jansolin.marseille

Par jack le 08/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 1 mois

Lu dans 20minutes

INSOLITE - La cour d'appel d'Aix a tranché. Le plaignant devra payer son avocat en monnaie courante, mais moins que prévu...

Le pizzaïolo devra finalement payer son avocat en euros, et non en pizzas. Selon La Provence, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a tranché. Le client, un pizzaïlo du Vaucluse, devra bien payer son avocat marseillais mais beaucoup moins que prévu.

Au début, le plaignant a eu recours au service d'un avocat pour une histoire de vente de véhicules. Puis, les honoraires tombent. Le plaignant doit payer 4.186 euros à son défenseur. Selon le pizzaïolo, un accord est alors conclu: la facture sera payée en...pizzas. Mais au bout d'un certain temps, l'avocat ne se serait plus déplacé pour récupérer ses pizzas. Et la facture, elle, est restée en suspens.

Finalement, après deux mois de procédure, la cour d'appel a rendu son jugement. Le pizzaïolo devra payer en euros et non en pizzas. Mais seulement 340 euros, rapporte le quotidien régional.

Par jack le 07/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 3 années 11 mois

A un tel niveau d'indécence, il doit forcément manquer plusieurs cases....

Chaque jour son lot de surprises....

La France est en deuil !

Même l'ancien Directeur de Charlie Hebdo a reconnu que les dessinateurs s'étaient trompés sur le risque encouru en dessinant ces caricatures....

Et Cabu de déclarer dans une interview, jeune et dans sa cuisine, que "l'humour était comme un poing dans la gueule". Il y a des malades qui vous tueront pour un poing dans la gueule...

Rétrospectivement, il fallait donc procéder différemment.

Eux sont morts pour pouvoir le mettre en pratique.

Mais avec deux neurones réglementaires, il faudrait réfléchir un peu sur ce qu'il faudrait changer dans son expression.

On voit bien que certains ne veulent rien changer dans leur manière de traiter les sujets et poursuivent les amalgames explosifs.... Ils ne viendront pas se plaindre le jour venu où il y aura un retour de bâton.......!

Je prends date.

Par jack le 07/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 1 mois

L'attentat de CHARLIE HEBDO est un tsunami.

Il convoque notre liberté d'expression.

Bien sur, rien ni aucune caricature ne peut justifier des réactions aussi violentes et barbares.

Mais la liberté d'expression n'est ni absolue ni infinie...

Il faut en avoir conscience et l'autocensure est parfois une précaution indispensable.

Une caricature des prophètes revêt nécessairement une forte signification politique, pas seulement une manière de faire un bon mot : ce n'est pas innocent...

On entend beaucoup dans les rues, dans les cafés, une jeunesse revendiquer le droit au "respect".

Respect par-ci, respect par-là....

N'est ce pas là une grande partie du problème ?

Respectons nous suffisamment l'autre dans ce qu'il est et, reciproquement, sommes nous suffisamment respectés dans ce que nous sommes ?

Les relations humaines sont bien bouleversées en ces temps troublés de crise économique....!

Alors, il ne fait aucun doute que cet attentat va nous obliger à modifier la forme de nos propres publications, sans pour autant renoncer à nos idées.

La forme.......!

Par jack le 07/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 1 mois

Il faut être particulièrement modéré, courtois et délicat dans nos billets et caricatures....

Un conseil : respectons scrupuleusement nos règles déontologiques qui sont notre meilleure protection.

JDCJDR

Allez, salut !

Par jack le 07/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 9 mois

°

Par jack le 07/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 3 mois

Si on peut mettre le nouveau Testament en pendentif, je propose de faire pareil pour tous les actes de procédure.... Assignations, conclusions, pièces.....! On pourra fournir le microscope au Magistrat, en sus, et une bonne paire de lunettes... (Le Canard déchaîné de ce matin)

Par jack le 05/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 9 mois

Qu'on l'appelle "concierge" ou "gardien", ce qui correspond pourtant à deux statuts différents, c'est le moment de donner les étrennes....

Le concierge couche sur place : c'est plus cher....

La moyenne française serait d'environ 50 €.

Certains accomplissant d'autres fonctions, pensez à donner un peu plus....

Les espèces sont recommandées....

Une sorte de treizième mois, un complément de retraite.

Par jack le 04/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 9 mois

Soit un tour operator qui affrête un train de voyageurs, composé de 10 rames, pour transporter des Avocats depuis Marseille vers Paris le 22 janvier 2015.

Le train part de Marseille le 22 janvier à 6h20 et s'arrête à la gare de Lyon -Part Dieu.

Pour des raisons parfaitement justifiées, le tour operator demande à la SNCF de détacher le wagon restaurant qui avait curieusement à la carte, ce jour-là, une déclinaison de plats de poisson, notamment une succulente brochette de dauphin en marinade.Lors de la manoeuvre de détachement, aucun voyageur n'est monté dans le train et aucun ne se trouvait dans le wagon-restaurant.

Question : pourquoi voudriez vous que les voyageurs retournent à Marseille pour recommencer leur voyage ?

Le wagon-restaurant détaché, le train continue sa route vers Paris où il arrivera, normelement à 9h50.

Par jack le 03/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 9 mois

Nous avons tous connu une blogosphère qui était un magnifique espace de convivialité, de détente, d'information et même de formation.

Tout y était plaisant, le sourire était souvent au rendez vous, parfois les rires.....

Nous y avons fait d'intéressantes rencontres, d'abord en ligne puis parfois dans le monde réel.

Notre horizon professionnel  s'est élargi et nous avons appris à mieux nous connaitre, nous les Avocats de différentes spécialités et de différentes régions qui ne nous rencontrions, auparavant,  que dans le cadre des salles d'audience et encore entre les aboiements du nom des affaires par l'appariteur de service ou interrompus dans nos échanges par un Magistrat agacé par nos voix fortes.

Sur la blogosphère, il nous est même arrivé de voyager parce qu'on pouvait facilement insérer des photographies non seulement dans les billets mais aussi dans les commentaires. Au surplus, nous n'étions pas limités aux vidéos de YouTube...

Bref, après avoir ficelé un dossier ou deux, assuré l'audience, il nous arrivait de faire une coupure en allant flâner sur "notre" espace de convivialité....

Cette époque est révolue.... Pourquoi ?

Il est d'abord facile de constater qu'un certain nombre de blogueurs ont quitté la blogosphère à l'occasion des évènements (fermeture, réouverture, dysfonctionnements, nouvelle blogosphère...) ayant entouré la  rupture avec AFFINITIZ. 

Ces blogueurs allèguent qu'ils préfèrent s'installer ailleurs pour n'avoir pas à subir une éventuellement) novelle perte de leurs données.

Certes, nous avons perdu certaines données mais à force d'insistance et de procédure judiciaire, nous avons conservé l'essentiel de nos anciens blogs.

La raison alléguée de leur départ  ne parvient pas à me convaincre.... Elle doit être cherchée ailleurs !

Ensuite, nous constatons que l'échange contradictoire entre confrères n'est plus autorisé sur certains blogs. C'est très regrettable car l'échange et la contradiction sont l'essence même de la Profession.  

Nous assistons à une censure qui ne veut pas dire son nom et toute  opinion opposée à celle de certains blogueurs devient "injure",  "insulte",  "racisme" anti ceci ou anti celà  (parfois les deux) , autant de mots complètement détournés de leur sens premier ne servant qu'à justifier la suppression du commentaire indésirable.

Lorsqu'on a perdu un quart d'heure ou une demie heure à argumenter un commentaire et que l'on assiste à sa disparition pure et simple parce qu'il est non grata, on hésite à en faire un autre puis on est bien obligé d'admettre que la blogosphère n'étant pas un espace de liberté, il n'est pas très utile d'y retourner. Et les blogueurs s'en vont et le chaland n'y vient plus car c'était la discussion qui attirait le public, à la fois parce qu'elles permettent le référencement des blogs sur les moteurs de recherche mais aussi par l'information qu'elles diffusent.

Encore, voyons les choses en face : à quelle occasion le justiciable de base pouvait assister à une discussion juridique entre deux avocats, voire trois ou quatre , sur un point précis qui l'intéresse ?  Nulle part ...sauf sur notre blogosphère d'avocats.

Ces discussions participaient au rayonnement de la Profession : aujourd'hui, elles ont disparu !

A tout le moins, elles sont très limitées et ne concernent que quelques avocats que l'on peut qualifier de "bonne compagnie"... La censure a tué ces anciennes discussions qui faisaient notre bonheur et celle des justiciables....!

Et puis, soyons bien clairs : lorsqu'un justiciable tente une approche, sous couvert d'anonymat ou pas, il est violemment renvoyé dans ses cordes quand il n'est pas censuré  ou insulté de manière injuste. Je suis d'autant plus à l'aise pour en parler et prendre leur défense que j'ai moi-même, intervenant de manière la plus officielle qui soit et sous mon nom, été vertement censuré, injurié, insulté simplement parce que je ne partageais pas le point de vue  développé.

D'ailleurs, qui peut soutenir qu'il n'a pas été insulté, injurié, censuré, humilié, rabaissé, directement ou indirectement,  par certains propos publiés sur notre blogosphère et qui s'y trouvent encore.

Je veux bien qu'en privé un avocat ou un ancien avocat puisse traiter ses confrères de "nuls", de "traitres", de "racistes", d "imbéciles", de "chèvres",  d'  "esclaves" mais, outre que de tels propos sont indignes d'une robe d'avocat, ils ne sauraient sortir de la sphère privée que la blogosphère n'est surtout pas !

Remarquons au passage que les qualificatifs changent au fil des jours et que l'imbécile du lundi devient excellent le mardi, flagorneur le mercredi et raciste le jeudi... ON a un peu de mal à s'y retrouver dans cette réflexion à géométrie variable....

Et puis il n'est pas anormal que certains fuient la blogosphère ne serait-ce que pour ne pas se faire traiter de tous les noms d'oiseaux....

Enfin, il me parait limpide que même si l'Avocat  n'est pas en dehors de la société et que tous les sujets peuvent être abordés, il faut et il suffit que ce soit avec modération, tact et diplomatie.

Or, nous assistons à une forme de monomanie sur certains sujets qui confine au bourrage de cranes, au gavage d'oies....

D'ailleurs, la blogosphère ne peut pas se transformer en une plateforme destinée à assurer la campagne électorale de tel ou tel homme (ou femme) politique. Ce n'est pas sa vocation surtout si les propos tendent à promouvoir des idées extrêmistes, racistes, populistes et finalement nauséabondes.

Et comme ces idées sont assénées, répétées, à longueur de journée, et que les opinions contraires sont inexistantes (puisque censurées!) le chaland en déduit que c'est l'ensemble de la Profession qui pense ainsi... Allez lui expliquer que toute opinions contraire est censurée, ce qui explique le silence apparent !

Enfin, la blogosphère n'est pas et ne peut pas être un espace où il est opportun d'étaler les poursuites disciplinaires engagées contre vous, en les déformant au maximum tout en  sachant que la contradiction ne sera pas assurée, car c'est contraire à l'honnêteté intellectuelle, à la délicatesse.

Même si les actes de poursuite étaient publiés par l'intéressé pour la parfaite et complète information du lecteur et par souci de transparence, il ne me parait néanmoins pas convenable que notre espace de détente devienne  un espace de réflexion publique sur un ou plusieurs dossiers déontologiques.

Tout celà explique la désaffection grandissante de notre blogosphère et même si le Conseil National des Barreaux  mettait en place un nouvel outil plus performant, plus complet, plus moderne, nous ne pourrons espérer reconquérir des lecteurs que lorsque nous aurons résolu définitivement  tous les problèmes évoqués ici.

En 2015, faisons le ménage chez nous avant d'aller chercher des noises aux Notaires, aux Huissiers, aux Greffiers, aux Avocats aux Conseils....

 

Rendez moi ma Blogosphère d'antan....
.
.

Par jack le 03/01/15
Dernier commentaire ajouté il y a 4 années 9 mois

Au moment où le Parlement va examiner la loi Macron le 26 janvier prochain,

Au moment où une grève se profile pour le 22 janvier,

Alors que le CNB aura fraichement élu son nouveau President, qui n'aura pas encore perdu ses dents de lait au moment du vote,

Les Bâtonniers sont et seront les relais indispensables pour fédérer les Avocats.

Ce n'est pas le moment de les contester ou, pire, de contester leur élection.

Surtout si les raisons juridiques invoquées sont largement infondées.

Nous ne sommes pas dans une période où il est permis de "jouer", la quérulence puérile pour de vils motifs égoïstes commence à saturer les esprits et il serait équitables que de lourds articles 700 viennent sanctionner ces agissements irresponsables.

Je sais bien que lorsqu'on est un malade névrosé, la tentation est forte de casser le thermomètre ou, pire, de tuer le docteur !

Mais ce n'est pas raisonnable.

Même un paon ne fait pas la roue toute la journée....!