gilles.huvelin

aoû
10

Dictatures !

Par gilles.huvelin le 10/08/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 1 semaine

Je tempête en vain. J'ai beau le dire au restaurateurs. La mode lancée autrefois par les Cafés Dupont de servir le vin glacé et le café brûlant a trouvé un relai médiatique avec la création du guide Gault & Millau. Il nous est toujours et encore servi le vin blanc quel qu'il soit, froid. Les recommandations des journaux professionnels qui ont popularisé l'utilisation de cave artificielle pour les bars, brasserie et restaurants recommandent la conservation des vins blancs à 8° et de les servir à 13°. Ce qui permet de conserver des bouteilles ouvertes et de les détailler au verre. Les bouteilles (qui ne sont plus cirées depuis belles lurettes sauf rares exceptions remarquables par leur qualité) sont servies dans les mêmes conditions. Un verre de Chardonnay arrivera dans un tel état qu'il mettra vingt minutes à retrouver une température normal pour en sentir le bouquet. Une bouteille de Condrieu m'a été servie glacée dans une Brasserie à la mode et le chef de rang a trouvé cela normal. Lorsque l'établissement a un sommelier, c'est simplement moins pire. Félicitations tout de même à celui de restaurant l'Epicure de l'hôtel Bristol à Paris qui m'a servi un clavelin de Château-Chalon à température pour accompagner le fameux poulet de Bresse aux morilles. Faut-il se rendre uniquement dans les restaurants deux étoiles également pour que le Champagne ne soit pas sélectionné à destination d'une clientèle japonaise, trop jeune, acide et trop vert ? Quant à revenir aux coupes et abandonner les flûtes, un combat de titan ! La Brasserie Le Vaudeville en face de la Bourse sert encore un excellent champagne choisi dans des coupes. On propose plus facilement un médiocre champagne dans une flûte et qu'importe qu'elle prenne moins de place à ranger, on ne peut pas faire de cascade de champagne avec !
Le Paris de la gastronomie des Brasseries sombre dans les portions de plus en plus réduites au prix augmenté devant l'absence des touristes afin de reconstituer les marges sur le dos de la clientèle locale. Quelques aveyronnais et courageux cuisiniers éthiques ne cèdent pas à la tentation, mais tous ont fait disparaître de leur carte, de plus en plus courtes, le traditionnel steak frites de mes années estudiantines au profit des Burgers. Il est quasiment impossible de trouver dans un Bar le fameux solide jambon beurre sans nitrites ni nitrates ne dégoulinant pas de flotte. Demander des cornichons pour ne pas déjeuner seul sur le pousse d'un sandwich infâme est devenu indécent. Si les terrasses sont vides, ce n'est pas à cause du passe sanitaire. C'est parce que les touristes ne sont pas venus. Et soyons nets, parce que les établissements ont augmenté leur prix en servant tous la même chose, oubliant en général les plats traditionnels de nos terroires. Quant aux nos fameuses frites, elles disparaissent comme les bons croissants parisiens "mietteux" d'antan y compris des boulangeries. Les pakistanais ou skrilankais de nos cuisines ne savent pas faire les frites. Ça commence par le choix des pommes de terre.
Il restera bientôt que des "nourritures rapides" et des tables renommées. Mais aussi soulignons, comme partout, la classe moyenne disparaissant, leurs prestataires et fournisseurs se rarifiront. Il en va de même pour les métiers de bouche. Place de La Madeleine, Hediard et Fauchon n'ont pas fermé pour rien. Comme tous les établissements de luxe, c'est la fréquentation du plus grand nombre qui les maintenaient en vie. La paupérisation de la classe moyenne les a tué.

La crise du Covid nous débarrassera des mauvais professionnels qui ne s'efforcent pas de satisfaire une clientèle qui apprécie une bonne table. Qui elle-même est en voie de disparition et c'est aussi un histoire de goût, une question de culture. Levons nos verres et en plus avec modération. Paris finira comme Londres qui dispose de deux chaines d'approvisionnement pour ses pubs proposant chacun l'une des deux cartes de plats standardisés. Même les petits pois bleus cubiques y ont disparu !

Par gilles.huvelin le 08/08/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 1 semaine

"Un âne dit au tigre :
- L'herbe est bleue.
Le tigre rétorque :
- Non, l'herbe est verte.
La dispute s'envenime et tous deux décident de la soumettre à l'arbitrage du lion, "le roi" de la jungle. Bien avant d'atteindre la clairière où le lion se reposait, l âne se met à crier :
- Votre Altesse, n'est-ce pas que l'herbe est bleue ?
Le lion lui répond :
- Effectivement, l'herbe est bleue.
L'âne se précipite et insiste :
- Le tigre n'est pas d'accord avec moi, il me contredit et cela m'ennuie. S'il vous plaît, punissez-le !
Le lion déclare alors :
- Le tigre sera puni de 5 ans de silence.
L âne se met à sauter joyeusement et continue son chemin, heureux et répétant :
- L'herbe est bleue... l'herbe est bleue...
Le tigre accepte sa punition, mais demande une explication au lion :
- Votre Altesse, pourquoi m'avoir puni ? Après tout, l'herbe n'est-elle pas verte ?
Le lion lui dit :
- En effet, l'herbe est verte.
Le tigre, surpris, lui demande :
- Alors pourquoi me punissez-vous ???
Le lion lui explique :
- Cela n'a rien à voir avec la question de savoir si l'herbe est bleue ou verte. Ta punition vient du fait qu'il n'est pas possible qu'une créature courageuse et intelligente comme toi ait pu perdre son temps à discuter avec un fou et un fanatique qui ne se soucie pas de la vérité ou de la réalité, mais seulement de la victoire de ses croyances et de ses illusions. Ne perds jamais de temps avec des arguments qui n'ont aucun sens... Il y a des gens qui, quelles que soient les preuves qu'on leur présente, ne sont pas en mesure de comprendre. Et d'autres, aveuglés par leur ego, leur haine et leur ressentiment, ne souhaiteront jamais qu'une seule chose : avoir raison même s'ils ont tort.
Or quand l'ignorance crie, l'intelligence se tait."

(Ceci étant, l'honnêteté exige de rétablir la vérité: l'âne est un animal intelligent. Le malheur de l'avoir asservi nous a donné une honte que nous avons combattue en prétendant qu'il était bête pour ne pas être humain. A faire la bête, il a joué ses maîtres. Bien qu'en guenilles, il est devenu un animal de bonne compagnie. Le tigre quant à lui est bientôt éradiqué tout comme le lion. Faire l'âne pour avoir du foin reste un adage précieux. Nos ânes contemporains en ont gardé la leçon afin de recevoir le fameux picotin en échange de conserver le rôle d'âne. Rien ne change. -NDLR)

Par gilles.huvelin le 08/08/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 1 semaine

« La décision la plus courageuse que vous prenez chaque jour, c’est d'être de bonne humeur. »
(Voltaire)

Par gilles.huvelin le 06/08/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 1 semaine

Les fondamentaux du grand basculement de l'après Covid sont engagés. Nous pouvons les voir autour de nous.
Je me suis promené benoîtement dans un Paris plutôt désert en ce début août. Les travaux publics en cours sont stoppés. Les chantiers du Bâtiment qui commencent ont attiré mon attention. Les véhicules sont immatriculés en Bulgarie ou en Pologne. Je croyais que nous avions un chômage important. En l'état de la paupérisation du commun des mortels ici, je comprends que la recherche des prix bas conduise à trouver des employés moins chers. J'entends aussi que les entreprises ne trouvent pas de personnel qualifié parmi nos chômeurs pour faire le boulot. Je vois aussi beaucoup de débutants et des étudiants en stage cet été en contact avec le public. Je sais aussi que nos salariés ont entassé des congés payés pendant les périodes de confinement et d'arrêt de travail pour causes de comorbidité. Or les congés, c'est beaucoup en France, entre le 14 juillet et le 15 août. Les entreprises ferment par conséquent et si elles doivent tourner, il leur faut trouver à boucher les trous comme il est possible. Toute commande de réparation ou de travail artisanal se heurte à la même réponse: ce sera en septembre, sans plus de précision et pour le devis, je finis par croire que ce sera la même chose.  Mais l'été n'empêche pas les manifestations contre tout, n'importe quoi ou le contraire, tous les samedis. Le droit de ne pas se faire vacciner est revendiqué, ce qui dans l'esprit de contestataires devraient leur permettre de rester chez eux en continuant de percevoir leur rémunération. Les virus idéologiques qui justifient les levés de boucliers de minoritaires bruyants changent régulièrement mobilisant les mêmes groupuscules qui ne font en réalité que flèches de n'importent quel bois uniquement pour détruit l'économie puisqu'elle est libérale, qualifiée de "néo", ce qui ne veut rien dire, mais c'est "smart". Il semble bien que le but à atteindre est de ne se soucier que de privilégier sa vie personnelle qui ne se trouve pas forcément dans un travail dans lequel de moins en moins de personnes semblent pouvoir se réaliser.
"Je finis par penser que l'on devrait payer des gens à rien foutre afin qu'ils n'empêchent pas les autres de travailler", me disait un chef d'entreprise désabusé de devoir passer son temps à indemniser des gens pour qu'ils quittent sa boîte. "On ne démissionne pas, on cherche à se faire virer pour avoir des indemnités et le chômage."
Le revenu universel est peut-être la réponse de gauche la plus adaptée à ce constat. Sinon, il y aurait le retour des coups de pied aux fesses, ce serait scandaleusement de droite mais une pratique acceptable si elle est mise en application par le Parti communiste chinois. Dès que c'est communiste, l'Orchestre rouge sort ses violons. Finalement, l'éventail des alibis dogmatiques politiques est très large pour résoudre notre problème, pardon, notre problématique. Dommage que Molière ne puisse plus nous faire une pièce de Théâtre sur notre monde du travail, ce serait à hurler de rire et je n'ai pas pensé à tous ni à tout. Réfléchissons bien, parmi les deux options que mon délire prosateur propose, quelle serait la moins onéreuse ? Le revenu universel est une idée qui fait son chemin et pour cause, le financement a été trouvé: les coûts cachés de la production du PIB sont évalués à la moitié de son montant. C'est très sérieux. Si nous étions capable de maîtriser les coûts cachés, qui résultent du facteur humain, notre PIB serait multiplié par deux, voir par trois. Un tiers d'entre-nous travaille, un tiers ne travaille pas et un tiers pietine l'aorte du premier tiers et pompe l'air au second en faisant n'importe quoi ou mal. Sans compter les erreurs du premier tiers.

Si les robots et l'IA remplacent, mettons seulement, les agents de production jusqu'au niveau de Bac+4 comme ils en sont capables déjà pour beaucoup de fonctions y compris dans le secteur tertiaire, le financement du revenu universel est plus que largement couvert. On pourrait même largement faire plus de marge. Grandiose.

Le travail forcé qu'une dictature peut mettre en place serait concrètement désastreux à tout point de vue, notamment en terme de productivité, et ruineux en terme économique car son inefficacité est déjà largement démontré historiquement. Socialement, c'est évidemment un échec.

C'est bien le revenu universel qui sera la panacée. D'ores et déjà 20% de la population détiennent 80% des connaissances nécessaires à l'humanité. Le reste du travail, c'est de l'exécution. Bande de larves à l'ego démesuré.

Je vous invite à visionner la vidéo ci-dessous pour comprendre que nous n'avons jamais été si près de cerner la solution économique, politique et sociale qu'offre le revenu universel:

https://youtu.be/-dl9FlNkDTw

La CGT va finir par obtenir ce qu'elle souhaite, une rente de situation pour tous. Elle n'aura plus d'objet. Ses derniers militants, je ne parle pas d'adhérents à jour de leur cotisation, constitueront par conséquent rapidement une espèce en voie de disparition.

Concrètement nous allons bien à marche forcée vers la société que nous promettaient les auteurs de science-fiction, en premier lieu, assez rapidement, celui de "Soleil Vert". Ceux de "Holon" ont trouvé la concrétisation de leur vision terrifiante en Chine avec le compte social individuel à points et toute la technologie qui est mise en oeuvre pour y parvenir.

Nous sommes bien d'accord par ailleurs que "Big Brother" est dépassé en 2021. Orwell ne s'est trompé que d'une trentaine d'années en définitive en choississant pour titre "1984". C'est grâce à la Chine qui a ouvert la voie d'ailleurs en premier. Magnifique. Saura-t-elle cependant choisir le revenu universel plutôt que le travail forcé ?

Une dictature peut-elle perdre le contrôle du temps libre ?

Son avenir passera-t-il pas les amusements contraints, les loisirs codifiés, imposés, régis par l'IA comme n'importe quelle production ?

Et à l'Ouest ? Saurons-nous être encore plus à l'Ouest ? Quel challenge !

Ne nous y trompons pas. La fusion nucléaire et l'informatique quantique peut dominer notre monde de demain bien plus rapidement que nous le pensons aujourd'hui. Sans compter que les physiciens ont toujours nier que le temps existe. Je sais, c'est déjà difficile de concevoir une mémoire en trois D... mais le post-humanisme permettra à tous les cerveaux augmentés de le comprendre comme un enfant enfonce une cheville ronde dans un trou de la même forme. Et là encore, dans ce domaine la Chine a une longueur d'avance, faute de scrupule. Pour saisir comment fonctionne le monde selon Xi Jinping, notre complaisance occidentale et ce que sera le modèle social dominant, je vous invite à regarder cette autre vidéo:

https://t.co/0eNFrYw3rZ

Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas. Tant pis pour vous.

Si vous avez un vertige après tout cela, revenu universel et dictature new age, ce n'est pas bon signe. Vous irez dans un camp car c'est un signe d'incompréhension. En cela, en effet, c'est déjà une contestation d'un monde idéal. Vous pouvez toujours défiler demain contre ce que vous voulez avec la famille des Pierre à feu qui paradoxalement vient au soutien de ce monde promis. Nous parvenons déjà en haut de la rampe à crémaillère d'un grand huit ou d'une montagne russe dans des wagonnets que nous ne conduisons pas. Cet avenir matiné de réseaux sociaux libertaires, promesses de démocratie plus directe qui viendra le soutenir, s'écrit sans nous, quoique nous fassions car le progrès scientifique n'a jamais été enrayé et a toujours trouvé à s'appliquer: moins de travail permet plus d'investissement ! Ajouter les mécanismes sociologiques constants et c'est plié. Par conséquent je vous propose de mettre tous ensemble les pieds en l'air. Les autres pensent prendre leur sac à dos et aller vivre dans les Rocheuses en se nourrissant d'écureuils grillés, prétendant que c'est meilleur que les tablettes de protéines faites avec des insectes réduits en poudre parfumée à la vanille bio. Mais le pire n'est jamais certain dans ce domaine car les statistiques annoncent une baisse de la population mondiale en Chine et dans d'autres régions à partir de 2050 sauf en Afrique qui finira toutefois par connaître la même courbe des naissances ultérieurement. Et ça permettra de réduire le coût du chômage universel, euh, du revenu universel. 20% de l'humanité se préparent un avenir extraordinaire avec un QI de 160 transhumaniste en vivant à part, pendant qu'ils assureront, avec des technologies plus ou moins autonomes, aux 80% restant de pouvoir continuer à jouer sur des claviers sans mémoire propre, en mangeant des menus de régimes adaptés à leur condition physique, consultés vingt fois en mode démocratie directe par jour afin d'améliorer leur ghetto.

Par gilles.huvelin le 01/08/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 mois 2 semaines

Sans la paupérisation découlant du collectivisme écrasant par l'impôts et les prélèvements les revenus nets, contraignant à délocaliser la production pour produire moins cher, la misérable politique de la gauche intersectionnelle ne prospérerait pas. Elle la cultive sur un fond de déculturation, de destruction des liens sociaux fondés sur la recherche de l'intérêt commun. Et celui-ci n'est pas la somme des intérêts particuliers. La loi de la République est celle de la majorité des voix exprimées et n'est pas celle de minorités bruyantes. Toute décomposition produit du méthane. Celle de notre société est parfaitement idenfiable dans les manifestations chroniques du samedi, aux motivations instillées par l'injection de virus idéologiques successifs avec le seul but, la destruction de la société libérale que le national socialisme rampant ne dénonce pas. À bout d'argument, la défense de la liberté par des manifestants sans références politiques établies révèlent une fois de plus qu'ils ne savent pas de quoi ils parlent. D'abord parce que la liberté, c'est l'enfer. Elle consiste à se prendre totalement en charge. Ce qu'ils demandent en réalité, c'est la liberté de nuire à l'intérêt général aux dépens et a la charge des autres. Seule l'attention complaisante des médias qui ne parlent que des trains en retard, donne à la méthanisation de notre société une légitimité alors qu'il ne s'agit que des conséquences des sujets qui fâchent. Ceux-là devaient être éradiqués par les réformes qui étaient le programme de l'élection présidentielle de 2017 et de la législature en cours. Et si cette "méthanisation" était une fermentation, ce serait une surprise pour les prochaines élections, ce dont de toute évidence personne ne croit vraiment ? Nos râleurs éventuellement casseurs appartiennent à la même frange de la population, celle des ignorants et des "imbéciles utiles" cultivés par une idéologique propre à toutes les formes d'extrémisme, de destruction de l'Éducation Nationale, de notre langue, collectivistes ou populistes coupeurs de têtes, militants des déficits et autre billevesées démagogiques de droite ou de gauche radicales.
Dans combien de temps notre pays sera auto vacciné contre les vagues de virus idéologiques mutant quasiment chaque semaine, cultivés sur le terreau du désarroi d'une société en basculement technologique, économique et social ?

juil
16

Et la Lune !

Par gilles.huvelin le 16/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 3 jours

L'observation d'un satellite de Jupiter qui a une lune a fait apparaître que celle-ci a une influence sur son noyau. Selon le déroulé de l'orbite de sa lune, le noyau du satellite se dilate ou se contracte. Et ce mouvement entraîne une élévation de chaleur. Ce qui est logique, cohérent et vérifié. Point. Cette communication auprès du grand public par les principaux médias n'a pas été renouvelée. Pourquoi ? Tout simplement parce que la lune de la Terre a la même influence sur son noyau qu'elle a sur les mers et océans en provoquant des marées, ce qui est mesuré depuis des lustres. Le mouvement du noyau entretient sa chaleur. Sauf que tous les 18 ans et 6 mois, la lune change de cycle. Elle a déjà adopté un nouveau cycle qui va avoir pour conséquence d'augmenter les marées ce qui aura des effets sur les populations côtières un peu partout dans le monde. Le noyau terrestre continue à se dilater et à se contracter avec plus d'intensité. Donc sa chaleur augmente. Ce qui conduit directement à un réchauffement du climat, donc plus de tornades, de pluies, d'inondations, de glissements de terrain...et produit plus de perturbations du champ magnétique. En plus notre Lune ralentit la rotation de notre Terre tout en la stabilisant sur son axe et donne avec son attraction une forme plutôt ovoïde à notre planète. Plus la Terre ralentit plus elle se rapproche du soleil.
Le rôle du CO2 dans l'effet de serre existe mais son effet est sans commune mesure sur le réchauffement climatique avec le rôle des mouvements naturels du coeur de la Terre, qui aura bientôt avec l'arrêt du Gulf stream du fait de la fin de la la fonte des glaces, sonné le début d'une nouvelle ère glacière, 200 ans après selon ce que nous a révélé les carottages de la croûte terrestre, mais c'est une autre histoire, au même titre que l'inversion des pôles magnétiques qui lui a lieu tous les 70 000 ans.
Reste le taux de pollution de l'atmosphère liée à la présence de huit milliards d'individus sur sa surface. Ce qui est drôle est que nous savons assez précisément la quantité de méthane produit par les vaches sur la surface de la Terre mais aucune communication n'a jamais été faite sur celui produit par l'humanité. Nous sommes des shadoks qui pètons quinze fois par jour.
Les écologistes comme les pacifistes et les intellectuels de gauche sont à l'Ouest (un peu plus tous les jours) et pas à l'Est où il est interdit de raconter n'importe quoi, sans autorisation. C'est la raison essentielle pour laquelle les Verts pourrissent la vie uniquement des pays les plus modernes qui polluent le moins, comme la France qui est en 4e place sur les 76 états industriels membres de l'ONU.  C'est normal car ces pays ont besoin de renouveler leurs débouchés saturés. Il faut donc trouver des acteurs politiques qui influencent l'opinion au profit d'une nouvelle façon de consommer afin que l'économie libérale en s'adaptant puisse continuer de produire. Il n'y a pas de complot mais une interdépendance fonctionnelle d'intérêts multiples convergents puisant leur ressource sur un même marché au sens le plus large, à la fois intellectuel, mercantile et politique. Acheter du café ou du chocolat bio équitable fait partie de la panoplie. Il est simplement plus cher et moins bon. Parallèlement, les pays communistes et dictatoriaux (pléonasme), comme la Russie, qui de ce fait sont en retard dans le domaine agricole et industriel usent de procédés vieux comme le monde de culpabilisation des publics pour contrarier les activités des pays libéraux afin de leur permettre de tenter de rattraper leur retard. Raison pour laquelle leur relais d'opinion utilisent ici encore les mêmes méthodes dialectique et la même rhétorique que celles de la Pravda sous Staline. Seul le recours aux réseaux sociaux est une nouveauté dans leur pratique. Ce petit jeu a somme nulle convient à tout le monde. Ceci étant, plus personne ne parle de Navalny, des autres russes ou ukrainiens empoisonnés, ni des opposants Biélorusses qui ont été débarqués d'un avion de ligne détourné. Qu'importe le dépeçage de l'Ukraine survenu après celui de la Géorgie. Qui s'insurge encore du sort des Ouïghours et de Hongkong alors que plus personne ne semble savoir où est le Tibet !
Alors pourquoi voulez-vous que nos "Verts" , plutôt dans le rouge, protestent devant les ambassades de Chine et de Russie classés respectivement 45e et 73e parmi les 76 pays les plus polluants de la planète ? Une idée ? Parce que leur but est politique. C'est la destruction du monde libre, qu'ils qualifient de libéral et pire de néo-libéral. Ça ne veut rien dire mais ça fait neuf, smart, dans les mêmes slogans usés depuis 1917 dont on change simplement les symboles.

Par gilles.huvelin le 15/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 4 jours

 
Chers Confrères,

Le dernier numéro du M@G DES AVOCATS Le BARREAU de FRANCE (2e trimestre 2021) vient d’être distribué aux 71 000 avocats de France et d’Outre-mer et vous pouvez le lire ou le télécharger aussi, ici : https://www.anased.fr/publications/mag49/

Pour le n° 50 de cette revue qui paraîtra en septembre, il faudrait que vous m’adressiez votre contribution avant le 15 août prochain.

Vos articles doivent me parvenir sous format Word uniquement et les photos format jpg.

Avec mes remerciements...et bonne lecture à tous !

 Je vous adresse toutes mes amitiés.

 

Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT
Avocat à la Cour de PARIS
Ancien Membre du Conseil de l'Ordre
Ancien Membre du Conseil National des Barreaux
Présidente de l'ANASED
36, rue de Monceau - 75008 PARIS
Tél. 06.76.86.35.20 Tlc. 01.45.63.69.66
avocat@socquet-clerc.fr
www.anased.fr

Par gilles.huvelin le 12/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 1 semaine

Les techniques sont multiples. Le renvoi en commission est un procédé bien connu. Il y a aussi la définition des tâches qui permet de répondre pour chacun que ce n'est pas son job. Plus largement la fameuse réplique "ce n'est pas mon problème" demeure efficace. Il y a aussi la possibilité de lister tous les empêchements possibles à la concrétisation d'un projet. Entre les contraintes administratives et les oppositions d'intérêts, vous arriverez à répertorier de quoi décourager n'importe qui. Remarquons que si la SNCF a du mal à embaucher des conducteurs de train, c'est parce que ces emplois comportent des contraintes. Or les générations Y et Z en général n'en veulent pas. Pour les avocats, cela explique par exemple le désintérêt de la profession pour le coeur de son métier, à savoir le judiciaire auquel il est préféré parler de contentieux et de clics sur "le mulot". Ce qui convient très bien à une nouvelle génération de magistrats ou de juges qui ne veulent voir que des dossiers. Après tout c'est bien ce qui se passe devant les juridictions administratives. Là encore, accepter que notre pays soit coupé en deux, public / privé, avec deux ordres juridictionnels fait partie des "particularités" françaises prébendieres et obscures d'un système administratif scandaleux hérité de la dictature napoléonienne. En France, pays qui ne remet jamais en cause les strates des erreurs comme des acquis, les systèmes perdurent au-delà de leur sclérose. Ne pas faire devient un choix de ne rien décider et ne rien remettre en cause. Pour ce faire les dogmes politiques, philosophiques, religieux, y compris les droits de l'homme, sont autant de paravents et d'alibis pour tous les conservatismes et le maintien des prés carrés, mais aussi pour justifier des postures et des jeux de rôle qui n'ont rien à voir avec l'intérêt général. Les robots dans ce contexte sont une solution universelle qui permet à tous les échelons de la production de se débarrasser du travail. Les conséquences de cette culture de ne pas faire ce qui est contraignant pour privilégier une qualité de vie personnelle, y compris au travail, a des effets dans tous les domaines. Cette forme de "lâcher tout" a pour conséquence une culture de la personnalisation dans une société individualiste où l'intérêt général n'a plus guère de sens. Ne pas faire, c'est laissé faire. Cela a conduit la profession à se voir imposer un RPVA lamentable permettant en plus aux greffes de se décharger sur les avocats de tâches de saisies. Ne parlons pas du boitier Navista que fut un choix scandaleux. J'ai demandé en vain le nom des coupables. Que dire de la dernière réforme de la procédure numérique d'appel sinon que c'est formellement absurde et intellectuellement contre-productif. En fait personne ne fait son boulot, mais se concentre sur comment empêcher les autres de travailler, passer la patate chaude, et prendre le poste, surtout pour le paraître. Dès qu'il y a un bruit de mouvement, "les forces de l'immobilisme se mettent en marche et rien ne peut les arrêter". La conséquence est une déperdition d'argent car il faut faire faire par d'autres, mais plus certainement une source de gabegie, de corruption et de malversations. Cultiver la complexification et l'abscon est essentiel pour magnifier ce comportement de lâcheté vite soumis aux rackets des corps intermédiaires autant que de vraies mafias de gangsters, que de réseaux d'esprits médiocres, éventuellement dirigés par des personnes avides de reconnaissance à la tête d'idiots utiles, le tout au service de pompes à finances, d'octroi d'avantages, de captations. Ne pas faire, c'est masquer la lâcheté. À ce prix exorbitant la puissance publique a notamment délégué à une partie de la multitude d'associations dont le budget annuel subventionné global est aux environ de 40 milliards d'euros, une part de ses missions. Au point de subventionner des organisations qui font profession de s'opposer à la puissance publique et d'acheter la paix social à coup de déficits budgétaires qui pendant plus de 46 ans constituent à ce jour, un endettement vertigineux, irresponsable, correspondant à 97% de PIB (je ne compte pas la période Covid, ni l'endettement privé). Ayons conscience que les engagements hors bilan de l'Etat souscrits pour les mêmes raisons, sont autant de bombes à retardement et d'un montant du double de la dette publique de notre pays. C'est tout simplement monstrueux si on considère qu'ils ont augmenté régulièrement... Pire, nous sommes un pays corrompu (toujours en 23ieme position). L'individualisme contemporain met en cause la légitimité des scrutins et lamine la perception de l'intérêt général. Qui n'a pas encore compris que ne pas s'attaquer aux causes des difficultés mais uniquement et en plus partiellement aux conséquences, est une procrastination digne de militants prébendiers des droits de l'homme mais pas d'hommes d'État ? Reste à savoir si nous pouvons continuer tous ensemble à faire semblant et pendant combien de temps ?

Par gilles.huvelin le 09/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 1 semaine 4 jours

La délocalisation de la production pour satisfaire la faiblesse du pouvoir d'achat des salaires nets après retenues et impôts était incontournable. Depuis, pour permettre la reconstitution de pouvoir d'achat, nous assistons à la promotion des occasions, des marchés de seconde main, voire plus et des produits reconditionnés, l'avalanche des vide-greniers, brocantes, friperies et Puces. Ces nouvelles pratiques nous incitant à faire des travaux et des produits nous-mêmes pour recréer une marge de pouvoir d'achat a une vocation. Satisfaire l'insatiable appétit des secteurs public et social qui ne cessent d'accumuler des déficits qui ont besoin de plus d'impôts et de prélèvements. Les nouvelles pratiques de consommation a pour alibi chic la défense de la planète. Mais ce discours ne masque pas la nécessité de faire supporter plus d'impôts et l'inflation nécessaire pour éponger les dettes.
Songeons que les dettes publiques et privées représentent 263% de notre P.I.B., d'où le discours de l'inflation nécessaire dit-on pour relancer l'économie, mais il s'agit ni plus ni moins que de raboter l'épargne en augmentant les prix pour sauver un temps l'économie, ce qui imposera ensuite l'augmentation des rémunérations et ainsi de suite. On ne sort de l'inflation que par la dévaluation de la monnaie mais la France n'a pas la possibilité de dévaluer l'euro. C'est donc suicidaire.
C'est une politique de gribouille et à courte vue.
Nous entrons donc dans un cycle de paupérisation accélérée pour lequel tout le monde est d'accord pour des motifs différents,  de sorte que l'on peut exclure toute idée absurde de complots. Constatons simplement, que les "Verts" sont pour le recyclage et une consommation "responsable" évitant les produits neufs pour lutter contre le réchauffement climatique, ce qui offre un moyen à leurs yeux en outre de lutter contre la mondialisation.  Le secteur public grâce à plus de pouvoir d'achat que permet la consommation "raisonnée" y trouve son compte car il peut continuer à masquer le chômage en maintenant son recrutement alors même que si l'Allemagne a 1 fonctionnaire pour 9 habitants, nous en avons 1 pour 5. Plus de marge de pouvoir d'achat trouvé en consommant moins cher, c'est ainsi se permettre de pouvoir payer plus d'impôt et je vous dirai ci-dessous pourquoi c'est tout bonnement inéluctable ne serait-ce que pour financer nos collectivités locales. Quant à la gauche, elle a besoin de pauvres, de mécontents et de revendications. Comment justifierait-elle ses slogans et symboles sans générer des désordres ? Les syndicats ont pour leur part besoin de plus de prélèvements pour subvenir aux coûts du système social qu'ils ne veulent pas voir remettre en cause au profit de la mise en oeuvre des assurances privées volontaires comme en Suisse ou au Portugal, qui empêcherait toutes les fraudes, y compris celles très importantes du secteur médical et ferait disparaître postes et prébendes, gabegies et déséquilibres financiers.
Notre appauvrissement est donc momentanément une solution attractive car il permet de continuer d'éluder les réformes nécessaires et surtout de ne pas aborder leurs causes,  à savoir les sujets qui fâchent.

On trouve dans notre appauvrissement qui a recours à une reconstitution de marge de pouvoir d'achat par la recherche de prix bas sur le marché des produits d'occasion ou recyclés un ballon d'oxygène. Jusqu'au moment où notre activité marchande et industrielle qui ralentit, va vendre plus cher moins de produits, puis pratiquement s'arrêter, ne sera plus du tout compétitive, tandis que nous serons perclus par trop d'État et sous le poids du retour d'un vrai chômage de masse officiel.
Là, il n'y aura plus qu'un subterfuge possible à défaut de révolution pour transformer le pays: l'inflation non plus par l'augmentation des prix mais aussi massivement par la masse monétaire. Les conséquences immédiates, ce sont les augmentations de salaires (permettant de lever plus d'impots, de tva, de prélèvements sociaux) qui courent après la hausse des prix. Les conséquences de l'inflation à court terme sont aussi connues faute de pouvoir dévaluer: nous aurons à demeure le Venezuela et le Liban par le chaos économique. Un vrai trou noir qui va absorber la richesse et l'energie du pays.
Bien joué, pourra-t-on dire.
On est les meilleurs. Combien de temps le pays le supportera-t-il ce petit verre d'alcool avant de sombrer dans l'alcoolisme ? En attendant, prévoyons de voir la taxe foncière augmenter prochainement puisque contrairement à ce qui était annoncé, Bercy ne compensera pas totalement la disparition progressive de la taxe d'habitation. Regardons que ceux qui continue de payer cette dernière ne l'ont pas vu diminuer, pour employer un euphémisme. Il faudra bien que les collectivités territoriales millefeuilles s'y retrouvent. Plus sérieusement encore, la paupérisation, c'est plus de violence faites aux personnes et aux biens. Déjà nous avons en France un combriolage toutes les 90 secondes. Soit approximativement le même nombre par an que celui des vols de vélos, près de 400 000, dix fois plus que celui des voitures. 25 % des faits réprimés par le Code Pénal sont connus et 60 % d'entre eux ont une réponse pénale. Songez qu'en 2018 il y avait 800 000 gardes à vue et nous ne disposons toujours que de 68 000 places de prison. Proportionnellement pour être au niveau de la réponse pénale américaine qui connaît toutes les alternatives à la prison comme nous, il faudrait en France 400 000 cellules individuelles de détention. Il y a en France 240 000 personnes qui vivent du trafic de stupéfiants, soit deux fois plus qu'il y a 12 ans.
Ce n'est qu'un début illustrant notre déclin. Ce n'est pas une fatalité. Encore faut-il accepter de donner à notre économie les moyens culturels
et juridiques d'y faire face, sans oublier une baisse des impôts et des prélèvements sociaux qui impliquent une refonte de l'État et de notre système de Santé ainsi que de son financement. Et arrêter la fontaine à normes.

"Dura lex sed lex" disait-on, sauf que ça fait 50 ans que la Loi est inapplicable. Tout simplement parce que notre économie est composée à 95 % de PME et TPE qui n'en ont pas les moyens. Seuls la gauche et les énarques ne le comprennent pas.

Par gilles.huvelin le 08/07/21
Dernier commentaire ajouté il y a 2 mois 1 semaine

• POUR UNE NOUVELLE ORGANISATION DE LA JUSTICE

• POUR LA CRÉATION DES TRIBUNAUX DE L’ÉCONOMIE

• POUR LA PARTICIPATION DES AVOCATS AUX FONCTIONS DES NOUVEAUX JUGES CONSULAIRES DES TRIBUNAUX DE L’ÉCONOMIE

Un vrai projet constructif pour la Justice doit proposer la création des Tribunaux de l’Économie où les Avocats seront élus pour juger.

L’ANASED (Association Nationale des Avocats pour la Sauvegarde des Entreprises et leur Développement) unie à la CNA par un lien confédéral, tient à rappeler ses complets accords et participation pour un vrai projet pour la Justice, répondant véritablement aux besoins et attentes des citoyens français.

L’ANASED confirme pleinement les exigences du CNB (Conseil National des Barreaux) pour :

« - une Justice présente sur tous les territoires de la République,

- une Justice moderne où le numérique demeure un moyen et ne se substitue pas au juge,

- une Justice qui préserve les droits de tous, des victimes comme de la défense »

(Communiqué CNB 4 avril 2018)

y ajoutant, pour une véritable rénovation de la Justice, la création de grands tribunaux économiques couvrant l’ensemble des entreprises commerciales, agricoles, artisanales et libérales et jugeant les procédures collectives, les baux commerciaux et professionnels, les litiges de la concurrence déloyale, la propriété intellectuelle, industrielle, le droit boursier et celui de la consommation – avec représentation obligatoire par avocat.

Dans ces Tribunaux de l’Économie, les artisans, exploitants agricoles, professions indépendantes et libérales réglementées ou non et donc, les Avocats, seront appelées aux fonctions de juges consulaires.

Cette rénovation de la Justice correspond à la proposition n° 60, présentée par le sénateur Philippe BAS, Président de la Commission des Lois du Sénat, adoptée par celui-ci le 25 octobre 2017, ainsi libellé :

«Étendre la compétence du tribunal de commerce à l’ensemble des entreprises, pour en faire un réel tribunal économique et recentrer la mission civile du Tribunal de première instance et élargir en conséquence le corps électoral des juges consulaires».

Élaborée depuis plus de 10 ans par l’ANASED, cette proposition libérera la magistrature de métier, qui pourra compléter les secteurs en sous-effectifs des Tribunaux et Cours.

Une grande rénovation de la Justice ne peut passer par une déjudiciarisation ou par les seuls goulets d’étranglement de médiation imposée ou la suppression de la présence et de l’intervention nécessaires du juge : un vrai projet constructif pour la Justice doit proposer la création des Tribunaux de l’Économie (ou Tribunaux Économiques).

Paris, le 19 avril 2018

Jean de CESSEAU
Premier Vice-Président de l’ANASED

Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT
Présidente de l’ANASED

www.anased.fr