Par gilles.huvelin le 28/11/16

La soirée du Bâtonnier, hier, était fastueuse.  J'ai toujours soutenu Frédéric Sicard  qui fait preuve d'une grande culture, d'une parfaite connaissance des dossiers, d'une mémoire impressionnante et d'une belle intelligence associée à une affabilité et d'une humanité rares. Il est dommage que la force de travail exceptionnel qu'il met au service de notre Ordre ne soit pas mieux appréciée. Les temps changent, il faut concevoir ce que devra être en 2018 au bout des conversions entamées courageusement ,un nouveau mode de vie ordinale qui rompra avec l’entre soi. Votez demain Jean-Louis Bessis est en cela une priorité pour penser autrement le rôle de notre Bâtonnier et appliquer sa Charte pour atteindre ce but. Nous parviendrons ainsi à ce que l’Ordre se consacre à ses seules missions.

Si je ne comprends pas qu’il ne revienne pas au CNB avec le concours de tous de réaliser la rentrée solennelle des Barreaux de France alternativement en province et à Paris, je ne comprends pas mieux pourquoi nous sommes incapables de faire un Campus commun avec les juristes d’entreprise, nos clients,qui tiennent le leur séparément.

Je n’admets guère plus que les campagnes électorales professionnelles soient aussi peu respectueuses de l’égalité des moyens disponibles ne permettant qu’à ceux  qui peuvent inonder les réseaux sociaux et leurs confrères de champagne d’être audibles.

A l’image du comportement de l’Ordre , ces candidats s’adressent à moins de 30% des confrères de notre Barreau, le reste fait d'avocats démoralisés, isolés, sans appui, et considérant l’éloignement de nos institutions n’envisagent plus que de s’en défaire.

C’est bien la raison pour laquelle j’espère que la tentative de notre actuel Bâtonnier d’obtenir plus de démocratie et de transparence permette de parvenir dans la suite de ses efforts à la fin de l’entre soi et la réorientation de l’action de l’Ordre vers ses seules fonctions. Ce qui nécessite de faire le choix d'un successeur qui prendra ses fonctions en 2018 compatible avec cet objectif. Et le seul qui corresponde à ce but à atteindre, c'est bien Jean-Louis BESSIS parce qu'il a élaboré notamment une Charte du Bâtonnier qui le permet. Ce que personne ne conteste. Considérons aussi que lorsque celui que nous allons élire prendra ses fonctions en 2018, les caisses de l'Ordre seront vides car les ressources de la Carpa, victimes de la chute des taux, seront au plus bas. Les engagements pris par Jean-Louis Bessis sont les seuls censés dans ce contexte.