Sep
30
- LIBEREZ POLANSKI ? -

- AU NOM DU PEUPLE CULTUREL FRANÇAIS -

- LIBEREZ POLANSKI ? -

La notion de Justice n'est vraiment pas la même pour tous : au départ, les faits reprochés sont de nature à faire frémir dans les chaumières, et à remplir malheureusement les longues audiences correctionnelles ou d'assises. Les chaumières outre atlantique disposent de moyens d'information perfectionnés pour que chaque citoyen, même au fin fond de l'Arkansas, ait su qu'un illustre cinéaste se voyait reproché des faits que la morale réprouve. Le sang puritain de l'américain moyen n'a fait qu'un tour.

Et puis, avant même que notre homme ait pu fournir sa version, le voilà en vadrouille, because his job, et il atterrit presque fortuitement dans notre beau pays, très honoré d'accueillir son illustre personnalité ; il s'y trouve si bien à l'abri qu'il va s'y installer ; puis adopter, pour partie, la nationalité locale, et vaquer pendant des années à ses occupations dans le monde huppé de la Culture. Les années passent, et tout le monde à oublié, ou tenté d'oublier, le « menu incident » de sa vie antérieure, jusqu'à ce qu'un procureur féroce à bonne mémoire décide qu'il est peut-être temps de clôturer le dossier, d'une manière ou d'une autre.

Le mieux, dans ces cas là, est d'écouter enfin la version de l'intéressé, qui n'a plus mis les pieds aux USA depuis des lustres, trop occupé qu'il était par ses affaires culturelles dans son nouveau pays d'adoption et aux alentours, passant sans difficultés entre les mailles distendues d'un mandat international ; il semblerait que l'homme n'ait pas disposé de moyens pour répondre à une quelconque invitation de son accusateur, lequel a donc décidé de lui offrir le voyage. C'est ainsi que, fort de la légendaire neutralité helvétique, notre homme s'est vu offrir, en guise de bienvenue, un billet d'avion, dont il a noté que le retour n'était pas prévu. Il n'en veut pas de ce billet aller simple, d'autant plus que le transport n'était pas prévu en classe « affaires ». Gardez le moi au chaud, dit le procureur aux helvètes hospitaliers. Toujours, neutres, les autorités locales, bloquent le système et l'individu, en attendant qu'une décision soit prise après un beau combat judiciaire. « Nous autres, on s'en lave les mains et y a pas l'feu au lac »

Et là, patatras, voilà que, de l'autre coté du lac, le ban et l'arrière ban de la Culture française s'émeuvent de l'immobilisation forcée de leur néo-fleuron national ; d'habitude, ça se limite à un rappel à la présomption d'innocence, ou à l'affirmation de la confiance illimité pour la Justice de son pays, voire à la constitution d'un comité de défense ; mais là, la situation est autre : notre justice n'a rien à y voir, n'a rien à en redire. Ah, si un de nos Immortels s'était vu embringué dans une même histoire, commise sur notre sol, les politiques auraient opposé un « no comment », sur le mode de « la justice tranchera », sous peine de voir se lever la magistrature entière brandissant son indépendance et la séparation des pouvoirs.

Alors, au mépris des règles applicables dans l'Etat US où les faits auraient été commis, au mépris d'une Justice qui n'est pas la notre, les plus éminents joyaux de notre culture, drapés dans leurs costards de marques, soutenus par des bataillons d'affidés intermittents du spectacle, hurlent à la mort, en demandant une libération immédiate de « l'immobilisé en transit », et ce, au nom de la grandeur de son oeuvre ! Un Vert y va même à imaginer un nouveau Droit, ou plutôt un passe-droit, incluant le Droit à l'oubli !

Sont-ce les prémices d'une justice alter mondialiste ? Les principes de la Justice démocratique vont-ils évoluer ? Pourrons nous, avocats, évoquer désormais un traitement particulier de notre Justice, selon que notre client sera connu ou inconnu ? Il est vrai que, parfois, certaines affaires sensibles avaient permis de déceler cette légère évolution de notre Droit. Mais là, on passe vraiment à du concret, foi de Ministre de la Culture, qui, comme celui du Culte, se sent investi du pouvoir d'absolution.

Nous n'attendons plus, désormais, que la confirmation par le Garde des Sceaux et une adpatation rapide des textes aussi innovants, à notre justice pénale.

Il suffirait donc qu'un suspect puisse faire la preuve de la haute estime que lui portent ses adeptes, pour l'absoudre de tout péché, avant même qu'il se soit expliqué sur les faits reprochés. Jusqu'alors, seul le Président en titre de notre République, par l'effet de la Constitution, échappait, durant son mandat, à devoir s'expliquer devant la Justice ordinaire sur ses éventuels actes pénalement répréhensibles : sa haute estime populaire était prouvée par sa seule élection. Alors, tel chanteur à la mode adulé des foules serait désormais absout de toute faute du seul fait de sa popularité ? Tel acteur violent aurait un droit à l'oubli ? On s'y voit déjà : « Mais, Monsieur le Juge, Mohammed est adulé dans son quartier, où il fournit quelques activités à de nombreux camarades dépourvus d'emploi, dont nous ne pouvons donner les noms ». Condamné Mohamed, ses amis anonymes ne comptent pas !

Ici, la justice est rendue au nom du peuple français, c'est donc lui qui décide : pour Mr POLANSKI, le peuple de la culture a décidé que, quoiqu'il ait pu faire, ou ne pas faire, il était devenu intouchable, au point que l'on mobilise les réseaux outre atlantique pour les convaincre du droit à l'oubli : le malheur est que, là bas, un procureur n'a que faire des gesticulations populaires ou des suggestions politiques (les procureurs français non plus, n'est ce pas ?)

Mais finalement, toutes les justices ayant leurs faiblesses, si Mr POLANSKI va retrouver l'air du pays, il y a toutes chances à parier que son histoire se terminera moyennant un petit pactole, selon la jurisprudence du défunt Roi de la Pop ; reste à lui souhaiter d'avoir su contribuer à la grandeur des banques de son généreux pays d'accueil momentané, si reconnaissant, en ayant thésaurisant dans un coffre anonyme, en vue de cette échéance financière ; il versera, pour solde de tout compte, son obole à l' oeuvre de justice américaine. Sinon, ses disciples lui en feront l'avance et justice sera ainsi rendue, au nom du peuple américain.

La morale puritaine sera sauve : le dollard lave plus blanc que blanc, et qui est blanc est innocent.

Fermez le ban !

Commentaires

Qui suscite l'admiration de nos fortunés représentants nationaux au point de soutenir massivement la réforme visant à la suppression du juge d'instruction...

que le sujet valait un article...ni autant d'amalgame et si peu de droit. Ah au fait vous savez que le Parquet a requis un non-lieu pour Jacques Chirac ? Des copmmentaires ?

La prescription est-elle une bonne chose comme notre droit l'applique ou pas, comme il semble (sous toutes réserves) que le droit US ne l'applique pas. telle est la question.

Si oui le sort fait à Polanski est cruel.

Si non, rien à dire

Je n'ai pas lu le livre de F Mitterrand je le précise. Mais, bon, pas terrrible

l'action publique interrompt la prescription: la mise en oeuvre d'un mandat international également.

Autrement, notre prescription est un droit à l'oubli, cher à Mr MAMERE, qui ne laisse que des souvenirs douloureux aux victimes. Il arrive parfois que ce terme soit acquis après un long oubli du dossier par l'accusation dans des dossiers sensibles.

Sauf que, dans la situation qui nous occupe, l'accusation entend faire évoluer un dossier en cours. Restons dans le sujet.

si on commence à faire réellement du droit dans ce dossier, on ne s'en sortira jamais, tant l'amalgame existe: il est, par les manifestations qui en résultent, hors normes.

J'oubliais le non lieu de Chirac: si le Juge indépendant ne fait pas un copier/coller des requisitions du Parquet, prohibé par la Cour de Cass, ce cher Jacques aura été injustement montré du doigt: vous voyez bien que la vérité triomphe, au terme d'une bonne vieille procédure inquisitoire de chez nous; et dire que l'on veut supprimer le juge d'instruction, alors qu'il démontre son utilité...

Le F m'a intrigué: il va nous falloir désormais préciser s'il s'agit de Frédo ou de Tonton. Tout celà est bien romanesque et ressort sans doute d'un fantasme égal à celui d'un vieux président s'imaginant à faire quelques galipettes avec la princesse de son coeur.

Nom: 
jean marc boizard
Site: 
http://

Bonjour,

poursuivre quelque petit égarement sur mineure aujourd'hui célèbre grâce à sa virginité anale sacrifiée sur ses ambitions cinématographiques, s'offusquer des emplettes sexuelles sur les marchés aux gitons du tiers monde, que tout cela est petit!

vautrons nous au contraire dans le stupre de bourgeois friqués et les orgies d'un empire en déliquescence qui ne nous offre plus que des histoires de bites et de couilles!

de temps en temps, la récup politique d'un ou l'autre parti en utilisant les frasques privées de tel ou tel permet peut etre de paraitre vertueux, mais si le grand déballage commence, les tabloids vont vite etre dépassés, et une auto amnistie sera nécessairement votée à l'unanimité

ce qui m'a navré, c'est la tête de la maitresse de l'homme le plus puissant au monde, il n'a pas de canon sous la main , meme chanteuse sans voix, le président des states?

je vous embrasse tous et toutes!

Tout ça est irréel; c'est de la grande littérature, et l'auteur laisse son lecteur interpréter ses songes, issus d'une piètre réalité; il est vrai que la récupération politique à permis de lire autrement les allégories fantasmagoriques du neveu de Tonton, qui n'avaient ému personne à l'époque de la sortie du bouquin: le bas peuple, non concerné, n'avait pas acquis l'oeuvre maudite, et seuls les disciples y avaient pris goût. Polanski embastillé ou presque, émeut le monde culturel, outré que la justice s'intéresse encore à la pécadille: la cohorte des intermittents trouve dans ses têtes de gondole un exemple redoutable, lorsqu'il lui est permis de supposer que les menus travers, pénalement répréhensibles pour le bas clergé et le tiers état, ne sont qu'une manifestation d'une grandeur artistique. Rappelons que les artistes de tout poil, ayant égayé la vie culturelle de notre pays, du moyen âge à nos jours, furent adulés par les foules en raison même de leurs excès et scandales; certains l'ont payé de leur vie quand l'inquisition les pourchassait; temps heureusement révolu quant à la repression, mais reste à déterminer les limites de la décence, soit de l'impunité des amuseurs du peuple: en général, la limite est franchie lorsque l'amuseur ne fait plus rire les puissants les ayant acceptés au sein de leur sérail. Toujours la politique...

Dans un autre genre littéraire, mieux vaut encore les fantasmes d'un vieux Président, qui tente, pour redorer son blason ou pour garnir sa bourse, de laisser croire à l'existence de joyeuses parties de galipettes avec une beaucoup plus jeune princesse; c'est également un roman, mais à l'eau de rose, pour midinettes ou vieillard lubrique. Depuis que l'adultère est dépénalisé, il ne risque rien coté justice, juste le ridicule coté bon peuple, mais celà ne tue pas.

Et toi? A quand tes mémoires lubriques dans les lentilles du marais poitevin?

Nom: 
jean marc boizard
Site: 
http://

Il ne t'aura pas échappé la subtile mais déterminante lutte des classes de la sexualité, qui ne s'exprime pas de façon symétrique ( si j'ose écrire...)

Ainsi, la putain de la république se décerne t elle ce titre elle même, un ancien président dont la fate sottise nous a précipités dans le miterrandisme se prend pour un auteur cochon en étalant des turpitudes inventées presque nécrophiles, les ministres culturels s'entourent d'une cour d'éphèbes , il y a un chic du cul chez ces gens là, mon cher !

Mieux, comme ils sont beaux et pathétiques quand ils regrettent et jurent qu'on ne les y prendra plus la main dans le ... ( rime riche ...)

Tandis que ces mêmes gens , ou pire ceux qui s'en croient, n'hésitent pas à voir chez le bas peuple la pédophilie la plus sordide, les accouplements les plus incestueux, les bacchanales les plus alcoolisés au rouge qui tache, les outreaux les plus outranciers

Pour les pédophiles en réseau, les collectionneurs d'images internet, voir sur petit peuple . com, pas de ça dans les beaux quartiers, par contre dans les barres d'immeubles, toutes les suspicions sont bonnes, le mépris pour le pauvre s'accompagne du soupçon le plus rapide et le plus gratuit

On sera ravi de savoir que la vie de certains juges n'a heureusement pas été aussi détruite que celles de leurs victimes, que la carrière continue tranquillement, et que leurs chèques leur tombe tous les mois.

Certains peuvent s'autojustifier en direct à la télé, d'autres attendent en détention préventive pendant que leurs enfants sont à la DAS, que leur maison est saisie, leur emploi disparu, leur épouse suicidée, le tout en silence.

Excusez moi, on sonne.......

Nom: 
jean marc boizard
Site: 
http://

je promets de ne pas lire le livre de Monsieur Miterrand

Tant pis pour toi!

Tu auras un petit trou dans ta vaste cul ture.

Nom: 
vargoche
Site: 
http://

Libérez POLANSKI

Scandale !

Roman Polanski vient d'être assigné à résidence dans son chalet en Suisse à Gstaad, dans la ville des stars et des millionnaires, lui qui les abhorre tant !

Rappel : Roman POLANSKI est accusé d'avoir en 1977 violé une jeune fille de treize ans après lui avoir fait prendre somnifères et alcool.

Polanski est désormais emprisonné dans son chalet suisse avec obligation de porter un bracelet, certes en or jaune, mais un bracelet quand même !

C'est un véritable acharnement judiciaire.

Certains dans les milieux autorisés pensent que la punition est bien sévère.

Après tout, est-ce sa faute si une jeune fille de treize ans, après avoir absorbé des somnifères et de l'alcool se jette sur lui pour se faire violer un soir de 1977 ? Ei quel crédit donner aux allégations d'une gamine totalement saoûle et droguée en plus ?

Saluons au passage la presse française qui a le courage de requalifier le délit de viol en « affaire de meurs ayant eu lieu il y a plus de trente ans »...

Suite à cette affaire, notons toutefois que de nombreux courriers émanant de personnes inculpées et emprisonnées pour viol arrivent désormais sur le bureau du Garde des Sceaux pour demander de nouveaux jugements afin de subir la même sévérité exemplaire de la part de la justice.

En Suisse, il serait même question de construire de nouvelles villas et chalets afin d'accueillir cette nouvelle population carcérale. Le Gouvernement Suisse affirme toutefois que seuls les condamnés pouvant s' « acquitter... », comme Polanski, d'une caution de 3 millions d'euros pourront en bénéficier.

V.

la suite au cas ou ...ah-ca-ira.over-blog.com

Vous avez sans doute pu consulter le dossier du procureur américain pour être aussi affirmatif sur les faits... en l'état, ce n'est pas mon cas et Mr POLANSKI est présumé innocent tant qu'il n'a pas été jugé, ce à quoi il n'avait pas entendu colloborer jusqu'alors. Son emprisonnement doré n'est du qu'à ce léger oubli.

Mais, selon ce que l'on en sait, le petite, devenue grande, ne partagerait plus votre analyse des faits et aurait absout la célébrité.

Comme je le concluais dans son billet, on s'achemine vers une solution à l' américaine, selon la jurisprudence du défunt Roi de la Pop, justifiant le modeste dépôt de garantie.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA