guillot-pars

Par guillot-pars le 27/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

En Iran comme en Chine, on constate qu'il peut y avoir des divergences au sein du parti unique ou de la théocratie et cela est normal dès lors qu'il n'y a pas dictature d'un homme, mais d'une classe ou d'une religion.

il convient de rappeler qu'en Iran les adversaires électoraux du Président réélu étaient tous membres du principal organe politique du régime, le Conseil de Conciliation (Expediency Council), organe chargé du règlement des divergences entre le Conseil des Gardiens (Conseil Constitutionnel en charge de faire respecter la Constitution et la Sharia) et le Parlement.

Le Président s'insurge aujourd'hui contre une volonté expansionniste du Parlement qui voudrait étendre ses prérogatives sur divers domaines de l'exécutif.

De vifs échanges ont lieu actuellement entre les 3 pouvoirs à propos de la désignation et du contrôle du Directeur de la Banque Centrale.

Le Président exige qu'il reste sous son autorité et que le Parlement, comme le chef du Judiciaire, n'interviennent pas.

Par guillot-pars le 21/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 3 mois

Je conseille pour votre reflexion d'excellents articles paraissant ce jour dans le FIGARO télématique:

- 2articles de M.MALBRUNOT sur la situation intérieure;

- 1 article de M. NICOULLAUD, ancien ambassadeur de France à Téhéran, consacré aux négociations nucléaires en cours;

J'ajouterai que la révolution démocratique tunisienne interpelle les hiérarques:

les jeunes iraniens sont éduqués et en recherche d'emplois, les jeunes iraniennes sont majoritaires à l'université et pleines de fougue...mais rien n'est reproché à l'épouse du Président!

Par guillot-pars le 10/01/11
Dernier commentaire ajouté il y a 10 années 4 mois

Washington multiplie les actions internes et externes visant à empêcher ou limiter les transactions financières avec l'IRAN.

les groupements VISA et MASTERCARD, sous domination américaine, ont depuis longtemps interdit l'échange.

Après avoir fait pression sur les banques occidentales pour restreindre tout nouvel investissement en IRAN, les ETATS UNIS ont contraint DUBAI, poumon des transactions avec l'IRAN, à limiter ses opérations.

En dernière date, les ETATS-UNIS interviennent auprès des chambres de compensation bancaires pour empêcher les paiements de pétrole et de gaz iraniens. En effet les ventes de ces produits procurent à l'IRAN la finance pour développer les bien-connues armes de destruction massive.

Finalement M. OBAMA est bien le successeur de M. BUSH