Nov
19
Vous voulez rire ?

Ce matin dans le nord de Paris, je constate que bien 1/3 des piétons ne portent pas de masque dans la rue. Je sors du métro, station Madeleine. Bien en évidence, deux policiers sont en haut des escaliers. Autrement dit, ceux qui n'ont pas d'attestation continuent dans le souterrain trouver l'une des quatre autres sorties, où là, il n'y a pas de contrôle. Les deux policiers ne sont pas dupes. Ils sont là en dissuasion. En France on fait dans la dissuasion.
Juste de l'autre côté de la rue, une famille de roms stationne sur une bouche d'aération du métro sans masque évidemment et au carrefour suivant une concentration de livreurs en scooter bavardent bruyamment entre entre-eux sans masque non plus comme tous les matins. On est à 300 mètres du ministère de l'intérieur et autant du Palais de l'Élysée à vol d'oiseau. Vous imaginer dans le 18e arrondissement de Paris ce que ça donne. Mais je suppose qu'il ne faut pas stigmatiser une population d'une part et comment d'autre part réprimer ceux qui militent contre la société ? Genre je suis un rebelle contre l'État fasciste.
Faut-il revenir aux coups de bâton ? Que l'on ne viennent pas me dire que les français acceptent les gestes barrieres. Devant une librairie du boulevard Malesherbes qui pratique le "clic and collect" pour ne pas dire la vente à emporter, il y a un attroupement d'une dizaine de personnes. Évidemment ça ne va pas arriver Boulevard d'Ornano. D'ailleurs il n'y a pas de librairie sur cet axe amputée de deux voies de bus et autant pour les vélos afin de favoriser les embouteillages jusqu'à la Porte de Clignancourt. Nous sommes les meilleurs. C'est un pays formidable. On est dans le symbole et le slogan. Tout va bien.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA