Jun
25
Le personnel d’un musée fermé payé pendant 7 ans .

La Cour des Comptes vient de nous apprendre que le Ministère de la Culture a payé pendant 7 ans 100 employés d'un musée qui était fermé... Montant de la lâcheté et du clientélisme socio-cul : plus de 23 millions d'euros !
> Le dernier rapport public émis la semaine dernière par la Cour des Comptes est incroyable. Parmi les différentes pépites qui illustrent le gâchis d'argent public français, il dénonce la gestion par le Ministère de la Culture de l'ancien Musée National des Arts et Traditions Populaires (MNATP) qui est resté fermé pendant 7 ans, tout en conservant 100 employés...
 Cet « espace culturel », situé dans le 16ème arrondissement de Paris, avait été inauguré en 1972. Dans les années 1980, sa fréquentation s'était peu à peu essoufflée, si bien que les génies du Ministère de la Culture décidèrent de fermer le musée et de transférer ses collections au futur MuCem de Marseille. En 2005, la MNATP a donc été fermé définitivement. Pourtant, il fallu attendre 2007 pour que le Ministère s'occupe de ces gens payés à ne rien faire, comme l'expliquent les « Sages » dans leur rapport : « Entre la fermeture définitive du bâtiment du MNATP en 2005 et le lancement des négociations avec les organisations syndicales en 2011, aucune décision relative au reclassement des personnels parisiens n’a été prise ».
 Pendant 7 longues années, 100 employés du musée ont donc continué à travailler pour un musée fermé. 100  salariés « dont l’activité était des plus réduites », selon un euphémisme politiquement correct (que peuvent faire 100 personnes dans un musée fermé ?) utilisé par la Cour des Comptes qui dénonce cependant une gestion « particulièrement défaillante »....Que c'est bien dit.
Pire, la gestion du transfert des œuvres de ce musée de Paris vers Marseille a été confiée à des vacataires... L'état a donc payé des travailleurs supplémentaires pour cette mission alors que 100 employés inactifs étaient à disposition. Sans honte, le Ministère de la Culture a expliqué que la situation était tout à fait normale et que les fameux salariés étaient affectés à la surveillance des collections : « Il est certain que même fermé, le chantier des collections justifiaient le maintien d'une surveillance du site de jour comme de nuit ».
 Pourtant, le rapport de la CDC précise que le coût du gardiennage est de 360 000 €.

Pour conclure, il semble que ces 100 salariés ne prennent même pas la peine d'entretenir le bâtiment laissé « dans un état d’abandon depuis de nombreuses années », qui nécessite aujourd’hui des « investissements sans doute lourds » pour être remis en état. Une somme évaluée à 80 millions d'euros. Au total, il s'agit donc de 103 millions d’euros gaspillés pour nourrir les clientèles du monde de la Culture...    Voilà à quoi servent nos impôts !  Source : www.ccomptes.fr 

Commentaires

Nom: 
Bâtonnier GIROUD

Mais les rapports de la Cour des Comptes sont commentés quelques jours puis tout recommence comme si rien ne s'était passé.

La France est extraordinaire.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA