Mar
11
MESSAGERIE e-Barreau : l'incompétence.....!

Nous sommes le 11 mars 2013 à 17h56 : la mise à jour 6.3.1 de la plateforme e-Barreau est intervenue depuis 14h et il n'y a rien eu qui soit de nature à résoudre le problème exposé ci-aprs.

Toujours la messagerie......

S'agissant de l'ordre des messages (dans la messagerie) il existe un mode de tri "par n° RG".

Ce tri est soit "croissant" soit "décroissant", il suffit de cliquer sur les flèches qui apparaissent à l'écran (mais pas à l'impression, ce qui explique pourquoi on ne les voit pas sur le fichier joint ).

J'ai fait la manipulatiin des dizaines de fois : croissant, décroissant.......

Rien n'y fait : les messages se trient dans un ordre anarchique.....!

J'ai pris les 50 messages qui se trouvaient dans ma boite TGI et j'ai trié par ordre décroissant : les messages d'un même dossier ne sont pas classés ensemble : un peu au début, un peu à la fin, sans oublier au milieu.

J'ai pris deux dossiers au hasard ; le dossier A en rouge, le dossier B en bleu.

Voyez vous-même......!

Suis-je autorisé à parler d'incompétence ?

Quand on développe un logiciel, on fait des tests pour savoir si tout fonctionne comme prévu.... Avant de mettre le logiciel sur le marché ou à la disposition de l'utilisateur final.

Les informaticiens ont une fâcheuse tendance à considérer les utilisateurs finaux comme des béta-testeurs : mais s'agissant de procédures judiciaires, c'est périlleux.

Oh ! pas pour eux....

Mais pour vous bien sûr !

Sauf qu'on n'est pas que des cobayes.....

Mar
11
MESSAGERIE e-Barreau : l'impossibilité.....!

Je n'arrête pas de pester contre la nullité de cette messagerie : on passe aux travaux pratiques....

J'ai fait le ménage dans ma boite de réception pour que les messages nouveaux soient plus facilement identifiables et classables sur mon disque dur.

Voilà l'image de ma boite de récption : 9 malheureusement messages concernant le même dossier qui se décompose en deux parties : les conclusions n° 4 et le bordereau n° 4 que j'ai notifié à mes adversaires ezt à la Cour d'une part, et les conclusions n° 1 sur l'incident devant le conseiller de la mise en état d'autre part, étant précisé que mes conclusions d'incident sont constituées d'un fichier qui comprend outre les conclusions proprement dites, le bordereau et les pièces 7 à 14.

Mon but est simple : classer sur mon disque dur les avis de réception "par acte", c'est à dire que je veux cocher et enregistrer les documents suivants :

1.- ensemble, tous les avis de réception des conclusions n° 4 au fond,

2.- ensemble, tous les avis de reception du bordereau n° 4 des pièces

3.- ensemble, tous les avis de réception des conclusions n° 1 et des pièces sur incident

J'avais déjà classé une partie des documents vendredi : c'est ici le solde qui n'était pas arrivé lorsque j'ai fini à 19h30. Je recommence donc lundi .....

Après avoir consulté la copie d'écran ci dessus ou à télélcharger, pouvez vous m'expliquer comment puis-je cocher les bonnes cases, à la lumière des informations tronquées dont je dispose et que vous voyez sur l'image...?

Je dispose de trois actes : je n'ai pas l'intention de cocher toutes les cases ensemble car j'ai sur mon disque dur un répertoire pour les conclusions, un autre pour les pièces puis un troisième pour l'incident.....

ON FAIT COMMENT .............???????

Et il n'y a que 9 messages à classer .......

Par la messagerie, je n'y arrive pas.

J'ai essayé (voilà plus d'une heure que je suis sur la question !) en récupérant les messages par le dossier, c'est à dire en entrant dans le dossier concerné et en visualisant les messages.

Ce n'est pas mieux du tout.

D'abord, parce que la liste ne comprend que 5 messages par page et que je n'ai pas pu voir les 9 messages ensemble.

Ensuite parce que le libellé des titres des messages n'est guère plus parlant.... On peut cependant voir le contenu du message en même temps que la liste des messages. Un léger mieux.

Sauf que ces messages n'étant pas arrivés en même temps et ne pouvant pas être classés par acte concerné, ils ne se suivent pas....

J'ai donc coché comme j'ai pu.

Et j'ai trouvé le moyen de me tromper, c'est à dire de voir apparaitre des messages qui se trouvaient plus bas dans la liste ( en fait sur la page n° 2 ) qui auraient du intégrer l'un des trois paquets ( conclusions n° 4 - bordereau de pièces n° 4 - conclusions et pièces incident n° 1 ).

J'ai donc enregistré ces messages oubliés et au lieu d'obtenir trois fichiers .zip contenant, pour chaque acte, l'ensemble des messages - envoi et tous les AR - le concernant, j'ai deux fichiers .zip pour chaque acte.

En cas de difficulté ultérieure, celà signifie qu'il me faudra ouvrir plus de fichiers pour rechercher l'e document probant.

Je vous le dit tout net : cette messagerie est INGERABLE par les avocats et elle va entrainer, par sa très mauvaise concertion et son ergonomie à deux euros des sinistres en cascade....

Allez y ! continuez à améliorer l'inommable....

Mais le pire est ici : En voulant contourner la messagerie, je me suis retrouové dans le dossier, cherchant à grouper les mails de même catégorie pour les archiver ensemble.... Dont acte !

Et 'est ici que l'on s'aperçoit que je me suis rendu dans le dossier pour....y faire disparaitre les messages ! N'est ce pas un comble pour un logiciel supposé servir de support à la dématérialisation de la procédure civile.

ON MARCHE SUR LA TETE........AVEC LES OREILLES !

Mar
04
e-Barreau : le point sur la messagerie....!

J'essaie de vider ma messagerie, dont le quota (lequel ? ) est atteint, en classant les différents mails ( courriels et pièces jointes ) dans les différents répertoires de mes dossiers.

Voilà des heures que je suis à la tâche.... Je capitule.... C'est un travail considérable qui est exclusivement dû à la mauvaise conception de la messagerie elle-même.

Quand on pense que parmi toutes les professions, c'est quand même les Avocats qui font le plus de courriers électroniques, contenant actes et délais, et c'est à eux qu'on a mis à leur disposition - que dis-je, on a imposé !- la plus INDIGENTE MESSAGERIE qui puisse exister alors qu'il en existe de (presque) parfaites sur le marché, on ne peut qu'être révolté.

Je lance donc ce sondage ( votez ! ) et cette pétition pour connaitre votre avis et, si vous le souhaitez, faire circuler....

Mar
01
Des Q-fessées qui se perdent.....!

Qu'y a-t-il dans le cerveau de certains Confrères bloggeurs qui censurent leurs pairs ? Qui se plaignent de la censure infligée par le Conseil National des Barreaux pour tout ce qui touche au boitier NAVISTA, qui crient au scandale et poussent des cris d'orfraies alors même qu'ils ....font la même chose. !

Voyons ! (l'expression n'est pas une coïncidence).

Soit un billet publié sur le blog du Confrère. Des commentaires fusent. A examiner attentivement ces commentaires, on s'aperçoit que le titulaire du blog et l'un de ses hôtes échangent en pleine nuit, atteints qu'ils étaient tous deux d'une insomnie apparemment communicative. Eloignés de 300 km et pourtant....

Et moi de faire un commentaire humoristique, prétendu tel au moins, leur demandant quand ils se pacseraient puisqu'ils qu'ils ne dormaient pas ensemble.....

D'aucuns ne goûteront pas l'humour.... Je l'admets mais il n'y a aucun doute sur la volonté humoristique et sur l'origine de mon commentaire : c'était bien moi et le commentaire était signé !

Apparrement, mon humour a été perçu par au moins un bloggeur, certes anonyme, qui y est allé de son commentaire : "AH AH AH AH ".

Vous le croirez ou pas : mon commentaire (pas anonyme) et le suivant (anonyme) ont été censurés tous les deux au cours de la nuit suivante par le titulaire du blog, atteint vraisemblablement d'une nouvelle insomnie. Motif : il refuse les commentaires anonymes.

Et dans cette censure, moi qui n'était pas anonyme, je suis passé à la trappe.

Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.... Merde à la fin !

Là, je dis "trop c'est trop".

On ne peut pas se plaindre de la censure du CNB (peu importe le sujet) et faire la même chose....!

On ne peut pas invoquer à longueur de billet et de plaidoiries le "bloc de constitutionalité" au sein duquel on trouve, Oh surprise !, la liberté d'expression, et procéder soi même à une censure aussi violente qu'inopportune, avec des arguments -il faut le dire- particulièrement foireux et de mauvaise foi.

On ne peut pas déposer QPC sur QPC et bafouer ainsi les droits constitutionnellement protégés. Surtout quand on est Avocat....

Un Avocat se doit de défendre la liberté d'expression.

Un Juge, dans un litige entre deux parties, ne peut pas sanctionner un tiers au procès.

Ainsi, Avocat ou Juge, le bloggeur doit être cohérent avec lui même : c'est la simple application du principe de l'estoppel appliqué à la vie quotidienne : nul ne peut se contredire au détriment d'autrui !

A bon entendeur.....!

J'ajouterai qu'en pareille circonstance, on peut se référer à la célèbre fable de LA FONTAINE qui parle d'une grenouille et d'un boeuf.... La fin de la grenouille est tragique, non ? Là encore, à bon entendeur .....

Jan
15
e-Palais : l'adhésion est globale...!

Pendant que nous dissertions sur le sexe des Anges, comme le boitier Navista par exemple, les Huissiers avancaient.

Deux plateformes ont été créées : pour signifier électroniquement les actes à parties ( "SECURACT" ) et pour les significations des "actes du palais" ( "e-Palais" ) qui comprendront vraisemblablement un nouvel acte du palais aux côtés du traditionnel acte d' avocat à avocat" savoir "de Greffier à Avocat".

Désirant m'abonner à la plateforme "e-Palais", je me suis rendu sur le site "e-palais" et sur le formulaire d'inscription.

Prudent de nature, comme tout paranoïaque qui se respecte, j'ai préféré consulter les Conditions Générales d'abord.

Vous les trouverez ci-dessous en ligne, à télécharger si vous le souhaitez.

Résumé : vous ne pouvez pas vous abonner seulement à "e-Palais" : c'est un pack, un lot, un piège.....

En remplissant le formulaire d'abonnement, vous vous abonnez à la fois à SECURACT (signification à partie) et aussi à "e-Palais" .

J'ai voulu en savoir plus sur SECURACT : dans les conditions générales, vous avez un lien brisé qui est supposé vous renvoyer vers la plateforme ad hoc.

En vérité, vous vous abonnez à une plateforme qui n'existe pas encore..... La preuve : l'impression de l'écran lorsqu'on trouve grace à Google le site SECURACT.

La question est donc de savoir :

1.- à quoi je m'abonne expressément ?

2.- Pourquoi suis-je obligé de m'abonner aux deux systèmes en même temps ? Suis je libre de mes mouvements ou prisonniers du système double mis en place par les Huissiers ?

3.- si je veux m'abonner seulement à "e-palais", comment faire ?

4.- si je m'abonne à SECURACT -site fantôme actuellement- celà signifie-t-il que j'accepte de recevoir les actes qui me sont délivrés ( par exemple les significations en domicile élu ) ?

5.- si je m'abonne à SECURACT, suis je obligé de passer par le mode électronique obligatoirement ? Quid de mon Huissier habituel ?

Avez vous des questions complémentaires ? Qui peut répondre à ces questions ?

Le CNB a-t-il été informé ? Peut-il nous apporter des précisions ?

Dans le doute, je ne m'abonne pas......

Dec
06
RPVA : Question pour un Champion !

Si le RPVA est seulement un fil de téléphone sécurisé par lequel on transmet des mails et des actes de procédure, alors il fonctionne relativement bien avec les deux réserves suivantes :

1. il est d'un coût exorbitant : 32 euro HT / mois

2.- il fonctionnement de moins en moins bien puisque la liaison se coupe régulièrement, au bout d'un certain délai, affichant le faux motif "une erreur est survenue" alors qu'il est facile à comprendre que la commuication est volontairement coupée parce que les tuyaux sont trop petits pour l'importance du flux qui y transite.

La coupure permet alors d'éviter la surcharge du réseau.... Mais il faut continuellement se reconnecter : un temps perdu inimaginable....

En revanche, si le RPVA, c'est le fil téléphonique sécurisé AINSI QUE la plateforme "e-barreau" qui nous permet de gérer les procédures notamment d'appel, c'est alors un désastre complet....

Certes, nous pouvons transmettre facilement les mails et les actes tant aux confrères qu'au Greffe de la Cour.

Mais pour ce qui est de gérer les procédures d'appel.......

Voilà un cas pratique !

Soit une procédure d'appel engagée le 29 juin 2011, soit à l'époque des Avoués. Un appelant (moi) et deux intimés.

Pour des raisons qui m'échappent, que l'avoué ne m'a pas expliqué, il y a un second appel de la même décision, enrôlée sous un autre numéro mais par encore jointe à ce jour. Mais je ne veux pas compliquer : je limite le challenge au premier dossier ( à télécharger )

L'Avoué disparu au 31 Décembre 2011 m'a adressé sans aucun bordereau divers actes de procédure par lettre non recommandée du 20 Février 2012. Sans bordereau.

J'essaie de m'y retrouver et de vérifier si la procédure est bien régulière.

Je me reporte donc au dossier informatique de la plateforme "e-barreau" et j'essaie d'y retrouver mes petits. Notamment la liste des évènements.

Vous trouverez ci joint un fichier avec des copies d'écran :

1.- de la liste des 25 évènements affectant le dossier

2.- du détail de chacun des évènements de cette liste ( je n'ai pas copié le détail des évènements sans intéret )

QUESTIONS POUR DES CHAMPIONS :

Après avoir imprimé le fichier joint, répondre aux deux querstions :

1.- qui peut me dire qu'il comprend quelque chose ?

2.- qui peut me dire si les délais de procédure sont ou non respectés ? A défaut, par qui ?

Top Départ, vous avez 24 heures pour me donner votre réponse au pied du présent billet.

Bonne chance.....

Post Scriptum :

J'en appelle au Président CHARRIERE BOURNAZEL, au MINISTRE DE LA JUSTICE, aux Bâtonniers-référents des diverses Cours d'Appel ainsi qu'à tous les Confrères un peu clairvoyants :

COMMENT PEUT ON TRAVAILLER EFFICACEMENT DANS DE TELLES CONDITIONS ?

SERIEZ-VOUS CAPABLES DE TRAVAILLER DANS DE TELLES CONDITIONS ?

Manifestement, ceux qui dirigent ne gérent pas eux-mêmes les procédures d'appel....

Et même si le boitier NAVISTA disparaissait, ce problème-là restera entier.....

Que comptez-vous faire ?

Oct
17
RPVA : Il faut être deux pour pouvoir communiquer !

Ci joint le message qui vient de parvenir aux abonnés : le RPVJ chancelle !

Oui, mais on fait comment ?

Ce message est-il une déclaration d'incident officielle et peut-elle permettre de prolonger les délais jusqu'au rétablissement ?

Sep
14
e-Barreau : la preuve en image

On voudrait tromper les avocats sur le rôle exact de la plateforme e-Barreau qu'on ne s'y prendrait pas autrement....

Des indications erronées en sont la cause.

Envoyant et recevant des mails dans tel dossier, vous les voyez apparaitre dans la boite de messagerie générale.

En entrant dans chaque dossier, vous les voyez aussi apparaitre dans un cadre (limité à 5 messages par page), en cliquant sur "ensemble des messages".

Voilà la preuve en image que non seulement les indications sont erronées mais surtout qu'elles induisent l'avocat en erreur sur le rôle exact de la plateforme.

Oui, il existe dans le dossier la liste des messages échangés.

Non, ils ne sont pas stockés dans le dossier informatique car IL N'EXISTE PAS DE DOSSIER INFORMATISE SUR LA PLATEFORME E BARREAU.

Oui, quand vous les supprimez de la boite générale de messagerie, ILS DISPARAISSENT AUSSI de la liste des messages du dossier.

En voilà la preuve dans le fichier que vous pouvez télécharger.

Combien d'avocats ont détruit ou effacé les messages de la boite générale pensant qu'ils étaient stockés dans chaque dossier ...?????

Jun
11
A VENDRE : 4 bureaux des Hypothèques et 2 bureaux du Cadastre.....

On ne nous dit pas tout.....

Voilà que Marseille va perdre notamment ses bureaux des Hypothèques et du Cadastre.

Qui était au courant ?

Où seront-ils transférés ?

Va-t-on pouvo ir s'y connecter par le RPVA et Télé@ctes comme les Notaires ?

Autant de questions qui surgissent immédiatement......