Sep
28
Les courmis et les figales.

Avant la création des intercommunalités, les villes avait à prendre en charge leurs équipements. Il y avait celles qui avaient renoncé au clientélisme en refusant d'embaucher du personnel surabondant, exigeant également qu'il travaille le temps légal effectivement, sans accorder des avantages sociaux particuliers. Ces villes avaient refusé également de subventionner des associations politico-sociales de la bienpensance. Ces communes ont bien investi en équipements sportifs, culturels, scolaires, le tout à l'égout, l'éclairage public, l'enfouissement des lignes électriques la voirie, le ramassage des ordures et la sécurité.  Des fourmis. Les cigales généralement de gauche ont donc demandé la création de l'intercommunalité dans le seul but de faire peser à l'avenir sur les villes bien gérées les investissements qu'elles n'avaient pas réalisé, au nom du socialisme dogmatique démissionnaire oublieux de l'enseignement responsable et en faveur des entreprises, de Jaurès, dont elles se réclament cependant. Le résultat a été de tirer vers le bas l'ensemble des collectivités vers la médiocrité de l'alignement en faveur des moins rigoureux, des moins entreprenants, des plus laxistes aux finances déficitaires consacrés à leur fonctionnement plutôt qu'à l'investissement.
Les fourmis ont été contraintes de financer les cigales. Beau résultat. Hilarant. Ils forcent les fourmis, non pas à prêter, mais à supporter le racket des cigales qui prétendent que leur gestion est la meilleure puisqu'elle permet de continuer de chanter. On a inventé les courmis et les figales ! Ce n'est que le résultat de la confiscation de l'argent des autres par les médiocres, qui plus nombreux, contrôle la décision.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA