Par gilles.huvelin le 11/02/11

Le Club de Rome dans le début des années 1970 nous avait dit comment le monde évoluerait dans les prochaines décennies. Population, économie mondiale, production, risques industriels, santé publique, ressources. Nous étions prévenus. Tout ce qui était annoncé est arrivé. Aujourd'hui l'Union Européenne dispose d'un nouveau document (ci-joint) qui nous donne la projection de l'état du monde et de notre planète d'ici 2025.

Lecture indispensable. Ce texte répond à toutes les questions que le panel de neuf personnes représentatives ont posé hier au Président de la République en direct sur TF1 et à toutes les questions que nous nous posons tous.

Bien sûr c'est en anglais.

Par gilles.huvelin le 08/02/11

Un quidam entreprend de faire une saisie-attribution entre les mains du liquidateur amiable. Celui-ci ne répond pas sur-le-champ à l'huissier de justice qui a procédé à la saisie pour faire connaître l'étendue de ses obligations à l'égard de la société débitrice. En conséquence de quoi le créancier le poursuit et par application des articles 59 et 60 du décret du 31 juillet 1992 pour le voir dire en sa qualité de tiers saisi condamné à payer personnellement les sommes dues.

Le liquidateur amiable s'est défendu en arguant qu'il ne pouvait pas être un tiers au sens du décret car en sa qualité de liquidateur amiable il incarne la société débitrice.

Cette défense parait emprunt d'une certaine logique et cohérence : n'est-il pas le représentant légal de la société ?

La Cour de Cassation dans un arrêt de sa 2ième Chambre Civile rendu le 10 novembre 2010 (n°du pourvoi 09-71.609) N°2025 F-PPB) intitulé Basse ès-qu. C/ Sté Pampr'oeuf distribution, a jugé sur le liquidateur amiable est un tiers à la société dont il est le représentant légal.

Vous n'avez pas le droit de commenter une décision de justice.

Si Monsieur le Président de la République voulait bien dire un mot...

Par gilles.huvelin le 31/07/09

C'est terminé...

Nous changeons d'histoire et la crise financière n'y est pour rien, la lutte pour l'environnement non plus. C'est de l'habillage, de la lecture à courte vue. La réalité est plus crue : nos sociétés développées n'ont plus les moyens. Et elles découvrent qu'elles ne les ont plus depuis longtemps. Les journalistes, uniquement financiers, commencent à nous expliquer que les britanniques vont voire le déficit budgétaire de leur Etat doubler en cinq ans et que d'ores et déjà ils sont contraints d'abandonner des pans entiers de leur défense nationale, dissuasion, avions de chasse, porte-avions pour tenter de colmater les brèches les plus visibles. La Home Fleet n'est pas mieux lotie que la Royale ce qui n'est pas gênant à court terme dans un contexte de conflits locaux asymétriques coûteux en fantassins. Plus significatif la situation budgétaire d'une douzaine d'Etats des Etats-Unis dont la Californie dont les petits écrans nous parlent parce que son gouverneur a décidé de frapper un grand coup les esprits en libérant 27 000 prisonniers faute d'argent pour garder « ouverts » les pénitenciers. Je sais c'est facile d'être drôle sur ce thème. Tous les autres services publics ont déjà fait l'objet de fermetures temporaires, de réduction d'effectifs y compris les services de santé et scolaires. Pendant ce temps les U.S.A. embauchent des policiers à tour de bras.

Depuis des lustres nous avons demandé à l'Etat d'intervenir dans tous les secteurs bien au-delà de ses missions régaliennes fondatrices. La chute des régimes communistes en ruine ne nous a pas un instant dessillés. La faillite du toujours plus annoncée notamment par Galbraith aux U.S.A. et François de Closets chez nous est arrivée. Nous voilà submergés par une marée de dettes qui s'accumulent chaque jour davantage pour l'Etat mais aussi les collectivités territoriales, les assurances sociales, toujours plus de dettes. Malgré les coupes sombres cela fait 300 euros par seconde pour la Californie. Et il n'y a pas d'autres perspectives que la hausse des impôts, le retour de l'inflation, et si l'Etat arrive à maintenir les services publics pour assurer la police, la justice et la défense se sera bien beau.

Nous n'avons pas voulu la rigueur, la discipline, le travail, la responsabilité, la certitude et la promptitude de la répression de la délinquance. Il nous fallait du laxisme, moins de travail, rejeter la discipline, ne pas être responsable, avoir des excuses pour tout et pour tous, et pas de prison, des emplois fictifs, des adminisrations pour n'importe quoi et des textes, des normes, des réglements. Mais bien entendu nous avons exigé de la prévention, la santé, la sécurité et nous avons refusé toutes les réformes de l'éducation, exiger que nos enfants passent tous en 6ième et qu'ils reçoivent tous le bac. Nous avons refusé toute réforme de structure et nous avons préféré succomber à toutes les modes intellectuelles.

Voilà l'addition vient de tomber.

Nous allons devoir nous prendre intégralement en charge. 82 000 peines de prison non exécutées ? Ce n'est rien à côté de ce qui se prépare. Des prisons vétustes ? Même des camps seront trop beaux. Et ceux qui seront dedans au moins seront logis et nourris. Nous avons vu "1984", nous verrons "Soleil Vert."