guy.fitoussi

Par guy.fitoussi le 01/03/14
Dernier commentaire ajouté il y a 5 années 8 mois

Homme des Lumières, disciple de Rousseau, il est à l'origine de la Déclaration d'Indépendance :

Troisième président des États-Unis, Thomas Jefferson, fils d'un riche planteur de Virginie, est un personnage aux multiples talents et d'une profonde humanité, incontestablement l'une des figures les plus attachantes de la Révolution américaine.

Son action à la présidence lui vaut d'être considéré comme le « second fondateur des États-Unis » après George Washington.

On lui doit le texte fameux de la Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique que nous devrions encore et toujours méditer : « Nous tenons pour évidentes pour elles-mêmes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Les gouvernements sont établis parmi les hommes pour garantir ces droits, et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés... » (4 juillet 1776).

Notons qu'il est mort cinquante ans jour pour jour après la publication de ce texte, le même jour qu'un autre Père fondateur de la Nation américaine, John Adams.

Un homme des Lumières

Enfant doué, Thomas Jefferson devient avocat mais n'aura guère l'occasion de plaider car il assume la direction de la propriété familiale depuis la mort de son père : mille hectares et 200 esclaves. En 1769, il se fait élire à la chambre des Bourgeois, l'assemblée coloniale de Virginie.

Homme des Lumières, d'une immense curiosité, il partage bien évidemment l'intérêt des physiocrates pour l'agriculture et, comme Jean-Jacques Rousseau, place son idéal dans une république de petits propriétaires terriens.

We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain unalienable Rights, that among these are Life, Liberty, and the pursuit of Happiness...)...

Engagé dans la lutte pour l'indépendance, il publie après la Tea Party de Boston un pamphlet qui attire l'attention sur lui : Summary View of the Rights of British America (Aperçu sommaire des droits de l'Amérique britannique).

Il représente la Virginie au Congrès continental de Philadelphie (Pennsylvanie) et se voit désigné par le Congrès pour rédiger la fameuse Déclaration unilatérale d'indépendance, assisté de Benjamin Franklin, John Adams, Roger Sherman et Robert Livingston.

Après cette équipée politique, Jefferson, qui n'a pas de goût pour les affaires militaires, laisse à d'autres, tel George Washington, le soin de combattre les « tuniques rouges » anglaises et d'obtenir enfin par les armes l'indépendance politique.