gilles.huvelin

Par gilles.huvelin le 01/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 3 mois

Un professeur d'économie dans un collège américain ( c'est tout dire !) a annoncé qu'il n'avait jamais eu un étudiant qui avait échoué en suivant son cours, mais il s'est retrouvé avec une classe entière en échec récemment.

La classe entière, qui aurait été capable de voter Mac Govern en 1972, avait insisté pour dire que le socialisme fonctionne et que, par conséquent, personne ne serait ni pauvre ni riche. Un égaliseur génial extraordinaire jamais essayé évidemment dans ce pays pourri des Etats-Unis.

Alors, le professeur( certainement un capitaliste primaire de la pire espèce) annonça :

"vous avez raison et nous allons tenter une expérience en classe: je prendrai la moyenne de toutes vos notes. Vous aurez alors tous la même note, personne ne faillira ni n'aura un A....En remplaçant les dollars par des notes, on aura un résultat plus concret et mieux compris par tous.

Après le premier examen, les notes furent moyennées et tout le monde obtint un B.

Ceux qui avaient étudié fort étaient un peu déçus et ceux qui avaient étudié peu étaient pluôt ravis et goguenards.

Lors du deuxième examen, ceux qui avaient étudié peu, étudièrent moins, et ceux qui avaient étudié fort décidèrent de prendre la route du peuple libre des forces de progrès et étudièrent peu.

La moyenne du deuxième examen fut un D. Personne n'était content.

Lors du troisième examen, la moyenne fut un F. Les pointages de doigts commencèrent, les jugements dominaient les conversations et tout le monde se sentait plutôt mal. Les meilleurs élèves étaient frustrés et les moins bons trouvaient que le système ne rapportait pas assez. Seuls les plus nuls étaient staisfaits de leur "F".

C'est alors que le professeur déclara que le socialisme était la logique qui permettait de faillir ultimement car lorsque la récompense est grande, l'effort pour réussir est grand aussi.

Lorsque les récompenses sont réparties entre tous, personne ne fournit d'effort ni veut réussir et le système ne dure qu'autant qu'il peut prélever de l'argent alors que sociologiquement la source est tarie selon le mécanisme révèlé lors de l'expérience faite en classe. Ce salopard de professeur antisocialiste primaire exposa:

Les 5 phrases qui suivent sont possiblement les meilleures conclusions sortant de cette expérience:

1. Vous ne pouvez pas ordonner aux pauvres d'obtenir le succès en ordonnant aux riches de ne plus en avoir.

2. Ce qu'une personne reçoit sans avoir à travailler , une autre personne doit travailler sans en recevoir la récompense.

3. Le gouvernement ne peut donner quelque chose à quelqu'un sans l'avoir enlevé à quelqu'un d'autre auparavant.

4. Vous ne pouvez pas multiplier la richesse en la divisant!

5. Lorsque une partie du peuple perçoit l'idée qu'ils n'ont pas besoin de travailler car l'autre partie va s'occuper d'eux et lorsque une partie comprend que ça ne vaut pas la peine de travailler car quelqu'un d'autre récoltera ce qu'ils méritent par leur efforts, cela est le début de la fin de toute une nation.

Pouvez vous trouver une raison de ne pas faire suivre ce message?

Par gilles.huvelin le 01/08/12
Dernier commentaire ajouté il y a 8 années 3 mois

Cher Maître,

Le site internet LegalActe a été créé afin de mettre à la disposition des professionnels (cabinets d'expertise comptable, cabinets de conseils, avocats, dirigeants de TPE et PME...) plus de 1.200 modèles d'actes juridiques exclusivement rédigés par des avocats ayant développé une expertise dans les domaines les plus divers.

LegalActe permet ainsi de proposer notamment aux avocats des modèles d'actes susceptibles de les aider dans le suivi des TPE et PME dont ils s'occupent.

Je vous invite à parcourir notre site, qui je suis sûr, vous apportera toute l'aide nécessaire au bon fonctionnement juridique de vos clients.

Vous n'êtes pas obligés de vous abonner pour bénéficier de nos services, tous nos packs, ou modèles sont payables directement à la commande et téléchargeables immédiatement.

http://legalacte.fr/

Cordialement,

Michel PAPOZ

Président LegalActe