Mar
22
- LE GRAND CHELEM ET LA ROSE -

Les goûts et les couleurs.

Quel week-end, mes amis ! Le jour de gloire était annoncé... Après une semaine de préparation intense, toutes forces mobilisées, on allait enfin avoir ce grand chelem historique.

Le combat fut rude et l'issue indécise : la France en bleu contre les forces royales de la Rose. Chacun avait envoyé en première ligne ses vieux combattants pour ouvrir le chemin à la cavalerie légère ; le terrain avait été dégagé lors d'escarmouches précédentes et il suffisait de parachever l'ouvrage par un score historique pour transformer l'essai en triomphe romain. La déroute était annoncée et aucune trace de bleu ne devait survivre à ce combat épique.

Dès le début de l'engagement, chacun a pu vérifier que la Rose était agrémentée de quelques épines bien vertes et aiguisées et que le bleu en était réduit, pour se dégager, à taper en touche ; Et puis, de ci de là, quelques poches de résistance sont apparues : des lueurs de bleu dans la vague rose. L'indiscipline des troupes à la Rose lui valut ses premières désillusions et le clan bleu reprit espoir jusqu'à prendre le dessus, de manière très ténue ; les bleus, s'arc-boutant à ce résultat, conservèrent l'avantage jusqu'au final.

Certes, la Rose avait fait honneur à son standing et pouvait, malgré la déception, parader et remercier ses supporters, mais elle gardait au fond d'elle ce petit goût d'inachevé, faute d'avoir pu teinter de rose l'entier terrain, par un Grand Chelem historique, comme elle l'escomptait. Les Bleus n'était pas Fanny, et trouvaient en cela une bien maigre consolation. Ils s'évitaient seulement, comme le veut la tradition, de devoir embrasser les fesses royales de Fanny

Ce week-end fut néanmoins jour de gloire pour les Bleus : sur un plan plus sportif, ils ont vaincu les troupes de la Rose of the Queen, et ont, eux, réalisé le Grand Chelem espéré : la France exulte et le pays entier est revêtu de bleu, sans la moindre petite tache de rose.

La France en bleu, qui en avait rêvé ?

Comme quoi, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA