Nov
21
Ne vous abstenez pas et vous l’emporterez. Ils nous ont emmené en bateau...

...pendant cette campagne électorale. Notez qu'en la matière les politiciens nous ont rodé. Cependant pour une élection professionnelle comme celle du Bâtonnier du Barreau de Paris nous pouvions nous attendre à ce que les candidats ne nous parlent pas de tout sauf de ce qui concerne la sphère de compétence du Bâtonnier et de l'exercice de son autorité.

Seul notre confrère Jean-Louis Bessis en bon juriste qu'il est en sa qualité de professeur des droit des Facultés, s'est consacré au rôle du Bâtonnier dans sa campagne qui est l'objet unique du scrutin.

Il ne nous a pas par conséquent imposé de grandes messes sur des thèmes rassembleurs sur lesquels tous le monde est bien entendu d'accord.

 

Soyons sérieux un instant :  Qui serait opposé à la défense du secret professionnel, à voir adopter la constitutionnalité du droit à l'avocat, à  une lutte sans complaisance contre le sexisme et la discrimination, la formation au numérique et la fourniture accessible du matériel utile, la défense du périmètre du droit  etc… ?

Bien entendu ceux qui n'avaient rien à dire d'engagement personnel pour le mandat qu'ils sollicitent des confrères nous ont fait des parties de bonneteau en nous demandant de regarder ailleurs et par exemple vers la nouvelle maison de l'avocat quitte à brosser un tableau qui n'est pas vraiment conforme à la réalité, ni  explicite des contraintes auxquelles le Barreau de Paris a à faire face.

Tout cela c'est de la communication et des arguments de campagne qui ne nous parlent ni de nous ni  de ce que peut faire et doit faire un Bâtonnier à la tête de notre Barreau.

 
Seul encore Jean-Louis Bessis propose d'être élu sur une Charte du Bâtonnier sur laquelle il s'engage.

La volonté de rompre avec la noria des Bâtonniers issus de Cabinets d'anciens Bâtonniers et l'entre soi de l'Ordre, exige une vote pour ce candidat qui dispose d'un curriculum vitae élogieux et connaît le métier d'avocat individuel libéral indépendant, parce qu'il l'exerce.

En finir avec la dynastie des Bâtonniers et la connivence,  la complaisance, exige des avocats de ne pas s'abstenir cette fois à ce scrutin

Si nous voulons être présents au second tour, nous ne devons pas éparpiller nos votes au premier tour ce qui nous pénaliserait pour accéder au second tour de scrutin.

C’est à ce compte-là , que nous aurons une profonde refonte de l’exercice de l’autorité disciplinaire  pour qu’elle soit effective, sans tolérance, ce qui nécessite promptitude et certitude de la sanction déontologique.

Aujourd’hui nous sommes loin du compte.

Votez le 29 novembre et le 1er décembre, ne vous abstenez pas et vous l’emporterez.

Mots-clés: 

Commentaires

intéressant

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA