gilles.huvelin

juil
16

Et la Lune !

Par gilles.huvelin le 16/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 1 semaine

L'observation d'un satellite de Jupiter qui a une lune a fait apparaître que celle-ci a une influence sur son noyau. Selon le déroulé de l'orbite de sa lune, le noyau du satellite se dilate ou se contracte. Et ce mouvement entraîne une élévation de chaleur. Ce qui est logique, cohérent et vérifié. Point. Cette communication auprès du grand public par les principaux médias n'a pas été renouvelée. Pourquoi ? Tout simplement parce que la lune de la Terre a la même influence sur son noyau qu'elle a sur les mers et océans en provoquant des marées, ce qui est mesuré depuis des lustres. Le mouvement du noyau entretient sa chaleur. Sauf que tous les 18 ans et 6 mois, la lune change de cycle. Elle a déjà adopté un nouveau cycle qui va avoir pour conséquence d'augmenter les marées ce qui aura des effets sur les populations côtières un peu partout dans le monde. Le noyau terrestre continue à se dilater et à se contracter avec plus d'intensité. Donc sa chaleur augmente. Ce qui conduit directement à un réchauffement du climat, donc plus de tornades, de pluies, d'inondations, de glissements de terrain...et produit plus de perturbations du champ magnétique. En plus notre Lune ralentit la rotation de notre Terre tout en la stabilisant sur son axe et donne avec son attraction une forme plutôt ovoïde à notre planète. Plus la Terre ralentit plus elle se rapproche du soleil.
Le rôle du CO2 dans l'effet de serre existe mais son effet est sans commune mesure sur le réchauffement climatique avec le rôle des mouvements naturels du coeur de la Terre, qui aura bientôt avec l'arrêt du Gulf stream du fait de la fin de la la fonte des glaces, sonné le début d'une nouvelle ère glacière, 200 ans après selon ce que nous a révélé les carottages de la croûte terrestre, mais c'est une autre histoire, au même titre que l'inversion des pôles magnétiques qui lui a lieu tous les 70 000 ans.
Reste le taux de pollution de l'atmosphère liée à la présence de huit milliards d'individus sur sa surface. Ce qui est drôle est que nous savons assez précisément la quantité de méthane produit par les vaches sur la surface de la Terre mais aucune communication n'a jamais été faite sur celui produit par l'humanité. Nous sommes des shadoks qui pètons quinze fois par jour.
Les écologistes comme les pacifistes et les intellectuels de gauche sont à l'Ouest (un peu plus tous les jours) et pas à l'Est où il est interdit de raconter n'importe quoi, sans autorisation. C'est la raison essentielle pour laquelle les Verts pourrissent la vie uniquement des pays les plus modernes qui polluent le moins, comme la France qui est en 4e place sur les 76 états industriels membres de l'ONU.  C'est normal car ces pays ont besoin de renouveler leurs débouchés saturés. Il faut donc trouver des acteurs politiques qui influencent l'opinion au profit d'une nouvelle façon de consommer afin que l'économie libérale en s'adaptant puisse continuer de produire. Il n'y a pas de complot mais une interdépendance fonctionnelle d'intérêts multiples convergents puisant leur ressource sur un même marché au sens le plus large, à la fois intellectuel, mercantile et politique. Acheter du café ou du chocolat bio équitable fait partie de la panoplie. Il est simplement plus cher et moins bon. Parallèlement, les pays communistes et dictatoriaux (pléonasme), comme la Russie, qui de ce fait sont en retard dans le domaine agricole et industriel usent de procédés vieux comme le monde de culpabilisation des publics pour contrarier les activités des pays libéraux afin de leur permettre de tenter de rattraper leur retard. Raison pour laquelle leur relais d'opinion utilisent ici encore les mêmes méthodes dialectique et la même rhétorique que celles de la Pravda sous Staline. Seul le recours aux réseaux sociaux est une nouveauté dans leur pratique. Ce petit jeu a somme nulle convient à tout le monde. Ceci étant, plus personne ne parle de Navalny, des autres russes ou ukrainiens empoisonnés, ni des opposants Biélorusses qui ont été débarqués d'un avion de ligne détourné. Qu'importe le dépeçage de l'Ukraine survenu après celui de la Géorgie. Qui s'insurge encore du sort des Ouïghours et de Hongkong alors que plus personne ne semble savoir où est le Tibet !
Alors pourquoi voulez-vous que nos "Verts" , plutôt dans le rouge, protestent devant les ambassades de Chine et de Russie classés respectivement 45e et 73e parmi les 76 pays les plus polluants de la planète ? Une idée ? Parce que leur but est politique. C'est la destruction du monde libre, qu'ils qualifient de libéral et pire de néo-libéral. Ça ne veut rien dire mais ça fait neuf, smart, dans les mêmes slogans usés depuis 1917 dont on change simplement les symboles.

Par gilles.huvelin le 15/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 1 semaine

 
Chers Confrères,

Le dernier numéro du M@G DES AVOCATS Le BARREAU de FRANCE (2e trimestre 2021) vient d’être distribué aux 71 000 avocats de France et d’Outre-mer et vous pouvez le lire ou le télécharger aussi, ici : https://www.anased.fr/publications/mag49/

Pour le n° 50 de cette revue qui paraîtra en septembre, il faudrait que vous m’adressiez votre contribution avant le 15 août prochain.

Vos articles doivent me parvenir sous format Word uniquement et les photos format jpg.

Avec mes remerciements...et bonne lecture à tous !

 Je vous adresse toutes mes amitiés.

 

Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT
Avocat à la Cour de PARIS
Ancien Membre du Conseil de l'Ordre
Ancien Membre du Conseil National des Barreaux
Présidente de l'ANASED
36, rue de Monceau - 75008 PARIS
Tél. 06.76.86.35.20 Tlc. 01.45.63.69.66
avocat@socquet-clerc.fr
www.anased.fr

Par gilles.huvelin le 12/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 1 semaine

Les techniques sont multiples. Le renvoi en commission est un procédé bien connu. Il y a aussi la définition des tâches qui permet de répondre pour chacun que ce n'est pas son job. Plus largement la fameuse réplique "ce n'est pas mon problème" demeure efficace. Il y a aussi la possibilité de lister tous les empêchements possibles à la concrétisation d'un projet. Entre les contraintes administratives et les oppositions d'intérêts, vous arriverez à répertorier de quoi décourager n'importe qui. Remarquons que si la SNCF a du mal à embaucher des conducteurs de train, c'est parce que ces emplois comportent des contraintes. Or les générations Y et Z en général n'en veulent pas. Pour les avocats, cela explique par exemple le désintérêt de la profession pour le coeur de son métier, à savoir le judiciaire auquel il est préféré parler de contentieux et de clics sur "le mulot". Ce qui convient très bien à une nouvelle génération de magistrats ou de juges qui ne veulent voir que des dossiers. Après tout c'est bien ce qui se passe devant les juridictions administratives. Là encore, accepter que notre pays soit coupé en deux, public / privé, avec deux ordres juridictionnels fait partie des "particularités" françaises prébendieres et obscures d'un système administratif scandaleux hérité de la dictature napoléonienne. En France, pays qui ne remet jamais en cause les strates des erreurs comme des acquis, les systèmes perdurent au-delà de leur sclérose. Ne pas faire devient un choix de ne rien décider et ne rien remettre en cause. Pour ce faire les dogmes politiques, philosophiques, religieux, y compris les droits de l'homme, sont autant de paravents et d'alibis pour tous les conservatismes et le maintien des prés carrés, mais aussi pour justifier des postures et des jeux de rôle qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général. Les robots dans ce contexte sont une solution universelle qui permet à tous les échelons de la production de se débarrasser du travail. Les conséquences de cette culture de ne pas faire ce qui est contraignant pour privilégier une qualité de vie personnelle, y compris au travail, a des effets dans tous les domaines. Cette forme de "lâcher tout" a pour conséquence une culture de la personnalisation dans une société individualiste où l'intérêt général n'a plus guère de sens. Ne pas faire, c'est laissé faire. Cela a conduit la profession à se voir imposer un RPVA lamentable permettant en plus aux greffes de se décharger sur les avocats de tâches de saisies. Ne parlons pas du boitier Navista que fut un choix scandaleux. J'ai demandé en vain le nom des coupables. Que dire de la dernière réforme de la procédure numérique d'appel sinon que c'est formellement absurde et intellectuellement contre-productif. En fait personne ne fait son boulot, mais se concentre sur comment empêcher les autres de travailler, passer la patate chaude, et prendre le poste, surtout pour le paraître. Dès qu'il y a un bruit de mouvement, "les forces de l'immobilisme se mettent en marche et rien ne peut les arrêter". La conséquence est une déperdition d'argent car il faut faire faire par d'autres, mais plus certainement une source de gabegie, de corruption et de malversations. Cultiver la complexification et l'abscon est essentiel pour magnifier ce comportement de lâcheté vite soumis aux rackets des corps intermédiaires autant que de vraies mafias de gangsters, que de réseaux d'esprits médiocres, éventuellement dirigés par des personnes avides de reconnaissance à la tête d'idiots utiles, le tout au service de pompes à finances, d'octroi d'avantages, de captations. Ne pas faire, c'est masquer la lâcheté. À ce prix exorbitant la puissance publique a notamment délégué à une partie de la multitude d'associations dont le budget annuel subventionné global est aux environ de 40 milliards d'euros, une part de ses missions. Au point de subventionner des organisations qui font profession de s'opposer à la puissance publique et d'acheter la paix social à coup de déficits budgétaires qui pendant plus de 46 ans constituent à ce jour, un endettement vertigineux, irresponsable, correspondant à 97% de PIB (je ne compte pas la période Covid, ni l'endettement privé). Ayons conscience que les engagements hors bilan de l'Etat souscrits pour les mêmes raisons, sont autant de bombes à retardement et d'un montant du double de la dette publique de notre pays. C'est tout simplement monstrueux si on considère qu'ils ont augmenté régulièrement... Pire, nous sommes un pays corrompu (toujours en 23ieme position). L'individualisme contemporain met en cause la légitimité des scrutins et lamine la perception de l'intérêt général. Qui n'a pas encore compris que ne pas s'attaquer aux causes des difficultés mais uniquement et en plus partiellement aux conséquences, est une procrastination digne de militants prébendiers des droits de l'homme mais pas d'hommes d'État ? Reste à savoir si nous pouvons continuer tous ensemble à faire semblant et pendant combien de temps ?

Par gilles.huvelin le 09/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 semaines 19 heures

La délocalisation de la production pour satisfaire la faiblesse du pouvoir d'achat des salaires nets après retenues et impôts était incontournable. Depuis, pour permettre la reconstitution de pouvoir d'achat, nous assistons à la promotion des occasions, des marchés de seconde main, voire plus et des produits reconditionnés, l'avalanche des vide-greniers, brocantes, friperies et Puces. Ces nouvelles pratiques nous incitant à faire des travaux et des produits nous-mêmes pour recréer une marge de pouvoir d'achat a une vocation. Satisfaire l'insatiable appétit des secteurs public et social qui ne cessent d'accumuler des déficits qui ont besoin de plus d'impôts et de prélèvements. Les nouvelles pratiques de consommation a pour alibi chic la défense de la planète. Mais ce discours ne masque pas la nécessité de faire supporter plus d'impôts et l'inflation nécessaire pour éponger les dettes.
Songeons que les dettes publiques et privées représentent 263% de notre P.I.B., d'où le discours de l'inflation nécessaire dit-on pour relancer l'économie, mais il s'agit ni plus ni moins que de raboter l'épargne en augmentant les prix pour sauver un temps l'économie, ce qui imposera ensuite l'augmentation des rémunérations et ainsi de suite. On ne sort de l'inflation que par la dévaluation de la monnaie mais la France n'a pas la possibilité de dévaluer l'euro. C'est donc suicidaire.
C'est une politique de gribouille et à courte vue.
Nous entrons donc dans un cycle de paupérisation accélérée pour lequel tout le monde est d'accord pour des motifs différents,  de sorte que l'on peut exclure toute idée absurde de complots. Constatons simplement, que les "Verts" sont pour le recyclage et une consommation "responsable" évitant les produits neufs pour lutter contre le réchauffement climatique, ce qui offre un moyen à leurs yeux en outre de lutter contre la mondialisation.  Le secteur public grâce à plus de pouvoir d'achat que permet la consommation "raisonnée" y trouve son compte car il peut continuer à masquer le chômage en maintenant son recrutement alors même que si l'Allemagne a 1 fonctionnaire pour 9 habitants, nous en avons 1 pour 5. Plus de marge de pouvoir d'achat trouvé en consommant moins cher, c'est ainsi se permettre de pouvoir payer plus d'impôt et je vous dirai ci-dessous pourquoi c'est tout bonnement inéluctable ne serait-ce que pour financer nos collectivités locales. Quant à la gauche, elle a besoin de pauvres, de mécontents et de revendications. Comment justifierait-elle ses slogans et symboles sans générer des désordres ? Les syndicats ont pour leur part besoin de plus de prélèvements pour subvenir aux coûts du système social qu'ils ne veulent pas voir remettre en cause au profit de la mise en oeuvre des assurances privées volontaires comme en Suisse ou au Portugal, qui empêcherait toutes les fraudes, y compris celles très importantes du secteur médical et ferait disparaître postes et prébendes, gabegies et déséquilibres financiers.
Notre appauvrissement est donc momentanément une solution attractive car il permet de continuer d'éluder les réformes nécessaires et surtout de ne pas aborder leurs causes,  à savoir les sujets qui fâchent.

On trouve dans notre appauvrissement qui a recours à une reconstitution de marge de pouvoir d'achat par la recherche de prix bas sur le marché des produits d'occasion ou recyclés un ballon d'oxygène. Jusqu'au moment où notre activité marchande et industrielle qui ralentit, va vendre plus cher moins de produits, puis pratiquement s'arrêter, ne sera plus du tout compétitive, tandis que nous serons perclus par trop d'État et sous le poids du retour d'un vrai chômage de masse officiel.
Là, il n'y aura plus qu'un subterfuge possible à défaut de révolution pour transformer le pays: l'inflation non plus par l'augmentation des prix mais aussi massivement par la masse monétaire. Les conséquences immédiates, ce sont les augmentations de salaires (permettant de lever plus d'impots, de tva, de prélèvements sociaux) qui courent après la hausse des prix. Les conséquences de l'inflation à court terme sont aussi connues faute de pouvoir dévaluer: nous aurons à demeure le Venezuela et le Liban par le chaos économique. Un vrai trou noir qui va absorber la richesse et l'energie du pays.
Bien joué, pourra-t-on dire.
On est les meilleurs. Combien de temps le pays le supportera-t-il ce petit verre d'alcool avant de sombrer dans l'alcoolisme ? En attendant, prévoyons de voir la taxe foncière augmenter prochainement puisque contrairement à ce qui était annoncé, Bercy ne compensera pas totalement la disparition progressive de la taxe d'habitation. Regardons que ceux qui continue de payer cette dernière ne l'ont pas vu diminuer, pour employer un euphémisme. Il faudra bien que les collectivités territoriales millefeuilles s'y retrouvent. Plus sérieusement encore, la paupérisation, c'est plus de violence faites aux personnes et aux biens. Déjà nous avons en France un combriolage toutes les 90 secondes. Soit approximativement le même nombre par an que celui des vols de vélos, près de 400 000, dix fois plus que celui des voitures. 25 % des faits réprimés par le Code Pénal sont connus et 60 % d'entre eux ont une réponse pénale. Songez qu'en 2018 il y avait 800 000 gardes à vue et nous ne disposons toujours que de 68 000 places de prison. Proportionnellement pour être au niveau de la réponse pénale américaine qui connaît toutes les alternatives à la prison comme nous, il faudrait en France 400 000 cellules individuelles de détention. Il y a en France 240 000 personnes qui vivent du trafic de stupéfiants, soit deux fois plus qu'il y a 12 ans.
Ce n'est qu'un début illustrant notre déclin. Ce n'est pas une fatalité. Encore faut-il accepter de donner à notre économie les moyens culturels
et juridiques d'y faire face, sans oublier une baisse des impôts et des prélèvements sociaux qui impliquent une refonte de l'État et de notre système de Santé ainsi que de son financement. Et arrêter la fontaine à normes.

"Dura lex sed lex" disait-on, sauf que ça fait 50 ans que la Loi est inapplicable. Tout simplement parce que notre économie est composée à 95 % de PME et TPE qui n'en ont pas les moyens. Seuls la gauche et les énarques ne le comprennent pas.

Par gilles.huvelin le 08/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 1 semaine

• POUR UNE NOUVELLE ORGANISATION DE LA JUSTICE

• POUR LA CRÉATION DES TRIBUNAUX DE L’ÉCONOMIE

• POUR LA PARTICIPATION DES AVOCATS AUX FONCTIONS DES NOUVEAUX JUGES CONSULAIRES DES TRIBUNAUX DE L’ÉCONOMIE

Un vrai projet constructif pour la Justice doit proposer la création des Tribunaux de l’Économie où les Avocats seront élus pour juger.

L’ANASED (Association Nationale des Avocats pour la Sauvegarde des Entreprises et leur Développement) unie à la CNA par un lien confédéral, tient à rappeler ses complets accords et participation pour un vrai projet pour la Justice, répondant véritablement aux besoins et attentes des citoyens français.

L’ANASED confirme pleinement les exigences du CNB (Conseil National des Barreaux) pour :

« - une Justice présente sur tous les territoires de la République,

- une Justice moderne où le numérique demeure un moyen et ne se substitue pas au juge,

- une Justice qui préserve les droits de tous, des victimes comme de la défense »

(Communiqué CNB 4 avril 2018)

y ajoutant, pour une véritable rénovation de la Justice, la création de grands tribunaux économiques couvrant l’ensemble des entreprises commerciales, agricoles, artisanales et libérales et jugeant les procédures collectives, les baux commerciaux et professionnels, les litiges de la concurrence déloyale, la propriété intellectuelle, industrielle, le droit boursier et celui de la consommation – avec représentation obligatoire par avocat.

Dans ces Tribunaux de l’Économie, les artisans, exploitants agricoles, professions indépendantes et libérales réglementées ou non et donc, les Avocats, seront appelées aux fonctions de juges consulaires.

Cette rénovation de la Justice correspond à la proposition n° 60, présentée par le sénateur Philippe BAS, Président de la Commission des Lois du Sénat, adoptée par celui-ci le 25 octobre 2017, ainsi libellé :

«Étendre la compétence du tribunal de commerce à l’ensemble des entreprises, pour en faire un réel tribunal économique et recentrer la mission civile du Tribunal de première instance et élargir en conséquence le corps électoral des juges consulaires».

Élaborée depuis plus de 10 ans par l’ANASED, cette proposition libérera la magistrature de métier, qui pourra compléter les secteurs en sous-effectifs des Tribunaux et Cours.

Une grande rénovation de la Justice ne peut passer par une déjudiciarisation ou par les seuls goulets d’étranglement de médiation imposée ou la suppression de la présence et de l’intervention nécessaires du juge : un vrai projet constructif pour la Justice doit proposer la création des Tribunaux de l’Économie (ou Tribunaux Économiques).

Paris, le 19 avril 2018

Jean de CESSEAU
Premier Vice-Président de l’ANASED

Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT
Présidente de l’ANASED

www.anased.fr

Par gilles.huvelin le 05/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 2 semaines

« Un jour vient où vous manque une seule chose et ce n'est pas l'objet de votre désir, c'est le désir. »
(Marcel Jouhandeau)

“Nous ne nous approchons de la vérité que dans la mesure où nous nous éloignons de la vie.”
(Socrate)

"Un banquier est toujours en liberté provisoire."
(Raymond Poincaré)

"Ne jamais lire un article qui prétend vous dire ce qu'il faut penser...."
(Philippe Argouarch)

“La sagesse commence dans l’émerveillement.”
(Socrate)

"L'homme est le seul animal qui se couche sans avoir sommeil et se lève en ayant encore envie de dormir"
(Une belle inconnue)

« Lorsque notre nourriture, nos vêtements, nos toits ne seront plus que le fruit exclusif de la production standardisée, ce sera le tour de notre pensée. Toute idée non conforme au gabarit devra être éliminée ."
(John Steinbeck)

« Chaque fois que tu veux connaître le fond d'une chose, confie-la au temps ."
(Sénèque)

« L’éducation est l’arme la plus puissante que l’on puisse utiliser pour changer le monde ».
(Nelson Mandela)

« Gardez bien en vous ce trésor, la gentillesse. Sachez donner sans retenue, perdre sans regret, acquérir sans mesquinerie. »
(George Sand)

"Quand on se suffit à soi-même, on arrive à posséder ce bien inestimable qu’est la liberté."
(Épicure)

« Si la vertu ne suffit à assurer le bonheur, la méchanceté suffit à rendre malheureux"
(Aristote)

"Le bonheur ne dépend pas de ce qui nous manque, mais de la façon dont nous nous servons de ce que nous possédons."
(Arnaud Desjardins)

“La sincérité est une ouverture de coeur. On la trouve en fort peu de gens, et celle que l’on voit d’ordinaire n’est qu’une fine dissimulation pour attirer la confiance des autres.”
(François de La Rochefoucauld)

“Il est vraiment rare qu'on se quitte bien, car si on était bien, on ne se quitterait pas.”
(Marcel Proust)

“Ne jugez rien sur l'apparence, ne jugez jamais rien que sur des preuves. Il n'y a pas de meilleure règle.”
(Charles Dickens)

"J'adore parler de rien: c'est le seul domaine où j'ai de vagues connaissances."
(Oscar Wilde)

“Un peu de chagrin prouve beaucoup d’amour, mais beaucoup de chagrin montre trop peu d’esprit.”
(William Shakespeare)

"On est souvent un con"
(Bernard Lebigre)