Jan
16
L'agence juive à Paris: les nouveaux immigrants en Israël n'ont le droit que de se taire

Mes Chers Ami/es,

En demandant le rejet pur et simple de notre assignation, l'Agence Juive prétend que les nouveaux immigrants en Israël n'ont, tout au plus, que le droit de se taire concernant le traitement méprisant accordé aux Juifs séfarades dans ce pays.

Bien entendu, nous avons répliqué à cette demande qui démontre, encore une fois, la volonté de l'Agence Juive, d'embrigader les juifs séfarades à une cause dont le seul "profit" qu'ils en retirent, c'est l'humiliation, la haine et le mépris.

Pour l'Agence juive, les Juifs séfarades ne sont pas une entité vivante et ils n'ont pas le droit de s'organiser pour exprimer leur opinion.

Bien entendu, cette attitude nous encourage à persévérer dans notre combat pour l'honneur et la dignité de nos frères et nos soeurs séfarades en Israël.

Commentaires

Je suis catholique romain. Français, pied-noir et un peu Arménien.

Cette affaire ne devrait pas me concerner.

Mais, je suis né en Algérie dans un pays de juifs séfarades. Le grand-père de mon arrière grand-mère était juif, le premier des Français de ma famille en Algérie, puisqu'il y était arrivé en 1832, un HASDA venu de Toscane, où certainement ses ancetres séfarades comme lui avaient du se réfuger après avoir été expulsés de la Régence d'Alger quelques siècles plus tot. Il était costumier de l'Armée d'Afrique. Vous ne le savez sans doute pas, mais l'état-civil d'Alger dressé à la française à compter de 1832 comportait deux séries de registres, les juifs, et les autres. Ceux des juifs étaient plus importants quantitativement que les autres. Ils comportent des signAtures en hébreu et en arabe, puis, rapidement, à une vitesse folle en français(1)

Mon enfance et plus tard ont littéralement baigné dans le milieu juif de Bab-el-Oued. Y compris pour l'allumage du feu le samedi parce que j'étais goy et que mes parents avaient des voisins juifs et pratiquants au surplus charmants. A 63 ans, je suis encore capable de citer les noms de tous mes instituteurs qui étaient tous juifs séfarades les MSELLATI, CHICHEPORTICHE, TUBIANA (2) SERROR, et autres, sauf une exception, bien française (dont évidemment j'ai oublié le nom). Ils m'ont appris le français et le reste. Au lycée, plus tard, je me souviens aussi de tous les enseignants juifs qui ont été les miens, les SEBBAN, AKNINE, BACRI, etc.

Tous mes amis juifs m'ont expliqué cet ostracisme étonnant spécialement dans le domaine de la justice, notamment tel confrère marseillais ami qui avait "tenté" Israel et a du abandonner.

Je crois vous l'avoir déjà écrit, et bien qu'elle soit peu de chose, vous avez ici toute ma sympathie.

______________________

(1) Accessibles en ligne sur Internet via les archives d'outre-mer d'AIX EN PROVENCE

(2) Ce TUBIANA, je m'en souviendrai jusqu'à ma mort. Instituteur en cours élémentaire deuxième année, il avait dit à mon père qui s'inquiétait à tort (j'étais très bon élève): Monsieur n'ayez aucune crainte. Votre fils rale et crie tout le temps et veut toujours avoir raison. Vous en ferez un député (je n'ai pas réussi) ou un avocat. Merci, Monsieur TUBIANA.

Cher Monsieur Kuchukian,

Merci de votre témoignage extrêmement touchant.

Vous ramenez notre peuple à ce qu'il fut dans les pays du Maghreb et ce qu'il est aujourd'hui en France et non pas à ce qu'il est devenu aujourd'hui dans 'l'Etat Juif'.

Au nom d'une fausse fraternité, les ashkénazes en Israël nous ont utilisé et nous ont instrumentalisé pour s'enrichir sur notre dos, faisant du peuple séfarade un peuple de délinquant qui remplit les prisons juives en Israël.

Nos frères et nos soeurs font partie de ce qu'ils appellent la "seconde Israël" à savoir les laissés-pour-compte qui ne peuvent même pas quitter le territoire en raison d'interdiction de sortie du territoire ou prison pour simples dettes civiles.

Les ashkénazes ont ainsi construit un système "juridique" qui permet aujourd'hui aux classes dominantes de contrôler la majorité juive séfarade au nom du "droit de propriété", faisant fi des droits de l'Homme tout court.

En même temps, ce sont eux qui monopolisent le système judiciaire dans ce pays, en prétendant que nous n'avons pas la qualité nécessaire pour l'intégrer.

Ils contrôlent également toute l'économie grâce à une politique volontaire de discrimination ethnique basée sur une discrimination géographique rendue possible grâce à l'Agence Juive qui a parqué nos frères et nos soeurs dans des maabarot.

Maintenant que les Juifs séfarades ont prouvé leurs valeurs en France, ils prétendent aujourd'hui se les accaparer en les assimilant aux juifs ashkénazes, selon le vieux dicton "diviser pour mieux régner".

Quant à nous, nous n'oublions pas nos frères et nos soeurs en Israël et l'éducation que nous avons pu recevoir grâce à des pays comme la France, et certainement pas Israël, nous la consacrons à la défense des Juifs séfarades en Israël.

Aussi, la proposition de l'Agence juive ou des élites ashkénazes en Israël de faire fi de nos origines séfarades, en jouant de manière fort opportune les "nouveaux riches" ou les "nouveaux parvenus", ne nous intéresse pas, bien au contraire.

Merci encore de votre témoignage et nous vous souhaitons le meilleur pour vous et votre famille.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA