Jul
09
Pris les pieds dans le tapis...

Coup de tonnerre dans le ciel du microcosme parisien des dîners en ville et des rédactions bienpensante de complaisance et d'ambitions médiocres des égos stériles. L'affaire Tapie n'existait pas. Tous les prévenus sont relaxés. Ce qui était impossible car les médias pensaient le contraire. La chute du Crédit Lyonnais, les incendies de ses archives et de son siège social, sa structure de défaisance, le goufre financier supporté par les contribuables, les causes de ce scandale masquées par un écran de fumée de plus de 20 ans: l'affaire Tapie !
Et qui se souvient que des fonctionnaires ont été payés plusieurs mois avec des lettres-chèques tirées sur le Crédit Lyonnais alors nationalisé ? Personne n'en a parlé.
Que devient l'arrêt qui a annulé la sentence arbitrale pour cause de fraude, dont il est acté qu'elle n'a pas existé ?
La Justice est aussi victime de son millefeuille que les autres administrations. Son bras droit ignore ce que fait son bras gauche. Par ailleurs ses deux ordres de juridictions, exception française, se concurrencent, peuvent se contredire et subsistent à de seules fins de complications.
Revenons à notre affaire:
Autre temps, autres moeurs, le roi en tenue de chasse et le fouet à la main aurait rendu un Lit de Justice pour nettoyer les écuries d'Augias. Des magistrats auraient été exilés à Epinal.
Aujourd'hui, une requête en révision me paraît incontournable, autant pour Madame Lagarde, condamnée avec dispense de peine pour imprudence par une juridiction d'exception, la Cour de Justice de la République. Plus le titre est pompeux, plus il y a d'hermine et de pourpre, plus c'est suspect à mes yeux, mais j'ai mauvais esprit. Le Garde des Sceaux; je n'arrive pas à user du féminin pour cette fonction, qui imposerait de dire avec un minimum de respect de la langue française, la Gardeuse des Sceaux, mais encore là, je suis vieux jeu, annoblirait sa fonction politique en ordonnant au Parquet de rédiger et de déposer cette requête. Ce serait décent; je n'imagine pas le ridicule d'un appel du Parquet contre le jugement correctionnel qui vient d'être rendu. Outre que ce serait contraire aux usages lorsque les prévenus sont relaxés, ce serait perçu comme une manoeuvre de bas étage de la part d'une Justice qui n'a pas déjà une image très flatteuse au même titre que beaucoup de nos institutions pour lesquelles la qualité des femmes et des hommes est la seule force qui inspire le respect, lorsqu'elle existe, ce qui est malheureusement pas toujours le cas, dans notre époque de médiocratie militante qui estime que rien n'est au-dessus d'elle.

Mots-clés: 

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA