guillot-pars

Par guillot-pars le 29/10/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 9 mois

Je me présente aux elections de Décembre.

Je vous invite à lire la publication de ma profession de foi , à me faire part de vos avis sur les thèmes abordés et particulièrement sur la protection d'une espèce menacée: l'avocat de proximité, pourtant si indispensable à la défense de chaque individu en situation hostile.

Comment assurer la permanence de ce conseil, de ce défenseur confronté à la dictature de l'honoraire de "compétition" et aux charges multiples alors que le client souhaite pouvoir se confier, être entendu et que le respect du contradictoire a de fortes exigences.

Voilà mes propositions

Par guillot-pars le 27/10/08
Dernier commentaire ajouté il y a 12 années 9 mois

GERARD GUILLOT avec JEAN BALAN

À l'écoute des avocats, du petit comme du grand

A 62 ans, ayant étudié et pratiqué le droit en Pologne, Allemagne, Grande- Bretagne, Iran et France, je suis aujourd'hui plus soucieux de l'avenir des jeunes avocats et du barreau de proximité que de faire carrière.

Lorsque j'observe la situation actuelle, je constate qu'à ce jour peu a été fait pour que le conseil et la défense de l'individu vis à vis du corps social soient sérieusement assurés malgré des déclarations de principe.

Pensons qu'un avocat au tarif UJA est assujetti à la TVA à 19,6 % après un an.

Pensons qu'un avocat à 50.000 euros d'honoraires paye la même prime d'assurance que celui à un million d'honoraires.

Pensons que l'article 27 de la Convention Collective des avocats, détruit l'emploi et mine les cabinets.

Pensons qu'aucune formation télématique pour faciliter les procédures n'a été proposée à ce jour.

Pensons que rien n'a été examiné au regard du pacte de quota litis pour permettre sur les longs dossiers une rémunération de l'avocat sans ruiner le client.

Pensons qu'aucun article 700 CPC minimum à la charge du perdant n'a été fixé pour permettre une prévisibilité du coût du procès.

Aujourd'hui,

peu satisfait des conditions financières de la profession, de la taxation des honoraires, de la démocratie à l'Ordre, des procédures de déontologie et de discipline, des techniques obsolètes de représentation,

je souhaite promouvoir la défense de proximité, élément nécessaire à la protection de la personne humaine dans une société mondialisée et fichée.

Cela passe par l'amélioration des conditions d'activité de l'avocat et l'assurance d'un Ordre qui le défend.

Cela passe par des élus peu soucieux de médailles et de rangs d'hermine, mais défenseurs de l'ordre démocratique, de la séparation de la promotion (le Bâtonnier) et de la sanction (le Conseil de discipline), et respectueux d'une charte de l'élu.

Cela passe par des méthodes modernes car la défense de la personne est nécessairement coûteuse en temps et donc en argent.

Cela passe par la définition d'un pacte de quota litis acceptable et des conditions de fonctionnement et rémunération dignes.

J'ai trouvé ces mêmes ambitions chez Jean BALAN qui se présente au Bâtonnat:

http://www.bat.balanjean.fr/

Je me présente au Conseil de l'Ordre aux fins de permettre à l'avocat de la cité d'agir au bénéfice du justiciable et donc de chacun de nous.

Ce combat nécessaire je le mène avec Marc BORNHAUSER, Sarah BARUK et Najoua BOSSARD

Gérard GUILLOT

Avocat libre d'association agréée

et respectueux du secret professionnel