Dec
31
Quand défendons-nous les droits de l'Homme ?

J'apprends que Carlos Ghosn en GAV, genre "ordalie", depuis le 19 novembre le restera au moins 10 jours de plus. Merci à la fidh et toutes les organisations de défense des droits, ainsi qu'à la profession militante, d'avoir protesté, pétitionné, manifesté devant l'ambassade du Japon. Quand je pense que la profession se roulait par terre en protestant contre la possibilité de prolonger la GAV jusqu'à 96 h en matière de terrorisme...et aussi, il faut le dire, en matière de trafic de drogue. Regardons le plus prêt à s'insurger.... Qui sont ceux qui se taisent face aux pratiques judiciaires Moyen-Ageuses japonaises et qui sont ceux qui protestent contre le projet de loi pour la modernisation de la Justice ? Qui sont ceux qui s'émeuvent des "bavures" (c'est eux qui mettent des guillements !) policières et ne sont pas solidaires des incendies, des pillages et des détructions mais ne les condamnent pas. Qui soutiennent les GJ qui refusent l'ordre de dispersion pour provoquer la violence et se poser en victimes afin de permettre à la rhétorique de psychanalystes de vomir sur les forces de l'ordre ? Grosso-modo, les mêmes et systématiquement. Je trouve là suffisamment de corrélations pour me demander qu'elles sont les causes des manifestations de la posture des defenseurs des droits de l'Homme. En fait les "Droits" sont une arme de guerre politique. On s'en sert uniquement pour défendre le droit de nuire des uns clairement identifiés comme étant contre le libéralisme, pour le collectivisme parés d'oripeaux dialectiques, contre l'Etat-Nation, contre la démocratie au nom d'un peuple auquel ils n'appartiennent pas, et au soutien de pratiques de "soviets", au mépris de l'intérêt général, pour la défense de leurs copains de "lutte" et des coquins. Dans cette frange d'activistes on retrouve les plus radicaux parmi les trotskystes et autres communistes peints en vert qui au nom des droits à l'école, à la santé, à la Justice demandent plus de déficit public, nient les contraintes économiques. Au nom des droits , ils réclament la fermeture des prisons et s'opposent à toute remise en cause de notre modèle pour vouer aux gémonies ceux qui doivent sortir le pays de 82 ans de collectivisme et d'étatisme rampants,44 ans de déficits budgétaires continus, 15 ans de déficits commerciaux cumulés pour ne pas le faire sombrer dans le modèle grec ou vénézuélien. Le sel de la terre paré de sa toge des droits s'oppose à tout ce qui porte atteinte à ses ideaux socialistes qui nous ont ruinés et déresponsabilisés, toujours au nom de grands principes... dévoyés, il agite les droits: le droit de manifester supplante alors le droit de circuler. Le droit de grève des uns interdit le droit de travailler des autres et emporte le droit de détruire, justifie les violences, le chaos insurrectionnel, puisqu'il s'agit d'imposer le communisme allié au populisme que les urnes ont refusé. "On" proteste à géométrie variable et "on" s'indigne de façon sélective. Cette permanente démagogie bienpensante pour qui "l'Etat de droit" n'a pas la même définition lorsqu'il s'agit d'appliquer la loi à certains, et défendre la présomption d'innocence de ceux-là et pas des autres. Toujours les mêmes. La permanence de cette propagande m'est devenue insupportable. CNB, Bâtonnier de Paris, Conférence des Bâtonnier, le sort de Carlos Ghosn, que vous n'auriez pas supporter ni ici, ni ailleurs s'il s'était s'agit d'un terroriste de gauche contre le grand capital, ou de notre confrère Croissant par exemple et entre autres, j'en passe et des meilleurs; êtes-vous donc les otages de la profession militante polititocarde,"d'humanistes" , puisqu'ils sont de gauche, à ce point ? Où sont vos banderoles, vos indignations, vos protestations ? Vous envoyez une délégation à Tokyo quand ? Le #trouduculturapolitocardisme (Merci Mary Poppins !) à la petite semaine est le fait de quelques centaines de manipulateurs des droits. Il n'est plus tolérable d'avoir de la complaisance à l'égard de leur méthode. Notre profession a une lourde responsabilité dans la rigueur pour la défense des droits de l'Homme et des devoirs du Citoyen.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA