Oct
05
Zemmour à 10 ou 15% ?

Le consortium international des journalistes d'investigation sort un nouveau dossier sur la fraude fiscale et le blanchiment de l'argent. Après les "HSBC papers"  qui resultaient d'une fuite organisée en interne, les "panama papers" que la Presse a révélé, voici qu'arrivent les "pandora papers".  Ce n'est pas le Parquet ni les douanes qui sortent cette nouvelle affaire. Le rapport Sauvé révèle 330 000 victimes de pédophilie. Ce n'est pas le Parquet qui a fait le boulot non plus.

C'est lamentable.

Ils n'arrivent même pas à arrêter les vendeurs de paquets de cigarettes de contrebande punissables de 5 ans de prison, aux Portes de Paris, alors comment voulons-nous qu'ils voient quoi que ce soit en matière de fraude, sociale, fiscale et ses recels ? Normal, le tabagisme actif et passif, c'est seulement 70 000 morts par an et les fameux vendeurs crient 'Malboro" à la sortie du métro et du tram avec un ou trois paquets à la main, donc c'est compliqué. Vu l'organigramme qui sont des usines à gaz, de ces deux ministères déclarés compétents, il est facile d'imaginer la complexité des arrestations à réaliser. L' excuse est toujours la même: "ça ne sert à rien d'arrêter les revendeurs, ils sont immédiatement remplacés." C'est vrai également pour les "mules", les grossistes et les réseaux. Curieusement dans les pays où tous les délinquants, quel que soit leur niveau d'implication, sont sévèrement punis, la rue devient sûre ! Car là où se trouve les petits trafics se côtoient ceux de la drogue et des receleurs, leurs consommateurs et clients, des prostitué(e)s, des vendeurs à la sauvette de toutes les sortes, des pickpockets et une foule de petites frappes issues des gardiens de murs et de traine savattes qui chouffent à demeure dans le quartier. Mais, nous, on est les meilleurs. Ce qui consiste à faire supporter aux habitants une délinquance apparentée à de la répartition sociale culturellement supportable en plus des incivilités qui minent leur quotidien. Le fait que 600 personnes soient prises dans les filets des journalistes d'investigation devrait justifier immédiatement l'ouverture d'une information car il y a certainement au moins une dizaine de nos nationaux.  Et puis quoi encore ?
Zemmour entre 10 et 15 % d'intentions de vote alors qu'il n'est pas candidat et qu'il n'a pas encore parlé des gabegies institutionnelles des secteurs publics ni de la réforme de l'État, c'est miracle que ce ne soit pas davantage !
La réalité c'est que notre 5e république est aussi incapable que celle de Weimar. Que depuis 50 ans les soixante huitards qui ont tout fait pour que la droite, dite extrême, comme ils ont qualifié libéralisme de "néo", gagne les élections. Ils l'ont favorisé en défendant des dogmes dont ils ont délibérément nié les conséquences au nom de leur haine de la Nation et de leur volonté de détruire l'État ainsi que de toute forme d'autorité. Les philosophes psychanalytiques de la déconstruction dans les années 70, relayés par des artistes, tandis que Sartre traitait ses adversaires politiques de rats, ont donné aux intellectuels des médias une sorte de légitimité à leur discours destructeur qu'il était indécent de discuter sous peine d'excommunication majeure.
Or il n'y a pas d'éducation sans sanction. Aux USA une violence à policier, c'est des dizaines d'années de pénitencier. Nous n'avons aucun pénitencier. Nous n'avons pas les prisons nécessaires à une répression prompte, effective et certaine. Nos politiciens ont désarmé l'État, déstructuré la Nation et fait sombrer sous le poids d'une administration obèse et collectiviste une économie privée dont toute la richesse d'un pays procède. Ils ont tenté d'obtenir le désarmement des forces de l'ordre, la destruction de l'apprentissage de la lecture, massacré les salaires et revenus nets sous toujours plus de charges, d'impôts pour satisfaire considérablement plus de gabegies financées par des déficits, le tout dénoncé en vain chaque année par la Cour de Comptes, des institutions privées et l'OCDE, sans omettre l'Union Européenne. Qu'importe, nos énarques qui se repassent le mistigri en contrôlant intégralement l'administration, dirigeant les partis politiques dits de gouvernement, qu'ils financent par l'argent public, n'ont aucun compte à rendre. Résultat, une abstention record.
Et demain ? Tandis que n'importe quel promeneur constate les délits sur lesquels les forces de l'ordre détournent les yeux parce que la Justice ferme les siens, que ce sont des journalistes qui rapportent les preuves des fraudes que le Parquet et les Douanes ne voient pas, que croyez-vous qu'il va se passer ?
Dommage que les plus militants du droit légitime de nuire, sont sauf quelques exceptions, morts avant de voir le résultat de leur oeuvre.
Ils me font penser au Duc de Richelieu qui a vécu sous Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, mort en 1788, comme le très cher Frère Charles Édouard Stuart, du rite écossais rectifié. Ils auront tout fait chacun dans leur genre pour justifier la révolution qui balayera l'Europe. L'Histoire a toujours pratiqué le mouvement de balancier. Toujours quand on ignore ses leçons. Nos républiques ont sombré, toutes pour les mêmes raisons d'inefficacité et la 5e prend le même chemin. Seules les monarchies nominales empêchent partout les démocraties de tomber dans la même ornière.

Si je lève mon verre au roi au-delà des mers, c'est uniquement par fidélité à l'Histoire et terminer sur deux illustrations historiques: Ci-dessous le portrait de Henri Stuart, dernier prétendant de la branche aînée à la couronne d'Ecosse et la photographie d'un verre Jacobite (Circa 1750).

Mots-clés: 

Oct
05
Zemmour à 10 ou 15% ?

Le consortium international des journalistes d'investigation sort un nouveau dossier sur la fraude fiscale et le blanchiment de l'argent. Après les "HSBC papers"  qui resultaient d'une fuite organisée en interne, les "panama papers" que la Presse a révélé, voici qu'arrivent les "pandora papers".  Ce n'est pas le Parquet ni les douanes qui sortent cette nouvelle affaire. Le rapport Sauvé révèle 330 000 victimes de pédophilie. Ce n'est pas le Parquet qui a fait le boulot non plus.

C'est lamentable.

Ils n'arrivent même pas à arrêter les vendeurs de paquets de cigarettes de contrebande punissables de 5 ans de prison, aux Portes de Paris, alors comment voulons-nous qu'ils voient quoi que ce soit en matière de fraude, sociale, fiscale et ses recels ? Normal, le tabagisme actif et passif, c'est seulement 70 000 morts par an et les fameux vendeurs crient 'Malboro" à la sortie du métro et du tram avec un ou trois paquets à la main, donc c'est compliqué. Vu l'organigramme qui sont des usines à gaz, de ces deux ministères déclarés compétents, il est facile d'imaginer la complexité des arrestations à réaliser. L' excuse est toujours la même: "ça ne sert à rien d'arrêter les revendeurs, ils sont immédiatement remplacés." C'est vrai également pour les "mules", les grossistes et les réseaux. Curieusement dans les pays où tous les délinquants, quel que soit leur niveau d'implication, sont sévèrement punis, la rue devient sûre ! Car là où se trouve les petits trafics se côtoient ceux de la drogue et des receleurs, leurs consommateurs et clients, des prostitué(e)s, des vendeurs à la sauvette de toutes les sortes, des pickpockets et une foule de petites frappes issues des gardiens de murs et de traine savattes qui chouffent à demeure dans le quartier. Mais, nous, on est les meilleurs. Ce qui consiste à faire supporter aux habitants une délinquance apparentée à de la répartition sociale culturellement supportable en plus des incivilités qui minent leur quotidien. Le fait que 600 personnes soient prises dans les filets des journalistes d'investigation devrait justifier immédiatement l'ouverture d'une information car il y a certainement au moins une dizaine de nos nationaux.  Et puis quoi encore ?
Zemmour entre 10 et 15 % d'intentions de vote alors qu'il n'est pas candidat et qu'il n'a pas encore parlé des gabegies institutionnelles des secteurs publics ni de la réforme de l'État, c'est miracle que ce ne soit pas davantage !
La réalité c'est que notre 5e république est aussi incapable que celle de Weimar. Que depuis 50 ans les soixante huitards qui ont tout fait pour que la droite, dite extrême, comme ils ont qualifié libéralisme de "néo", gagne les élections. Ils l'ont favorisé en défendant des dogmes dont ils ont délibérément nié les conséquences au nom de leur haine de la Nation et de leur volonté de détruire l'État ainsi que de toute forme d'autorité. Les philosophes psychanalytiques de la déconstruction dans les années 70, relayés par des artistes, tandis que Sartre traitait ses adversaires politiques de rats, ont donné aux intellectuels des médias une sorte de légitimité à leur discours destructeur qu'il était indécent de discuter sous peine d'excommunication majeure.
Or il n'y a pas d'éducation sans sanction. Aux USA une violence à policier, c'est des dizaines d'années de pénitencier. Nous n'avons aucun pénitencier. Nous n'avons pas les prisons nécessaires à une répression prompte, effective et certaine. Nos politiciens ont désarmé l'État, déstructuré la Nation et fait sombrer sous le poids d'une administration obèse et collectiviste une économie privée dont toute la richesse d'un pays procède. Ils ont tenté d'obtenir le désarmement des forces de l'ordre, la destruction de l'apprentissage de la lecture, massacré les salaires et revenus nets sous toujours plus de charges, d'impôts pour satisfaire considérablement plus de gabegies financées par des déficits, le tout dénoncé en vain chaque année par la Cour de Comptes, des institutions privées et l'OCDE, sans omettre l'Union Européenne. Qu'importe, nos énarques qui se repassent le mistigri en contrôlant intégralement l'administration, dirigeant les partis politiques dits de gouvernement, qu'ils financent par l'argent public, n'ont aucun compte à rendre. Résultat, une abstention record.
Et demain ? Tandis que n'importe quel promeneur constate les délits sur lesquels les forces de l'ordre détournent les yeux parce que la Justice ferme les siens, que ce sont des journalistes qui rapportent les preuves des fraudes que le Parquet et les Douanes ne voient pas, que croyez-vous qu'il va se passer ?
Dommage que les plus militants du droit légitime de nuire, sont sauf quelques exceptions, morts avant de voir le résultat de leur oeuvre.
Ils me font penser au Duc de Richelieu qui a vécu sous Louis XIV, Louis XV et Louis XVI, mort en 1788, comme le très cher Frère Charles Édouard Stuart, du rite écossais rectifié. Ils auront tout fait chacun dans leur genre pour justifier la révolution qui balayera l'Europe. L'Histoire a toujours pratiqué le mouvement de balancier. Toujours quand on ignore ses leçons. Nos républiques ont sombré, toutes pour les mêmes raisons d'inefficacité et la 5e prend le même chemin. Seules les monarchies nominales empêchent partout les démocraties de tomber dans la même ornière.

Si je lève mon verre au roi au-delà des mers, c'est uniquement par fidélité à l'Histoire et terminer sur deux illustrations historiques: Ci-dessous le portrait de Henri Stuart, dernier prétendant de la branche aînée à la couronne d'Ecosse et la photographie d'un verre Jacobite (Circa 1750).

Mots-clés: 

Oct
04
Les analystes ne pensent pas à tout.

Toute la gauche fait 26% , des trotskistes aux socialistes inclus. La totalité de la droite fait 44%, des républicains à Zemmour. Le reste, c'est 30 %, c'est le potentiel de l'électorat du Président pour le 1er tour, s'il se présente. Or, personne ne sait aujourd' hui qui peut bien bien être qualifié pour le second tour. Pourquoi Zemmour se lancerait-il dans une aventure pareille ?  Et après tout, pourquoi le Président voudrait-il se représenter ? Retraité à 44 ans, un coup à faire pleurer toute la CGT. Y a pas photo, rien que pour ça,  ça vaut le coup ! Il a promis de ne pas demander la pension dévolue aux Présidents retournant dans "la vie civile" ou si vile ? Oui mais il y a tellement de choses qu'il a déjà promises de faire dans son programme de 2017 qu'il aurait dû réaliser dans les cent jours de son élection....
Imaginez d'avoir à choisir entre Mélenchon et Marine Le Pen. Imaginer un Président réélu par défaut. On est les meilleurs. L'électorat frappé par l'abstention n'a plus envie de voter pour un nouveau produit coopté par les partis dits de gouvernement financés par l'argent public.
Si la nature déteste le vide, la politique aussi.

Mots-clés: 

Sep
28
Les courmis et les figales.

Avant la création des intercommunalités, les villes avait à prendre en charge leurs équipements. Il y avait celles qui avaient renoncé au clientélisme en refusant d'embaucher du personnel surabondant, exigeant également qu'il travaille le temps légal effectivement, sans accorder des avantages sociaux particuliers. Ces villes avaient refusé également de subventionner des associations politico-sociales de la bienpensance. Ces communes ont bien investi en équipements sportifs, culturels, scolaires, le tout à l'égout, l'éclairage public, l'enfouissement des lignes électriques la voirie, le ramassage des ordures et la sécurité.  Des fourmis. Les cigales généralement de gauche ont donc demandé la création de l'intercommunalité dans le seul but de faire peser à l'avenir sur les villes bien gérées les investissements qu'elles n'avaient pas réalisé, au nom du socialisme dogmatique démissionnaire oublieux de l'enseignement responsable et en faveur des entreprises, de Jaurès, dont elles se réclament cependant. Le résultat a été de tirer vers le bas l'ensemble des collectivités vers la médiocrité de l'alignement en faveur des moins rigoureux, des moins entreprenants, des plus laxistes aux finances déficitaires consacrés à leur fonctionnement plutôt qu'à l'investissement.
Les fourmis ont été contraintes de financer les cigales. Beau résultat. Hilarant. Ils forcent les fourmis, non pas à prêter, mais à supporter le racket des cigales qui prétendent que leur gestion est la meilleure puisqu'elle permet de continuer de chanter. On a inventé les courmis et les figales ! Ce n'est que le résultat de la confiscation de l'argent des autres par les médiocres, qui plus nombreux, contrôle la décision.

Sep
27
La confiance repose sur l'espoir et l'espoir sur le rêve. Il n'y a pas de patrie sans conquête de son destin.

Qui a contribué dans le droit fil des pères fondateurs à pérenniser une Europe paralysante qui donne son indépendance à l'administration de Bruxelles ? Il a fait tout son possible pour permettre la sortie d'un état membre de l'Union sans trop de dommages à son endroit et en lui conservant un pied dans le marché financier communautaire. Peut-être avec l'objectif de conserver un partenariat informel puis structuré avec. Puis il est devenu un patriote convaincu, opposé aux juridictions supranationales qui imposent leur loi jurisprudentielle et contre l'immigration pour une candidature présidentielle qui n'a pour but que de diviser la droite de son pays et reconduire un exécutif d'énarques carriéristes bienpensants et inefficaces. Ce qui satifait sans doute tout autant l'aboutissement du même projet. Lequel et pour qui ? Si l'U.E. veut s'imposer dans le monde, elle doit devenir fédérale et consacrer 4% de son budget à sa défense. Une Europe forte avec des buts définis industriels, économiques, culturels et sociaux est un projet qui devrait enthousiasmer un continent. Ce n'est pas demain la veille vu le comportement des politiciens en général et des fonctionnaires de Bruxelles. Sans attendre nous pourrions avoir en France une dynamique retrouvée, fondée sur l'espoir d'un rêve à concrétiser. C'est ce que John Fitzgerald Kennedy a fait avec la conquête de la lune pour les américains. Nous avons en ligne de mire la fusion nucléaire qui est un extraordinaire objectif. Personne n'en parle. Nous avons des lois mémorielles et de la culpabilisation institutionnalisée perpétuelle dont on nous bassine en permanence au lieu de regarder l'avenir. Pourquoi sommes-nous aussi nuls enracinés dans une sinistrose ? Au lieu de se traîner de façon sado-machosiste nous ferions mieux de construire notre espoir. Notre excellence industrielle et les talents existent. Nous ne devrions pas disperser dans ces domaines là nos efforts. Impossible démarche dans un pays dans lequel la démission de l'autorité, la dépense incontrôlée de l'argent public inefficace sont des acquis républicains. Tant que nous n'aurons pas balayé ces problèmes de fond, l'espoir dans un rêve momentanément inaccessible ne peut pas être insufflé. La conséquence désastreuse ne sera pas seulement une élection présidentielle par défaut, mais la ruine intellectuelle d'une génération à statuts, enchâssée dans une société bloquée à qui l'inflation est infligée comme si cette manipulation était une panacée alors qu'il s'agit de ruiner davantage l'avenir.

 

Je me promène dans la ville. Plus de deux millénaires d'Histoire et d'histoires. Des millions d'ancêtres (en remontant seulement à François 1er nous en avons tous déjà un million) venus de toutes les contrées et qui ont tout connu. Notre patrie, littéralement la terre de nos pères, mérite sans doute mieux que ce que nous faisons de leur héritage. Il y a là dans ce que devient notre pays une forme d'indignité de notre part à tous. Nous valons bien mieux que cette société socialisante démissionnaire renonçant à l'esprit de responsabilité et proentrepreneurial de Jaurès. Rappelons-nous que l'humanité dont nous sommes chacun un infime chaînon s'est mise à marcher debout il y a sept millions d'années et que la galaxie dans laquelle notre système solaire figure est moins qu'une tête d'épingle proportionnellement dans cet ensemble; que l'univers connu est un million de fois plus vaste que la voie lactée.

Ce qu'engendrent les egos pendant ce temps ici est consternant.

Revenons aux réalités terrestres : ce sont les employeurs qui paient tout. Les charges, les revenus avec lesquels les impôts sont payés qui rémunèrent des fonctionnaires qui paient des impôts. Sans entreprises pas d'État ni de Sécurité sociale. Ce que nous avons oublié en France. Le résultat, nous le connaissons. 18 ans, notamment, de déficits commerciaux, 45 ans de déficits budgétaires, une dette qui a explosé, un sous-emploi structurel, des salaires nets faibles. La vache à lait se meurt et on taille régulièrement dans sa chair. On trouve curieux qu'avec 47 % de prélèvements et d'impôts sur le PIB, il ne soit pas possible de taper encore davantage sur les entrepreneurs et les entreprises alors que cela écrase les revenus nets de chacun. Pourquoi ne comprenons-nous donc pas ? Parce que nous sommes.les meilleurs.

Mots-clés: 

Sep
26
Jésus décodé par l'I.A.

Nous enquêtons avec les critères factuels humoristiques de notre époque. L'I.A. répond :

1  :  Il y a 3 bonnes raisons de penser que Jésus était Noir :

1) Il appelait tout le monde « mon frère »

2) Il aimait chanter la gloire de Dieu

3) Il n'a pas eu un procès équitable

 

2 :  Il y a aussi 3 bonnes raisons de penser que Jésus était juif :

1) Il a repris l'affaire de son père

2) Il est resté à la maison jusqu'à l'âge de 33 ans

3) Il était sûr que sa mère était vierge, et sa mère était sûre qu'il était Dieu.

 

3 : Il y a aussi 3 bonnes raisons de penser que Jésus était Italien :

1) Il parlait avec les mains

2) Il buvait du vin à tous les repas

3) Il mangeait exclusivement de la cuisine à l'huile d'olive

 

4 : Il y a aussi 3 bonnes raisons de penser que Jésus était Californien :

1) Il avait les cheveux longs et il était toujours bronzé

2) Il aimait marcher pieds nus

3) Il a lancé une nouvelle religion

 

5 : Il y a aussi 3 bonnes raisons de penser que Jésus était Tzigane :

1) Il n'a jamais travaillé un seul jour

2) Il n'a jamais écrit une seule ligne

3) La police l'a arrêté dans un jardin public où il campait sans autorisation

 

6  :Il y a aussi 3 bonnes raisons de penser que Jésus était un publicitaire :

1) Son livre est nº 1 au hit-parade depuis sa parution

2) Ses successeurs ont créé un paradis fiscal à Rome

3) Après 2000 ans de réflexion, personne n'est encore sûr d'avoir compris ce qu'il a dit !!!!

 

7 : Il y a enfin 3 bonnes raisons de penser qu’il était socialiste :

1) Il partageait le bien des autres (Ex : les 5 pains et les 2 poissons)

2) Il faisait croire aux lendemains qui chantent

3) Ses potes l'ont laissé tomber à la première occasion.

Ce qui démontre bien que Jésus Christ reste dans l'imaginaire collectif, universaliste, puisque tout le monde occidental peut à peu près s'y retrouver; tout en incarnant une vision sociale démissionnaire qui définit assez bien notre époque franco-française.

Mots-clés: 

Sep
23
Café ?

"Profond est l'honneur de servir en silence." (Capitaine d'un sous-marin)

"Je préfèrerais regretter les choses que j'ai faites plutôt que celles que je n'ai pas faites."
(Lucille Ball)

« Il est difficile de juger de l'intelligence de quelqu'un qui a beaucoup lu, car la mémoire imite à merveille l'intelligence."
(Alain)

"La tolérance atteindra un tel niveau  qu'on interdira aux personnes intelligentes de penser pour ne pas offenser les imbéciles."
(Dostoïevski)

"La plaisanterie sert souvent de véhicule à la vérité."
(Francis Bacon)

"Celui qui sait se montrer patient peut obtenir ce qu'il veut."
(Benjamin Franklin)

"Nous n’avons après tout que quelques années à passer dans ce mystère qu’est la vie. Autant l’éclairer par un peu de beauté, de passion, d’amusement."
(Jean D’ormesson)

“La tartine tombe toujours du coté beurré. Si par le plus grand des hasards, elle tombe du côté non beurré, c'est que tu t'es trompé de côté en la beurrant.”
(Jean-Michel Guenassia)

"N'interrompez jamais un ennemi qui fait une erreur."
(Napoléon)

"La chose la plus importante dans la communication est d’entendre ce qui n’a pas été dit ."
(Thomas Jefferson)

"La fiscalité n'est pas faite pour réguler des disparités de revenus et patrimoine mais pour financer des investissements d'intérêts publics."
(Pascal Beuvelet)

«Commencez maintenant, pas demain. Demain est une excuse de perdant. »
(Andrew Fashion)

“Un homme qui ne lit jamais est plus cultivé qu’un homme qui ne lit que les journaux.”
(Thomas Jefferson)

Mots-clés: 

Sep
22
Partitions pour orchestres.

Ça devient grotesque. Nous apprenons enfin officiellement que la Chine mène une guerre psychologique et médiatique d'envergure et sournoise à travers le monde. Deux millions de personnes sont rémunérées pour diffuser des fausses informations et défendre la politique du Parti communiste chinois (PCC) tous les jours. Vous ajoutez les imbéciles qui relayent les trolls et les intellectuels en mal de copie, c'est un déversement constant de baratin en faveur de notre nécessaire ouverture en faveur du peuple chinois dont les aspirations et ses légitimes revendications se heurtent à l'impérialisme occidental. La mafia du Kremlin a montré l'exemple depuis longtemps et ses méthodes, toujours en pratique, sont amplifiées par les moyens de diffusion moderne. Je passe sur la "woke" culture, la méthode globale de lecture puis l'écriture inclusive qui sont mis en oeuvre par les courants philosophico-psychanalytiques de progrès qui nous font chuter constamment dans le classement PISA. Ça devient désolant que le snobisme de la destructuration puisse ainsi prospérer dans des sphères dites intellectuelles à des fins étrangères militaires de déstabilisation, car la guerre se fait autrement au 21e siècle qu'avec des tanks T56 dépassés.
C'est heureusement arrivé à un tel stade de perversion que cela en est grotesque. La bulle vient d'éclater avec les postures d'hommes et de femmes publics après l'épisode de l'annulation de la commande des sous-marins français par l'Australie.
Les orchestres prochinois et les prorusses ont joué chacun leur partition. Le premier pour dénoncer la persistance des américains à instaurer une guerre froide (personne ne relève l'impérialisme de Pékin en Mer de Chine, ni l'atteinte permanente du P.C.C. aux droits de l'homme, ni ses menaces constantes sur Taïwan.) Le second (qui est taisant sur le mépris de Moscou du droit international, des droits civiques et des personnes, ses annexions du Donbass, de la Crimée et le dépeçage de la Géorgie, ses menaces militaires constantes sur la Pologne et les États baltes) demande la sortie de la France de l'OTAN.

Personne ne cherche à savoir qui fournit à la Corée du Nord, l'un des États les plus pauvres de la planète, un arsenal militaire d'une telle ampleur et diversifié. Ça pose question tout de même, non , ce silence ?

Les pacifistes et les écologistes sont de plus en plus à l'Ouest et les missiles (devenues hypersoniques) sont à l'Est polluant (rien ne change à l'Est ). Regardons que la superpuissance militaire russe a le même PIB que la Belgique (11e rang) et que la Chine va en guerre est la 3ieme puissance économique après l'Union européenne mais uniquement parce que celle-ci et les USA utilisent cette dictature comme sous-traitant. Ce qui est possible uniquement parce que sa population (avec les russes d'ailleurs) n'est pas classée dans les trente premières du calcul du PIB par tête d'habitant. Les réseaux d'influenceurs sont visibles pour tous ceux qui regardent d'un peu près leurs manœuvres médiatiques en forme de vol d'étourneaux. On y trouve des leaders politiques ou non, des journalistes et des plumes.
La récupération des souverainistes, des anti science, sont tapageusement soutenus. Cela fait partie de la stratégie au même titre que la gestion des troubles de rue, le trafic de drogues et les activités mafieuses. Les actions de déstabilisation sont généralisées, qu'elles naissent spontanément, par effet de mode ou instillées comme autant de virus idéologiques, tout est bon.
La bêtise qui fait le buzz autant que la nécessité pour des médias de débattre de n'importe quoi pour faire de l'audimat sont les nouveaux imbéciles utiles des usines à trolls des mafias du Kremlin et du Parti communiste chinois. Maintenant vous rirez en débusquant les relais d'opinion et influenceurs en pensant à ces lignes. Il suffit de regarder la constance de leur production.

Sep
21
Secret professionnel, rédaction des conclusions, les avocats relèvent le menton.

La Juris'Cup s'est déroulée sur fond d'assemblée générale du Conseil National des Barreaux à Marseille et l'annonce de réformes portées par la Chancellerie contre le secret professionnel ainsi que le formatage des conclusions des avocats. A propos de la Juris'Cup, j'ai appris que le Barreau de Paris avait gagné la deuxième place après trois jours de régates, que Nice avait décroché la 4e, mais impossible de savoir qui est arrivé premier au classement et quel équipage est arrivé 3e. Les résultats sont occultés par des perspectives qui font trembler les colonnes du Barreau. 

En premier lieu, la remise en cause du secret professionnel dans le domaine de la fraude fiscale, corruption, du trafic d'influence et du blanchiment de ces délits. Tollé général car si cette atteinte vise l'activité d'une petite minorité d'avocats que sont principalement les fiscalistes, mais pas que, puisque la corruption, le trafic d'influence et le blanchiment de ces délits ne sont pas une spécialité d'exercice de la profession. Ce projet de réforme du secret professionnel est perçu comme un premier pas vers la destruction de ce qui est le fondement du métier. Nous avons aussi un problème avec notre conception du métier et son rapport à la société. Je crois que le rôle de l'avocat est d'être au meilleur stade possible de la compétence nécessaire pour que le droit soit correctement appliqué à un justiciable afin que la décision des juges soit fondée sur une motivation solide pour une solution la plus parfaite adaptée au problème posé. Je considère que l'avocat n'est pas là pour faire échapper le délinquant à une sanction. L'avocat est un auxiliaire de justice. Je ne suis pas sûr que mon propos fasse l'unanimité. J'estime en premier lieu que l'avocat n'a pas à mentir au juge et en second lieu que l'avocat n'est ni complice, ni receleur de son client. Je suis sûr que sur le premier point tous les membres du Barreau ne sont pas d'accord avec moi au nom du fait que leur client aurait le droit au mensonge. Mais d'où vient cette idée ? Dans tous les pays civilisés, le fait de mentir au juge est un délit d'outrage. Sur le second point, je constate un accord unanime qui ne mérite pas de s'étendre. Quel est alors le rôle du secret professionnel ?  De garantir la nécessaire confiance que le justiciable a dans son avocat en sachant qu'il peut tout lui dire sans crainte. Et c'est bien sûr essentiel tant pour garantir la qualité de la défense de ses intérêts que la bonne administration de la Justice ce que tout le monde comprend. La question de la fraude fiscale et du  blanchiment de l'argent provenant d'un délit pose la question du rôle de l'avocat lorsqu'il donne un conseil qui permet d'échapper au fisc par exemple. L'optimisation fiscale est permis par la loi. Elle est même organisée par elle. L'évasion fiscale consiste a utiliser "le trou dans la raquette" que la législation n'a pas traité. Il n'y a pas de faute à appliquer la loi. Ce qui n'est pas interdit est autorisé. Après, il y a l'abus de droit. Vaste débat, beaucoup de jurisprudence, mais nous ne sommes pas dans ce domaine dans un comportement intellectuement a priori pénalement répréhensible. On est dans l'existence d'une pratique soit de bonne foi soit face à un montage mis en place uniquement pour atteindre un but qui sans cela n'aurait pas pu être atteint.  Ça, c'est l'abus de droit. Il ne peut pas être atteint sans le conseil d'un technicien de la matière fiscale. Entre l'abus de droit et la fraude, la frontière peut être ténue mais la fraude peut être aussi délibérément recherchée. Masquer des revenus pour les faire échapper au fisc est aussi évidemment inadmissible. Nous comprenons bien qu'il y a une différence entre le rôle passif de l'avocat qui reçoit les confidences d'un délinquant, d'un époux qui veut divorcer, d'une victime d'un accident et celui d'un Conseil qui organise pour son client un carrousel de sociétés pour frauder la TVA au sein de l'Union Européenne. Il y a plus subtil. Par exemple, mettre en place un procès en concurrence déloyale d'accord entre les parties parce que les dommages-intérêts ne sont pas imposables contrairement aux royalties. Permettre de faire de la publicité à une artiste et lui procurer des revenus en lui permettant de faire un procès à un hebdomadaire portant atteinte à sa vie privée peut venir à l'idée d'un esprit inventif. Les sommes versées à titre de dédommagement ne sont pas imposables et sont déductibles fiscalement des résultats de la publication. Le bruit médiatique fera la promotion des belligérants judiciaires. Et il y a bien d'autres tours de passe-passe. En l'espèce mes deux exemples sont des escroqueries au jugement pénalement réprimé auquel en conscience si des avocats y prêtent la main, c'est évidemment à l'insu de leur plein gré. Le fisc peut très bien avoir eu vent de l'arnaque ou s'apercevoir de la redondance de faits qui le pousse à découvrir le pot-aux-roses. Quel que soit le montage, sa répétition ou la complexité de l'opération, le nom d'un avocat peut apparaître et la question va se poser de savoir si son Cabinet ne détiendrait pas des informations permettant de connaître le commanditaire, le bénéficiaire réel, le déroulé de l'écheveau des complicités qui a permis la fraude fiscale. Si le délit est constitué, ce que l'enquête ou l'instruction va révéler, il va falloir m'expliquer comment le conseil n'a pas permis sa réalisation dans un domaine comme la fraude fiscale ou le blanchiment. Il est bien sûr patent que le confrère qui a créé pour ses clients une société ne peut pas savoir qu'elle servira à émettre des fausses factures. L'enquête ou l'instruction doit permettre toutefois de trouver les complices ou les receleurs. Ce que l'avocat ne peut pas être, mais c'est lui qui détient des documents. Et c'est là que gît le lièvre: le législateur ne veut plus que, dans ce domaine où l'intérêt du Trésor Public est en jeu, on puisse lui claquer la porte au nez. Le secret professionnel ne protège pas l'avocat qui  aurait participé ou commis dans l'exercice de son métier un délit. Le secret professionnel doit-il permettre de protéger les auteurs d'un délit qui utilisent l'exercice professionnel de l'avocat pour le commettre ? Je réponds non. En conscience, peut-on répondre oui ? Le débat est ouvert par le projet de la Chancellerie.

Rappelons-nous que la France reste un pays de corruption, depuis 2015 au 23e rang parmi les pays les moins corrompus. Le Danemark est le pays le moins entaché par ces pratiques. Il est avec la Nouvelle Zélande, 1er du classement. Le trafic d'influence, n'est qu'une forme de la corruption. Le blanchiment de ces délits, la conséquence. Ces délits comme le fraude fiscale nécessitent des ingénieries autant financières que juridiques. Le secret du Cabinet de l'avocat doit-il être le sanctuaire de ces montages ?

La question est de savoir aussi pourquoi le gouvernement se trouve contraint de ne plus faire confiance au Barreau. Non ?

C'est tout de même un ancien confrère pénaliste qui est Ministre de la Justice qui cautionne cette proposition du Sénat.

Vous voulez savoir ce qui se passe ? Et bien je vais vous le dire. Le consortium des journalistes d'investigation qui ont déjà sorti les "panama papers" viennent de révéler les "pandora papers" :

https://youtu.be/IUitTSj_KUA

La Chancellerie a un autre projet. Il s'agit cette fois d'imposer aux avocats une méthode de travail dans la rédaction de leurs conclusions. Le but est de faire terminer les écritures soumises aux juges par un récapitulatif condensé en 1000 mots des moyens à l'appui des demandes en visant les pièces numérotées dans l'ordre du résumé. Le projet prévoit que les juges n'auront à répondre qu'aux moyens exposés dans le résumé. Concrètement ils liront le condensé final des écritures. Je propose que les avocats soumettent leur dossier de pièces aux magistrats avec les demandes de leur client. Les magistrats trouveront les moyens après lecture des documents versés au débat qui constitueront la motivation de leur raisonnement. À partir de là, ils établiront leur décision. En tant que de besoin ils pourront confronter leur étude du dossier à celle des avocats des parties. Cette solution devrait faire l'unanimité, puisqu'il revient aux juges de dire le droit. Allons jusqu'au bout du raisonnement par conséquent.

Je terminerai cet article en applaudissant le propos du Président du Conseil National des Barreaux qui a proclamé : "La lutte contre l'injustice est notre priorité". Évidemment me dira-t-on. C'est le rôle de l'avocat d'obtenir justice pour ses clients. En réalité, cela ne l'est pas, si évident. D'abord parce que l'une des parties perd toujours un procès, ce qui veut dire que celui qui l'a gagné a obtenu justice et que son contradicteur a tout fait pour que l'injustice triomphe. Ensuite, dans la négociation d'un contrat, c'est le rapport de force dans le cadre des dispositions rééquilibrantes de la loi qui l'emporte. La notion philosophique ou concrète de justice et d'injustice devient rapidement floue ou discutable au-delà du magnifique slogan lancé par notre excellent confrère. Par ailleurs, je relève que malgré 70 000 avocats, notre Barreau a laissé à un fonctionnaire la charge de Défenseur des Droits, qui dispose sur tout le territoire d'un réseau fourni d'équipes à son service. Je note au passage que les avocats en sont exclus. Je trouve que "ça devrait nous interpeller au jour d'aujourd'hui au niveau de la problématique du concept" de la lutte contre l'injustice par le Barreau, non ?

Mots-clés: 

Sep
21
Secret professionnel, rédaction des conclusions, les avocats relèvent le menton.

La Juris'Cup s'est déroulée sur fond d'assemblée générale du Conseil National des Barreaux à Marseille et l'annonce de réformes portées par la Chancellerie contre le secret professionnel ainsi que le formatage des conclusions des avocats. A propos de la Juris'Cup, j'ai appris que le Barreau de Paris avait gagné la deuxième place après trois jours de régates, que Nice avait décroché la 4e, mais impossible de savoir qui est arrivé premier au classement et quel équipage est arrivé 3e. Les résultats sont occultés par des perspectives qui font trembler les colonnes du Barreau. 

En premier lieu, la remise en cause du secret professionnel dans le domaine de la fraude fiscale, corruption, du trafic d'influence et du blanchiment de ces délits. Tollé général car si cette atteinte vise l'activité d'une petite minorité d'avocats que sont principalement les fiscalistes, mais pas que, puisque la corruption, le trafic d'influence et le blanchiment de ces délits ne sont pas une spécialité d'exercice de la profession. Ce projet de réforme du secret professionnel est perçu comme un premier pas vers la destruction de ce qui est le fondement du métier. Nous avons aussi un problème avec notre conception du métier et son rapport à la société. Je crois que le rôle de l'avocat est d'être au meilleur stade possible de la compétence nécessaire pour que le droit soit correctement appliqué à un justiciable afin que la décision des juges soit fondée sur une motivation solide pour une solution la plus parfaite adaptée au problème posé. Je considère que l'avocat n'est pas là pour faire échapper le délinquant à une sanction. L'avocat est un auxiliaire de justice. Je ne suis pas sûr que mon propos fasse l'unanimité. J'estime en premier lieu que l'avocat n'a pas à mentir au juge et en second lieu que l'avocat n'est ni complice, ni receleur de son client. Je suis sûr que sur le premier point tous les membres du Barreau ne sont pas d'accord avec moi au nom du fait que leur client aurait le droit au mensonge. Mais d'où vient cette idée ? Dans tous les pays civilisés, le fait de mentir au juge est un délit d'outrage. Sur le second point, je constate un accord unanime qui ne mérite pas de s'étendre. Quel est alors le rôle du secret professionnel ?  De garantir la nécessaire confiance que le justiciable a dans son avocat en sachant qu'il peut tout lui dire sans crainte. Et c'est bien sûr essentiel tant pour garantir la qualité de la défense de ses intérêts que la bonne administration de la Justice ce que tout le monde comprend. La question de la fraude fiscale et du  blanchiment de l'argent provenant d'un délit pose la question du rôle de l'avocat lorsqu'il donne un conseil qui permet d'échapper au fisc par exemple. L'optimisation fiscale est permis par la loi. Elle est même organisée par elle. L'évasion fiscale consiste a utiliser "le trou dans la raquette" que la législation n'a pas traité. Il n'y a pas de faute à appliquer la loi. Ce qui n'est pas interdit est autorisé. Après, il y a l'abus de droit. Vaste débat, beaucoup de jurisprudence, mais nous ne sommes pas dans ce domaine dans un comportement intellectuement a priori pénalement répréhensible. On est dans l'existence d'une pratique soit de bonne foi soit face à un montage mis en place uniquement pour atteindre un but qui sans cela n'aurait pas pu être atteint.  Ça, c'est l'abus de droit. Il ne peut pas être atteint sans le conseil d'un technicien de la matière fiscale. Entre l'abus de droit et la fraude, la frontière peut être ténue mais la fraude peut être aussi délibérément recherchée. Masquer des revenus pour les faire échapper au fisc est aussi évidemment inadmissible. Nous comprenons bien qu'il y a une différence entre le rôle passif de l'avocat qui reçoit les confidences d'un délinquant, d'un époux qui veut divorcer, d'une victime d'un accident et celui d'un Conseil qui organise pour son client un carrousel de sociétés pour frauder la TVA au sein de l'Union Européenne. Il y a plus subtil. Par exemple, mettre en place un procès en concurrence déloyale d'accord entre les parties parce que les dommages-intérêts ne sont pas imposables contrairement aux royalties. Permettre de faire de la publicité à une artiste et lui procurer des revenus en lui permettant de faire un procès à un hebdomadaire portant atteinte à sa vie privée peut venir à l'idée d'un esprit inventif. Les sommes versées à titre de dédommagement ne sont pas imposables et sont déductibles fiscalement des résultats de la publication. Le bruit médiatique fera la promotion des belligérants judiciaires. Et il y a bien d'autres tours de passe-passe. En l'espèce mes deux exemples sont des escroqueries au jugement pénalement réprimé auquel en conscience si des avocats y prêtent la main, c'est évidemment à l'insu de leur plein gré. Le fisc peut très bien avoir eu vent de l'arnaque ou s'apercevoir de la redondance de faits qui le pousse à découvrir le pot-aux-roses. Quel que soit le montage, sa répétition ou la complexité de l'opération, le nom d'un avocat peut apparaître et la question va se poser de savoir si son Cabinet ne détiendrait pas des informations permettant de connaître le commanditaire, le bénéficiaire réel, le déroulé de l'écheveau des complicités qui a permis la fraude fiscale. Si le délit est constitué, ce que l'enquête ou l'instruction va révéler, il va falloir m'expliquer comment le conseil n'a pas permis sa réalisation dans un domaine comme la fraude fiscale ou le blanchiment. Il est bien sûr patent que le confrère qui a créé pour ses clients une société ne peut pas savoir qu'elle servira à émettre des fausses factures. L'enquête ou l'instruction doit permettre toutefois de trouver les complices ou les receleurs. Ce que l'avocat ne peut pas être, mais c'est lui qui détient des documents. Et c'est là que gît le lièvre: le législateur ne veut plus que, dans ce domaine où l'intérêt du Trésor Public est en jeu, on puisse lui claquer la porte au nez. Le secret professionnel ne protège pas l'avocat qui  aurait participé ou commis dans l'exercice de son métier un délit. Le secret professionnel doit-il permettre de protéger les auteurs d'un délit qui utilisent l'exercice professionnel de l'avocat pour le commettre ? Je réponds non. En conscience, peut-on répondre oui ? Le débat est ouvert par le projet de la Chancellerie.

Rappelons-nous que la France reste un pays de corruption, depuis 2015 au 23e rang parmi les pays les moins corrompus. Le Danemark est le pays le moins entaché par ces pratiques. Il est avec la Nouvelle Zélande, 1er du classement. Le trafic d'influence, n'est qu'une forme de la corruption. Le blanchiment de ces délits, la conséquence. Ces délits comme le fraude fiscale nécessitent des ingénieries autant financières que juridiques. Le secret du Cabinet de l'avocat doit-il être le sanctuaire de ces montages ?

La question est de savoir aussi pourquoi le gouvernement se trouve contraint de ne plus faire confiance au Barreau. Non ?

C'est tout de même un ancien confrère pénaliste qui est Ministre de la Justice qui cautionne cette proposition du Sénat.

Vous voulez savoir ce qui se passe ? Et bien je vais vous le dire. Le consortium des journalistes d'investigation qui ont déjà sorti les "panama papers" viennent de révéler les "pandora papers" :

https://youtu.be/IUitTSj_KUA

La Chancellerie a un autre projet. Il s'agit cette fois d'imposer aux avocats une méthode de travail dans la rédaction de leurs conclusions. Le but est de faire terminer les écritures soumises aux juges par un récapitulatif condensé en 1000 mots des moyens à l'appui des demandes en visant les pièces numérotées dans l'ordre du résumé. Le projet prévoit que les juges n'auront à répondre qu'aux moyens exposés dans le résumé. Concrètement ils liront le condensé final des écritures. Je propose que les avocats soumettent leur dossier de pièces aux magistrats avec les demandes de leur client. Les magistrats trouveront les moyens après lecture des documents versés au débat qui constitueront la motivation de leur raisonnement. À partir de là, ils établiront leur décision. En tant que de besoin ils pourront confronter leur étude du dossier à celle des avocats des parties. Cette solution devrait faire l'unanimité, puisqu'il revient aux juges de dire le droit. Allons jusqu'au bout du raisonnement par conséquent.

Je terminerai cet article en applaudissant le propos du Président du Conseil National des Barreaux qui a proclamé : "La lutte contre l'injustice est notre priorité". Évidemment me dira-t-on. C'est le rôle de l'avocat d'obtenir justice pour ses clients. En réalité, cela ne l'est pas, si évident. D'abord parce que l'une des parties perd toujours un procès, ce qui veut dire que celui qui l'a gagné a obtenu justice et que son contradicteur a tout fait pour que l'injustice triomphe. Ensuite, dans la négociation d'un contrat, c'est le rapport de force dans le cadre des dispositions rééquilibrantes de la loi qui l'emporte. La notion philosophique ou concrète de justice et d'injustice devient rapidement floue ou discutable au-delà du magnifique slogan lancé par notre excellent confrère. Par ailleurs, je relève que malgré 70 000 avocats, notre Barreau a laissé à un fonctionnaire la charge de Défenseur des Droits, qui dispose sur tout le territoire d'un réseau fourni d'équipes à son service. Je note au passage que les avocats en sont exclus. Je trouve que "ça devrait nous interpeller au jour d'aujourd'hui au niveau de la problématique du concept" de la lutte contre l'injustice par le Barreau, non ?

Mots-clés: