May
26
Une meute sur twitter.

Elle est complaisante avec elle-même, médisante avec les autres, éternellement bienpensante et pratique l'excommunication majeure avec ceux qui dénoncent ses pratiques, son orchestre ou osent railler ses choeurs.

La meute provoque et pousse à l'excès ceux qu'elle harcèle et parfois des confrères qu'elle estime contraire à sa norme, uniquement pour pouvoir s'en indigner tapageusement et se dédouaner de ce qui l'a provoqué.

L'usage de pseudo pour faire en formation sa partie de bonneteau vindicative sur les réseaux sociaux de la part de confrères est consternant.

La querelle des avocats née du simulacre de débat portant sur la réouverture du Puy du Fou est à ce sujet, édifiante. Elle a donné lieu à des tristes invectives.

Comme une majorité du métier sans doute, je m’étonne des procédés utilisés par des avocats qui consistent à agiter le chiffon rouge en culpabilisant par association un groupe désigné (généralement incapable de se défendre autrement que par l’insulte ou qui se trouve poussé à un écart), pour ensuite mieux se poser en victime en exhibant un tweet véhément, avant de rameuter une horde complice également sous pseudos pour s’adonner à une véritable curée pas si virtuelle que cela et enfin - le comble - se gargariser d’une supériorité autoproclamée au moyen d’outils rhétoriques hautement discutables.

Elle pratique une forme perverse de terrorisme intellectuel devant laquelle des personnes et malheureusement pas des moindres pour notre institution, préfèrent s'incliner quand se n'est pas s'agenouiller, pouvant aller jusqu'à donner une légitimité, par exemple, à un comportement qui devait être sanctionné.

Je me réjouis de voir que des confrères et aussi des étudiants en droit ou des élèves avocats n'acceptent plus cela et donnent encore du sens et du relief au serment de la belle profession d’avocat sur les réseaux sociaux.

Merci à ceux qui ne laissent pas se dégrader l'image de la profession aux yeux du public abasourdi devant de telles attitudes.

Froisser bruyamment des susceptibilités en croyant faire de l'humour ou défendre un médiocrate militant par solidarité polititocarde est une bassesse plaisante à de petites coteries.

Ceux qui par faiblesse s'y adonnent n'ont pas grand chose à dire en réalité sinon sur leur nombril et n'ont pour l'admiration qu'ils recherchent que celle de l'avide galerie et du poulailler de leur triste théâtre.

Que les amateurs de ces corridas aient l'hypocrisie de s'indigner que l'on sorte ces matamores de meute de leur sordide anonymat, est à l'image de leur tartufferie ou de leur servilité de Cour.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA