gilles.huvelin

Par gilles.huvelin le 11/04/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 semaine 3 jours

Il vaut mieux en rire:

 

Lorsque je donne quatre coups de pédale,   il y en a trois pour le fisc

Bernard Hinault

Le fraudeur fiscal est un contribuable

qui s’obstine à vouloir garder

un peu d’argent pour son propre usage

Philippe Bouvard

Si l’état créait un impôt sur la beauté,

je serais exonéré

Sim

Un millionnaire est un milliardaire

qui vient de payer ses impôts

Jean Rigaux

C’était un Français qui payait tellement d’impôts que le jour où il mourut … le gouvernement fit faillite

Roger Pierre

Les conneries c’est comme les impôts,

on finit toujours par les payer

Michel Audiard

L’impôt est un tribu prélevé sur le travail des uns pour entretenir la paresse des autres

Inconnu

Puisque les impôts ont une assiette,

pourquoi mangent-ils dans la nôtre ?

Alphonse Allais

Chaque contribuable est quelqu’un qui travaille au profit du gouvernement

sans être astreint à passer les

concours de fonctionnaires

Ronald Reagan

Réunion : L’administration française adore ça. Certains fonctionnaires poussent même le raffinement jusqu’à organiser des réunions pour fixer la date des prochaines

Jacques Mailhot

Mon père était fonctionnaire et ma mère ne travaillait pas non plus

Coluche

Un ministère est un lieu où les fonctionnaires qui arrivent en retard croisent ceux qui partent en avance

Clémenceau

Les fonctionnaires sont les meilleurs maris :

quand ils rentrent le soir à la maison, ils ne sont pas fatigués et ont déjà lu le journal

Clémenceau

Les fonctionnaires sont comme les livres d’une bibliothèque : ce sont les plus haut placés qui servent le moins

Clémenceau

>  La France est un pays extrêmement fertile :

on y plante des fonctionnaires

et il y pousse des impôts

Clémenceau

Et je terminerais par celle dont je ne me

rappelle plus l'auteur :

            Le fisc, c'est l'inverse de l'école : c'est quand tu travailles bien que tu es puni  !

Par gilles.huvelin le 11/04/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 semaine 4 jours

En ce tout début de mois d'avril, je me suis interrogé. Le Premier Ministre dévoilait une plaque pour l'inauguration du Tribunal de Grande Instance de Paris qui est ouvert depuis 10 mois.  Évidemment j'ai considéré qu'il s'agissait d'un poisson. D'autant que le CNB annonçait le même jour le passage du RPVA ; cette brouette numérique qui transforme en plus les avocats en greffier ; d'une capacité de 4 à 10 Mo, à partir du 1er septembre. Et puis l'information sur la pose de cette plaque inaugurale étaient cependant relayée par le Cabinet de l'architecte, le Barreau, la Chancellerie, avec force photos. Par ailleurs le même jour, la Bibliothèque Robert Badinter au sein du TGI était également inaugurée en sa présence. Un syndicat avait également diffusé une prise de vue montrant une trentaine de fonctionnaires du Greffe et autant de banderoles, devant un cordon de CRS aussi dense, qui manifestaient dans un espace non loin de l'événement émouvant du dévoilement.
J'ai encore douté de la réalité parce que sur la photographie de la plaque, on y lit que le nom du Premier Ministre, celui du Garde des Sceaux, du Ministre de la Culture et de l'architecte. D'habitude on y voit inscrit également dans le marbre le nom du Maire, du Président du siège, celui du Bâtonnier et du Greffier en chef. Et puis j'ai trouvé sur Facebook de nombreux témoignages de personnalités inconnues du grand public attestant de l'honneur qu'elles avaient vécu en participant à cette séquence cardinale de la vie sociale, au même titre que les remises de médaille: le fameux dévoilement d'une plaque commémorative.

Il a bien fallu que j'accepte de considérer que ce gag, n'était pas une blague.

Or, rien ne se fait à la légère pour ce genre de cérémonie. Il y a donc une signification.  Cet immeuble ne serait pas celui des acteurs de la Justice, dont aucun de ceux qui les incarnent ou les dirigent ne verront leur nom gravé sur cette plaque, contrairement aux usages, et ce serait alors qu'un outil de l'Etat, bâti accessoirement à la gloire de son architecte talentueux. Le pouvoir régalien de la Justice se montre ainsi du ressort du seul domaine de l'Etat, et seule la beauté de la construction qui est une oeuvre, explique que le Ministère de la Culture autant que son concepteur soient associés à la conservation de la mémoire collective de l'évènement. La Justice devient une administration comme une autre, encore que lorsque le siège d'une Caisse d'allocations familiales ou un cité HLM sont inaugurées,  la plaque commémorative comporte le nom du directeur de l'organisme.  Ce ne sera peut-être plus le cas, après tout et pourquoi pas, à l'avenir.
Il est là clairement affirmé la prééminence de l'Etat. La Justice appartient à l'Etat. Et ce dernier en fixe les règles comme il l'entend en toute liberté et sous sa seule responsabilité. Ainsi trois containers architecturaux symbolisant les trois degrés de juridiction, alors que les deux derniers sont restés dans l'île de la Cité, devient le symbole de l'affirmation d'une volonté politique: La justice, c'est l'État. Il en fixe l'organisation, les objectifs et les moyens pour y parvenir. Par la même occasion, il notifie aux avocats, aux magistrats, aux greffiers, qu'ils n'ont droit à aucune manifestation d'une reconnaissance collective, et qu'ils n'ont aucune flatterie individuelle à attendre de la puissance publique pour faire leur boulot. De là à considérer qu'ils feront les frais des prochaines distributions des colifichets de la République, il n'y a qu'un pas. Cela leur notifiera qu'ils doivent faire rentrer dans le rang leurs ouailles, ou que le temps des gadgets est passé. Ce monde nouveau apparaît déjà en Estonie. Ce pays met en place une Intelligence Artificielle qui jugera les petites infractions. La réforme pour la Justice du 21e siècle, comme par ailleurs le développement récent de l'accession des particuliers dans la procédure numérique de la Justice administrative,  ne font plus des avocats, ni des magistrats ou des greffiers, une élite sociale, des membres exceptionnels de notre société, qui nécessitent encore un statut ou des hommages particuliers. La Justice se banalise. Ses acteurs sont banalisés. L'intérêt général et la prééminence de l'Etat impose l'humilité qui comprend la culture des violettes. Une forme de corruption purement intellectuelle prend fin.

Par gilles.huvelin le 27/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 3 semaines 5 jours

"La Finlande est, pour la deuxième année consécutive, le pays le plus heureux du monde, selon un rapport de l'ONU publié ce mercredi 20 mars, tandis que le Soudan du Sud, en proie à la guerre, occupe la dernière place.

"Le pays aux 190.000 lacs, connu pour ses forêts et ses saunas, devance le Danemark (2e), suivi de la Norvège, l'Islande, les Pays-Bas, la Suisse, la Suède ou encore la Nouvelle-Zélande et le Canada, selon le classement 2019 du "World Happiness Report".

"Les pays qui caracolent en tête ont satisfait l'ensemble des indicateurs et se démarquent grâce à la stabilité de leur société – l'indicateur de bonheur n'ayant que peu évolué depuis 2005."

"La France perd une place par rapport à 2018 et occupe désormais la 24e position, derrière le Mexique et devant Taïwan. La Belgique, elle, recule de deux places et se retrouve 18e."

De même, depuis 2015, la France garde la 23ième place des pays corrompus de la planète et Paris s'accroche à la 24ième place dans les rangs des Capitales les plus sales du monde.

Nous sommes toujours les meilleurs.

Les lecteurs intéressés par ces sujets trouveront sur la "toile" une foule d'article et d'entrées sur ces sujets. Et d'autres sur la dégradation qui semble inexorable de la qualité de l'air.

Souriez, vous êtes en vie !
En plus, l'ouverture de la Maison du Barreau est annoncée pour cet automne 2019.

Par gilles.huvelin le 22/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 1 jour

Chers Confrères, chers amis,

Voici le M@G DES AVOCATS n° 40 et Le BARREAU de FRANCE n° 373 du premier trimestre de l’année 2019.

Vous nous direz si la nouvelle présentation vous a plu.

Nous attendons votre participation aux numéros suivants, avec photos (*haute définition, en indiquant le crédit photo, le cas échéant*), le plus rapidement possible, car nous préparons déjà LE M@G du 2e trimestre.

LE M@G pour tous ! Tous pour LE M@G !

à partager sur les réseaux sociaux !

Amitiés

Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT
Directrice de la Publication,
http://www.anased.fr/publications/le-mag-des-avocats.html

Avocat à la Cour de Paris
Ancien Membre du Conseil de l'Ordre
Ancien Membre du Conseil National des Barreaux
Présidente de l'ANASED
36, rue de Monceau
75008 - PARIS
Tél. 01 42 25 30 22  - Tlc. 01 45 63 69 66
avocat@socquet-clerc.fr
www.anased.fr

 

Par gilles.huvelin le 22/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 1 jour

Franceinfo donne des éléments d'information sur le Brexit qui laisse à penser que la pantomime va continuer pour tourner en eau de boudin dont l'issue sera que le Royaume-Uni obtiendra ce qu'il veut depuis le début, à savoir les avantages de l'U.E. sans les contraintes.

L'article très bien fait est ci-dessous, sous le titre le suivant:

"L'Union européenne propose à Londres deux options pour un report du Brexit : le 22 mai ou le 12 avril."

"La Première ministre Theresa May lors d'un sommet à Bruxelles consacré en grande partie au Brexit, le 21 mars 2019. (EMMANUEL DUNAND / AFP)
Par franceinfo avec Reuters – France Télévisions

(Mis à jour le 22/03/2019 | 08:56 – publié le 21/03/2019 | 23:50)

"Les Vingt-Sept envisagent d'accorder un court report de la sortie du Royaume-Uni de l'UE, sous conditions.

"Les dirigeants européens sont prêts à accorder au Royaume-Uni deux options pour un report du Brexit au-delà de la date initialement prévue du 29 mars, après sept heures de discussions à Bruxelles, jeudi 21 mars.

"Premier cas de figure : si les députés britanniques approuvent la semaine prochaine l'accord de retrait conclu en novembre, la date du Brexit sera reportée jusqu'au 22 mai. En cas de nouveau rejet par le Parlement britannique, "le Conseil européen décide de le proroger jusqu'au 12 avril 2019 et attend du Royaume-Uni qu'il indique la voie à suivre avant cette date", écrivent les dirigeants européens. Selon la loi britannique, il s'agit en effet de la date limite pour organiser des élections européennes (26 mai prochain).

Si le Royaume-Uni décide de ne pas tenir d'élections, "l'option d'un report long [du Brexit] deviendra automatiquement impossible", a précisé Donald Tusk. Si des élections sont organisées, Theresa May pourrait demander un nouveau report, dont la durée n'a pas été fixée. Ce dernier scénario reste cependant improbable : la Première ministre s'est dite "fortement défavorable à l'idée de demander aux Britanniques de participer à ces élections, trois ans après avoir voté pour quitter l'UE".
Theresa May a accepté l'offre de report

La Première ministre Theresa May a accepté cette offre de l'UE. L'objectif du compromis accepté par les Européens et Theresa May "est de donner le maximum de possibilités pour que l'accord de retrait soit ratifié", a commenté une source gouvernementale espagnole. Cette accord a pour objectif de permettre une sortie ordonnée du Royaume-Uni.

La Première ministre britannique souhaitait un report au 30 juin, mais cette date posait problème d'un point de vue juridique à l'UE en raison du scrutin européen, prévu du 23 au 26 mai. "Si le Royaume-Uni ne veut pas organiser d'élections, nous n'aurons aucun moyen de faire autre chose, ça veut dire qu'il aura choisi le 'no deal'", a commenté l'Elysée. A leur arrivée au Conseil européen, plusieurs dirigeants avaient prévenu qu'un troisième rejet de l'accord à la Chambre des communes la semaine prochaine mettrait le Royaume-Uni sur la voie d'un Brexit désordonné. "

Commentaire : En bonne logique, alors que les citoyens des 27 pays européens ne savent toujours pas ce que contient les 540 pages de l'accord sur le Brexit signé par leurs dirigeants, il faut s'attendre à ce que Theresa May propose un nouveau plan de sortie du Royaume-Uni, sous couvert de modalités d'application, tout en refusant de participer aux élections européennes de ce printemps, afin d'obtenir, en fait, un délai de plusieurs années pendant lesquelles les Britanniques auront un pied dans l'Europe et un pied dehors, sans en supporter le prix. Ce qui conduira à une suite de décisions unilatérales des Britanniques, pointillistes, de sortie progressive de l'Union comme ils l'entendent. Les reculades de l'U.E. n'annonce rien d'autre...dans l'intérêt bien compris de tous sous l'alibi de respecter les accords issus du "Black Friday" qui empêcherait le rétablissement d'une frontière douanière entre l'Ulster et l'Irlande. Clairement on se paie notre tête.
Lorsque la Confédération a voulu sortie des États-Unis d'Amérique, ce que la Constitution américaine ne permettait pas, ce fût la guerre. Le Traité de l'U.E. ne prévoit pas plus la sortie d'un des Etats membres. De toute évidence le 21e siècle ne permet plus le conflit qui devrait en résulter. Le résultat ? Le Brexit sera ce que le Royaume-Uni en fera. Tout simplement parce que tout le monde risque d'y laisser des plumes et que les eurocrates comme nos énarques ne savent pas prendre de décision fédérative ni trancher dans le vif. Même si l'accord est accepté par le Parlement de Westminster la semaine à venir, celui-ci semble prévoir un délai jusqu'en 2021, je crois, pour aménager le fameux "filet de sécurité" irlandais qui place la frontière douanière entre l'Ulster et le reste de l'U.E. au milieu de la mer d'Irlande. Ce qui promet une belle pantalonnade également.
Il y a une solution. Elle consisterait à donner son indépendance à l'Ulster qui a voté pour rester dans l'E.U. lors du référendum sur le Brexit. Inacceptable pour le Royaume pas trop uni : l'Ecosse et le Pays de Galles ont également voté pour rester dans l'E.U. Et le Pays du chardon y trouve déjà un prétexte pour demander un nouveau référendum local pour son indépendance. En plus, Bruxelles est contre l'indépendance des régions européennes. L'Europe Fédérale des régions transfrontalières ou pas, imaginée par JJSS, n'est pas pour demain.
On voit bien que le Brexit est bien l'affaire des britanniques ! D'autant plus qu'une fois sorti, le Royaume-Uni pourra librement passer des accords bilatéraux avec chacun des pays membres de l'E.U., comme peut le faire n'importe quel pays tiers. Et déjà, les accords du Touquet comme le Traité de Lancaster, notamment, ne paraissent pas remis en cause par le sort du Brexit. Nous devrions nous souvenir de la Paix d'Amiens. C'est le moment d'en retenir les leçons.

Par gilles.huvelin le 20/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 3 jours

La SCP Huvelin & associés loue dans un petit immeuble indépendant fond de cour, au calme, situé 19 rue d'Anjou - 75008 Paris, un bureau fermé d'environ 15 m² et un bureau ouvert contigu de 5 m² environ. Ces bureaux se situent au rez-de-chaussée lumineux avec mobilier intégré. Situés à proximité du Métro Madeleine et à 5 minutes à pieds de la Gare Saint Lazare ou des métros Concorde et Saint Augustin.  Poste carré pro à proximité immédiate. Prestations comprises : Ligne téléphonique, Accès internet/électricité, Photocopieur multi-fonctions,Ménage, Cuisine commune, Réception de courrier simple et recommandé, Assurance des locaux. Possibilité de louer le grand bureau au tarif de 1.500 € HT ou les 2 bureaux à 2.000 € HT  Contact : Charlotte Hildebrand 01.53.53.04.30

Par gilles.huvelin le 20/03/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 3 jours

J'ai cessé de commenter les choix des militants de notre profession et j'avais décidé de m'y tenir tant qu'ils se comportaient comme "la mouche du coche" ou que nos opposants dogmatiques systématiques agitant pour alibis politiques, principes universels et Droits de l'homme, me donnaient matière à rappeler le choix du pragmatisme et de l'efficacité en dénonçant l'hypocrisie des paravents usés à des fins sans rapport avec les buts que ces défendeurs de l'idéal démocratique avaient annoncés. La lourdeur des protestations fondées sur la seule volonté d'être contre quelque chose ont été perçues comme autant d'impostures et ont fini par fermer des portes à la profession, ce dont j'avais prévenu, inaudible au milieu des flots de la bienpensance belliqueuse, prenant nos institutions en otage. Premier effet, ces dernières n'ont pas été conviées à participer à la Commission Nallet. 

N'ayant plus d'objet de tapage, le Conseil Constitutionnel ayant versé son obole aux partisans du droit de nuire des criminels et délinquants en censurant des dispositions du PLJ, nos consciences ont trouvé une nouvelle source pour renouveler leur indignation: le sort des enfants de djhadistes au Moyen-Orient.

Si je reviens sur ma décision de façon tout à fait momentanée, c'est que dans cet autre domaine, quasiment les mêmes ( je mets à part nos institutions ) ont fait le choix de nuire à ceux qui dans l'ombre des Cabinets ministériels et/ou sur le terrain dans des situations difficiles oeuvrent pour parvenir à obtenir ce pour quoi des confrères se répandent à grand bruit en dénonçant autant l'inaction de notre Administration que des attitudes supposées malveillantes d'autorités étrangères par définition barbares.

Ce qui était contre-productif est devenu insidieusement un handicap, autant psychologique pour nos acteurs que politique pour des démarches dont l'objectif est de parvenir à des résultats où la subtilité doit tenir compte d'équilibres; le respect de modes de pensée, de valeurs étant  aussi indispensables. Pour initiation bassique lire Jean-François Deniau. Concrètement cette part du Barreau a provoqué urbi et orbi, un sentiment de rejet de la profession de principe dont elle aura du mal à se défaire. En gros pour faire court autant que descriptif, en off, les analyses de nos tapageux comportements individuels ou collectifs se résument par des propos qui furent d'abord peu amènes, puis ensuite désabusés mais définitifs, pour finir par des sentences lapidaires à l'égard de la profession, considérée pour le coup comme unie et à mettre dans le même sac. Sauf que vu de loin, ce qui devient "notre" agitation est interprétée. Elle radicalise des positions qui nuisent à des bienveillances qui sont marginalisées et contraintes. Et c'est vrai pour d'autres sujets de préoccupation à l'international pour lesquels le rôle de nos institutions professionnelles est essentiel, il s'exercent d'ailleurs là aussi avec mesure et responsabilité. La mesure et la qualité des messages sont là règle.
En résumé: laissez faire ceux dont c'est le métier, ou qui disposent des réseaux ou du pouvoir, ou des leviers.
Pour le reste, qu'importe à ceux qui sur les réseaux dits sociaux ou devant des caméras se drapent dans la défense des principes puisque de ce fait ils n'ont pas la responsabilité des conséquences de leurs postures d'une rare élévation médiatique.
Jusqu'ici la profession se tirait une balle dans le pied tous les matins. Maintenant elle tire dans les pieds des autres. Je sais que je ne serai pas entendu aujourd'hui plus qu'hier et peu me chaut après tout, j'ai dit ce qui devait  l'être

Par gilles.huvelin le 06/02/19
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 2 semaines

 

Le professeur d'économie d’un collège, dont nous tairons le nom, a affirmé qu'il n'avait jamais eu un seul étudiant qui avait manqué son cours.

Par contre il s'est retrouvé un jour à devoir arrêter ses cours à une classe entière, celle-ci ayant affirmé et insisté pour dire que le socialisme était le système idéal et que personne n’étant plus ni pauvre ni riche, tout le monde serait heureux !

Extraordinaire, non ! Le professeur annonça :

"OK! Nous allons, si vous le voulez bien, tenter une petite expérience en classe... Dorénavant, je prendrai la moyenne de toutes vos notes, vous aurez alors tous la même note, ainsi personne ne sera mal noté, ni n’aura de très bonnes notes.

A l’issue du 1er contrôle,  le professeur fit donc la moyenne des notes obtenues de tous les élèves et tout le monde s’est retrouvé avec un 13... Ceux qui avaient cravaché fort pour réviser ont commencé à trouver cela injuste et étaient déçus, tandis que ceux qui avaient moins forcé étaient ravis.

Après le 2ème contrôle, ceux qui avaient moins forcé révisèrent encore un peu moins et décidèrent de profiter de l’occasion pour s’amuser un peu plus tandis que ceux qui avaient cravaché étudièrent moins vu qu’ils ne seraient pas récompensés de leurs efforts: toute la classe se retrouva avec un 9 !... Personne ne fut content !

Le processus étant engagé, la moyenne du 3ème contrôle fut 4 !

Par la suite, les notes ne remontèrent jamais: les pointages de doigts commencèrent, les jugements dominaient les conversations et tout le monde se sentait mal... mais personne ne voulut étudier pour le bénéfice de l'autre.

À leur grande surprise, ils faillirent tous!

Alors le professeur  déclara: “La récompense est à la mesure de l'effort pour réussir, mais lorsque les gouvernants enlèvent toute forme de récompenses, personne ne voudra plus fournir l’effort nécessaire à la réussite  et le pays s’en ira à vau l’eau ! “

Conclusion de cette petite expérience:

1. Vous ne pouvez pas dire aux plus mal lotis qu’ils auront le succès en ordonnant aux plus aisés de ne plus en avoir...

2. Ce qu'une personne reçoit sans avoir à travailler, une autre personne doit travailler sans en recevoir la récompense.

3. On ne peut donner quelque chose à quelqu'un sans l'avoir auparavant enlevé à quelqu'un d'autre !

4. Il n’est pas possible de multiplier ni la richesse, ni le travail en les divisant!

5. Enfin, lorsque la moitié d’un peuple prend conscience de l'idée qu'il n'a plus besoin de travailler, puisque l’autre moitié va s'occuper d'eux, cette dernière moitié comprend alors que ça ne vaut plus la peine de travailler, car l’autre moitié récoltera le fruit de ses efforts: c’est le début de la fin !

Tout simplement parce que sans compétition, il n'y a pas de productivité, et donc pas de croissance. Or seule celle-ci permet de développer l'éducation et la santé depuis....1750, date à laquelle la transition démographique a permis l'essor de l'économie.

 

Par gilles.huvelin le 24/01/19
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 4 semaines

L'Âne et ses maîtres

L'Âne d'un Jardinier se plaignait au Destin

De ce qu'on le faisait lever devant l'aurore.

Les Coqs, lui disait-il, ont beau chanter matin ;

Je suis plus matineux encor.

Et pourquoi ? Pour porter des herbes au marché.

Belle nécessité d'interrompre mon somme !

Le sort de sa plainte touché

Lui donne un autre Maître ; et l'Animal de somme

Passe du Jardinier aux mains d'un Corroyeur.

La pesanteur des peaux, et leur mauvaise odeur

Eurent bientôt choqué l'impertinente Bête.

J'ai regret, disait-il, à mon premier Seigneur.

Encor quand il tournait la tête,

J'attrapais, s'il m'en souvient bien,

Quelque morceau de chou qui ne me coûtait rien.

Mais ici point d'aubaine ; ou si j'en ai quelqu'une

C'est de coups. Il obtint changement de fortune,

Et sur l'état d'un Charbonnier

Il fut couché tout le dernier.

Autre plainte. Quoi donc, dit le Sort en colère,

Ce Baudet-ci m'occupe autant

Que cent Monarques pourraient faire.

Croit-il être le seul qui ne soit pas content ?

N'ai-je en l'esprit que son affaire ?

Le Sort avait raison ; tous gens sont ainsi faits :

Notre condition jamais ne nous contente:

La pire est toujours la présente.

Nous fatiguons le Ciel à force de placets.

Qu'à chacun Jupiter accorde sa requête,

Nous lui romprons encor la tête.

Par gilles.huvelin le 31/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 3 mois 3 semaines

J'apprends que Carlos Ghosn en GAV, genre "ordalie", depuis le 19 novembre le restera au moins 10 jours de plus. Merci à la fidh et toutes les organisations de défense des droits, ainsi qu'à la profession militante, d'avoir protesté, pétitionné, manifesté devant l'ambassade du Japon. Quand je pense que la profession se roulait par terre en protestant contre la possibilité de prolonger la GAV jusqu'à 96 h en matière de terrorisme...et aussi, il faut le dire, en matière de trafic de drogue. Regardons le plus prêt à s'insurger.... Qui sont ceux qui se taisent face aux pratiques judiciaires Moyen-Ageuses japonaises et qui sont ceux qui protestent contre le projet de loi pour la modernisation de la Justice ? Qui sont ceux qui s'émeuvent des "bavures" (c'est eux qui mettent des guillements !) policières et ne sont pas solidaires des incendies, des pillages et des détructions mais ne les condamnent pas. Qui soutiennent les GJ qui refusent l'ordre de dispersion pour provoquer la violence et se poser en victimes afin de permettre à la rhétorique de psychanalystes de vomir sur les forces de l'ordre ? Grosso-modo, les mêmes et systématiquement. Je trouve là suffisamment de corrélations pour me demander qu'elles sont les causes des manifestations de la posture des defenseurs des droits de l'Homme. En fait les "Droits" sont une arme de guerre politique. On s'en sert uniquement pour défendre le droit de nuire des uns clairement identifiés comme étant contre le libéralisme, pour le collectivisme parés d'oripeaux dialectiques, contre l'Etat-Nation, contre la démocratie au nom d'un peuple auquel ils n'appartiennent pas, et au soutien de pratiques de "soviets", au mépris de l'intérêt général, pour la défense de leurs copains de "lutte" et des coquins. Dans cette frange d'activistes on retrouve les plus radicaux parmi les trotskystes et autres communistes peints en vert qui au nom des droits à l'école, à la santé, à la Justice demandent plus de déficit public, nient les contraintes économiques. Au nom des droits , ils réclament la fermeture des prisons et s'opposent à toute remise en cause de notre modèle pour vouer aux gémonies ceux qui doivent sortir le pays de 82 ans de collectivisme et d'étatisme rampants,44 ans de déficits budgétaires continus, 15 ans de déficits commerciaux cumulés pour ne pas le faire sombrer dans le modèle grec ou vénézuélien. Le sel de la terre paré de sa toge des droits s'oppose à tout ce qui porte atteinte à ses ideaux socialistes qui nous ont ruinés et déresponsabilisés, toujours au nom de grands principes... dévoyés, il agite les droits: le droit de manifester supplante alors le droit de circuler. Le droit de grève des uns interdit le droit de travailler des autres et emporte le droit de détruire, justifie les violences, le chaos insurrectionnel, puisqu'il s'agit d'imposer le communisme allié au populisme que les urnes ont refusé. "On" proteste à géométrie variable et "on" s'indigne de façon sélective. Cette permanente démagogie bienpensante pour qui "l'Etat de droit" n'a pas la même définition lorsqu'il s'agit d'appliquer la loi à certains, et défendre la présomption d'innocence de ceux-là et pas des autres. Toujours les mêmes. La permanence de cette propagande m'est devenue insupportable. CNB, Bâtonnier de Paris, Conférence des Bâtonnier, le sort de Carlos Ghosn, que vous n'auriez pas supporter ni ici, ni ailleurs s'il s'était s'agit d'un terroriste de gauche contre le grand capital, ou de notre confrère Croissant par exemple et entre autres, j'en passe et des meilleurs; êtes-vous donc les otages de la profession militante polititocarde,"d'humanistes" , puisqu'ils sont de gauche, à ce point ? Où sont vos banderoles, vos indignations, vos protestations ? Vous envoyez une délégation à Tokyo quand ? Le #trouduculturapolitocardisme (Merci Mary Poppins !) à la petite semaine est le fait de quelques centaines de manipulateurs des droits. Il n'est plus tolérable d'avoir de la complaisance à l'égard de leur méthode. Notre profession a une lourde responsabilité dans la rigueur pour la défense des droits de l'Homme et des devoirs du Citoyen.