gilles.huvelin

Par gilles.huvelin le 19/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 1 mois

  par Jean-Hervé LORENZI

Il a été professeur à l'université Paris-Dauphine de 1992 à sa retraite le 1er juin 2012 (Master 218 Assurance et gestion du risque). Il est président du Cercle des économistes, conseiller du directoire de la Compagnie Financière Edmond de Rothschild depuis 2000. Il est membre depuis 2011 du conseil d'orientation de la Fondation Écologie d'avenir, conseil présidé par Claude Allègre.

Il a été membre du conseil d'administration de BNP Paribas Cardif, du Crédit foncier, d'Eramet, ainsi que membre du Conseil de Surveillance d'Euler Hermes. Il est membre du Collège Mobile de l'Afom (Association française des opérateurs mobiles). Il est aussi Président de l'Observatoire des délais de paiement, titulaire de la chaire "Transitions Démographique, Transitions Economique" à la Fondation du Risque, et directeur de la rédaction de la revue Risques. Il est également Président d'honneur de PME Finance. Il a été membre du Conseil d’analyse économique de 1997 à septembre 2012.

Une Troisième guerre mondiale, d’une ampleur probablement égale ou supérieure aux deux précédentes est en préparation et éclatera dans la première moitié de ce siècle. Voici pourquoi et voici quels seront ses protagonistes.

 

La guerre de 1914-1918 dont nous fêtons le centenaire et qui fut une catastrophe majeure pour l’Europe était prévisible bien des années auparavant.

 

La Seconde guerre mondiale ne fut que son prolongement et, elle aussi, était prévisible dès la signature du Traité de Versailles et surtout dès l’arrivée de Hitler au pouvoir et du parti belliciste au Japon.

 

La ”Guerre froide” (1945-1991) qui opposa les Alliés, sous direction américaine, au camp soviétique (et, partiellement communiste chinois) ressembla à un avortement. Parce que c’était un affrontement sans enjeux forts. L’Urss s’est effondrée comme un soufflet, sans violences. Pourquoi la guerre froide, communisme contre monde libre, n’a-t-elle jamais débouché sur une guerre chaude ? Parce qu’elle était idéologique et non ethnique, religieuse ou économique. Les trois ressorts passionnels et belliqueux de l’humanité, ceux qui donnent naissance aux guerres, sont le nationalisme ethnique, la religion et l’intérêt économique sous toutes ses formes. La sacralité et le matérialisme vital. L’affrontement communisme/capitalisme, purement idéologique, relevait d’une forme froide de conflit qui n’a jamais débouché sur une confrontation générale, mais seulement sur des guerres limitées (Corée, Vietnam). C’est cette raison, et non pas la crainte d’une apocalypse nucléaire, qui a évité la guerre généralisée entre l’Otan et l’Urss.

 

Dans l’Antiquité, les guerres puniques étaient prévisibles parce que Rome et Carthage étaient dans une rivalité économique vitale pour le contrôle des circuits économiques de la Méditerranée occidentale. La Première guerre mondiale était prévisible (et tout le monde s’y préparait ) à cause de l’exacerbation nationaliste des États européens et de leurs peuples, opinions publiques chauffées à blanc. De même, aujourd’hui, une troisième grande confrontation mondiale est prévisible, nous allons le voir.

Depuis l’Antiquité, le déclenchement des guerres est, au fond, prévisible. Il repose sur les mêmes mécanismes que les lois de la physique : une tension finit toujours par éclater en déflagration. La montée en température d’un gaz donne lieu à une explosion, la poussée de plaques tectoniques se termine en séisme, l’accumulation de cumulo-nimbus finit par provoquer un orage, des précipitations trop fortes provoquent des inondations, etc. On peut parfaitement prévoir, donc, le déclenchement des guerres. En revanche, on ne peut pas pronostiquer la forme qu’elles prendront.

Comme l’éthologie humaine le démontre, l’état de paix ne correspond pas à la nature humaine. L’agressivité intraspécifique est la règle dans notre espèce. L’idéal kantien ou chrétien moderne de la ”paix perpétuelle”, n’a jamais fonctionné. L’histoire humaine est véritablement structurée par la guerre. L’état de paix n’est qu’une transition passagère entre deux états de guerre. La guerre est très ambiguë, ambivalente plutôt, comme la fameuse ”innovation destructrice” de Schumpeter. Elle est à la fois un facteur de destruction et d’évolution. Contrairement à une idée reçue, depuis la fin du néolithique les guerres n’ont représenté qu’une cause marginale de la mortalité. 

Vouloir éliminer la guerre (idéologie pacifiste), c ‘est aussi stupide que de vouloir éliminer la sexuation (idéologie du genre), la religion et l’économie privée (idéologie marxiste) ou le sentiment d’appartenance et d'identité ethniques (idéologie cosmopolite).

 

Le problème n’est pas d’ éliminer les guerres, c’est de les gagner ; et le plus rapidement possible, pour que les effets positifs de la victoire l’emportent sur les effets négatifs de l’effort guerrier trop prolongé. L’auteur de cette vision de la guerre n’est ni Sun-Tzu ni Clausewitz, c’est un certain Jules César.

 

Pourquoi parler de ”guerre mondiale” ? Depuis 1945, on s’imagine qu’il n’y aura plus jamais de guerre mondiale, mais seulement des guerres locales et régionales, et que l’ONU parviendra à éviter une Troisième guerre mondiale. On avait commis la même grave erreur après 14-18 – qu’on appelait d’ailleurs la ”Der des Ders” – et la création de la SDN. Or, dans un environnement mondialisé, ce qui est le cas, en gros, depuis 1880, il est inévitable qu’éclatent des guerres mondiales. Dire ” il n’y aura plus jamais de guerre mondiale”, c’est comme dire ” je ne mourrai jamais” ou ”l’été durera éternellement”.

 

Étudions maintenant le scénario de la future Troisième guerre mondiale, la TGM.

Les foyers de tensions sont multiples et ne cessent de s’aggraver. Jamais, dans toute l’histoire de l’humanité, d’une humanité devenue globalisée et de plus très nombreuse (9,5 milliards bientôt), sur une planète rapetissée, les risques d’un incendie général n’ont été aussi forts. La globalisation est un facteur de confrontation géante, plus que de création d’un État universel qui n’aurait que des problèmes de police à régler. Cette globalisation (ou mondialisation poussée au maximum) n’est pas un facteur de paix, mais de guerre généralisée.

 

Voici quels sont les foyers de tension qui risquent d’interagir et de provoquer un embrasement général :

 

1) L’immigration massive en Europe (surtout de l’Ouest) sous la bannière de l’islam va progressivement dériver vers une guerre civile ethnique. L’incapacité de l’Europe à endiguer l’immigration invasive en provenance du Maghreb et de l’Afrique continentale en explosion démographique débouchera inévitablement sur un conflit majeur. (1) La présence en Europe de très fortes masses de manœuvres jeunes, d’origine arabo-musulmane, de plus en plus islamisées, avec une minorité formée militairement et voulant en découdre dans un djihad d’émeutes insurrectionnelles et de terrorisme, sera le facteur déclencheur d’une spirale incontrôlable.

 

2) La confrontation globale entre islam et Occident (y compris Russie) en dépit de la guerre de religion entre sunnites et chiites va peu à peu dominer le paysage et prendre une forme militaire, avec conflits interétatiques. Impossible actuellement de prévoir leur forme. À l’échelle du monde, l’islam – qui est une idéologie-religion, ou idéoreligion fortement ethnicisée – ne cesse de se renforcer et de s’extrémiser dans le monde entier. L’islam est un facteur majeur de l’explosion mondiale inévitable.

 

3) Le problème d’Israël, insoluble, va inévitablement déboucher sur une nouvelle guerre entre l’État hébreu et ses voisins, avec, en toile de fond la révolte contre les colons juifs intégristes de Cisjordanie et la montée en puissance des organisations terroristes islamistes. Sans oublier que l’Iran réussira très probablement à se doter de quelques têtes nucléaires. L’éradication d’Israël est une idée fixe de tous les musulmans. Y compris du régime turc d’Erdogan, néo-islamiste et néo-ottoman. L’embrasement est programmé et les USA ne pourront pas ne pas intervenir.

 

4) Le monde arabo-musulman (à l’exception du Maroc) est entré dans une spirale de chaos qui ne va que s’accentuer, avec deux fronts entremêlés : sunnites contre chiites et dictatures militaires contre islamistes. Sans oublier la volonté de liquider tous les chrétiens. D’où l’accentuation des désordres qui ne peuvent qu’amplifier l’immigration vers l’Europe. Les actuels événements guerriers de Syrie et d’Irak qui voient la naissance d’un État islamique ”sauvage” (le ”califat”) sont un pas de plus vers une confrontation

 

5) Le conflit Chine-Usa dans le Pacifique, choc entre deux impérialismes de nature essentiellement économique, va déboucher sur un heurt géopolitique majeur. La Chine veut ravir aux Usa le statut de première puissance mondiale. Circonstance aggravante : la tension Chine–Japon (allié des Usa) ne fait que croître et ce dernier pays, travaillé par un néo-nationalisme, vient de lever l’obstacle constitutionnel aux interventions armées.

 

6) Les conflits en latence Inde-Pakistan et Inde-Chine (toutes puissances nucléaires) doivent aussi être pris en compte.

 

Il faut mentionner les facteurs aggravants, essentiellement économiques et écologiques, qui vont peser sur le climat, sur les ressources énergétiques fossiles, sur l’eau (le bien rare par excellence), sur les ressources minières. Le point de rupture physique se situe dans la première moitié de ce siècle. Sans oublier évidemment le terrorisme de grande ampleur, notamment avec des moyens nucléaires ”artisanaux”, ce à quoi nous n’échapperons pas.

 

L’islam est le principal facteur de déclenchement d’une TGM, dans la mesure où l’on assiste partout à la montée du radicalisme islamiste, en partie financé par l’Arabie et le Qatar, avec un ennemi implicite mais très clairement présent dans les esprits : la ”civilisation occidentale”, à laquelle la Russie est d’ailleurs assimilée. En gros, dans l’esprit des islamistes du monde entier, dont l’idéologie se répand comme un virus, l’ennemi c’est ”le monde blanc et chrétien”, même si cela ne correspond à aucune réalité sociopolitique. (2)

 

Les lignes de force des confrontations et des alliances seront complexes, plus encore que pendant la précédente guerre mondiale. Les zones majeures géopolitiques d’explosion sont l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen Orient et, éventuellement le Pacifique. La forme de cette guerre : elle sera à foyers multiples et additionnera les guerres civiles, les affrontements interétatiques, les guérillas et les frappes nucléaires. À ce propos, l’État d’Israël est en grand danger. Bien qu’il dispose de la dissuasion nucléaire, cela n’empêchera pas certains de ses voisins, probablement bientôt dotés de la même arme, de jouer les kamikazes et de le frapper. On imagine le carnage…Il faut bien comprendre que les fanatiques islamisés ne raisonnent absolument pas comme les Russes et les Américains pendant la guerre froide, avec la retenue de la dissuasion mutuelle. Israël peut parfaitement être l’amorce de l’explosion générale.

 

Contrairement à ce que rabâchent tous les perroquets, la Russie ne sera absolument pas un facteur de troubles. L’impérialisme russe orienté vers l’Europe orientale et qui constituerait un danger d’agression est un mythe construit par la propagande de certains cercles de Washington. En revanche, la Russie, elle aussi, est aux prises avec l’islam.

 

La prévisible confrontation mondiale produira bien entendu une catastrophe économique, notamment à cause de la rupture des approvisionnements pétrogaziers de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient. Une économie mondialisée, très fragile parce que très complexe, fondée sur les flux intenses (maritimes, aériens, numériques, etc.) tombera comme un jeu de dominos en cas de perturbation conflictuelle de grande ampleur.

 

La principale faiblesse des Occidentaux, surtout des Européens de l’Ouest, réside dans leur vieillissement démographique et dans leur ramollissement mental, leur passivité, leur crainte de se défendre, un syndrome qui avait frappé les Romains à partir du IIe siècle. La TGM, comme la Première guerre mondiale, pourra commencer par un événement localement limité et se poursuivre par un enchaînement de faits incontrôlables, comme une avalanche. La TGM verra très probablement des échanges de coups nucléaires. Mais ils ne seront pas plus graves qu’Hiroshima et Nagasaki. Leurs effets seront plus destructeurs sur le plan psychologique que physique.

 

On pourra assister à un recul global de l’humanité, sur les plans technique et démographique, pendant plusieurs siècles. Pas du tout du fait des morts de la TGM, mais à cause de l’effondrement économique et sanitaire qu’elle provoquera. L’embrasement risque de se produire vers 2025-2035. Après, les choses pourront mettre plusieurs siècles à se rétablir. Le recul de civilisation s’est déjà produit au Ve siècle quand Rome s’est effondrée. On a mis mille ans à s’en remettre. Une pichenette à l’échelle de l’histoire. Simplement, au moment où l’on va fêter, dans une euphorie feinte, le centenaire de la Première guerre mondiale, il serait bon de se préparer à la Troisième qui se profile.

Commentaires: Rien ne se passe comme prévu en régle générale. L'auteur qui est un sujet très brillant, a signé un aopel avec 43 autres économistes à voter pour François Hollande. Le tableau qu'il trace des fondements de la TGM est  " séduisant". La situation politique  des intégristes fondamentalistes musulmans du fait d'une réaction internationale  a évolué depuis la rédaction de ce document, d'une façon négative pour eux. La Russie n'est pas forcément pour les européens après le dépeçage de la Géorgie, l'annexion de la Crimée et sa conquête de l'Est de l'Ukraine un allié  crédible.L'insistance de l'auteur à mettre la Russie et le reste de l''Occident dans le même sac finit par contraindre le lecteur à se poser la question de savoir si ce n'est pas la finalité de son travail: Ayez peur et donc faites confiance à M. POUTINE, ll est dans le même camp que vous. Qu'importe s'il annexe de nouveaux territoires ?  Malheureusement le travail de M. LORENZI pose bien d'autres questions sur lesquelles je vous souhaite bonne nuit, "joyeux contribuables".

Je vous recommande de vous reporter aux ouvrages de l'auteur.

Par gilles.huvelin le 19/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Chers Adhérents,

 

Le Président de l'Association a la plaisir de vous convier à une CONFERENCE qui aura lieu le :  

 

JEUDI 2 AVRIL 2015 à 18h00  au tribunal de commerce de Paris

 

sur le thème :   

 

"La réparation du préjudice financier de l'investisseur dans les sociétés cotées"

 

Vous trouverez ci-joint le programme ainsi que le bulletin d'inscription à nous retourner avant le 27 mars 2015.

 

Comptant sur votre présence,

 

Bien cordialement,

 

Evelyne FALLONE
Directrice de l'AFFIC
Tél. + 33 144 32 83 54
Fax  + 33 144 32 84 30
Email: affic@wanadoo.fr
Site: www.affic.fr

Par gilles.huvelin le 19/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 7 mois

J’ai écrit  des commentaires à des articles rédigés à propos de massacres terroristes que l’auteur, qui se reconnaîtra, a censuré au nom du principe « qu’il fait ce qu’il veut » et accessoirement, que tout ce qui ne confirme pas son point de vue est « hors sujet ». J’avais écrit que ne suis pas communautariste. Que pour moi, toutes les religions se valaient, et que je l’affirme d’autant plus volontiers que je ne crois pas. Aussi que la victime de l’intégrisme et donc du dogmatisme identitaire borné soit juif, musulman, chrétien romain ou orthodoxe, copte ou pas, c’était une victime comme une autre. C’est toujours l’humanité qui est tuée.

J’ajoute volontiers que d’accepter que des personnes puissent se dire juif ou musulman de France, ou l’inverse, il n’y a pas de prééminence dans mon esprit, et non qu’elles sont françaises de confession musulmane ou juive,  c’est évidemment accepter le communautariste international qui permet à la guerre du Moyen-Orient de s’exporter partout  dans le monde.

Cette internationalisation a bien entendu été voulue comme une prise d’otage de la planète soumise  par le fait même à une radicalisation progressive jusqu’à l’intolérance et le fanatisme. Les apprentis sorciers qui nous ont mis le doigt dans cet engrenage n’ont plus besoin de prendre en charge ou de contrôler les conséquences du feu conscieusement activé. Ils n’ont pas à gérer les conséquences qui permettent d’impliquer le reste de la planète.

Le processus dont nous payons chez nous régulièrement le tribut remonte à la violation de l'accord de Balfour, et au non respect des résolution de l'O.N.U., voir des accords d'Oslo.

D’escalades dans la violence, la manipulation y compris encore actuellement dans les divers degrés d’indignation selon les sujets, les batailles et guerres successives ont fait d’un brulot régional inacceptable par définition, un conflit majeur au Moyen-Orient, qui a dégénéré en clivage politico-religieux dans une partie importante du monde arabe pour s’étendre jusqu’à l’Afghanistan ou le Pakistan à l’Est, la Turquie au Nord, au Yémen au Sud, et  la Tunisie à l’Ouest, puis l’Afrique Noire… contre l’Occident chrétien.

L’arroseur arrosé pourront dire certains. Je dis plutôt que le centre de gravité du conflit a été déplacé.

Aujourd'hui, participer aux fractionnement du monde par le communautarisme au nom de l'identité est coupable.. Combattre la bêtise et punir la violence ne necessite pas de les activer en acceptant que la foi l'emporte sur l'intelligence.

Dénoncer les racines de la bêtise et de la violence est plus important que d'en dénoncer les effets. C'est pareil pour la discrimination et toutes les formes du racisme. Il est fondamental pour en terminer d'en connaitre les causes plutôt que de s'indigner des effets.

Mais après tout c'est comme pour la lèpre. Pourquoi l'éradiquer si cela permet de contrôler les pays qui en sont victimes ? Ceci dit, le jour venu où le combat contre la maladie ne sera plus un moyen politique intéressant, qui se préoccupera de soigner les lépreux ?

Le jour où les cendres de ce conflit seront refroidies, des comptes seront à rendre à l’Histoire, dont je ne doute pas qu’elle sera réécrite plusieurs fois d’ici là, puisque cela a commencé depuis belle lurette. Des protagonistes y ont largement intérêt.

Mon  point de vue vaut ce qu’il vaut, personne n’est tenu d’être d’accord, j’accepte l’idée de me tromper et donc les analyses que les lecteurs pourront me donner dans les commentaires qu’ils pourront librement rédiger sous cette article.

Bien entendu et notamment conformément à la loi, je n’accepterai ni propos raciste, ni violence « verbale », et je rejetterai les provocations. …Finalement que restera-t-il ?

Par gilles.huvelin le 19/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Dès son entrée en fonction, le 20 mai 2017, la nouvelle présidente annonce un référendum immédiat sur son plan de 10 "mesures fondatrices pour la France".
Les premières mesures proposées par la nouvelle présidente remettent en cause le modèle économique et social français. 

 Le plan de Christine Lagarde est entièrement basé sur la remise en cause complète du "modèle économique et social français" dans le cadre d'une "révolution pacifique".

L'ancienne directrice du FMI l'avait déjà présenté dans ses grandes lignes avant son élection, lors d'un discours au Havre qui avait frappé les esprits et qu'elle avait conclu ainsi :

"Le temps est venu pour les politiques de prendre du recul et de laisser les économistes faire le travail."

Les Français savent ce qui les attend. Ils savent aussi qu'ils seront consultés par référendum dans trois semaines pour accepter ou refuser les 10 points du plan Lagarde.

Les 10 points du premier référendum sont les suivants :.

 1. Suppression des départements et des cantons ainsi que, par des fusions, des 19 900 communes de moins de 500 habitants (dans lesquelles on ne compte que 6,9 % de la population française).

 2. Le Sénat et le Conseil économique et social fusionnent et le total des "nouveaux sénateurs" est ramené à 200 maximum.

Pour l'Assemblée nationale, le nombre des députés est diminué de moitié et réduit de 577 à 280.

 3. Les hommes et les femmes politiques deviennent inéligibles à vie en cas d'inculpation pénale (avec retour possible si l'inculpation ne donne pas lieu à condamnation) et plus aucun cumul des mandats n'est autorisé.

Les fonctionnaires devront avoir démissionné de la fonction publique, sans retour possible, avant de pouvoir occuper un poste électif ou officiel rémunéré.

 4. Les budgets annuels ne pourront plus être en déficit et le Parlement réuni en Congrès une fois par an procèdera aux arbitrages si nécessaire.

 5. Le statut des fonctionnaires de 1946 est aboli. Des exceptions sont prévues pour les missions régaliennes.

Tous les recrutements dans la fonction publique sont supprimés pendant 5 ans, sauf cas particuliers qui devront être cautionnés par un ministre d'État.

 6. Les régimes spéciaux de retraite sont supprimés.

 7. Le droit de grève est suspendu pendant 5 ans pour tous les salariés payés par des fonds publics, qu'ils bénéficient ou non du statut de fonctionnaire.

Pour les autres salariés, ce droit est strictement encadré et toutes les subventions publiques à des syndicats sont interdites sous quelque forme que ce soit.

8. Un contrat de travail unique est institué avec une période d'essai de 3 mois, renouvelable 3 fois.

 9. Les diverses lois sur les 35 heures et les RTT sont abolies. Le smic est supprimé.

L'application du Code du travail est suspendue jusqu'à sa complète réécriture sur moins de 100 pages, laquelle devra être terminée avant le 31 décembre 2017.

 10. Un "blocage" fiscal est institué pendant 3 ans et plus aucun impôt ni aucune taxe ne seront créés ou augmentés, excepté la TVA et la CSG, et exclusivement en cas de force majeure.

Les 179 "petites taxes" dont le rendement est inférieur à 100 millions d'euros sont supprimées, ainsi que l'ISF, les droits de succession en ligne directe et la majorité des niches fiscales.

Tous les salariés à temps complet, sans exception, sont assujettis à l'impôt sur le revenu, avec prélèvement à la source..

 Après ces 10 mesures "fondatrices pour la France", la présidente Lagarde annonce qu'elle suspend le poste de Premier ministre et que le gouvernement de crise qu'elle va présider sera constitué de 4 ministres d'État (Intérieur, Extérieur, Économie et Social), assistés de 12 ministres avec des cabinets réduits et des "comités de conseillers" composés pour une première moitié de hauts fonctionnaires et, pour l'autre moitié, d'entrepreneurs, réunis sous la direction effective d'un membre éminent de la "société civile".

De plus, elle crée un "Comité des Premiers", composé de tous les anciens Premiers ministres qui accepteront de l'aider et qui se réunira chaque semaine à l'Élysée, sous présidence tournante..
Christine Lagarde prononce son discours d'investiture devant les corps constitués, quelques invités et la presse internationale.

En plus des chaînes françaises, de nombreuses télés étrangères le retransmettent en direct, particulièrement en Belgique, en Allemagne et aux États-Unis.

 Après avoir remercié "tous les Français" qui l'ont élue et tous ses "compagnons de route" qui l'ont aidée à mettre au point son "plan de la dernière chance" dont elle rappelle les grandes lignes, la nouvelle présidente déclare, très émue :

"Pour en terminer, mes chers concitoyens, je voudrais rendre hommage à un géant de l'humanité que je vénère particulièrement depuis toujours, Abraham Lincoln, ancien président des États-Unis d'Amérique, qui prononça en 1860 devant le Congrès ces mots que je souhaite répéter ici avec ferveur : Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l'épargne ; vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort ; vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l'employeur ; vous ne pouvez pas encourager la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes ; vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche ; vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez ; vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l'initiative et l'indépendance ; vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu'ils devraient faire eux-mêmes.

"
Un tonnerre d'applaudissements scanda la fin de ces paroles historiques et il n'y eut plus aucun doute pour personne : une nouvelle ère venait enfin de s'ouvrir.

 
Par gilles.huvelin le 18/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

D’abord le Président de la République avait annoncé alors qu’il sollicitait les suffrages des électeurs qu’il n’utiliserait jamais le 49-3 pour faire passer une loi.

Ensuite, tous les contestataires d’extrême gauche dans et en dehors du P.S. qui devaient voter contre la loi Macron, qu’ils disent trop libérale, vous se coucher pour éviter le risque de se retrouver devant les électeurs.

Finalement les dindons de la farce sont les avocats qui n’ont aucun espoir, sauf celui ténu du vote de la motion de censure ce jeudi, de revoir discuter le texte concernant le  domaine d’exercice du droit donné au Experts-comptables, pour lequel il nous avait été dit pratiquement qu’il s’agissait d’une simple erreur de plume qui serait bien sûr corrigée par le Sénat. "On nous aurait menti ?" Oui, nous avons été "bananés".

En réalité c’est le premier large coup de canif dans la loi de 1971 qui déjà faisait la part belle à de nombreux intervenants dans le marché du droit.  Et ce n’est pas fini en considération des directives européennes dont l’application va bientôt faire l’objet d’un règlement européen qui fera entrer sur le continent les pratiques d’outre- manche. Et ce n'est pas tout car "on ne vous dit pas tout", sauf notre confrère Bénichou dont j'ai cité l'article très complet il y a peu, que je vous recommande à nouveau de lire si vous voulez comprendre ce que le métier d'avocat sera demain. Et c'est tout de suite demain.

En attendant et bien entendu la profession n’est pas prête. Cherchez l’erreur…

Par gilles.huvelin le 17/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Pour vous changer les esprits, je vous joins une série de photos  extraordianaires qui vous feront oublié celles de l'exposition en cours à l'Hôtel de Ville de Paris, issue des archives de l'Agence CAPA qui n'a pas nécessité autant de talent mais permet à Madame Hidalgo de payer son tribut aux forces de progrès.

 

Comme un ami du barreau de Paris vient de me l'écrire à propos du diaporama ci-joint :

 

"Plus qu'impressionnant; merci de ce dépaysement; finalement, il n'y a pas que les avocats qui soient cruels!!!

Amitiés

Francois N...."

Par gilles.huvelin le 17/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois
   

Frédéric Sicard et Dominique Attias, Candidats cette année au Bâtonnat et Vice-Bâtonnat  nous avaient alerté. Nous pouvions escompter sur une rapide et vive mobilisation de la profession en raison de cette alerte.

Le communiquer qu'ils diffusent ci-dessous, outre qu'il nous informe du sort que nous réserve la loi Macron dans l'indifférence générale, nous montre que la profession n'est pas mobilisée. Reste à se demander pourquoi ?

  MACRON / EXPERTS COMPTABLES / DANGER IMMEDIAT

Le 4 février 2015, l’Assemblée Nationale a adopté un texte propre à ravager la profession.

Nous avons prévenu, protesté et alerté en vain, de ce danger les 22 janvier, 23 janvier, 26 janvier, 27 janvier, 29 janvier, 30 janvier, 5 février, 6 février et 9 février dernier.

Demain, le 18 février 2015, une délégation du Conseil National doit rencontrer les rapporteurs du Sénat en charge du projet de loi « Croissance et activité ».
 
Il nous faut impérativement comprendre l’état du texte pour qu’il soit modifié et les experts-comptables neutralisés.
 
Aujourd’hui :
 
« Ils (les experts-comptables) peuvent donner des consultations, effectuer toutes études et tous travaux d’ordre statistique, économique, administratif, juridique, social ou fiscal et apporter leur avis devant toute autorité ou organisme public ou privé qui les y autorise mais sans pouvoir en faire l’objet principal de leur activité et seulement s’il s’agit d’entreprise dans lesquelles ils assurent des missions d’ordre comptable de caractère permanent ou habituel ou dans la mesure où lesdites consultations, études, travaux ou avis sont directement liés aux travaux comptables dont ils sont chargés. »
 
Demain :
 
« Ils (les experts-comptables) peuvent également effectuer toutes études et tous travaux non juridiques d’ordre statistique, économique, administratif, social et fiscal et apporter leur avis devant toute autorité ou organisme public ou privé qui les y autorise à titre accessoires de leur activité définie à l’article 2.
 
Toutefois, ils ne peuvent donner des consultations juridiques, sociales et fiscales, effectuer des études et travaux d’ordre juridique et rédiger des actes sous seing privé que s’il s’agit de personnes pour lesquelles ils assurent des missions prévues au même article 2 de caractère permanent ou habituel ou dans la mesure où lesdites consultations et lesdits actes sous seing privé sont directement liés à ces missions. »
 
Il a donc été écrit que les experts-comptables pourraient rédiger des actes sous seing privé et, la conjonction de coordination choisie étant alternative, qu’ils pourraient faire du droit à titre principal et sans restriction pour leurs clients ou à titre accessoire, seulement quand ils ne connaissaient pas leurs clients avant qu’ils leur demandent de faire du droit !
 
Certes, le Ministre a concédé que les experts-comptables ne pourraient pas en rajouter en se faisant de la publicité, mais il leur a sacrifié la protection des entreprises françaises que leur offre le strict encadrement de nos conditions d’exercice.
 
Ce ne sont pas des « détails rédactionnels » qu’il nous faut rectifier mais un amendement de survie et de liberté publique :
ni rédaction d’actes, ni alternative.
 

 

 

 

 

 

 

   
Par gilles.huvelin le 16/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Comme vous avez été studieux en lisant les billets précédents je vous propose un moment de détente : 

 

"LA QUESTION QUI TUE*

*JUSTE AVANT DE DORMIR, UN JEUNE MARIÉ DEMANDE À SON ÉPOUSE :*
*« MA CHÉRIE, AS-TU CONNU D'AUTRES AMANTS AVANT MOI? »*
*PAS DE RÉPONSE...
*TRÈS TRÈS LONG SILENCE... AU BOUT D'UN CERTAIN TEMPS, LE MARI CHUCHOTE :*
*« TU DORS MA CHÉRIE? »
*« NON, JE COMPTE... »

Le jeune époux pourra -t-il invoquer l'erreur sur les qualités essentielles de la personne ?>_____________________________________

*« DOCTEUR »,  DEMANDE LA FEMME INQUIÈTE,
*« MON MARI PEUT-IL ENCORE FAIRE L'AMOUR MAINTENANT QU'IL A FAIT UN
INFARCTUS ».                             *
*« CERTAINEMENT  MADAME, RÉPOND LE MÉDECIN, MAIS  UNIQUEMENT AVEC VOUS, CAR
IL NE FAUT ABSOLUMENT PLUS QU'IL S'EXCITE. »

______________Le divorce pourra-t-il être demandé par cette femme ?_________________________________________

*ÇA FAIT DES HEURES, MAINTENANT QU’ IL PLEUT!*
*MA FEMME EST COMPLÈTEMENT DÉPRIMÉE, ELLE REGARDE CONTINUELLEMENT PAR LA
FENÊTRE**…** SI ÇA CONTINUE COMME ÇA, JE CRAINS DE DEVOIR LA LAISSER
RENTRER **…*

Mauvais traitements donnant droit a réparation ?>_____________________________________________________________

*HIER, J'AI DIT À MON MARI ENTREPRENANT :
*« EST-CE QUE ÇA TE TENTE DE JOUER AU DOCTEUR? »
*IL  A RÉPONDU, TOUT EXCITÉ : « BEN OUI! »
*JE L'AI FAIT ATTENDRE 1 HEURE DANS LE SALON.*
*PUIS ENSUITE, JE LUI AI DONNÉ UN RENDEZ-VOUS DANS 6 MOIS !

Responsabilité de l'Etat pour dysfonctionnement du service de la santé ?

Par gilles.huvelin le 16/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Le but c'est d' avoir un sytème national unifié, performant, et le moins onéreuc. Sur quoi bute la profession pour y parvenir :

                              presidence@cnb.avocat.fr

                             conference@conferencedesbatonniers.com

                              lebatonnier@avocatparis.org

Monsieur le Président,

Messieurs les Vice-présidents,

En vue de l’assemblée générale du CNB du 13 mars prochain, je vous informe qu’en ma qualité d’avocat inscrit à un Barreau de Province, je demande à accéder aux services numériques de notre profession par le portail @voclé en mode HTTPS, comme nos confrères parisiens.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à la présente."

 

A l’appui de cette demande, Nathalie KERDREBEZ-GAMBULI, Responsable de la commission RPVA du Barreau du Val d’Oise, qui invite tous les avocats de Province à envoyer l’appel ci-dessus en leur nom personnel, nous expose l’étude ci-dessous portant sur ce qu’elle appelle le PLAN DE STRATEGIE NUMERIQUE DE LA PROFESSION D’AVOCATS :

L’étude financière que notre confrère explique ci-dessus est illustrée dans un diaporama ci-joint, très explicite. Vous pouvez vous y reporter d'abord pour faciliter votre lecture.

Remarque préliminaire : Pour comprendre le plan de stratégie numérique, il n’est pas nécessaire d’être ingénieur en systèmes d’information ; en revanche, il est recommandé d’être avocat :

Lexique :

CINT : Commission Intranet et Nouvelles Technologies du CNB

HTTPS : protocole assurant la sécurité et la confidentialité des échanges dématérialisés, utilisé par l’Administration fiscale, l’Urssaf, les Banques, les Juridictions administratives (télérecours), le Barreau de Paris (@voclé), le Portail européen e-justice…

VPN : boitier Navista, logiciel VPN TLS de SFR

@voclé : portail de fédération d’identités et de délégation des droits d’accès (aux collaborateurs avocats et aux secrétaires), système parisien

e-identit@s: portail envisagé par la CINT pour les avocats de Province

Ressources du CNB : cotisations versées par tous les avocats de France (Paris et Province)

 

Présentation technique

Le système actuel :

Coexistence de deux systèmes :

le système CNB pour les avocats de Province : accès à e-barreau via le boitier Navista

le système parisien : accès à e-barreau via le portail @voclé en mode HTTPS

Le nouveau système adopté par délibération du 21 mars 2014 :

Un système unique pour tous les avocats de France avec la mise en œuvre du portail @voclé 2 (mise en œuvre d’@voclé pour les avocats de Province)

3 modes d’accès au portail @voclé partagé :

- par HTTPS qui permet aussi la délégation des droits d’accès au profit des avocats collaborateurs du cabinet

- par le boitier Navista ou un VPN choisi par le cabinet, le VPN étant obligatoire pour la délégation des droits d’accès au profit des secrétaires.

Le portail @voclé partagé donne accès à e-barreau, le nouveau service acte d’avocat dématérialisé, e-carpa…

Il est également décidé la création d’un cloud privé des avocats dont l’accès doit obligatoirement se faire via le VPN.

La CINT a indiqué avant le vote de l’ag que le budget global du nouveau système ne dépassera pas la somme de 2.510.000 €.

Délibération du 13 septembre 2014 : La mise en œuvre du cloud est confiée à SFR BUSINESS TEAM.

Délibération du 13 septembre 2014 relative à NAVISTA :

Dans l’urgence, dans l’attente de la fin de l’appel d’offres sur le prestataire VPN, l’ag donne mandat au bureau de signer un avenant au contrat Navista.

L’avenant n’a pas été diffusé, il a été signé le 15/10/2014 et est la nouvelle convention cadre entre le CNB et Navista. (Absence habituelle de transparence sur les relations contractuelles avec Navista)

Délibération du 13 décembre 2014 : A l’issue de l’appel d’offres relatif au VPN, le prestataire choisi est SFR pour son logiciel VPN TLS imposé pour accéder au cloud.

Nouvelle solution relative au portail @voclé qui est le socle de l’architecture numérique du système voté le 21 mars 2014 :

La CINT a proposé,  à l’ag du 13 décembre 2014, une nouvelle solution excluant @voclé au profit des avocats de Province, modifiant ainsi le plan numérique adopté par délibération du 21 mars 2014.

Le portail @voclé serait abandonné pour les avocats de Province.

A la place, le portail e-identi@s serait créé pour les avocats de Province qui auraient l’obligation d’utiliser le boitier Navista et/ou le VPN TLS pour accéder à e-identit@s.

Le portail e-identit@s donnerait accès à e-barreau, l’acte d’avocat dématérialisé, le cloud.

Ce portail e-identit@s serait géré par le CNB pour les avocats de Province.

Pour les avocats parisiens, ils accèderont aux mêmes services numériques que les avocats de province, mais avec leur portail @voclé en mode HTTPS, sans aucune obligation d’utiliser le VPN, même pour l’accès au cloud. (nomadisme, modernité…)

Le portail @voclé sera géré par le Barreau de Paris, ainsi que ses évolutions suivant les projets numériques innovants de l’Ordre parisien.

Cette solution est un retour en arrière ; l’architecture est celle du passé, d’un côté Paris et le mode HTTPS, de l’autre la Province et le VPN.

Cette solution modifie considérablement la délibération du 21 mars 2014 (Plan stratégie numérique) et celle du 13 décembre 2014 (cloud) :

- les avocats de Province perdraient l’accès à @voclé et le droit d’utiliser le mode HTTPS pour accéder à e-barreau…,

- seuls les avocats de Province auraient l’obligation d’utiliser le VPN pour accéder au cloud, les avocats de Paris y accèderaient en HTTPS via @voclé.

 

Cette solution, discriminatoire à l’encontre des avocats de Province et de leurs Bâtonniers, aurait pour effet de mettre en place une gouvernance numérique divisée de la profession d’avocats : l’Ordre parisien gouvernerait les avocats de Paris, et le CNB gouvernerait les avocats de Province.

A l’ag des 12 et 13 décembre 2014, le Barreau de Paris a pris la défense du Barreau du Val d’Oise et des avocats de Province, en refusant cette nouvelle solution qui ne lui porte aucun préjudice.

La CINT soumettra au vote cette solution, à l’ag du CNB du 13 mars 2015.

Présentation financière

Coût du nouveau système avec la solution e-identit@s:

Dans le budget prévisionnel 2015 adopté à l’ag du 6/02/2015 :

développement e-barreau : 2.195.000 €, (comprenant acte d’avocat dématérialisé, VPN… et après déduction abonnements e-barreau)

cloud privé : 1.163.000 €

Total général :3.358.000 €

Rappel : La CINT avait affirmé à l’ag du 31 mars 2014, avant le vote, que le budget ne dépasserait pas 2.510.000 €.

Coût du VPN proposé dans le nouveau système :

Coût boitier Navista (Avenant du 15/10/2014)

Le boitier est facturé 23 € HT par Navista, soit 27,60 € TTC (les calculs sont en TTC car le CNB ne récupère pas la TVA et CNB.COM disparaît)

Actuellement, 12300 boitiers sont en service, pour un coût de 339.480 € TTC par mois, soit 4.073.760 € TTC par an.

Sur le coût mensuel 27,60 € TTC par boitier, le CNB prend à sa charge la somme de 7 € HT soit 8,40 € TTC par boitier, et les avocats de Province abonnés supportent la somme de 16 € HT, soit 19,20 € TTC par boitier.

Pour le CNB, le boitier Navista représente une charge financière de 103.320 € TTC par mois et 1.239.840 € TTC par an ; et pour les avocats de Province réunis la somme de 236.160 € TTC par mois et  2.833.920 € TTC par an.

Coût du VPN TLS (SFR)

Le CNB prend entièrement à sa charge le coût du VPN TLS, avec les cotisations versées par les avocats de France, y compris par les avocats parisiens.

Le contrat porte sur 28.000 VPN TLS, correspondant au nombre des avocats de Province.

La charge mensuelle pour le CNB est de 61.600 € par mois, soit 739.200  € par an (le rapport ne précise pas si les montants sont TTC)

Dans la solution proposée e-identit@s avec le VPN imposé aux avocats de Province, la charge annuelle pour le CNB sera de 1.979.040 € (Navista et VPN TLS), et pour les avocats de Province réunis la somme de 2.833.920 € (Navista uniquement), soit pour toute la profession (CNB et avocats de province) la somme de 4.812.960 €, prix du VPN imposé de façon discriminatoire aux avocats de Province.

La solution d’@voclé avec son accès en mode HTTPS, pour tous les avocats de France, coûte 400.000 €, suivant le dernier rapport de la CINT qui le considère trop élevé.

Pontoise, le 15 février 2015

Nathalie KERDREBEZ-GAMBULI Responsable de la commission RPVA du Barreau du Val d’Oise

Bien entendu les commentaires et critiques sont libres.  J’attends de  pouvoir les lire avec intérêt.

Par gilles.huvelin le 16/02/15
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Je fais suite au billet consacré la semaine passée (12 février) à l'empoisonnement par l'aluminium qui succède au scandale de celui par l'amiante

Entre-temps il nous a été parlé des particules fines produites par les véhicules alimentées au diesel et notamment les camions. Et nous apprenons que même en montagne l'air peut en être surchargé plus de 150 jours dans l'année. L'exemple cité est celui de la vallée de Chamonix. Le spectacle d'un nuage de pollution stagnant au-dessus de ce site prestigieux est affligeant. Au détour du commentaire il nous est révélé que la production de substances chimiques qui polluent notre air, sont produites par des usines, les camions...et le chauffage au bois, massivement utilisé dans le bourg (220 cheminées dénombrées). Comme il nous a été vanté pendant des décennies le diesel, le chauffage au bois, souvenez-vous, nous a été décrit comme une merveille, car le bois est une ressource renouvelable, et quoique de plus écologique qu'un combustible renouvelable ?

Les mêmes "pastèques" comme le disent les italiens pour décrire les "écolos", car verts dessus et rouges dedans, autant que les médias,  ont tout simplement oublié que toute forme de combustion produit des gaz toxiques, des particules fines, de la dioxine et d’autres substances nocives pour la santé, que l’on retrouvent dans notre organisme par l’air que nous respirons, mais la terre en étant le réceptacle également, c’est toute notre chaîne alimentaire qui est également concernée. Ce qui explique, notamment, que le lait maternel contient aussi de la dioxine à plus ou moins forte dose où que nous nous trouvions.

Rien que dans la Vallée de Chamonix, il est dénombré soixante morts par an directement lié à la pollution atmosphérique. A Paris, le dernier état de la législation favorise les foyers de cheminée ouverts, et donc le feu de bois si joli.

Je crois que nous sommes sans doute beaucoup gouvernés par des doctrinaires, des personnes intéressées pour avoir les doigts dans la confiture, et en définitive peu de gens sérieux et compétents.

Le tout impunément. Aucun tribunal n’ayant eu à connaître de la responsabilité des élus pour leur incompétence dont découle la mise en danger de nos vies.

Ce qui peut expliquer aussi que 58% des personnes interrogées déclarent qu’elles n’iront pas voter aux élections départementales de la fin Mars.  Il faut dire aussi que la réforme territoriale, qui ressemble à rien, paraît aberrante.