Par guillot-pars le 03/09/15

Les discussions ont repris pour poursuivre le "gazoduc de la paix" de la frontière iranienne jusqu'au BENGLADESH.

La construction de ce gazoduc devant initialement desservir le PAKISTAN avec le gaz de Pars Sud, a été arrêtée par le Pakistan, comme le projet d'extension à l'INDE , par l'embargo occidental et des problèmes de financement.

Le règlement du dossier nucléaire iranien conduit les parties initialement concernées et aussi le BENGLADESH à examiner sa reprise.

Le BENGLADESH comme l'INDE et le PAKISTAN souhaitent trouver des accords de troc avec l'IRAN qui propose en outre le concours de son industrie parapétrolière.

Je propose que le financement du gazoduc même soit assurée par la nouvelle banque d'investissement créée par la CHINE.

Si nous y parvenons quelle magnifique entreprise ce sera, réunissant 4 pays du sous- continent ,et à mon sens bien d'autres, jusqu'à aujourd'hui en difficultés relationnelles mais qui doivent pour leur intérêt commun et leur développement exploiter cette abondante énergie propre et peu coûteuse.

Par guillot-pars le 30/08/13

CHINE,INDE et EMIRATS sont aujourd'hui les principaux importateurs et exportateurs de l'IRAN.

Les EMIRATS sont surtout des transitaires.

L'IRAN commerce donc principalement avec l'Asie en dépit de toutes les difficultés : financières avec l'INDE; qualité avec le blé indien et pakistanais; embargo illicite occidental.

Les ventes de matières premières ( gaz, pétrole, alumine, électricité, acier, métaux etc ) sont dèsormais redirigées.

Pareillement les investissements; en particulier CHINE et INDE souhaitent profiter de l'IrPak, le gazoduc irano-pakistanais.

La réorientation des échanges est très engagée et l'EUROPE aura du mal à revenir dans le jeu; les Américains qui vendent sans problême leurs équipements électroniques et télématiques et bien d'autres choses, directement et indirectement, n'auront pas ce souci .

Par guillot-pars le 30/08/13

M. Rouhani, ancien négociateur d'accords avec les Etats du Golfe persique,n'a pas tardé à réactiver le projet de gazoduc entre l'IRAN et le sultanat d'OMAN.

Un protocole vient d'être signé avec Qabus lors de sa visite à Téhéran.

Un gazoduc reliera l'IRAN à OMAN . Il sera le pont avec l'INDE qui a désespérément besoin de gaz.

OMAN, Gwaidar, Chabahar , IrPak : le problème du détroit d'Ormuz sera en partie réglé dans peu d'années pour l'IRAN.

Gérard GUILLOT

Par guillot-pars le 08/07/13

Ainsi qu'évoqué dans des articles précédents, une formidable reconfiguration des routes et transports se met en place

rapidement dans une liaison Sud-Nord à l'Est de l'IRAN.

- la CHINE développe Gwaidar à la frontière Sud du PAKISTAN.

- l'INDE développe Chabahar à 70 km de là .

- une liaison Chabahar - Mashad de 1000 km est en cours.

- l'IRAN vient de terminer la ligne de Gorgan ( près de Mashad ) vers le TURKMENISTAN. Cette ligne doit se poursuivre sur le KAZAKHSTAN, la RUSSIE et la CHINE.

A l'issue de ces réalisations, l'IRAN sera le carrefour Est-Ouest, Nord-Sud de toute l'Asie centrale.

Par guillot-pars le 17/04/13

Le PAKISTAN, la CHINE et l'INDE se font une forte concurrence pour accéder à l'ASIE CENTRALE.

Le PAKISTAN bloque l'INDE en lui interdisant l'accés à l'AFGHANISTAN.

La CHINE a financé la construction d'un port à Gwaidar au PAKISTAN en limite de l'IRAN.

L'INDE vient donc de décider de financer le port proche de Chabahar en IRAN afin de pouvoir accéder aux marchés afghan, ouzbek, kazakh, turkmène, et bien sur iranien.

L'occupation étrangère de l'AFGHANISTAN prenant fin en 2014, les grandes puissances s'activent pour avoir un accès au carrefour de l'Asie centrale, carrefour commercial, férroviaire, routier mais aussi carrefour pétrolier et gazier.

Je rappelle que le PAKISTAN a passé outre aux objections des ETATS-UNIS sur le gazoduc IRAN-PAKISTAN et que la liaison pétrolière Caspienne/Golfe-Océan indien est déterminante pour l'avenir.

Il y a actuellement 1000 entreprise présentes à Téhéran au salon du gaz et du pétrole. Au moment où on ferme Petroplus en FRANCE après avoir refusé la seule offre sérieuse , l'offre iranienne !

Par guillot-pars le 15/03/13

Malgré les pressions américaines, PAKISTAN, INDE et CHINE s'activent avec l'IRAN :

- le gazoduc d'Assalouyeh ( gisement de Pars Sud en partage avec le QUATAR ) est activement poursuivi sur Karachi. Le Président Zarwari est venu en personne signer à Téhéran. Il a obtenu des cofinancements iraniens et chinois et le consortium d'entreprises irano-pakistanais a démaré le chantier au PAKISTAN.

- l'INDE assure le cargo pétrolier d'IRAN pour continuer ses importations d'IRAN qu'elle paye en riz. Le quasi-monopole assurentiel de Londres sur la fourniture pétrolière a pris fin comme au JAPON, en CHINE et en COREE

l'INDE souhaite que le gazoduc IRAN-PAKISTAN soit poursuivi jusqu'à Delhi.

- la CHINE construit à Gwadar ( au PAKISTAN à la frontière irano-pakistanaise ) un port pétrolier et gazier et une raffinerie pour enlever en particulier les produits iraniens au-delà du détroit d'Ormuz.

L'IRAN exporte depuis Janvier 25 % de plus de pétrole et se sécurise des marchès dans des pays en fort développement qui ont de formidables besoins en énergie.

Par guillot-pars le 02/03/13

Afin d'exploiter au mieux son gisement de gaz de Pars Sud, l'IRAN multiplie ses contrats et contacts avec ses voisins.

Le Parlement irakien vient d'autoriser la poursuite d'un projet de gazoduc de l'IRAN à 3 centrales thermiques en IRAK avec des développements sur la SYRIE.

Le président Sardari, malgré les pressions américaines, a signé le contrat du gazoduc en provenance d'Assalouyeh de la frontière iranienne jusqu'aux abords de Karachi. Le contrat est financé en partie par l'IRAN et une société iranienne posera le gazoduc au PAKISTAN en coentreprise.

Par ailleurs le Président du Parlement iranien est en INDE. Il y discute du développement des relations économiques entre les deux pays, notamment l'approvisionnement de l'INDE en gaz et électricité.

Il est notable de constater que l'IRAN propose aujourd'hui ses financements, ses technologies et ses entreprises.

N'écartons donc pas la solution iranienne pour Pétroplus en FRANCE; c'est la seule viable et sérieuse puisque l'unité Pétroplus est configurée pour le pétrole iranien et la société Tadbir est solide techniquement et financièrement.

Par guillot-pars le 09/01/13

La FRANCE etait dans le domaine ferroviaire le principal cocontractant de l'IRAN avant la Révolution.

Les ANF ( Ateliers du Nord de la France , actuellement Bombardier ) la SNCF et d'autres, planifiaient, installaient, équipaient le réseau.

Le Turbotrain reliant Téhéran à Mashad était la vitrine de la technologie française en IRAN.

C'est fini. Les Russes ont remplacé les Français et le programme est vaste : non seulement l'électrification de Gorgan à Mashad mais des lignes nouvelles vers la RUSSIE par Tabriz et Astara, un programme vers le KAZAKSTAN, un projet vers le PAKISTAN.

L'IRAN est le noeud ferroviaire de l'EUROPE vers l'ASIE moyenne, des mers vers l'ASIE centrale.

Par guillot-pars le 08/03/12

L'IRAN est l'Etat-clef du Moyen-Orient par et avec lequel doivent se traiter toutes les questions en conflit au Proche et Moyen-Orient:

- L'AFGHANISTAN en concours avec le PAKISTAN. La ministre des affaires étrangères de ce pays ( eh oui une femme dans cette république islamique du Pakistan; nous sommes le 8 Mars et je me dois de concourir avec le barreau de Paris à la promotion de la femme dans la gouvernance! ) a dit des choses fort interessantes pour l'avenir de l'AFGHANISTAN.

- L'IRAK où l'IRAN est le seul pays à pouvoir favoriser l'organisation d'un Etat plural.

- La SYRIE en concours avec la RUSSIE et au profit des équilibres confessionnaux.

- ARMENIE et AZERBAÏDJAN sur les questions du NAKHITCHEVAN et du KARABAKH.

- La PALESTINE où les Iraniens ont encore le crédit des Palestiniens car ils sont les seuls à pouvoir contrebalancer la politique coloniale d'ISRAEL.

- Les développements communs avec le PAKISTAN et l'INDE.

- Les liaisons du TURKMENISTAN et du KAZAKHSTAN avec le Golfe Persique.

On ne peut pas dire que l'EUROPE et la FRANCE aient fait le choix de la paix en appuyant les forces et les régimes les plus obscurantistes et les plus belliqueux de la région .

Un conseil: écoutons pour une fois M. Hans BLIX au lieu de vouloir imiter un dénommé W.

Par guillot-pars le 07/03/12

Les accords se multiplient entre l'IRAN, le PAKISTAN et l'INDE en matière énergétique:

- le PAKISTAN vient de selectionner les entreprises pour la partie pakistanaise du gazoduc IRAN-PAKISTAN.

Les Iraniens n'ont plus que la partie Iranshar-frontière à terminer, 950 km de tubes ayant déjà été posés depuis Asaluyeh.

- l'INDE, en sus de l'accroissement de moitié de ses achats de pétrole, a décidé d'acheter d'importantes quantités d'électricité à

l'IRAN qui transiteront par le PAKISTAN.

La prolongation du gazoduc Iran-Pakistan jusqu'à la Nouvelle-Delhi est considérée.

Ce sont des développements prometteurs de la collaboration nouvelle entre ces 3 Etats.

Cette collaboration permettra la solution du bourbier afghan.

Evidemment ceci n'est pas la chanson occidentale belliciste reproduite jusqu'à plus soif par les organes d'information français.