs pouvaient laisser les déficits s’accroître, il n’y avait aucune raison qu’ils fassent preuve d’autorité.  Aujourd’hui, acheter la paix sociale est quasiment devenu impossible dans ces termes-là du moins.

Peut-on espérer que nos politiciens deviennent pour autant des hommes et des femmes d’Etat avec la poigne de fer de Feu « Madame THATCHER »  chantée par le gauchiste Renaud, pour s’en moquer ?

 Nous pouvons avoir légitimement des doutes. Pourtant, coincé entre l’extrême droite et l’extrême gauche, tout stratège sait depuis le récit des Horaces contre les Curiaces qu’il faut combattre ses adversaires un par un.

Seule la ferme détermination d’appliquer la loi face à l’extrême gauche qui s’oppose systématiquement à toutes les réformes de modernisation qui auraient dû être réalisées depuis le premier choc pétrolier en 1974 dans tous les domaines, retirerait des arguments de poids face à l’extrême droite en prouvant qu’en matière de rigueur et d’autorité, aucune leçon ne pourrait être admise.

Nous seulement nous sommes loin du compte mais en plus tout laisse à croire aujourd’hui que nos élus sont démissionnaires et d’une rare lâcheté, donnant autant à croire qu’il est temps de les virer avec perte et fracas.

Aujourd’hui tous les marxistes, léninistes, trotskistes, maoïstes se sont unis pour un dernier baroud d’honneur, un combat d’arrière-garde qui ne peuvent espérer gagner qu’en menant des actions illégales pour parvenir à bloquer le pays.

Ne comptons pas sur les militants des droits de l'homme pour dire quoique ce soit contre la pratiques délictuelles des syndicalistes, ils font partie de la même gauche. Raison pour laquelle la "Brigade des Mères" qui tente de protéger dans la banlieue nord de Paris leurs enfants contre le radicalisme musulman peut les compter aux abonnés absents.

Y-a-t’il, ne serait-ce, qu’un homme/femme d’Etat dans l’avion pour faire respecter la loi ?

C'est au tour des policiers qui manifestent bruyamment de poser la question. Qui peut leur donner tort ?....Devinez !

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA