Dec
17
L'unité du Barreau est non seulement indispensable mais impérieuse

Comme l'a rappelé le Bâtonnier Pierre-Olivier SUR au cours des petits-dejeuners d'information à ses confrères qu'il a tenu tout au long de ce dernier trimestre, le Barreau est divers.  Il y a les avocats individuels, de proximité, généralistes. Ceux qui travaille seul ,ou presque, qui ont une spécialité de niche. Il y a aussi les très grands Cabinets souvent internationaux. Et entre les deux il y a de petites et moyennes structures professionnelles avec pour certaines une part d'activité à  l'international. Il y a Paris. Il y a la province. Il y a l'Ordre du Barreau de Paris avec bientôt  30000 avocats inscrits. Et le Conseil National du Barreau. Ajoutons la Conférence des Bâtonniers qui avec le Barreau de Paris dispose de droit d'une vice-présidence au C.N.B. Et puis il y a, et c'est mon commentaire personnel, des associations professionnelles comme l'Union des Avocats internationaux ou d'avocats civilistes, penalistes, civilistes, regroupants les confrères savoyards, bretons, honoraires  etc ...Mais il y a aussi des syndicats d'avocats qui défendent des corporatismes ce qui, qu'on le veuille ou pas, sclérosent un peu la profession et quoique l'on fasse,  la cloisonne. Les dernières élections pour renouveler 14 membres du Conseil de l'Ordre ont suscité plus de 40 candidatures d'un excellent niveau, dotées d'une expérience profession et un cursus personnel de grande qualité. Ce fut une campagne longue et brillamment menée tambour battant avec la participation active des plus grands Cabinets de la place qui ont su animer cette campagne en recevant les candidats. Pendant la même période Pierre-Olivier SUR leur a demandé de recevoir les petits déjeuners du Barreau au  cours duquel il a informé les avocats de notre Ordre de l'actualité de notre profession. Ce fût fait avec gentillesse mais le succès mitigé car la participation fût de mon point de vue moins importante que nous pouvions l'espérer. Le bulletin d'information notre Barreau envoyé par mail et non imprimable est lu par 17% de nos confrères, et certainement pas complètement. Le projet du nouveau Bâtonnier et de notre nouvelle Vice-Bâtonniere d'ajouter de la démocratie à  la vie de notre Ordre et en attirant toutes les bonnes volontés  pour  participer à son fonctionnement  est un but indispensable à atteindre pour que les confrères concernés par les questions posées puisse obtenir les réponse qu'ils souhaitent. Notre confrère Frédéric Sicard, Bâtonnier élu sait que le ciment entre les avocats réside dans leur serment. C'est aussi dans ce serment, et son respect intangible, que le lien entre les citoyens et notre profession doit être consacré dans notre droit constitutionnel. Cela existe déjà ailleurs, notamment au Brésil. Au moment où le Conseil d'Etat énonce une opinion favorable à une réforme constitutionnelle pour intégrer le recours à l'état d'urgence dans notre loi fondamentale il est en contre-partie impérieux que le libre choix de l'avocat indépendant soit protégé par la Constitution. Cette reconnaissance d'un droit à un avocat par la Constitution sera non seuelement un signal fort en direction des pouvoirs publics mais également en direction du public. Il confortera le rôle des avocats dans notre société pour la défense des libertés individuelles et la protection de notre vie privée.

Commentaires

Est un leurre des gros cabinets parisiens pour écraser les petits provinciaux, leurs subordonnés.

C'est la pure connerie qu'on puisse imaginer.

 

Et toi HUVELIN qui es maintenant en retrraite, tu n'as pas le droit de diffuser des bétises de ce genre, au préjudice des plus faibles.

Nom: 
Gilles Huvelin

D'une part je considère que le Défenseur des Droit, et pas que lui d'ailleurs, n'a pas sa place si le Barreau est respecté par l'administration et la puissance publique comme les droits constitutionnels brésilens l'imposent par exemple à l'Etat et ses démembrements..

D'autre part il faut permettre les regroupements des Cabinets des professionnels libéraux et pour cela il va falloir réviser la législation sur les baux pour leur permettre de donner congé simultanément pour la même date afin qu'ils puissent emménager ensemble à la même adresse, sans pénalité financière vis-à-vis de leur bailleur. Les "petits Cabinets" deviendront gros, interprofessionnels ou non.

Plus généralement, Il n'y aura aucune réforme profitable à l'ensemble du Barreau sans une solidarité et une union dans l'action. Nous sommes arrivés à un moment où cette perspective est incontournable. Elle se fera dorénavant en bonne intelligence au sein du C.N.B.

Le fait d'être honoraires n' empêche pas tes confrères, tout au contraire, de se consacrer avec plus de disponibilité à un métier auquel ils restent attachés comme ils le sont à la paix publique et à la défense des valeurs de notre démocratie..Cela concerne notre place dans notre société. dont le modèle que nous souhaitons doit être défendu et il le sera par les avocats, honoraires et disponibles, et les autres actifs et volontaires, pour le même combat.

Nom: 
Gilles Huvelin

Il n'y a pas de "gros" Cabinets pénalistes. Si réforme constitutionnelle il y a, dans le sens du droit à l'avocat, ce qui me paraît à minima le pendant nécessaire à un régime d'état d'urgence institutionnalisé, ce sera bien au profit de tous les avocats au bénéfice de nos concitoyens.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA