gilles.huvelin

Par gilles.huvelin le 26/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 6 jours

Le Tribunal et le Greffe ne sont pas accessibles physiquement sauf spécificité motivée par l’urgence.

Pour le contentieux toutes les audiences sont suspendues jusqu’à la fin du confinement, que ce soit :
- les audiences de procédure
- les audiences de juge chargé d’instruire
- les audiences de plaidoirie collégiale
- les audiences de référé y compris en cabinet
(sous réserve de l’urgence)

Aucune date automatique de renvoi n’a été fixée, les nouvelles dates seront communiquées après la fin du confinement.

Pour les procédures collectives, les audiences sont également suspendues jusqu’à la fin du confinement, que ce soit :
- les audiences publiques sur assignation de créancier ou les sanctions et comblement de passif
- les audiences en chambre du conseil

Les déclarations de cessation des paiements peuvent être se faire de façon dématérialisée (voir site du greffe).

Cas d’urgence
Procédures collectives :
- des audiences pourraient être fixées en cas d’urgence sur les plans de cession Prévention
- ouverture de mandat ad hoc et conciliation
(prise de rendez-vous par webmaster@greffe-tc-paris.fr)

Contentieux :
Une audience de référé pourra être tenue : à cette fin, il faut adresser la requête, l’assignation et les pièces à l’adresse webmaster@greffe-tc-paris.fr.
Elles seront transmises au juge délégué aux requêtes qui appréciera l'urgence et contactera s'il y a lieu le requérant par téléphone.

Des informations complémentaires seront communiquées par la présidence du tribunal après la parution des textes sur la procédure dans le cadre des ordonnances prises par le gouvernement.

Par gilles.huvelin le 25/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine

Pour meubler votre temps libre. Des liens:

L’Opéra de Paris met en ligne ses spectacles, en effet ils mettront en ligne toutes les semaines jusqu’au 3 mai une représentation issue des archives de l’institution (visionnable pendant six jours).

 

Le Metropolitan Opera met également à disposition ses spectacles.

 

Pour les amateurs de musique électronique, Laurent Garnier partage un mix de 7h pour danser à la maison.

 

Culturebox est la plateforme de streaming de France TV : Vidéos culturelles, festivals & concerts en streaming.

Découvrez toutes les vidéos Culturebox, les lives des festivals de musique comme Rock en Seine, Vieilles Charrues, les Inrocks, Lolapaloosa Paris et le théâtre avec le Festival d'Avignon et plus encore !

 

La blogothèque propose de visionner sur sa chaîne Youtube l’ensemble de ses #TakeAwayShows, concerts à emporter (environ trois jours de vidéos).

 

 

ART

 

Paris Musées qui gère les 14 musées municipaux de la Ville de Paris vient de mettre à disposition gratuitement et sans restriction auprès du public (Open Content) plus de 150 000 reproductions numériques, en haute définition, des œuvres de leur collection.

 

Visite virtuelle du château de Versailles, une galerie des glaces déserte, des salles fantômes, bref de quoi vous permettre de visiter sans encombre la demeure du Roi Soleil en faisant avancer ou tourner le curseur !

 

Le site du musée du Louvre vous permet (sous réserve d’utiliser Flash) de visiter la fameuse Galerie d’Apollon, les galeries d’antiquités égyptiennes ou encore les fondations du Louvre.

 

Le musée Van Gogh d’Amsterdam propose également une visite virtuelle si vous avez toujours voulu admirer les Tournesols de Vincent van Gogh !

 

Allez en bas de cette page pour avoir accès à la Alte Nationalgalerie de Berlin, ou un peu plus haut pour admirer précisément les œuvres d’un des plus grands musées de la capitale allemande. 

 

Visitez la National Gallery de Londres, qui abrite des trésors comme L’Homme au turban de Jan Van Eyck ou Bacchus et Ariane du Titien. Mais vous pouvez aussi explorer certaines œuvres présentes dans leurs expositions de façon très détaillée grâce à la section "exposition en ligne". 

 

Avec les visites virtuelles du Museo Reina Sofia, ce n’est pas un mais trois lieux qui sont mis à votre disposition, puisque vous pourrez parcourir les galeries du musée, mais aussi découvrir le Palacio de Cristal, véritable œuvre d’art architecturale, ainsi que le Palacio Velázquez.

 

Le MET est l’un des plus beaux et des plus prestigieux musées de New York. Le musée a ainsi mis en place il y a 2 ans The MET 360° Project, des vidéos disponibles gratuitement sur YouTube pour vous permettre de visiter le grand hall, le Met Breuer ou encore les Cloisters. Et pour ceux qui souhaitent explorer les collections plus que les lieux, sachez que le MET met en ligne des milliers d’œuvres issues de ses collections gratuitement !

 

En Floride, dans la ville de Saint Petersburg, le musée Dalí renferme plus de 2000 œuvres de cet artiste espagnol incontournable du mouvement surréaliste. L’une des plus grandes collections à l’international, que vous pouvez visiter grâce à une superbe visite virtuelle avec quelques focus sur certaines des plus belles œuvres de l’artiste, comme si vous y étiez.

 

Le Smithsonian museum vous permet de consulter en ligne le parcours de ses différentes expositions. Vous n’avez qu’à cliquer sur celle qui vous intéresse, et suivre les différentes sections du parcours pour en savoir plus !

 

Là encore, Google Arts & Culture nous permet de nous envoler loin, très loin jusqu’au National Museum of Modern and Contemporary Art de Séoul en Corée du Sud grâce à une visite virtuelle !

 

Dans le cadre de l’opération « 2020, année de la BD » initiée par le ministère de la Culture, la BnF lance un nouvel outil de création numérique : BDnF – La fabrique à BD, qui permet de réaliser des bandes dessinées ou tout autre récit multimédia mêlant illustration et texte.

 

Un tête-à-tête magique avec le plus fabuleux des chefs-d’œuvre : Le Jardin des délices (1503–1515) de Jérôme Bosch. Ce site immersif nous en fait découvrir chaque infime détail d’un œil neuf. Que vous choisissiez de suivre la visite guidée (en anglais) ou l’exploration libre, accompagnée d’une ambiance sonore envoûtante, voilà une expérience artistique unique. 

 

Peut-être connaissez-vous Le Chardonneret (1654) grâce au best-seller de Donna Tartt. Un mini-site du musée Mauritshuis de La Haye, où il est conservé, raconte la poignante histoire de ce petit chef-d’œuvre de Carel Fabritius. Cet élève de Rembrandt a disparu tragiquement, à l’âge de 32 ans seulement, dans l’explosion de la poudrière de Delft en 1654, qui détruisit son atelier et la plupart de ses œuvres… excepté cet oiseau peint.

 

Un mois et demi après son ouverture au public, l’exposition « Van Eyck. Une révolution optique » au MSK de Gand a dû fermer ses portes à cause du coronavirus. Heureusement, les déçus peuvent s’imprégner du génie du maître hollandais depuis chez eux, grâce à Closer to Van Eyck. Le site propose en effet une plongée dans la longue campagne de restauration de L’Agneau mystique (1432), entamée il y a dix ans.

 

Telle une bibliothèque emplie de beaux livres… mais vivants et multimédias ! La collection de Digitorials (soit des publications digitales en ligne), développée par le Städel Museum de Francfort, est une référence en la matière. Chacune des grandes expositions du musée, depuis 2015, fait l’objet d’un volet richement documenté (en anglais).

 

Si vous avez raté l’exposition événement du Louvre, voici une séance de rattrapage offerte avec le mini-site de Beaux-Arts magazine, spécial Léonard de Vinci, véritable exposition multimédia, créé à l’occasion du 500e anniversaire de sa mort. Riche en animations, documents (audio et vidéo) et œuvres en haute définition, il est conçu comme un objet éditorial à dérouler. 

 

Passer une demi-journée seul, ou presque, au musée de l’Ermitage, vous en rêviez ? Afin de promouvoir son dernier smartphone, Apple a tourné une vidéo plutôt insolite : un long plan-séquence (c’est-à-dire en une seule prise) de plus de cinq heures, dans les galeries du célèbre musée de Saint-Pétersbourg. 

 

Google Arts & Culture propose une exposition interactive sur Frida Khalo ! Pour continuer à se cultiver de son canapé, cette exposition virtuelle vous permettra de (re)découvrir cette femme illustre à travers 800 peintures, lettres, extraits de journal intime, photographies, et autres objets divers.

Liens rapides pour visiter quelques grands musées en ligne :

 

Galleria degli Uffizi - Florence
https://www.uffizi.it/en/online-exhibitions

 

Musées du Vatican - Rome 

http://www.museivaticani.va/content/museivaticani/fr.html

 

Musée archéologique - Athènes 
https://www.namuseum.gr/en/collections/

 

Prado - Madrid
https://www.museodelprado.es/en/the-collection/art-works

 

Louvre - Paris
https://www.louvre.fr/visites-en-ligne

 

British Museum - Londres
https://www.britishmuseum.org/collection

 

National Gallery of Art - Washington
https://www.nga.gov/index.html

 

 

 

Par gilles.huvelin le 25/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine

LE M@G DES AVOCATS LE BARREAU de FRANCE 1er trimestre 2020

 

Chers Confrères,

Pendant cette très inquiétante crise sanitaire, prenez bien soin de vous et des vôtres.

Avec un retard que vous comprendrez, je vous adresse le nouveau numéro du M@G DES AVOCATS – Le BARREAU de FRANCE  (Janvier/Février/Mars 2020)  :  je vous en souhaite bonne lecture et je vous remercie de le faire relayer sur les réseaux sociaux.

http://www.anased.fr/publications/le-mag-des-avocats-le-barreau-de-franc...

Vous pouvez retrouver tous les numéros ici : https://www.anased.fr/publications/le-mag-des-avocats-le-barreau-de-fran...

pour les consulter en format   “flipbook” plus confortable à feuilleter, il sera peut-être nécessaire d’autoriser “flash player” sur notre site sécurisé.

Vos articles seront les bienvenus avec votre photo ou des photos d’illustration.

A vous lire, 
Recevez toutes mes amitiés 

Jacqueline SOCQUET-CLERC LAFONT
Directrice de la Publication,
http://www.anased.fr/publications/le-mag-des-avocats.html

Avocat à la Cour de Paris
Ancien Membre du Conseil de l'Ordre
Ancien Membre du Conseil National des Barreaux
Présidente de l'ANASED
36, rue de Monceau
75008 - PARIS
Tél. 01 42 25 30 22  - Tlc. 01 45 63 69 66

Par gilles.huvelin le 23/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine

La sélection est un vilain mot. Évitons de noter. Gros débats au sein de l'Éducation nationale et plus de 80% d'élèves obtiennent le Bac.
Depuis des lustres, la médecine se bat contre la sélection naturelle. La peste, le choléra, la grippe espagnole sont restés dans les mémoires comme d'atroces fléaux. Les progrès de la science ont prolongé notre durée de vie en bonne santé et encore plus proportionnellement en mauvais état. La vaccination et l'hygiène nous ont mieux protégé. La sélection naturelle ne concerne plus que le monde aminal. De plus en plus de personne naissent avec des pathologies congénitales que l'hérédité permettra de transmettre aux générations à venir. Là on approche des tabous. Sauf que les progrès de la science permettront de traiter les maladies génétiquement transmissibles.
Capables d'une plus grande rapide adaptation nous sommes en voie d'éradiquer le monde animal. Reste le monde végétal qui doit subir comme nous-mêmes, les catastrophes naturelles auxquelles toutefois il n'a aucune possibilité d'échapper. Ce qui fait toute la différence. Reste que chaque tempête et autres cataclysmes sont régénérateurs de la flore. La sélection naturelle de la faune, peu importe les causes, permet son adaptation, son développement et ceux de son patrimoine génétique. Nous nous sommes libérés de cette condition. Il reste une forme de déterminisme social que la période d'absence de croissance affirme. Mais si la tempête fait tomber les branches mortes, les arbres les plus faibles et nettoie l'air, qu'en est-il pour nous des effets d'une crise économique ? La pandémie du Covid-19 arrête l'activité. 1 milliard d'humains sont confinés. Ils ont reçu des consignes strictes de ne pas se déplacer et beaucoup n'ont pas accès au télétravail et cette pratique pour d'autres activités n'est d'aucun secours. Beaucoup de professionnels libéraux qui travaillent habituellement 10, 12 voir plus d'heures par jour, plutôt six jours sur sept que moins, n'ont pas voulu se doter chez eux du matériel informatique qu'ils possèdent à leur bureau afin de scinder clairement leur vie professionnelle et leur vie privée. Il y aussi des activités intellectuelles pour lesquelles le télétravail est sans intérêt. Ils ne peuvent pas déménager leur dossiers sans compter que la poste (qui "passe toujours" -Wells & Fargo) fonctionne quasi normalement. Et, aussi soyons honnêtes., tout le monde n'est pas éligible à travailler en ligne de chez soi. Discipline et autonomie, compétences qui le permettent ne sont pas toujours au rendez-vous. On ne peut pas, me dit-on, vérifier en permanence que le travail est fait et surtout bien fait. "Déjà qu'en étant au bureau on y arrive difficilement." De toute évidence, le concret des PME et les visions ministérielles ne naviguent pas dans les mêmes considérations.
Il a été dit également que l'activité économique ne devait pas s'arrêter. On est arrivé à un stade où les ministres sont en contradiction. Le Président et son ministre de la Santé appelle au confinement et à la responsabilité de chacun pour ne pas sortir de chez soi, le PM et ministre de l'économie laissent à penser que ceux qui pouvaient continuer à travailler ne bénéficieront pas du chômage partiel et que les entreprises qui n'étaient pas interdite d'activité n'auront à s'en prendre qu'à elles. Comme le dit le journaliste économique Pascal Perri, tout le monde va payer directement ou par l'impôt, voir deux fois, les conséquences de la pandémie.
Autrement dit, si nos concitoyens vieillissants sont placés en maison de retraite, va-t-on créer des EPADH pour les canards boiteux de l'économie qui ne subsistaient que dans des situations précaires ? A travers Paris, vous pouvez voir des magasins fermés et barricadés dans la craintes de pillages et sur les réseaux sociaux la peur de mettre, contraints et forcés, la clé sous la porte, exprimée par beaucoup de petits entrepreneurs parmi lesquels des professions libérales qui n'ont pas la trésorerie suffisante pour un arrêt d'activité de deux mois, délai que la loi de sécurité sanitaire annonce.
Que va-t-il se passer ? La BCE, l'U.E. et ses membres, vont-ils donner à chacun des aides, les entreprises en difficulté pourront-elles survivre avec le seul report d'échéances ? Va-t-on une nouvelle fois injecter de l'argent dans le réseau bancaire pour sauver les Établissements financiers au lieu d'aider leurs clients à payer leurs dettes et leurs prêts ? Comment résorber l'inflation vénézuélienne que générera immanquablement la manne financière hots contrôle ?
Corrélativement les taux vont-ils remonter et étrangleront les finances publiques ?
On ne pourra pas sauver tout le monde. Mais qui seront les sacrifiés et dans quelles conditions au bout de la récession ? Les secours économiques arriveront-ils assez vite pour faire la jonction avec la reprise ?
Sachons que nous n'accepterons pas une sélection par les effets du confinement. Sous aucune forme. Mais ue ferons-nous faire ?

Par gilles.huvelin le 23/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine

Le greffe du Tribunal de Commerce de Créteil communique:

"Maitre,

Nous avons dû fermer les accueils du greffe au public depuis le 16 mars 2020 en application des dispositions gouvernementales de lutte contre le coronavirus.

En application des dispositions du ministère de la justice prises le 17 mars 2020, toutes les demandes d’ouverture de procédures collectives sont « suspendues « jusqu’à nouvel ordre c’est à dire jusqu’à la fin du confinement et ce sans conséquence pour le dirigeant.

Pendant toute cette période aucune audience ne sera tenue dans les tribunaux de commerce.

Vous recevrez une convocation dès la reprise des audiences.

Espérant avoir répondu à vos interrogations.

Bien à vous

 Le Greffier                             

 

 

Par gilles.huvelin le 23/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine

Des avis seront émis par le greffe pour aviser des appels des causes qui n'ont pas pu être traitées du fait de la suspension des audiences en conséquence de la pandémie.

Pour les dépôts de déclaration de cessation des paiements, diverses formalités et urgence, la dématérialisation peut peut être utilisée.

Voir note d'informations jointe.

Par gilles.huvelin le 21/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine

"Mon cher Maître,

Nous ne pouvons malheureusement vous donner en l'état aucune information quant aux dates de renvoi des dossiers, car si les audiences sont aujourd'hui suspendues jusqu'à la fin des vacations, nous ignorons la date à laquelle le confinement prendra fin.

Les requêtes urgentes seront transmises à M. Mantoux, juge délégué général aux requêtes, qui appréciera l'urgence et contactera s'il y a lieu le requérant par téléphone.

Sincères salutations,"

Sylvie LELIEVRE - Greffier secrétaire
Greffe du Tribunal de Commerce de Paris
1, quai de la Corse, 75198 Paris cedex 04

www.greffe-tc-paris.fr

 

Par gilles.huvelin le 18/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 2 semaines

Les audiences de mise en état au fond du T.C. de Bobigny sont renvoyées aux dates suivantes :
- l’audience du 19 mars au 28 mai 2020,
- l’audience du 20 mars au 29 mai 2020
A votre disposition au 01.53.53.04.30. ou par courriel c.hildebrand@scphuvelin.com
Prenez soin de vous !

Par gilles.huvelin le 17/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 2 semaines

Mes Chers Confrères,

Les audiences de mise en état au fond du Tribunal de Commerce de Nanterre sont renvoyées aux dates suivantes :

Audience du 17 mars au 12 mai 10 h 30,
Audience du 19 mars au 14 mai à 9 h 15,
Audience du 20 mars au 22 mai à 10h 30,
Audience du 24 mars au 5 mai à 10 h 30,
Audience du 25 mars au 20 mai à 10 h 30,
Audience du 26 mars au 28 mai à 9 h 15

Nous restons à votre entière disposition au 01.53.53.04.30. ou par courriel c.hildebrand@scphuvelin.com

Bon courage à tous !

Par gilles.huvelin le 15/03/20
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 2 semaines

Ils n'ont pas réussi. Depuis 2017 et alors que par trois fois les urnes les ont désavoué, tous les mouvements, d'extrême gauche coalisés, syndicats communistes et associations, ont tenté de saboter l'économie et ont appelé au chaos social sous tous les prétextes y compris écologistes, "racialistes" et en usant d'alibis culturels.
Les gilets jaunes, à qui il ne fallait rien céder puisque les milliards accordés se sont retrouvés placés à la Caisse d'Épargne, les mouvements de grèves contre la pérennité de la retraite de base et le redressement des comptes de la Nation, la violence dans les rues, rien n'y a fait. Ce pays projeté dans le décors de la désindustrialisation car le travail était dénoncé sous Giscard d'Estaing par la CGT comme "le travail nuisible" et l'apprentissage comme "l'école du Patronat", a résisté. Mitterrand qui a flingué les entreprises et les hôpitaux avec les 35 h a poussé le bouchon jusqu'à créer un Ministère du temps libre ! Nous avons été la rigolade de la planète. Mais qui savaient que nos partenaires européens se payaient notre tête ? Qui lit leurs journaux ? Où trouvez-vous une revue de Presse économique ? Si nous commençions à donner des notions juridiques dans nos écoles, collèges et lycées ? Il n'en sera rien, même d'un enseignement même basique d'économie par l'Éducation Nationale. D'ailleurs nos syndicats s'y opposeraient si cet enseignement n'était pas marxiste. C'est comme pour apprendre l'hygiène publique à nos enfants selon l'usage au Japon où les enseignants et les élèves nettoient leur écoles. Ici, ce serait un scandale. En attendant nos rues sont dégueulasses, nous employons une armée de services publics d'entretien alors qu'au Japon comme à Singapour vous mangeriez par terre sans suspicion. Nous avons passer 50 ans à exiger de moins travailler, à éviter toute responsabilité, à mettre en avant le principe de précaution pour ne rien changer. Nous avons tout exigé de l'État qui s'est systématiquement déchargé sur les entreprises. Nous avons exigé 80% de passage de chaque tranche d'âge à l'Université et une prise en charge sociale sans faille, sans que ce soit assez. Le pays globalement n'a jamais collecté autant de prélèvements de toutes les sortes. Jamais ce pays n'a autant redistribué.
Il est impossible de faire plus sans couler la barque dans laquelle nous sommes.
Mais peu importe, toute la gauche demande plus de moyens et en réalité de fonctionnaires pour moins d'efficacité. On dépense toujours plus depuis 20 ans pour le secteur de la Santé et sa part dans notre PIB est au niveau des pays membres de l'U.E. Mais la médecine de ville ne fait plus le job. Un numerus clausus imbécile a été aussi maintenu trop lontemps. Les hôpitaux publics sont mal gérés. Curieusement le secteur privé s'en tire mieux. Surtout ne comparons pas notre système social avec ceux de la Suisse ou du Portugal. D'ailleurs si vous n'en discutez pas avec un ressortissant de l'un de ces pays, vous n'en saurez rien. Vous ne voudriez pas que les journalistes fassent le boulot qui leur fermerait les portes de leur facilité quotidienne qui consiste à commenter les dépêches et commenter les commentaires entre eux.
Comment avons-nous pu en arriver là ? D'abord, c'est le résultat très lentement progressif de 80 années de collectivisme rampant qui s'est peu à peu transformé en sclérose. Et pour acheter la paix sociale depuis 1968, on a fait par lâcheté toutes les concessions possibles. Même la petite délinquance a fini pas être considérée comme de la redistribution sociale. Maintenant c'est une véritable plaie.
Et depuis 1974 nous accumulons des déficits sans discontinuer. C'est devenu notre modèle de gestion. Toujours plus de moyens pour financer sans contrôle ni de la qualité de la réalisation des investissements ni de l'efficacité des services publics. Les rapports de la Cour des Comptes sont restés sans effets avec une belle constance. Depuis 16 ans nous avons, et pour cause, une balance commerciale constamment lourdement déficitaire, sans que personne ne se remettent en cause. C'est dans ce contexte qui appauvrit le pays, laminant les salaires et les revenus, méthodiquement, que le pays s'est enfoncé. Tout le monde sait que plus il y a d'impôts, plus il y a de lois. C'est une règle d'airain. Plus il y a de prélèvements et de contraintes et moins il y a de création de richesse, de brevets d'invention et moins le pays est compétitif, plus il y a de chômage. Le recul culturel et la perte de terrain du français est le résultat de ce naufrage.
Seule la croissance permet l'amélioration de la Santé et de l'Éducation. Or la croissance est en panne. Notre Éducation se trouve rétrogradée dans le classement mondial. Les meilleures performances chirurgicales comme la transplantation du coeur et des poumons ensemble, du pancréas, ou l'opération de certaines tumeurs cérébrales ne s'effectuent pas en France, par exemple.
Depuis 2017, la gauche a tout fait pour empêcher la reprise économique, les réformes structurelles qui remettraient le pays au travail, rémunérant mieux, permettant l'épargne, l'investissement, l'inventivité et le retour à la compétitivité de notre économie.
La gauche insurrectionnelle actuelle est une rente de situation pour des politiciens qui fournissent un doctrine anti libérale à leurs idiots utiles.
Après le communisme soviétique, le maoïsme, le retour du trotskisme. Il faut toujours aux inadaptés une justification idéologique à leur ignorance et leur incompétence.
La médiocratie devient une culture de refuge d'une opposition aigrie défendant farouchement au nom de leur droit de nuire érigé au rang de principe de liberté publique, de minables prébendes et des capacités de racket sociales. Les extrémistes de tout bord se rejoignent dans leur combat de déstabilisation de la société. (Une dictature de droite ou de gauche ont pour différence que leurs alibis dogmatiques et les mafias qui les ont inspirées puis les dirigent.) Le but commun de nos extrémistes est uniquement la perception d'avantages et pas forcément une prise de pouvoir dont ils ne sauraient pas quoi faire. La meilleure façon d'y parvenir est de prendre l'économie du pays en otage. Aujourd'hui l'épidémie prive nos racketteurs de leur objectif puisqu'elle met le pays à genoux sans qu'ils interviennent. Ils se retrouvent sans objectif autre que d'ajouter au bazar en usant abusivement du droit de retrait pour le substituer à l'échec de leur grève dans le transport public, en ajoutant de la surenchère dans la protection sociale également, donc financière de leurs ouailles, en appelant toujours à plus de solidarité sur le dos des entreprises et des classes moyennes déjà largement plombées par les prélèvement et les impôts, pour satisfaire à la charge de la redistribution. N'oublions pas qu'elle est en France la plus importante du monde en pourcentage du PIB produit. Cependant le soutien à l'économie rend indispensable toutes les formes d'aides aux salariés, aux entreprises face aux conséquences de l'épidémie actuelle.
Et comme le budget est exsangue pour les raisons que nous avons passé en revue, faire massivement appel lourdement au déficit (on parle de 45 milliards d'aides aux entreprises et avec le plan de relance de sortie de crise, au total: 300 milliards ! ) sans perspectives arrêtées d'annulation des dettes, c'est faire le lit à une inflation vénézuélienne et à la remontée des taux. Si la BCE ne s'engage pas massivement, le dérapage est garanti et l'embardée assurée. Les trotskistes adoreraient Sauf que la forme de l'État d'urgence actuelle et ses conséquences vont peut-être électriser les citoyens et disqualifier une bonne fois pour toute nos collectivistes, en rétablissant le sens de l'effort, de la responsabilité et de la réussite.
Le retour à la méritocratie et au Saint simonisme est-il annoncé ? On peut toujours rêver à une remise en cause intellectuelle. Mais pourquoi pas après tout, alors que le 1er tour des élections municipales a éliminé toute l'extrême gauche qui fait un score dérisoire, laisse peu de perspective de succès à l'extrême droite (sauf à Perpignan peut-être) ni aux communistes (qui rêve de triompher au Havre). La France Insoumise a même complètement disparu des résultats des urnes, ne s'étant présentée que dans 250 communes, tirant ainsi un trait sur le scrutin emblématique de la vie politique du quotidien des français. Y aura-t-il un sursaut et pour autant le retour légitime des coups de pied aux fesses ?

En tous les cas regardons que la crise du coronavirus n'est pas une crise uniquement sanitaire.
Elle porte la lumière sur tout ce qui se dégrade en France depuis 50 ans au moins: le civisme, la responsabilité individuelle, le niveau intellectuel, la confiance en la science, l'éducation et le régalien.