guy.fitoussi

Par guy.fitoussi le 31/12/19
Dernier commentaire ajouté il y a 7 mois 1 semaine


 


   

 

עשרים שנה לשלטון הברזל של פוטין: התקדמות שגבתה מחיר כבד

 

20 שנים בדיוק אחרי ששרביט השלטון עבר לידיים האלמוניות של קצין הקג"ב, נדמה כי מצב רוסיה מעולם לא היה טוב יותר • פוטין ייצב את המערכת הכלכלית, שיעור האבטלה צנח לשפל של 5%, והפקת הנפט כמעט והכפילה את עצמה • כל זה במחיר "פעוט" את חגיגות ערב השנה החדשה ברוסיה לפני 20 שנה בדיוק, ב־31 בדצמבר שנת 1999, התחילה הודעה מוקלטת־מראש של הנשיא דאז בוריס ילצין, ששודרה בטלוויזיה לקראת חצות. הנשיא הרוסי, חולה ועייף, הודיע כי הוא פורש מתפקידו ומעביר את השלטון באופן זמני לפוליטיקאי כמעט בלתי­־ידוע באותה תקופה, שצמח בשירותי הביטחון הרוסיים - ולדימיר פוטין. שני עשורים לאחר מכן, אחרי חמש מערכות בחירות ואחרי ששינה את החוקה כדי שתאפשר זאת, פוטין הוא עדיין המנהיג הבלתי־מעורער של המדינה הגדולה בעולם. נדמה כי שלטון הברזל שלו בפוליטיקה הפנים­־רוסית, לצד מעמדו הבינלאומי, מעולם לא היו חזקים יותר

שני אירועים משמעותיים הצטלבו בשבוע האחרון, יחד עם ציון 20 שנות פוטין. בקרים, שנכבשה מאוקראינה וסופחה על ידי רוסיה ב־2014 למרות מחאות בינלאומית וסנקציות כלכליות, החלה נסיעת רכבות על הגשר החדש שהקימה מוסקבה מעל מצרי קרץ', המחברים בין רוסיה לבין חצי האי. כדרכו, התעלם פוטין מגינויי האיחוד האירופי ומאזהרות ארה"ב מצעד סמלי זה. לשכת העיתונות הממשלתית הרוסית אף הפיצה תצלומים בהם הוא נראה נוהג בקטר הרכבת ־ עם היד על המצערת ־ בנסיעת הבכורה. במקביל, הודיע פוטין לעם הרוסי בסוף השבוע על "הישג שאף מדינה טרם הצליחה לרשום" - הפיכת טילים גרעיניים על־קוליים מסוג חדש למבצעיים, והצבתם בשטח בדרום הרי אורל, סמוך לגבול עם קזחסטאן. ראשי הנפץ המיוחדים של הטילים הללו, אמר פוטין בעבר, "יורדים על המטרה כמו מטאוריט, כמו כדור אש".

בין אם מדובר בהצטלבות אירועים מקרית או לא - כוח צבאי, גאווה לאומית ופולחן אישיות הם חלק מהמאפיינים הבולטים של שלטון פוטין.

בתוך ארצו וגם בקרב כלכלנים רבים מחוץ לה, הנשיא הרוסי (67) נחשב למי שהביא יציבות כלכלית וחברתית לרוסיה, למי שחילץ אותה מהמשבר הכלכלי שאפיין את שנות ילצין שאחרי התפרקות ברית-המועצות. הוא קיבל את רוסיה במצב כלכלי קשה: הרובל עבר פיחות של יותר מ־70% מול הדולר, אוליגרכים השתלטו על עוד ועוד חברות ממשלתיות ומגזרים ציבוריים רווחיים, התמ"ג לנפש צלל בגלל פשיטת רגל של חברות ומפעלים ועובדים רבים (למשל בתחום המכרות) שבתו במחאה על השכר הנשחק והציפו את מוסקבה. המשכורות הממשלתיות והפנסיות לא שולמו בזמן.

שני עשורים קדימה - התמונה שונה לגמרי. היציבות שבה למערכת הכלכלית הרוסית. התמ"ג לנפש צמח במהלך כהונת פוטין פי תשעה (ל־12,000 דולר לנפש), שיעור האבטלה ירד מ־13% לפני שני עשורים ל־5% בשנה החולפת, והפקת הנפט כמעט הכפילה את עצמה. המדיניות התקציבית הרוסית נחשבת ל"מרוסנת", ולמדינה יש עודף תקציבי.

אמנם, בהשוואה למדינות מזרח אירופה אחרו שהיו חלק מהגוש הסובייטי, ושכיום הן חברות באיחוד, מדובר בצמיחה צנועה ובהישגים כלכליים מדשדשים, אבל בעבור רוסים רבים מדובר בשיפור משמעותי לעומת האנרכיה של שנות התשעים. במקביל, פוטין והכלכלה הרוסית הצליחו להראות כי הם מסוגלים להתמודד עם הסנקציות שהטילו ארה"ב ואירופה בעקבות הפלישה לאוקראינה. אמנם, הכנסות המדינה עדיין תלויות משמעותית במחירי הנפט והגז העולמיים, אבל רוסיה הוכיחה כי ביכולתה להתמודד גם עם תקופות של שפל במחירים, כפי שנרשם החל מ־2012 ועד ל־2016.

המחיר ליציבות פנימית זו, לפחות לפי הנוסחה ה"פוטינית" שהפכה לסוג של מודל לחיקוי לשליטים במדינות אחרות, הוא שלטון ברזל שכרוך בדיכוי האופוזיציה, בסגירת חשבונות פנימיים ללא שקיפות ובשכבה קטנה של "מקורבים לצלחת". רוב המומחים במערב תמימי דעים בנוגע לעובדה שפוטין אולי יצר מצג של דמוקרטיה ־ עם בחירות שבהן זכות ההצבעה נתונה לכולם, עם בתי נבחרים ובתי משפט שנראים כעצמאיים - אבל לא מדובר בהרבה יותר מזה. הנשיא אינו חשוף לביקורת, החוקה עוברת שינויים כשצריך, האופוזיציה מדוכאת בכוח, יריבים פוליטיים ומודיעיניים הופכים ליעד להתנקשויות והתקשורת נשלטת על ידי אינטרסים עסקיים וממשלתיים ואינה חופשית. "את היארצייט לשלטונו של פוטין צריך לזכור לא בגלל הישגי רוסיה", כתב ה"זידוייטשה צייטונג" השבוע, "אלא בגלל הקורבנות שלו".

דווקא מחוץ לארצו זוכה פוטין לעדנה. הנשיא הרוסי הצליח בשני עשורים לבסס מחדש את מעמדה הצבאי והבינלאומי של רוסיה. הוא התחיל על ידי דיכוי אלים של שאיפות העצמאות הצ'צניות, והמשיך לעבר הנחלת תבוסה צבאית מוחצת לגיאורגיה, שניסתה להשתלט בצעד חסר־תוחלת על מובלעות רוסיות בשטחה ב־2008. פוטין גם תמך במורדים הבדלנים בחצי דובר־הרוסית של אוקראינה, סיפח את קרים וגם עבר להילחם בזירה חדשה - המזרח התיכון. אל מול חוסר הרצון האמריקאי להתערב, שהוביל בין השאר לזניחת שותפויות היסטוריות של הממשל האמריקאי, שיגורם של לוחמים רוסיים (לצד שכירי חרב רבים) להילחם לצד כוחות אסד בסוריה הפכו את מוסקבה לכוח משמעותי באזור עדנה מחוץ לרוסיה

האיחוד האירופי אולי מעולם לא ניסה לנצח את רוסיה, אבל עכשיו נראה כי בכל מקרה החליט להצטרף אליה. נשיא צרפת, עמנואל מקרון, הודיע בנאום מכונן בקיץ האחרון כי "לבודד את רוסיה מהמערב תהיה טעות היסטורית", וכי יש לנקוט גישה חדשה, סלחנית ומחבקת יותר, כלפי פוטין, מעין "אוסטפוליטיק" שמגיע מפאריס, ולא מברלין. מאז ההכרזה אירח מקרון ועידת שלום בין רוסיה לאוקראינה (שהסתיימה ללא פריצת דרך אך עם הסכם חילופי שבויים שבוצע) וממשיך לקדם את הניסיונות לקרב בין מוסקבה לבריסל. פוטין, שרוסיה בהנהגתו השקיעה רבות בפירוק ובפיצול האיחוד האירופי, בהחלשת הכוח המרכזי של בריסל באמצעות תמיכה ישירה ועקיפה בעשרות מפלגות ותנועות אירו־סקפטיות ברחבי היבשת - מפינלנד ועד איטליה - יכול להיות מרוצה ממצב העניינים הנוכחי.

ספקית האנרגיה של האיחוד

ויש תחום שבו הסוגיות הכלכליות חוברות לאלו האזוריות, אחד התחומים שבהם השקיעה רוסיה את הסכומים הרבים ביותר בעשורים האחרונים - האנרגיה. בימים אלה מושלם צינור "נורד־סטרים 2" - שיכפיל את כמות הגז הטבעי שעובר משדות גז בסיביר לאירופה, כאשר גרמניה היא השותפה העיקרית של רוסיה. צינור שיעביר גז טבעי לתעשייה הסינית כבר הושלם, ובשבוע הבא ייסע פוטין לפגוש את ארדואן - פעם יריב מר, היום בעל ברית חשוב - כדי לחנוך יחד צינור גז שהונח על קרקעית הים השחור מרוסיה לטורקיה, "טורק־סטרים" שמו. מטורקיה, יוכל הגז הרוסי לעבור גם למדינות דרום־מזרח אירופה. שני צינורות הגז האלה - שאמורים לפעול כבר בתחילת השנה הבאה - ישנו את התמונה בעבור רוסיה, שתבסס את מעמדה כספקית האנרגיה המובילה של האיחוד.

במצב כזה, לא פלא שרוסיה בראשות פוטין מרגישה נוח לשחרר הצהרות תוקפניות נגד הצטרפות שבדיה או פינלנד לנאט"ו, ולקיים תרגילים צבאיים סמוך לגבולות מדינות הברית. פוטין יכול להיות שבע רצון גם מהשברים המסתמנים בתוך נאט"ו, על רקע מתחים בין החברות וסוגיות מימון. נכון לעכשיו, נשיאותו מובטחת עד 2024, אך מוגבלת לאחר מכן. דרוש שינוי יצירתי נוסף בחוקה כדי לאפשר לפוטין להמשיך ולשלוט ברוסיה אחרי תאריך זה. עד כה, שבר המנהיג הרוסי את שיא הכהונה של ברז'נייב (18 שנות כהונה). המנהיג הרוסי היחיד ששלט לתקופה ממושכת יותר היה סטאלין.

רוסיה ברשימת 20 המדינות הכי פחות חופשיות

פעילי זכויות אדם, ארגונים בינלאומיים וממשלות במערב מאשימים את פוטין בהריסה שיטתית ומתמשכת של בתי המשפט במדינה ושל הארגונים הממשלתיים שנועדו לפקח ולהגביל את כוחן של הרשויות. בנוסף, הקרמלין אסר מלחמה במהלך כהונתו על ארגונים־לא־ממשלתיים העוסקים בתחום זכויות האדם, הוציא רבים מהם מחוץ לחוק ומונע מהם לקבל מימון חיצוני. "הם רוצים להפחיד אותנו, כי הם חושבים שזו הדרך לשמור על השלטון", אמרה אתמול לסוכנות הידיעות הגרמנית, סבטלנה גנושקינה, פעילת זכויות אדם מקומית.

התוצאה, בין השאר, היא משפטים המתנהלים נגד מתנגדים פוליטיים, הצקה של הצבא הרוסי למתנגדי משטר צעירים הצריכים לשרת בו, מערכת כליאה וענישה שמתנהלת באפלה מוחלטת וגם עיתונות לא חופשית, שבה כמה עיתונאים עצמאיים פועלים בחשש מתמיד לחייהם. בדירוג "פרידום האוס" ממוקמת רוסיה במקום ה־20 ברשימת 20 המדינות הכי פחות חופשיות. דיכוי זה מלווה במעשי אלימות כלפי מתנגדים פוליטיים ועיתונאים, במעצרים שרירותיים וגם בהתנקשויות במי שנחשבים ל"אויבי המדינה" החיים מחוץ לה.

Par guy.fitoussi le 16/11/19
Dernier commentaire ajouté il y a 8 mois 3 semaines

La nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel a été adoptée par la loi du 18 novembre 2016 relative à la modernisation de la justice du XXIème siècle, dans un souci de déjudiciarisation , elle est entrée en vigueur le 1er janvier 2017 .

Aux termes de l’article 229-1 du Code civil :
« Lorsque les époux s'entendent sur la rupture du mariage et ses effets, ils constatent, assistés chacun par un avocat, leur accord dans une convention prenant la forme d'un acte sous signature privée contresigné par leurs avocats et établi dans les conditions prévues à l'article 1374. Cette convention est déposée au rang des minutes d'un notaire, qui contrôle le respect des exigences formelles prévues aux 1° à 6° de l'article 229-3. Il s'assure également que le projet de convention n'a pas été signé avant l'expiration du délai de réflexion prévu à l'article 229-4. Ce dépôt donne ses effets à la convention en lui conférant date certaine et force exécutoire. »

La simplification voulue par le législateur consiste à ce que les époux ne soient plus obligés de passer devant le juge.
Auparavant les époux souhaitant divorcer par consentement mutuel, prenaient attache avec un seul avocat, lequel préparait la requête en divorce par consentement mutuel ainsi que la convention déterminant les effets du divorce. Les époux se présentaient devant le Juge aux affaires familiales lequel contrôlait le consentement des époux les entendant séparément, puis en présence de leur avocat, pouvait proposer une conciliation à ces derniers, et dans le cas contraire prononçait le divorce.
Les avis sont partagés sur les avantages de cette nouvelle loi qui interroge principalement sur le coût du divorce, l'intérêt des enfants, la sécurité juridique et la responsabilité accrue des avocats.
 

Les principes du nouveau divorce :

Les époux doivent choisir chacun un avocat, une seule convention est rédigée en trois exemplaires quatre le cas échéant pour la formalité de l'enregistrement au service des impôts ;;;;) dont un sera enregistré par un notaire moyennant des frais d'enregistrement de 50 euros.
Chaque avocat doit envoyer un exemplaire du projet de convention à l'époux qu'il assiste par lettre recommandée AR, à compter de la réception de la convention, chaque époux disposera d'un délai de réflexion de 15 jours pour signer celui-ci sous peine de nullité.
Par la suite la convention sera signée par les époux et leurs avocats lors d'un rendez-vous commun.
La convention est par la suite transmise au notaire dans un délai de 7 jours suivant sa signature, ce dernier contrôle alors les exigences formelles de la convention et vérifie que celle-ci n’a pas été signée avant l’expiration du délai de réflexion.
Le notaire dispose ensuite d'un délai de 15 jours pour déposer la convention au rang de ses minutes. Il contrôle à ce moment les exigences formelles prévues par la loi (article 229-3, 1° à 6°), s'assure que le projet de convention n'a pas été signé avant le délai de réflexion (article 229-1 alinéa 2 du Code civil).

Le notaire ne contrôle ni le consentement des parties ni l'équilibre de la convention, et il ne peut demander à ce que les avocats se présentent devant lui.
Il adresse une attestation de dépôt aux avocats des parties et la date du dépôt.
L’avocat envoie le quatrième original au service des impôts notamment en cas de partage d’un bien immobilier et un des avocats envoie l’attestation de dépôt aux services de l’état civil pour transcription du divorce sur les actes d’état civil : acte de mariage et extraits de naissance
 

Le coût du divorce et la nécessité d'avoir deux avocats:

Dans la nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel, chaque époux devra avoir son propre avocat.
Le Juge n'intervient plus pour contrôler le consentement des époux et la régularité de la convention de divorce.
Ceci entraînera dans la plupart des cas un coût supplémentaire, sauf dans les cas de divorces les plus simples.
Auparavant les deux époux consultaient le même avocat ce qui était d'une part plus simple et moins coûteux.
 

L'intérêt des enfants :

Aux termes de la nouvelle procédure, doit être annexé à la convention un formulaire signé des enfants mineurs au terme duquel il est précisé qu’ils ont le droit d’être entendus par le juge.

Dans ce cas, il sera nécessaire de saisir le Tribunal compétent, la procédure de divorce reprendra son cours devant le Juge ainsi qu’il en était auparavant.

Cette disposition est sans doute la plus délicate ou difficile à gérer, car les enfants vont devoir « prendre part » à la procédure, l’enfant n’ayant forcément pas la maturité suffisante pour savoir ce qui est bon pour lui, ou ce dernier peut aussi dans des situations très conflictuelles et difficiles avoirla tentation de manipuler ses parents.
Il est bien évident que cette question ne se pose pas lorsque les enfants sont en bas âge.
Cette disposition interroge : l’intérêt des enfants est-il suffisamment sauvegardé ?
 

La responsabilité accrue des avocats :

Il s’agit pour cette nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel et en l’absence d’intervention du juge que les avocats soient suffisamment compétents et vigilants, afin que le risque d’une éventuelle annulation de la convention et donc la saisine du juge dans le futur soit le plus faible possible.
 

Cas dans lesquels ce type de divorce est exclu et possibilité de changer de procédure de divorce :

Deux cas sont prévus : quand les enfants demandent à être entendus par le Juge et quand un des époux est sous mesure de sauvegarde de justice (curatelle ou tutelle). Si la situation paraît trop compliquée, il est possible de modifier le choix du divorce pendant la procédure.
 

Conclusion :

Les nouvelles dispositions concernant le divorce par consentement mutuel ont été adoptées dans un souci de désengorger les tribunaux et dans un souci de « simplification ».
Cependant il est permis d’émettre des doutes quant au risque judiciaire et c’est alors que le rôle de l’avocat est fondamental en terme de compétence et de conseil.
Il est permis également de s’interroger sur les difficultés pour les parents de gérer la question de la nécessité de « consulter » les enfants concernant la possibilité pour eux d’être entendus par le Juge.
Enfin ce divorce aura très certainement un coût supplémentaire sauf pour les divorces les plus simples compte tenu de l’intervention de deux avocats outre les frais de notaire et d’enregistrement.

Par guy.fitoussi le 16/11/19
Dernier commentaire ajouté il y a 8 mois 3 semaines

La dépakine (valproate de sodium) est un médicament vendu par SANOFI en 1967 pour traiter l’épilepsie et les troubles bipolaires (sous le nom de dépakote).
Si ce médicament est très efficace pour les adultes il se révèle très dangereux pour le fœtus, en effet au milieu des années 2000 des études scientifiques avaient démontré des troubles neurologiques tels QI faible, difficultés de langage, autisme.
Ce n’est qu’en avril 2015 que la vérité est annoncée à une association de patients : la dépakine est un bon médicament pour la patiente, mais un poison pour le foetus: 11% des enfants sont atteints de malformations, 30 à 40 % de troubles neurologiques.
Il a en effet été révélé, en août 2016, que près de 2 grossesses pour 1 000 avaient été exposées à l’acide valproïque et ses dérivés entre 2007 et 2014 (soit plus de 14 000 femmes).

L’exposition du foetus est associée à un risque de malformation majeure ainsi que de graves troubles du développement.
A la suite de ces informations soulignant le risque élevé de malformations congénitales et de graves troubles du développement susceptibles d’être dus à une exposition au valproate, le ministère de la Santé a annoncé la mise en place d’un fonds d’indemnisation sur le modèle de la procédure instaurée en 2011 pour le Médiator (CSP., art. L. 1142-24-1) (voir article sur le Médiator 2016), confié à l’ONIAM.
Une dotation de 10 millions d’euros serait prévue, mais serait considérée comme insuffisante compte tenu du nombre de dossiers à traiter et des montants d’indemnisation prévus. Selon Nicolas Gombault, directeur général du Sou Médical, assureur des médecins. "Le valproate, est un dossier qui peut être très lourd en termes d’intensité, c’est-à-dire de coût moyen du sinistre", En effet se fondant sur le nombre de boîtes vendues en France (266 millions en 50 ans!), l’épidémiologiste Catherine Hill estime que 30.000 enfants ont été exposés in utero au valproate de sodium, dont probablement 12.000 sont atteints d’un handicap mental ou physique. "A priori, je sous-estime", souligne la chercheuse. Si la moitié de ces 12.000 enfants obtenaient une indemnisation de 800.000 euros (une hypothèse médiane), la facture atteindrait près de 5 milliards (source magazine Challenges)

A ce jour SANOFI refuse de financer le fonds d’indemnisation, car le Laboratoire estime n’avoir commis aucun manquement.
 

Les différentes procédures mises en œuvre :

Une vingtaine de procédures sont en cours au civil, au pénal et devant le tribunal administratif contre l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Et même une action de groupe contre Sanofi - la première dans le domaine de la santé en France - lancée en décembre 2016.
Il est à noter que les responsabilités sont plus complexes à établir que dans le scandale du Mediator. Car la Dépakine - au contraire de ce dernier - est un bon médicament. Et le problème paraît plutôt avoir été "une question de prise de conscience collective de l’ensemble des acteurs", estime Dominique Martin, le directeur général de l’ANSM ( article Challenges précité)

Le souci réside dans la lenteur de l’enquête visant à déterminer les liens entre les effets tératogènes constatés en 2003, menée par l’ANSM (l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).
De leur côté les médecins ont fait de la résistance et ont donc continué à prescrire.

Concernant les intérêts américains du Laboratoire, SANOFI ayant cédé ses droits au Laboratoire ABBOTT n’a pas à faire face à la justice américaine. Le Laboratoire ABBOTT doit en effet verser de très lourdes sommes aux victimes … Plus de 800 plaintes ont été déposées, avec des demandes de dommages et intérêts énormes. Les juges ont pu considérer pour le cas d’un enfant lourdement handicapé qu’Abbott "n’avait pas voulu communiquer sur la vraie nature et l’ampleur des risques, que ce soit par le packaging du médicament, ou en avertissant les médecins et les consommateurs", la victime a reçu 38 millions de dollars.
 

L’action de groupe :

Une association d'aide aux parents d'enfants souffrant du syndrome de l'anticonvulsivant (Apesac) a été créée, et a lancé une action de groupe contre le laboratoire Sanofi, la première action de ce type depuis l'autorisation de cette procédure dans le domaine de la santé en France au regard de la nouvelle loi santé votée en décembre 2015.
L'Apesac, qui fédère 2.000 familles, reproche à Sanofi de ne pas avoir informé les femmes enceintes des risques importants de malformations et de troubles neurodéveloppementaux encourus par leurs enfants.

Aux termes de la loi santé , Sanofi a quatre mois pour répondre à l'Apesac, période à l'issue de laquelle l'association pourra saisir le Tribunal de Grande instance (TGI) de Paris afin de "faire reconnaître la responsabilité du laboratoire dans le retard d'information des utilisatrices de valproate de sodium" - le principe actif de la Dépakine - alors qu'il connaissait les risques "depuis le début des années 1980" relève Me Joseph-Oudin avocat des familles des victimes.

L’action de groupe sera ouverte par la suite aux familles des victimes
 

Le dispositif d’indemnisation par l’ONIAM

 

Principe

Le dispositif, qui doit entrer en vigueur au plus tard le 1er juillet 2017 a été créé par l’article 150 de la loi de finances pour 2017 (CSP art. L. 1142-24-9 à L. 1142-24-18) reposant sur l’ONIAM (Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales), établissement public créé par la loi du 4 mars 2002.
De ce fait les missions de l’ONIAM sont élargies (articles L. 1142-24-9 et suivants du Code de la santé publique).
L’ONIAM traitera les premières demandes des victimes au plus tard le 1er juillet 2017. Dans le dispositif d’indemnisation des victimes de la Dépakine (le valproate de sodium), deux entités interviennent, soit un collège d’experts et un comité d’indemnisation. En effet, alors que pour le Médiator (benfluorex), la procédure d’indemnisation ne prévoyait qu’un collège d’experts,
 

Saisine de l’ONIAM :

La personne doit s’estimer « victime d’un préjudice à raison d’une ou plusieurs malformations ou de troubles du développement imputables à la prescription avant le 31 décembre 2015 de valproate de sodium ou de l’un de ses dérivés pendant une grossesse ». La saisine peut également être faite par le représentant légal ou les ayants droit de la victime directe. Les personnes ayant déjà intenté une action en justice, à la date d’entrée en vigueur du dispositif d’indemnisation, peuvent saisir l’ONIAM afin de bénéficier de la nouvelle procédure.
Cette procédure d’indemnisation sera rendue effective au 1er juillet 2017 selon un décret d’application de l’article 50 de la loi 2016-1917 du 29 décembre 2016. Comme pour tout dossier médical, il est recommandé que les personnes constituant un dossier d’indemnisation soient accompagnées par un médecin de recours.
 

Instruction des demandes par un collège d’experts.

L’instruction est conduite par le président du collège d’experts, lequel est membre du Conseil d’État, magistrat de l’ordre administratif ou de l’ordre judiciaire. Le collège comprend également cinq médecins et « une personne compétente dans le domaine de la réparation du dommage corporel ».
Le président du collège peut ordonner toute expertise complémentaire qu’il juge utile. Lorsque l’imputabilité des dommages au valproate de sodium ou à l’un de ses dérivés est constatée, le collège transmet le dossier au comité d’indemnisation.
 

Indemnisation par un comité d’indemnisation.

Le comité d’indemnisation doit préciser pour chaque chef de préjudice, les circonstances, les causes, la nature et l’étendue des dommages subis. Il donne également son avis sur les différentes responsabilités encourues.
Le comité transmet alors aux assureurs et aux personnes qu’il considère comme responsables l’ensemble des documents communiqués par le patient pour leur permettre d’établir une offre d’indemnisation.
Si le patient estime cette offre manifestement insuffisante, il peut s’adresser à l’ONIAM pour obtenir une indemnisation de sa part. Si son état de santé s’aggrave, il peut faire une nouvelle demande d’indemnisation.

Par guy.fitoussi le 16/11/19
Dernier commentaire ajouté il y a 8 mois 3 semaines
Introduction

Suite à la saisine de la Cour de Cassation au sujet du lien de parenté avec les enfants nés de gestation pour autrui, la Cour Européenne a rendu son avis le 10 avril 2019.
 
Pour rappel, la gestation pour autrui (GPA) est le fait pour une femme, désignée généralement sous le nom de « mère porteuse », de porter un enfant pour le compte d’un « couple de parents d’intention » à qui il sera remis après la naissance.
 
Il s’agit d’une forme d’assistance médicale à la procréation qui consiste en l’implantation dans l’utérus de la mère porteuse d’un embryon issu d’une fécondation in vitro (FIV) ou d’une insémination.
 
Selon les cas, soit le couple d’intention a un lien génétique avec l’enfant, soit le couple d’intention n’a aucun lien génétique avec l’enfant, soit le couple a un lien génatique partiel avec l’enfant.
 
En France, la gestation pour autrui est interdite depuis la loi du 29 juillet 1994 dite loi bioéthique, laquelle a introduit dans le Code Civil l’article 16-7 aux termes duquel « toute convention portant sur la procréation ou la gestation pour le compte d’autrui est nulle ».
 
D’autres pays européens ont interdit la GPA comme l’Allemagne, l’Italie. Certains pays l’acceptent comme le Canada, l’Inde, le Danemark, les Pays Bas, la Russie.
 
 

La loi et la jurisprudence de la Cour de cassation et du Conseil d’Etat

Comme indiqué ci-dessus, la GPA est interdite par la loi du 29 juillet 1994.
 
Dès 1989, la Cour de Cassation a affirmé la nullité des conventions de gestation pour autrui en application de l’article 1128 du Code Civil selon lequel « il n’y a que les choses qui sont dans le commerce qui puissent être l’objet des conventions ».
Elle a affirmé la non-conformité de ces conventions conformément au principe d’ordre public de l’indisponibilité de l’état des personnes. 
 

Les jurisprudences de la Cour de Cassation et du Conseil d’Etat s’opposent.

La Cour de Cassation a confirmé ces principes dans une jurisprudence de 1991. Elle les a confirmés en 2008 puis en 2011, refusant la transcription sur les registres de l’état civil français d’actes de naissance établis en Californie pour deux enfants nés à l’issue d’une gestation pour autrui, refusant de reconnaître en droit français la filiation établie entre les enfants d’une mère porteuse et leurs parents d’intention, considérant que cette non transcription ne prive pas les enfants de la filiation maternelle et paternelle que leurs droits californiens leur reconnaît ni ne les empêche de vivre avec leurs parents en France, ne porte pas atteinte au droit au respect de la vie privée et familiale de ces enfants au sens de l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme, non plus qu’à leur intérêt supérieur garanti par l’article 3 paragraphe 1 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.
 
Le Conseil d’Etat lui fait prévaloir l’intérêt supérieur de l’enfant, conformément à l’article 3-1 de la convention relative aux droits de l’enfant. 
 

Quel est dans ce cas la situation juridique des parents d’enfants nés d’une mère porteuse et la situation juridique des enfants ?

Une circulaire du 25 janvier 2013 a recommandé aux greffiers en chef des tribunaux d’instance, procureurs généraux et procureurs de la république, de faciliter la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants nés à l’étranger à l’issue d’une GPA de parents français en application de l’article 47 du Code Civil selon lequel « tout acte de l’état civil des Français et des étrangers fait en pays étranger et rédigé dans les formes usitées dans ce pays fait foi ».
 
La Cour de Cassation confirme et durcit sa position. Ainsi par un arrêt du 13 septembre 2013, elle privilégie l’ordre public sur l’intérêt de l’enfant. Elle considère que de telles pratiques sont une fraude à la loi française. Cette fraude supplante l’intérêt supérieur de l’enfant visé par le Conseil d’Etat en références à l’article 3 paragraphe 1 de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant et le respect de la vie privée et familiale au sens de l’article 8 de la Convention de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales.
 
Dans cet arrêt, la Cour de Cassation a approuvé la Cour d’Appel d’avoir déduit de la fraude à la loi la nullité de la reconnaissance de l’enfant par le père d’intention.
 

La Cour de Cassation sursoit à statuer concernant la transcription d’actes de naissance étrangers.

Tout récemment le 10 avril 2019, la Cour de Cassation a demandé à la Cour Européenne des Droits de l’Homme un avis consultatif concernant ces questions épineuses.
 
En effet, la Cour de Cassation saisie de la question de la transcription d’actes de naissance étrangers indiquant deux hommes ou deux femmes comme parents, sursoit à statuer pour attendre l’avis demandé à la Cour Européenne des Droits de l’Homme à propos des actes de naissance désignant comme mère une femme qui n’a pas accouché de l’enfant.
 
En effet, comme indiqué ci-dessus, pour échapper à la prohibition française de la gestation pour autrui, des Français se rendent à l’étranger dans des Etats où la pratique est légale pour y obtenir des enfants par ce moyen.
 
La naissance de l’enfant est déclarée dans son pays de naissance. Ainsi de retour en France, les « commanditaires » de l’enfant demandent la transcription sur les registres français d’état civil des actes de naissance étrangers des enfants.
 
Les actes qui indiquent comme parents le père biologique et la conjointe de ce dernier ne peuvent être transcrits que partiellement. Seule la mention relative à la filiation paternelle qui est exacte peut être transcrite. Cependant la mention qui attribue la maternité à la femme qui n’a pas accouché de l’enfant puisque ce dernier est né d’une mère porteuse ne peut être transcrite car « concernant la désignation de la mère dans les actes de naissance, la réalité est la réalité de l’accouchement. »
(Cass. 1ère civ. 5/07/2017 n° 16-16.901 P + B + R + I  ; Cass. 1ère civ. 5/07/2017 n° 15-28.597 P + B + R + I ;  Cass. 1ère civ. 5/07/2017 n° 16-16.495 P + B + R + I ; Cass. 1ère civ. 5/07/2017 n° 16-20.052 P + B + R + I ; Cass. 1ère civ. 5/07/2017 n° 16-16.455 P + B + R + I).
 
Deux jurisprudences ont confirmé cette position (Cass 1ère civ. 29/11/2017 n° 16-50.061 P + B ;  Cass. 1ère civ. 14/03/2018 n° 17-50.021).
  
La Cour de Cassation a été saisie le 5 octobre 2018 d’une nouvelle affaire relative à la transcription de cette maternité dite « d’intention ». Elle a sursis à statuer pour poser la question à la Cour Européenne des Droits de l’Homme concernant la question de la marge d’appréciation des Etats en pareil cas (Cass. Ass. Plen. 5/10/2018, n°10-19.053 et n° 12-30.138).
 
Deux autres demandes de sursis à statuer ont suivi qui datent du 20 mars 2019 à propos de nouvelles demandes de transcription.
 

En ce qui concerne le premier arrêt (Cass. 1ère Civ. 20/03/2019 n° 18-11.815 et n°18-50.006), deux hommes ont eu recours à la GPA aux Etats-Unis et la demande de transcription concerne des actes de naissance américains désignant les deux hommes comme parents, le premier étant indiqué comme père/parent et le second comme mère/parent.

 
La Cour d’Appel ayant autorisé la transcription de la seule mention désignant comme père le père biologique, le pourvoi lui reproche son refus de transcription de la mention désignant le second homme comme « parent ».
 

Dans le deuxième arrêt (Cass. 1ère civ. 20/03/2019 n° 18-14.751 et n° 18-50.007), deux femmes en couple ont été inséminées par donneurs au Royaume Uni. Chacune a mis au monde un enfant et les actes de naissance indiquent pour chacun des enfants sa propre mère ainsi que l’autre femme à savoir la mère de l’autre enfant comme « parent ».

Il est important d’indiquer que le fait d’interdire d’inscrire comme mère une femme qui n’a pas accouché de l’enfant n’est absolument pas arbitraire et permet de préserver notamment les enfants contre les différents trafics car la procédure d’adoption permet au juge avant de désigner comme mère une femme qui n’a pas mis au monde de vérifier que l’enfant n’est pas issu d’un trafic et que la désignation de cette femme comme mère adoptive est dans son intérêt.
 
En ce qui concerne la transcription de la mention d’un second homme ou d’une seconde femme comme parent, il est à préciser que l’acte d’état civil ne peut pas comporter de mentions sciemment inexactes et indiquer comme mère une femme qui n’a pas mis l’enfant au monde : il s’agit d’une infraction pénale. Quant à la paternité qui n’est pas certaine, si elle est présumée elle peut correspondre à la réalité, si ce n’est pas le cas elle pourrait être contestée et anéantie.
 
Le droit français en l’absence de contentieux exige la vraisemblance de la filiation (cf article 320 du Code Civil). L’adoption est alors le seul moyen d’établir une double filiation paternelle ou maternelle.
 
La transcription du jugement d’adoption tient lieu d’acte de naissance mais ne prétend pas être l’acte de naissance originel de l’enfant.
 
Si on acceptait de porter dans l’acte de naissance initial des mentions non seulement inexactes mais encore invraisemblables comme une seconde mère ou un second père, ce serait contraire à la loi et cela priverait l’acte de naissance de toute signification. Il ne renverrait plus l’enfant à l’évènement de sa naissance, ne lui indiquerait plus son origine et ne le situerait plus dans la chaine des générations.
 
Si on envisageait la transcription d’un acte indiquant ab initio une double filiation paternelle, cela supposerait une refonte du droit de la filiation qui dépasse de loin la compétence de la Cour de Cassation, y compris sous prétexte ( ?) de l’avis de la Cour Européenne (voir l’article de Aude MIRKOVIC, Maître de conférence en droit privé à l’Université d’EVRY).
 

L’avis de la Cour européenne des droits de l’homme du 10 avril 2019

 Ainsi, la Cour de cassation a adressé à la Cour européenne des droits de l’Homme une demande d’avis consultatif afin de savoir si le refus de transcrire un acte étranger désignant  comme étant la mère légale la mère d’intention était contraire à l’article 8 de la Convention (respect de la vie privée et familiale). Elle lui demande également s’il y a lieu de distinguer mère d’intention avec lien biologique ou sans lien biologique. Elle lui demande enfin si le passage par l’adoption permet de répondre aux exigences de l’article 8.
Ce raisonnement serait applicable pour les pères d’intention.
La Cour européenne a répondu le 10 avril 2019 :

« Pour le cas d’un enfant né à l’étranger par gestation pour autrui (GPA) et issu des gamètes du père d’intention et d’une tierce donneuse et alors que le lien de filiation entre l’enfant et le père d’intention a été reconnu en droit interne,

1. le droit au respect de la vie privée de l’enfant, au sens de l’article 8 de la Convention européenne des droits de l’homme, requiert que le droit interne offre une possibilité de reconnaissance d’un lien de filiation entre l’enfant et la mère d’intention, désignée dans l’acte de naissance légalement établi à l’étranger comme étant la « mère légale ».

2. le droit au respect de la vie privée de l’enfant ne requiert pas que cette reconnaissance se fasse par la transcription sur les registres de l’état civil de l’acte de naissance légalement établi à l’étranger ; elle peut se faire par une autre voie, telle l’adoption de l’enfant par la mère d’intention. »
 
La Cour européenne a répondu que la filiation entre l’enfant et la mère d’intention non biologique doit être établie mais les États sont libres de choisir le moyen légal d’y parvenir, de sorte que l’adoption est une solution possible.

Ainsi le lien de filiation doit être établi pour les deux parents, la Cour laissant aux États la liberté quant à la façon d’y parvenir.
En conséquence, la jurisprudence actuelle de la Cour de cassation ne change pas.
 
 

Conclusion :

En résumé après cet avis, la liberté d’agir pour les Etats est grande, même si la filiation doit être établie pour l’enfant ce qui semble être la moindre des choses, mais pas par m’importe quel moyen et notamment pour la Cour de cassation. 
 

Par guy.fitoussi le 05/06/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 2 mois

Citation

Je voudrais que l'on discute ici de la faisabilité de cette opération à la place d'Overlord (en partant  du Sud de l'Italie sous controle allié, de la Crète, de Chypre et du levant, tout sous contrôle allié fin 43 début 44),

Les débarquements en Italie
Le débarquement en Sicile, l’opération « Husky », le 10 juillet 1943
Le débarquement sur île d’Elbe, l’opération « Brassard », le 17 juin
1944
Le débarquement à Salerne, l’opération « Avalanche », le 3
septembre 1943
Le débarquement d’Anzio-Nettuno, l’opération « Shingle », le 22
janvier 1944

Winston Churchill fut sans doute l'un des plus illustres chefs de guerre du XXe siècle. Puissant homme d'État et remarquable stratège, il est le héros, parfois malmené, de ces six jours qui précèdent le débarquement allié en Normandie le 6 juin 1944.Tandis que les généraux Eisenhower et Montgomery préparent l'opération « Overlord », Churchill fait tout ce qu'il peut pour éviter l'offensive normande et dissuader les forces américaines. Lui qui, durant quatre ans, est parvenu à rassembler tout un peuple pour défier Hitler, lui qui prononça ces mots historiques en juin 1940 : « Nous nous battrons sur les plages. Nous nous battrons sur les terrains de débarquement. Nous nous battrons dans les champs, et dans les rues, nous nous battrons dans les montagnes. Nous ne nous rendrons jamais », craint à présent que le jour J ne soit un désastre. Il enchaîne les discours, va jusqu'à demander au roi George VI d'intervenir et se réjouit lorsque, pour des raisons météorologiques, le débarquement est ajourné...

Dardanelles et Dieppe font de Churchill, un chef d'État peu enclin à soutenir « Overlord », un homme hanté par les souvenirs de la Grande Guerre, traumatisé par l'échec de la bataille des Dardanelles (avril 1915-janvier 1916), qui se solda par une déroute et fit 180 000 morts côté allié, mais aussi par le fiasco du débarquement à Dieppe, le 19 août 1942. Pour l'historien Olivier Wieviorka, plusieurs facteurs expliquent la résistance de Winston Churchill : « Le vétéran de la Grande Guerre craignait une réédition de la grande boucherie à laquelle il avait assisté ux premières loges. De même, l'initiateur du débarquement raté de Gallipoli, monté dans le détroit des Dardanelles en 1915, redoutait la répétition de cet échec cinglant. Mais d'autres motifs pesèrent. Malgré sa pugnacité, le Royaume-Uni était une puissance modeste, dont l'armée ne rassemblait en 1945 "que" 4,5 millions d'hommes. Ce facteur incitait le Premier ministre à plaider pour une stratégie visant l'ennemi sur ses marges afin d'économiser ses troupes ; forte de ses 11 millions d'hommes, la puissante Amérique souhaitait en revanche en finir au plus vite, en frappant le Reich sur son point fort. Ajoutons enfin que Churchill tenait à contrôler la Méditerranée, qui, via le canal de Suez, commandait la route des Indes. À cette aune, le théâtre italien devait rester prioritaire. Le rapport des forces dictait cependant sa loi : au vu de leur puissance, les États-Unis pouvaient imposer leurs vues. » Si l'on croit tout savoir sur le débarquement en Normandie, grâce à des films comme Le Jour le lus long (1962), coréalisé par Ken Annakin, Andrew Marton, Bernhard Wicki, Gerd Oswald et Darryl F. Zanuck, ou Il faut sauver le soldat Ryan (1998), de Steven Spielberg, l'histoire de ce Churchill vieillissant, apporte un éclairage nouveau qui, confirme que, soixante-treize ans après les faits, des zones d'ombre demeurent. Enfin ce Churchill là, offre l'occasion de vivre le débarquement en coulisses, côté anglais, ce qui n'est pas si fréquent et se justifie d'autant plus que, sur les quelque 155 000 hommes engagés dans l'opération « Overlord », une moitié d'entre eux étaient britanniques.

L’image glorieuse d’Alliés indéfectiblement unis pour le Débarquement en Normandie de juin 1944 a donc balayé comme fétu de paille un fait pourtant important : Winston Churchill, le premier ministre du Royaume-Uni que l’histoire retient comme l’homme ayant mené son pays à la victoire, s’y est opposé avec virulence et raison au vue de l'effroyable et, à vrai dire, inutile tuerie sur les plages de Normandie.Si,  à 70 ans, Churchill est le plus vieux des dirigeants alliés – auquel s’ajoutent alcoolisme mondain et dépression, .L’entrée dans le conflit des Américains a réduit son poids dans le front antinazi : l’armée britannique ne rassemble que 4,5 millions de soldats contre 11 millions pour celle des États-Unis. Les divergences de vues découlent de ces forces déséquilibrées : Winston Churchill entend économiser ses troupes en attaquant l’armée allemande sur ses marges par des débarquements plus modestes à Bordeaux, ainsi qu’en Italie afin de contrôler la Méditerranée, étape sur la route des Indes ; le général américain Eisenhower(Ike), auquel se rallie pleinement le Britannique ­Montgomery, veut mettre au plus vite un point final à la guerre en attaquant le Reich sur sa ligne de défense la plus forte, mettant même sa démission en jeu, si Churchill persistait à s'y oposer.

.A un homme vieillissant, paralysé par sa responsabilité dans le catastrophique débarquement de Gallipoli le 25 avril 1915, à l’entrée du détroit des Dardanelles en Turquie, qui fit des milliers de morts britanniques, à un Churchill qui refuse le sacrifice de jeunes gens innocents, Eisenhower et Montgomery lui rappellent qu’il s’agit pourtant là d’un des fondements de la guerre et du prix à payer pour la victoire. Le premier ministre émeut lorsqu’il réclame, si débarquement il doit y avoir, de se trouver sur un navire britannique parmi ses soldats – il faudra l’intervention du roi George VI pour le faire renoncer.L'homme politique, capable dans ses discours de galvaniser tout un pays dans ses heures les plus sombres, s'est montré l'être le plus humain et le plus sensible à ces heures dramatiques.Ne l'oublions pas non plus en ce 75 ème anniversaire du D day, où de pauvres bougres se sont fait tirer comme des lapins,ce que seul Churchill voulait 'fort justement empêcher, nourri de la tragédie des dardanelles comme 1er Lord de l'amirauté et de la terrible débâcle de Dieppe, qui montrait les limites d'une opération amphibie et de la nécessité de protéger les hommes par des shermans buldozer flottant, animés de deux grandes hélices ( dit DD, duplex drive  ou Donald duck), qui ont coulé, néanmoins, à pique 6 semaines plus tôt lors d'un exercice, même en eau douce dans des lacs de la province anglaise.A fortiori, en mer, et c"est ce qui arriva hélas pour 27 d'entre eux . Ce ne fut qu'en 2004, qu'une plque commémorative mit à l'honneur ce dponal duck qui se prit pour un bateau mais n'en était pas un, à cause d'une mer démontée et d'un Eisenhower au tenpérarament plutôt fonceur, alors qu'il savait que ce char ne pouvait naviguer par un tel temps et avec une toile aussi fragile.Autant d'éléments qui ont constitué une plongée dans le néant, corps et âmes. Oui Churchill, encore une fois avait raison.Oui, le débarquement, dans ces conditions fut une folie et au lieu de le célébrer comme une belle fête, se devrait plutôt être un procès en incompétence des généraux Eisenhower et Montgomery qui, en tant que commandants en chef, doivent prévoir ces choses-là. Ce qu'ils n'ont pas faits! Non Paris ne fut pas une fête ce jour là, ni le débarquement d'ailleurs.Pauvre churchill, qui jusqu'au bout demandait à ses généraux, êtes vous sûrs que le sable de Normandie peut supporter  nos tanks, mais ne sut pas poser la bonne question: Arriveront-ils au moins sur les plages pour protéger nos soldats?

quand la femme de Churchill lui reproche de n'en faire toujours qu'à sa tête. "Te souviens-tu de la dernière fois où tu as écouté quelqu'un? De la dernière fois où tu as discuté avec moi?", lui demande-t-elle. Sur le ton de l'ironie, balayant le reproche d'un revers de la main, il lui répond: "Toutes mes excuses! J'ai dû être distrait par cette histoire de guerre à gagner…"

Ce qui ne l'empêcher pas de céder, après ces six jours. Aigri de ne pas avoir été entendu, mais conscient qu'il faut aller de l'avant, il ne ménagera pas sa peine en s'engageant aux côtés des Alliés: les grands hommes peuvent se tromper –et ils l'acceptent et le reconnaissent.lUI l'avait accepté par avance, comme résigné par le déclin inéxorable de la vieille Europe face à la montée du nouvel empire américain et Alors qu'il avait affirmer quelques jours plus tôt, Ce plan finira en massacre", à Dwight Eisenhower, commandant suprême des forces alliées, au général Montgomery, chef des troupes terrestres, et au roi George-VI, lors de leurs dernières réunions avant le Jour-J, lui, le Vétéran de la Première guerre mondiale,

Le Premier ministre est alors rongé par la culpabilité, lui qui fut l’initiateur du débarquement raté de Gallipoli, monté dans le détroit des Dardanelles en 1915 contre l'Empire ottoman, qui se solda par un échec cinglant et la mort de 250.000 hommes côté allié. Plus jamais ça, se dit-il. Il craint que le Débarquement prévu par les Américains n'envoie à nouveau des milliers de jeunes soldats à la mort (39000 exactement et 19000  disparus.Pauvre Churchill qui, en vieux lion, n'avait plus les griffes pour faire imposer son point de vue! Pourtant,

satisfait de la perspective d’un nouveau front en Italie, Staline n’a pas cillé. Mais, malgré les toasts échangés, Churchill a bien compris que la perspective de voir les Anglo-Saxons pousser jusqu’aux Balkans, et même au-delà, ne le remplissait pas de joie… Garder les mains libres en Europe orientale : voilà sa seule priorité, quitte à porter seul l’effort de guerre à l’est. Ce qu’il veut, c’est que les Alliés s’engagent à fond à l’ouest. Et qu’au sud, ils bornent leur progression à la plaine du Pô. Une vision qui convient parfaitement à Roosevelt, dont les troupes, débarquées en Sicile en juillet 1943, remontent avec les pires difficultés vers Rome, en raison de l’étroitesse et du relief de la péninsule, qui limitent les possibilités de percée. Le « vrai » second front, c’est par un choc frontal avec la Wehrmacht, dans les grandes plaines de l’Europe du Nord-Ouest, que l’Américain souhaite l’ouvrir. Parce que la manoeuvre y sera plus facile, mais aussi et surtout parce que le chemin à parcourir pour envahir le poumon industriel de l’Allemagne, la Ruhr, est bien plus court.

Churchill ayant finalement cédé au nom du principe « qui paye commande » (que ferait le Royaume-Uni sans les crédits accordés par Washington ? ), les Alliés tombent donc rapidement d’accord sur la Normandie. Stratégiquement idéale, la traversée du pas de Calais a été écartée d’emblée, justement parce qu’elle va de soi et que les Allemands ne peuvent pas ne pas s’y préparer. Plus à l’ouest, la Bretagne risquerait de se transformer en souricière pour les Alliés si la Wehrmacht parvenait à les bloquer sur une ligne Saint-Malo Saint-Nazaire. Quant au golfe de Gascogne, il se situe à la limite du rayon d’action des chasseurs, qui auront besoin de tenir le ciel de longues heures le jour J. Sans parler des batteries géantes du mur de l’Atlantique installées depuis plusieurs mois déjà sur le littoral aquitain…À Dieppe, en août 1942, les Alliés ont expérimenté, d’autre part, ce que pouvait être un débarquement dans un port transformé en forteresse : un carnage, dont les Canadiens ont payé le prix fort. Il faut donc que les libérateurs réunissent trois conditions : des plages très vastes, un port en eau profonde prenable à revers aussitôt la tête de pont établie, mais aussi un arrière-pays suffisamment plat pour effectuer au moins deux percées décisives puis un encerclement. Les plages seront celles du Cotentin et du Calvados, le port, Cherbourg, et la plaine pour emporter la décision, celle de Caen. Deux bons points sur trois : les Américains ne découvriront qu’après coup combien le bocage normand, avec ses haies et ses chemins creux, qui borne la plaine de Caen à l’ouest, est un enfer pour les assaillants et un avantage pour les défenseurs…En face, Hitler a vu juste très tôt… avant de ne plus rien voir du tout. Au début de l’année 1944, il en tient pour un débarquement massif dans le Cotentin, et Rommel aussi. En avril 1944, encore, celui-ci a prévenu ceux qui voyaient les Alliés débarquer à Calais, comme les Anglais pendant la guerre de Cent Ans : « Si vous pensez qu’ils arriveront par beau temps, en empruntant l’itinéraire le plus court et qu’ils vous préviendront à l’avance, vous vous trompez… Les Alliés débarqueront par un temps épouvantable en choisissant l’itinéraire le plus long… Le débarquement aura lieu ici, en Normandie… ».

Sur les plages d'Utah et Omaha doit aborder la Ire armée américaine ; Gold, Juno et Sword sont réservées aux troupes anglo-canadiennes. Au soir du 6 juin, toutes les plages ont été prises. Mais les Allemands résistent et les Britanniques butent sur Caen. A l’ouest, Bradley opère une difficile remontée du Cotentin. La situation bascule à la mi-juillet, après la prise de Saint-Lô : les forces américaines ouvrent la route de Paris.

 

Par guy.fitoussi le 18/04/19
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 3 mois

 

Par guy.fitoussi le 07/12/18
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 5 mois

Au XVIIe siècle, l’honnête homme a une culture générale étendue et les qualités sociales propres à le rendre agréable en faisant preuve d'une aisance sociale conforme à l'idéal du moment. Homme de cour et homme du monde, il se doit de se montrer humble, courtois et cultivé mais aussi de pouvoir s'adapter à son entourage. Au nom de la nature, il refuse tout excès et sait dominer ses émotions. L’honnête homme est un être de contrastes et d’équilibre. Il incarne une tension qui résulte de cette recherche d’équilibre entre le corps et l'âme, entre les exigences de la vie et celles de la pensée, entre les vertus antiques et les vertus chrétiennes. Il lui faut fuir les excès, même dans le bien. En un mot, il est un idéal de modération et d'équilibre dans l'usage de toutes les facultés. Par un alliage judicieux de la culture générale avec le bon goût et la politesse des manières, il entendait que l'homme réalise pleinement la définition antique qui faisait de lui un « animal raisonnable ». Selon la formule de Boileau, il lui fallait « savoir et converser et vivre ».En 1947, l'historien français Philippe Ariès pouvait encore écrire : « l'honnête homme représente non pas un intellectuel professionnel, mais un esprit curieux, cultivé, de goût sûr ».

  Sous l'apparât de l'honnête homme, Macron n'est hélas rien de tout cela. C'est un parvenu, qui n'a pas l'élégance, d'un Pagnol qui raconte comment dans son enfance, il avait reçu, un courrier d'un ami de classe, truffé de fautes d'orthographes, sur un papier sale,rempli de tâches de graisses.Il raconte comment, il avait pris sa meilleure plume et son meilleur papier pour lui répondre, sans aucune faute d'orthographe bien sûr. Il pouvait bien se le permettre, lui, le fils d'un instituteur.Mais au moment d'envoyer cette lettre, il se ravisa, la déchira, pour en écrire une nouvelle. Cette fois, il prenait un papier des plus banal, qu'il s'appliqua à y faire apparaître les mêmes tâches de graisse et les mêmes fautes d'orthographe que son ami. Il expliqua plus tard que sa démarche visait à ne pas humilier son compagnon de classe mais à se mettre à son niveau.Voilà, un honnête homme me suis-je toujours dit, et en plus un enfant. A côté, Macron n'arrive pas aux chausettes de ce petit pagnol.  Il n'a rien de tout cela. Il est égocentrique, il est bête, il est encore dans l'âge ingrat, à l'école de sa maîtresse Brigitte, qui lui donne des bonnes notes, alors qu'il ne le mérite pas.

Voilà pourquoi, la justice divine qui est toujours sage, lui a infligé une punition exemplaire, ni trop dure, ni trop molle. Une punition à sa mesure de petit con aristocrate high tech. Là où il a commis son ignomie, là, il a été frappé. Je m'explique:Tout le monde l'a vu, Trump, l'homme de la plus grande puissance sur la terre a traité Macron avec beaucoup d'honneur, de respect et même de charme, comme si Macron était pour ainsi dire son petit fils. Macron aussi avec non moins de grâce a accepté d'endosser ce rôle de petit garçon, et c'était selon moi, tout à son honneur. Que lui a t-il donc pris, sous l'arc de triomphe de déstabiliser ainsi son hôte, en jouant le démagogue anti-nationaliste et écologiste exemplaire!? Là où c'est L'Amérique qui a, qui plus est sauvé la France, par deux fois déjà, là où le soldat inconnu est peut-être américain. L'honnête homme,lui, vraiment, ne fait pas ça. Il n'humilie pas ainsi son hôte et ne lui plante pas un couteau dans le dos,à la face du monde entier, et surtout lorsque celui-ci ne peut même pas lui répondre, ni répliquer, au même moment et a fait preuve plutôt d'un calme olympien, digne de l'onnête homme, cette fois-ci.

C'est ainsi que finalement la pâle flamme qui éclairait Macron ce jour là, celle du pauvre soldat inconnu, a failli s'éteindre complètement quelques mois plus tard, par les gilets jaunes, au même endroit de cette goujaterie, et Trump, celui qu'on traite de grossier personnage,qui se flatte "to grab women by the pussy",  le moment d'un tweet meurtrier bien placé où il a dénoncé cette goujaterie, est devenu cet honnête homme, à sa place. Non Macron n'est pas un honnête homme et il va le payer, juste pour ça. D...qui fait les peuples et les révolutions, qui libère les hébreux d'Egypte, qui inspire le vieux négro spiritual, qui fait chanter satchmo let my people go et le fait  souffler dans sa trompette, ou donne de la force à Mandela dans son cachot et fait dire à Martin luther king, I have a dream,qui accorde à Soljenitsyne un supplément d'âme dans son goulag,pour y écrire l'archipel du goulag, n'aime apparemment pas les petits cons!Comme il est dit dans, Ésaïe 40:4, Toute vallée sera comblée, et toute montagne et tout coteau seront abaissés, et les lieux tordus seront redressés, et les lieux raboteux seront aplanis. Ainsi fut-il, ces jours là, sous l'arc de triomphe! Amen...

Par guy.fitoussi le 04/09/18
Dernier commentaire ajouté il y a 1 année 11 mois

LES AMBITIONS D’ERDOGAN CONTRARIEES

 

 

 

Depuis plus de 15 ans qu’il est au pouvoir, Recep Tayyip ERDOGAN veut bâtir une « nouvelle Turquie ». Membre de la tendance islamiste des frères musulmans, il a

remis en cause les fondements du kémalisme et de la sécularisation de la société turque fini par avoir tous les pouvoirs avec la dernière révision constitutionnelle d’avril développé une politique étrangère de présence à Gaza, Jérusalem, plus largement au Proche orient allant jusqu’à l’intervention militaire en Syrie, mais également en Afrique favorisé le développement économique…

 

Ce grand pays de 779 452 km² commençait à côtoyer à nouveau sa prestigieuse histoire, pour la plus grande fierté de ses 82 millions d’habitants, quand une crise monétaire a fait apparaître la fragilité de l’édifice.

 

En effet, un des phénomènes marquants du mois écoulé a été la dégringolade de la livre turque le 10 août. Les autorités turques, ERDOGAN en tête, et de nombreux commentateurs y ont vu la main de l’Oncle Sam qui, en augmentant les droits de douane sur l’acier et l’aluminium, aurait procédé à une opération de déstabilisation. Depuis, la tension monte entre les deux pays, les Américains réclamant la libération du pasteur BRUNSON injustement accusé d’espionnage, les Turcs exigeant l’extradition de l’opposant politique GULEN supposé avoir fomenté le « coup d’Etat » de 2016. L’engrenage semble accréditer la thèse de l’intervention américaine.

 

Mais y-a-t-il eu complot ? Les Etats-Unis ont augmenté les droits de douane de certains produits en provenance de quelques pays sans que cela remette en cause le taux de change de leur devise.

 

Sans chercher à répondre à cette question, la situation dénote les faiblesses structurelles économiques turques.

 

Depuis plusieurs années, le pays connait une forte croissance…

 

7,4 % en 2017 après les 2,9 de 2016 pourtant marquée par le « coup d’Etat », les purges massives, les attentats et la baisse de la fréquentation touristique…et les 6,1 de 2015. Les autorités pouvaient s’enorgueillir de dépasser la Chine et l’Inde.

 

L’activité économique a été stimulée par de faibles taux d’intérêt, et plus généralement par des conditions favorables de crédit, notamment grâce à la garantie publique donnée aux banques turques pour les inciter à prêter. Dopée par de très nombreuses interventions de l’Etat et par d’importantes dépenses publiques, la croissance est totalement déséquilibrée par

 

Un déficit des comptes courants. Déjà en février, le FMI s’était inquiété du creusement de ce déficit à 5,5 % du PIB. L’inversion de cette situation était peu vraisemblable avec la remontée des prix du pétrole dont le pays est dépendant et l’accroissement des importations consécutif au soutien gouvernemental de la demande intérieure (+ 4 % en 2017 contre une baisse de 2,3 en 2016).

 

Le pays est dans une totale dépendance des financements extérieurs, alors que les investisseurs étrangers hésitent de plus en plus à s’y installer, et qu’il faut rembourser une dette extérieure de plus en plus importante, 220 Md$ en 2018. Contractée auprès des banques européennes, la crise turque les fragilise, et, par effet collatéral, a entrainé une dépréciation de l’euro. La remontée des taux d’intérêt n’est pas de nature à faciliter la situation des autorités.

 

Une inflation à deux chiffres depuis 2017 alors qu’elle était contenue au-dessous de 8 % en 2015 et 2016. En dépassant les 10 %, l’inflation est deux fois plus élevée que l’objectif cible de la Banque centrale. Cela entraine une détérioration de la compétitivité de l’économie turque, ce qui accentue le déséquilibre de la balance commerciale.

 

Un déficit budgétaire récurrent, avec 1,2 % du PIB en 2015, 2,3 en 2016, et une dégradation à 3,0 en 2017 à cause de la relance des investissements publics. Le déficit est prévu pour 2 % pour 2018.

 

Complot ou absence de complot, les autorités turques doivent réagir pour retrouver des degrés de liberté. Cela passe par une politique d’ajustement pour réduire les importations, et diminuer la dépendance vis-à-vis de l’étranger. A défaut, le pays devra, à plus ou brève échéance, réviser ses ambitions, au premier chef celles extérieures.

 

Mais, les autorités ne doivent pas sur réagir avec les Américains. La tentation est grande de les prendre pour le bouc émissaire des difficultés, mais cette solution de facilité ne ferait que diminuer un peu plus la crédibilité du pays auprès des marchés et des investisseurs…Et le Qatar ne sera peut-être pas toujours là en solution avec 15 Md$ d’investissements !

 

 

Par guy.fitoussi le 30/11/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 2 jours

 

.

Commentaire : l’arrêt du Conseil d’Etat du 13 novembre dernier s’inscrit dans le cadre d’un nouveau développement contentieux des spectacles de Dieudonné M’Bala M’Bala. Il mérite une attention particulière à plusieurs titres.

En l’espèce, le maire de Marseille avait procédé à l’annulation de la convention de mise à disposition d’une salle municipale dans laquelle « Dieudonné » devait assurer un spectacle, ceci, afin d’empêcher la tenue de ce spectacle qu’il jugeait attentatoire à la dignité humaine et incitant à la haine et à la discrimination raciales. Le juge des référés de Marseille avait fait droit au recours de « Dieudonné » en ordonnant à ladite commune de mettre à disposition de ce dernier la salle litigieuse. Le Conseil d’État, saisi en appel par la ville de Marseille contre la première ordonnance, estime tout d’abord que dans les circonstances particulières de l’espèce, en raison des différents motifs invoqués par la ville et de ses effets à la date à laquelle elle a été prise, la décision du maire de Marseille d’annuler la convention de mise à disposition de la salle de spectacle réservée par « Dieudonné » ne se réduit nullement à une résiliation d’un contrat pour un motif d’intérêt général. Elle s’analyse au contraire comme une mesure de police administrative visant à interdire la tenue du spectacle dans la ville de Marseille.

Sous ce rapport, la décision ici présentée précise utilement l’articulation entre le droit des contrats domaniaux et celui de la police administrative. Si, en effet, une mesure de police administrative peut se fonder sur tout motif d’intérêt général lié à la protection de l’ordre public, encore faut-il que cette mesure respecte les normes régissant la police administrative et ayant pour objet de protéger les libertés fondamentales. La mesure d’annulation de la réservation de la salle municipale doit dès lors être juridiquement analysée par le juge des référés pour ce qu’elle est, du point de vue de l’office qui est le sien, à savoir une mesure de police administrative potentiellement attentatoire à une liberté fondamentale.

Examinant ladite mesure de police dans le cadre du référé-liberté, le Conseil d’État, après avoir rappelé, d’une part, que la liberté d’expression est une « condition de la démocratie et l’une des garanties du respect des autres droits et libertés » et, d’autre part, que les mesures de police administratives doivent être nécessaires, adaptées et proportionnées, décide que la décision litigieuse du maire de Marseille constitue une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’expression. Il justifie cette décision au motif que le spectacle litigieux, déjà donné dans plusieurs villes de France, n’a suscité aucun trouble à l’ordre public ni donné lieu à des plaintes ou des condamnations pénales tandis que la commune ne démontre pas, par ailleurs, que le maire ne pourrait pas faire face, par de simples mesures de sécurité, à l’expression de protestations déjà exprimées en réaction à ce spectacle qui suscite une vive émotion au plan local.

L'intérêt de cette dernière motivation, décisive pour les libertés, tient au rappel de la règle selon laquelle, pour qu’une mesure d’interdiction d’un spectacle soit légale, au titre de la police administrative, ledit spectacle dont la représentation est programmée, doit déjà avoir été donné et avoir été considéré comme attentatoire à l’ordre public ou avoir entraîné des condamnations pénales. Par le passé, certaines décisions de justice rendues à propos de spectacles de « Dieudonné » ont pu juger comme étant bien fondées des interdictions de représenter un spectacle parce que lesdits spectacles (« Le mur »), déjà connus au moment de l’édiction desdites mesures de police, avaient déjà été donnés dans d’autres communes et avaient déjà suscité des troubles à l’ordre public. Mais tel n’était pas le cas de celui au cœur du litige à l’origine de l’ordonnance ici présentée, ce que le juge des référés rappelle de manière très utile.

Précédents jurisprudentiels : Conseil d’Etat, juge des référés, 26 février 2010, Commune d’Orvault (Req. N° 336837) ; Conseil d’Etat, juge des référés,9 janvier 2014, Min. de l’int. (Req. N° 374508).

Par guy.fitoussi le 21/11/17
Dernier commentaire ajouté il y a 2 années 8 mois

n contentieux nourri fragilise depuis plusieurs décennies le cautionnement. Ce contrat présente ainsi de multiples points de fragilité, en particulier depuis que la loi Dutreil du 1er août 2003 a introduit dans le Code de la consommation des exigences relatives aux mentions manuscrites que la caution doit rédiger, ou à la juste proportion de la sûreté par rapport aux biens et revenus du garant. La jurisprudence récente de la Cour de cassation a fait évoluer le sens de ces textes de manière très profonde. Mais les difficultés d'interprétation concernent aussi des dispositions plus anciennes, tirés du Code civil : on pense notamment au bénéfice de subrogation, et à la distinction entre exceptions inhérentes à la dette et exceptions personnelles au débiteur principal. Le droit bancaire tient également une place de choix dans la vie du cautionnement. Le devoir de conseil de l'établissement de crédit diffère largement selon que la caution est qualifiée par le juge d' « avertie » ou de « profane ». Le droit des entreprises en difficulté doit lui aussi être évoqué : c'est bien lorsque le débiteur se trouve dans un état de cessation des paiements qu'une sûreté devrait révéler une efficacité sans faille.