Jan
23
Antisémitisme : le site de rencontres juif JDate accuse à tort la mairie de Nanterre

Depuis quelques jours, vous apercevez pour certains, sur votre fil d'actualité Facebook une photo du site de rencontres juif JDate accompagnée en statut d'un"Nanterre interdit l'étoile', accusant la mairie francilienne d'avoir censuré une campagne publicitaire, la vérité est tout autre.

Les responsables du site de rencontres ont adressé le 19 janvier un communiqué à plusieurs médias communautaires dans lequel ils reprochent à la mairie de Nanterre d'avoir censuré leur campagne publicitaire ;sous le seul prétexte qu'elle comporte une étoile de David; et fait retirer unilatéralement les panneaux publicitaires installés dans la ville.

Contacté par Le Monde Juif .info, JC Decaux, le groupe industriel français spécialisé dans la publicité urbaine, qui gère la campagne publicitaire du site de rencontres juif, rejette catégoriquement les accusations portées contre la mairie de Nanterre et indique avoir de son propre pouvoir décisionnaire décider du retrait partiel de 18 affiches sur 100 avec 2 jours d'avance sur la campagne.

Thierry Courrault, directeur régional du groupe, précise avoir été saisi le 13 janvier par les équipes terrain de vandalisme sur nos mobiliers urbains (tags de croix gammées, glaces cassées);, “dans le contexte actuel très particulier et afin d'éviter une propagation de ce type d'acte; il précise avoir pris,une décision d'exploitation et en aucun cas d'un positionnement".

S'il ressort de cette affaire que JDate a bien été victime d'actes antisémites sur quelques-unes de ses affiches, il est regrettable d'avoir accusé à tort de censure teintée d'antisémitisme, la ville de Nanterre, sans avoir préalablement pris contact avec les différents protagonistes de l'affaire. Ce type d'accusations dessert la lutte contre l'antisémitisme.

Cette affaire nous montre à quel point, il faut se méfier de l'usage, quelquefois excessif et disproportionné qui est fait par certaines personnes de la victimisation outrancière, ce qu'a fait du reste l'humoriste Elie Semoun lorsqu'il parlait de son ancien ami d'enfance Dieidonné, en ce termes:

Elie Semoun était l'invité mardi d'Europe 1 Midi pour la promotion de la pièce de théâtre Le placard où il tient le rôle-titre (au Théâtre des nouveautés à Paris à partir du 24 janvier). L'humoriste a été amené à reparler de l'affaire Dieudonné.

&Quand je regarde sur Internet les sketches que je faisais avec Dieudo, je me marre encore, a-t-il reconnu un brin nostalgique.

Ce qu'on faisait était intemporel. On ne pouvait pas être taxé de racisme puisqu'à l'époque, il était déjà noir et j'étais déjà Juif, a-t-il rappelé.

Samedi dernier, sur Canal+ dans l'émission Le Tube, Elie Semoun avait tenu à répondre à Dieudonné au travers d'un sketch intitulé Lettre à un ami trompé. “C'était davantage une lettre qu'un sketch”, a-t-il précisé sur Europe 1. “C'était plus émouvant que drôle. Je suis à la fois le mieux placé et le moins bien placé pour en parler. Nous sommes des amis d'enfance et nous avons eu beaucoup de succès ensemble. On continue à se voir. Nous avons discuté pendant deux heures, il y a un mois, dans sa loge. Tout ce qu'il fallait lui dire, je lui ai dit. Mais ça n'a pas changé grand-chose..., a-t-il poursuivi.

Quand on avait des soucis tous les deux et qu'il fallait prendre une décision ensemble, sa grande phrase était «faut voir». On ne savait jamais ce qu'il voulait, je ne savais jamais ce qu'il pensait et c'est encore vrai aujourd'hui, a déclaré l'humoriste, dubitatif.

Malgré les propos horribles et les multiples condamnations pour antisémitisme de son ancien compagnon de route, Elie Semoun maintient toute son amitié et son affection à Dieudonné. Je continue à avoir de l'affection pour lui. Je sais que je vais choquer des millions de gens en disant ça, a-t-il confié à Wendy Bouchard. Evidemment, je réprouve toutes ses idées nauséabondes. Dans mon livre comme dans mon sketch, je suis critique envers le racisme qu'il trimbale et toutes ses idées atroces. Mais c'est mon ami, je suis désolé....Nous ne le sommes pas!

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA