May
19
Merveille.

Le SmartPhone, il y a dix ans, il n'existait pas avec les développements actuels et nous ne savons pas ce qu'il deviendra dans dix ans alors que les survivants du "Baby boom" seront entre 4 planches. Une autre ère aura commencée avec la perte de deux générations qui ont bloqué toute évolution au nom de leur pouvoir qui avait tout à perdre en changeant quoique ce soit.
Pensons que nous aurons connu les derniers soubresauts du "Welfare state" à la française qui se terminera dans la faillite vénézuélienne ou le collectivisme total et la regression. Pensons que nous avons connu le luxe inoui de disposer d'un "Ministère du temps libre" mitterrandien et plus récemment l'aberration de l'auto attestation que nous complétions de nous-mêmes pour justifier nos sorties de domicile pendant la pandémie du Covid-19. Des exceptions totalement françaises ce qui signalent toujours un dispositif dispendieux, contre-productif, inefficace et voué à creuser les déficits et augmenter la dépendance de tous à la charge du contribuable. Aujourd'hui , il est de bon ton de prétendre que nous devons avoir une politique de reindustrialisation de nos territoires et une Europe qui protège de la concurrence déloyale.
Ce qui impliquerait de sortir des ornières idéologiques du toujours plus de moyens, une Europe au moins un peu confédérale, un retour à la volonté de travailler et d'entreprendre. Et d'imposer un régime social qui ne soit pas fondé sur le déficit et donc responsabilisant. Seule l'Europe peut arriver à nous y contraindre car nous ne ferons rien spontanément dans ce sens. Que choisir: le retour du coup de pied aux fesses ou une société digitale qui ne se préoccupera plus de ceux qui resteront sur le bas-côté ? Le choix de renoncer à la CNIL et au RGPD pour rentrer dans le 21e siècle de la production par les robots générant une nouvelle phase de croissance, c'est maintenant sinon nous aurons le fameux effondrement économique et social qui vont de paire.

Pour clore mon libre propos je termine sur une citation résumant la source de nos problèmes repoussant le pragmatisme:

"Le romantisme fasciste, c'est comme le réalisme socialiste : une simple manifestation de la plus grande puissance spirituelle de tous les temps, la Connerie."

Romain Gary, Adieu Gary Cooper

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA