Apr
15
"Les vieux cons sont de plus en plus jeunes."

Bien que Brassens ait dit que l'âge ne fait rien à l'affaire, force est de reconnaître que la pandemie a fait beaucoup de victimes dans le 4ième âge et par conséquent, nous avons proportionnellement plus de jeunes atteints mais aussi subsistants. Néanmoins, la pyramides des âges confirme qu'ils ne sont pas assez nombreux pour payer une retraite aux vieux qu'ils seront demain. Comme les impôts, les prélèvements sociaux, ont laminé les revenus, la hausse des prix (la doxa dit que l'inflation n'existe pas) rabote le pouvoir d'achat. Il est donc difficile de demander une hausse des cotisations. Impossible de demander aux entreprises qui financent déjà seules les indemnisations du chômage les plus généreuses d'Europe même après la réforme, de payer davantage, d'autant qu'elles ont déjà malgré les réductions annoncées les impôts de production les plus lourds de l'OCDE. Il reste comme le disait dans sa dernière contribution Afred Sauvy aux vieux à rester jeunes le plus longtemps possible.  Ce qui pose un double problème non élucidé. En restant au travail plus longtemps les vieux devenus anciens puis séniors, bloquent l'avancement des jeunes sans être toujours au top de la modernité des connaissances autant que de la technologie. Évidemment les  plus jeunes restent aussi à la porte du marché du travail dans les mêmes proportions. Faire jouer les prolongations,  ce n'est donc pas une source ni de dynamisme, ni de renouvellement. Selon une formule de bon sens, on commence par apprendre, puis on exerce. Lorsque l'on ne sait plus faire on enseigne.  Lorsque l'on ne sait plus enseigner, on dirige. Et en bout de course, on préside. Il est aussi possible d'imaginer de faire participer les retraités à des missions de service public en considération de leur expérience et parcours. Ce qui permettrait à la société civile de faire son entrée dans la fonction publique. Je suis sûr du tollé. C'est le premier pas qui coûte. Il serait ainsi moins cher à payer car il s'agirait de complément de revenus. Si en plus le  courage politique impose aux chômeurs de mener des actions dans le domaine associatif ou avec les municipalités, notre société changerait.
Cette proposition, prolongation adaptée à l'actualité, trouve son inspiration dans celle formulée il y a quelques années par Mme Rama Yade, qui n'a pas dit que des bêtises sur beaucoup de sujets, malgré ce qu'on pu raconter des politiciens qui ne l'aimaient pas parce qu'elle avait bousculé leur mentalité et leur courte vue. Aujourd'hui, la réforme des Cours Criminelles prévoit la possibilité de faire entrer des avocats honoraires dans leur composition. Bien naturellement, les conservatismes des prés carrés et des plans de carrière se liguent contre.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA