Par gilles.huvelin le 24/11/15

"J'en ai marre d'entendre les gens (Jamel Debouze, Lambert Wilson et compagnie ) critiquer la Marseillaise à cause de cette phrase : « qu’un sang impur abreuve nos sillons » On ne peut pas leur reprocher leur ignorance, et ça ne devrait pas être mon rôle de rappeler le sens, mais à l'Education nationale, lors des fameux cours d'éducation civique.

Avant de dire « beurk, c'est quoi ça, c'est raciste, c'est méchant » … blablabla …, il faudrait savoir ce qu’est le sang impur ainsi que les sillons.

Alors explication de texte :

A l'époque, ce qu'on appelait le sang pur, c'était le sang des nobles qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d'officiers dans l'armée. Lors de la Révolution, et notamment de l'attaque des autrichiens, les nobles se sont enfuis à l'étranger, et ne restaient donc que des "Sangs impurs" (Républicains), par opposition au "Sang pur" (...des royalistes ou monarchistes. Retenons qu'il y a eut des aristocrates pour une monarchie constitutionnelle et n'oublions pas que la déclaration des droits de l'homme de 1789 a été rédigée par de jeunes nobles). Au cri de la "Patrie est en danger", c'étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l'envahisseur et qui étaient disposés à verser leur sang pour la liberté...même s'il y a des choses à dire sur le volontariat des sodats de l'An II.

C'est dans le même esprit qu'ont été composés le "Chant du départ" et plus récemment "Les africains". Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.

 "Qu'un sang impur abreuve nos sillons" signifie donc que c'est notre "Sang impur" à NOUS, le peuple, qui nourrira nos terres.

En aucun cas il ne s'agit du sang de l'ennemi. Ce serait bizarre et incohérent quand même, de chanter que le sang de l'ennemi nourrit nos terres, nos sillons.

 On peut reprocher beaucoup de choses à la Marseillaise, notamment son esprit guerrier, mais pas le "Sang impur", désolé pour les incultes. A aucun moment de l'Histoire, la France n'a désigné ses adversaires en raison d'une notion raciste liée à la pureté du sang, notamment lors des guerres coloniales inspirées par des politiciens issus des "Lumières", comme les Saint- simoniens et les Francs-Maçons : la statue de la Liberté offerte à la jeune nation américaine illustre le propos... Méfions-nous de cette approche socio-libertaire et antimilitariste simpliste qui avance sournoisement pour adapter l'Histoire à sa guise !.."

 

J.M.D.

 

Et retenons que jamais un roi de france n'a fait tiré sur le peuple, y compris la nuit de la Saint-Barthélémy, et encore moins Louis XVI pressé plusieurs fois de le faire notamment pour empêcher l'envahissement de Versailles par la foule venue chercher la famille royale pour l'emmener au Louvre à Paris. Plusieurs Garde-du Corps du Roi l'ont payé de leur vie, plus tard les Gardes Suisses. A Varenne il lui a été proposé de faire charger deux régiments de hussards qui étaient venus à sa rencontre, ce qu'il a refusé. Mitterrand,par exemple, n'a pas eu autant de scrupule en 1947,mais lui c'était un républicain et un socialiste. D'autres avant lui avait montré comment faire, il est vrai.