Par gilles.huvelin le 23/04/18

André Comte-Sponville écrivait : « Si vous comptez sur l’humanitaire pour tenir lieu de politique étrangère, sur l’antiracisme pour tenir lieu de politique de l’immigration, il me parait clair que vous vous racontez des histoires. La morale et la politique sont deux choses différentes, l’une et l’autre nécessaires, mais qu’on ne saurait confondre sans compromettre ce qu’elles ont chacune d’essentiel. »

Ce que nous avons encore oublié.

Par gilles.huvelin le 19/12/17

Elle a fait flop. Ou plutôt c'est une claque pour les militants du droit de nuire au nom de l'humanisme. On a appris que le pourcentage de immigrants sur le territoire, euh je le dis ? national, était de 9% en 2014...normalement ça n'a pas pu diminuer car l'augmentation est constante, notamment parce que 70% pour être très gentil,  des expulsables ne le sont pas faute de visa consulaire octroyé par les pays d'origine content de s'en être  débarrassé apparemment. Pudiquement le ministère de l'intérieur n'a pas crié sur les toits combien ont été naturalisés ne serait-ce que ces 10 dernières années. Bien sûr nous pouvons faire des français avec n'importe qui venant avec  n'importe qu'elle culture et dans celle-ci n'importe quelle religion. La laïcité c'est ma tolérance.  Avec une posture comme celle-là, entre autres impostures intellectuelles, ce sera le Liban interconfessonnel. Bien sûr on nous a bassiné en affirmant que les migrants étaient des personnes  courageuses et bardés de diplômes. Dans la même veine au moment de la "Jungle de Calais" dont des militants regrettent que les pouvoirs publics n'acceptent pas le rétablissement, le généreux Barreau de Paris a envoyé des confrères  volontaires proposer leurs services à ces migrants parlant tous anglais, ingénieurs et médecins, une chance pour notre pays. Ils sont revenus rendre compte. La plupart des migrants ne parlaient que des dialectes que les traducteurs ne connaissaient pas et en fait aucun n'avaient fait d'études qui plus est supérieures. Ce qui ne retire rien à leur courage physique pour réussir à venir jusque là. Réussite de la journée mondiale d'hier, il a été parlé des politiques migratoires de la Russie et de l'Australie. Pour la Russie, c'est simple: elle n'accepte que les migrants des anciens  États satellites de l'Empire communiste. A la moindre condamnation  pénale ils sont renvoyés dans leur pays d'origine. Pour l'Australie, c'est encore plus radical. Les migrants qui n'ont pas le statut de réfugié sont automatiquement refoulés dans les pays riverains d'où ils sont arrivés. Résultat, il n'y a plus de migrants illégaux ni de noyade en mer car les candidats savent qu'ils n'ont aucune chance de rester en Australie.
Exactement la politique que nous devrions avoir avec les pays riverains de la Méditerranée au large desquels Frontex récupère les migrants au lieu de les débarquer d'où ils sont partis afin  qu'ils ne se noient pas. L'interview du défenseur des droits sur Europe n°1 était remarquable. Une fois écouté vous avez compris qu'il faut remettre à plat toute notre législation et dénoncer les conventions internationales. Ce n'est pas politiquement correct ?  J'en ai rien à faire. 65% des français sondés disent qu'il y a trop d'immigrés. Par pudeur je ne vous donne pas les résultats pour Mayotte et la Guyane comptés à part tellement c'est indécent. Et cela fait plus de trois ans que le taux est supérieur à 60%.