Aug
12
"Lorsque l'on regarde le firmament, la nuit, couché dans l'herbe, on a l'impression de tomber dedans."

"Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience humaine."  - Teilhard de Chardin
À travers l'univers les acides aminés sont la source de la matière vivante. Il n'y a pas de raison que celle-ci accède plus au paradis que la matière inerte. A quelle moment la matière vivante accède à la spiritualité ? La conversion de Charles de Foucault démontre que l'être spirituel s'il est consubstantiel à la nature humaine, nécessite une révélation, qui ne née pas (seulement) d'une représentation. Elle a la même source que l'Art. Elle est issue de la nécessaire transcendance qui permet d'échapper à la réalité même s'il s'agit de la représenter. La spiritualité permet comme l'Art de se placer dans une autre dimension et d'accéder ainsi à une forme abstraction du réel permettant de ne pas l'affronter ou de la réécrire. Au mieux, c'est une forme d'autoprotection. Dans le même but il y a la drogue, l'alcool et toute autre forme d'addiction. Mais la foi et l'amour sont-ils un produit neurologique de la même nature ? Si l'amour correspond à une concordance entre deux êtres, la foi est le résultat d'une perception psychique universaliste. Dans un cas le mécanisme est hormonal dont le succès dépend d'une construction culturelle et sociale complémentaire, dans l'autre, le cerveau adopte une solution intellectuelle qu'il s'impose. La question est le choix de la foi par le cerveau parce que celui de l'amour a été analysé par les neurologues. Ce dernier "sentiment" suit naturellement un processus inscrit et inné. Cependant tout le monde ne tombe pas amoureux. Même si tout monde pratique. Tout le monde n'a pas la foi et personne ne pratique sans l'avoir. Nous sommes bel et bien dans deux dimensions et personne ne peut expliquer pourquoi il a la foi. C'est donc un mécanisme propre au fonctionnement du cerveau qui répond à un besoin d'accomplissement qu'il estime nécessaire. Elle résulterait d'un état psychique en demande.  En revanche, ceux qui déclarent avoir perdu la foi savent vous expliquer que c'est par la réflexion qu'ils ont perdu celle-ci. L'entrée dans la foi est inconsciente d'où l'expression de révélation alors que la sortie est réfléchie. Pour l'amour, il s'agit d'un état mental dans lequel le sujet se voit "tomber". Quel état neurologique provoque la foi ? La nécessité du repos intellectuel, la recherche de paix intérieure, la communion avec une harmonie apparente ? L'esprit qui se livre à la foi lui permet de balayer toute réticence face au mystère inventé par la civilisation. Nous sommes loin des superstitions de l'époque romaine, de la pratique des malédictions servant à dominer le réel. Se livrer à la spiritualité est un abandon. Comme tel, le renoncement est un confort même s'il implique le respect de règles. "Coincés entre l'infiniment grand et l'infiniment petit, nous sommes infiniment rien." L' art comme la spiritualité échappe à la mort. L'un comme l'autre est une synthèse qui dépasse l'individualité et apporte l'espoir dans une forme de communion inintelligible. "Si elle l'était son mystère n'existerait pas et le merveilleux disparu, il ne resterait que le ridicule et probablement un part d'instabilité mentale," pour ceux qui ne supportent pas la rationalité.
Mais le secret est qu'il n'y en a pas. Il n'y a que ce que nous ne comprenons pas. La porte ouverte à toutes les mystifications.

Je laisse la conclusion à Jean d'Ormesson:
« Nous n’avons après tout que quelques années à passer dans ce mystère qu’est la vie. Autant l’éclairer par un peu de beauté, de passion, d’amusement. »

Pour le reste, vivez comme vous le pouvez et mourrez comme le devez, si vous êtes de gauche. Faites le contraire si vous êtes de droite.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA