jansolin.marseille

Par jack le 30/06/15
Dernier commentaire ajouté il y a 6 mois 1 semaine

L'accés sécurisé des Avocats parisiens et provinciaux à la plateforme e-barreau n'est pas le meme, les premiers accèdent par VPN logiciel alors que les seconds ont l'obligation d'utiliser un boitier Navista qui les empêche, outre son prix, d'être nomades.

Le Barreau de Marseille avait engagé une action judiciaire pour faire juger que la convention nationales discriminante était illégale : cette procédure est en cours à ce jour.

Diverses annonces du CNB promettaient que les provinciaux accéderaient gratuitement et sans boitier à la plateforme, comme les parisiens, au moins pour les cabinets individuels n'ayant pas besoin d'une délégation de droit d'accès au profit d'une secrétaire ou d'un collaborateur.

Mais ces annonces se sont peu à peu transformées au fil des AG du CNB et bien malin celui qui sera en mesure de nous dire quel est l'avenir des provinciaux au niveau de la manière de se connecter...

Il est vrai que la procédure du Barreau de Marseille maintenait la pression jusqu'à ce qu'elle soit bloquée par une procédure parallèle complètement infondée d'un avocat marseillais dont le seul but est de se faire mousser.

Pendant que la procédure était suspendue, les promesses du CNB se sont diluées.....

Nous apprenons par la mise en ligne par l'intéressé lui même que la procédure parallèle qu'il avait cru intelligent d'engager et qui a tout bloqué, à complètement échoué, lui même étant condamné à payer au CNB 3000 € au titre de l'article 700 CPC.

Et c'est ainsi qu'à trop vouloir briller, non seulement il lui faut payer 3000 € mais son action personnelle a gravement porté préjudice à l'ensemble des 30.000 avocats provinciaux qui, si le Barreau de Marseille triomphe dans son analyse juridique de la convention nationales du 16 juin 2010, auraient pu obtenir plus tôt l'accès parisien au rpva et se dispenser tant du boitier Navista que de son abonnement mensuel....

La procédure marseillaise a pu reprendre à la suite de cet arrêt mais avec deux ans de retard environ.

Quand on prétend voir la paille dans la vision globale de son Ordre professionnel, il faut aussi voir la poutre que l'on a soi même dans l'œil.