Dec
10
LA SOCIETE EPONYME

LA SOCIETE EPONYME

UNE NOUVELLE SOCIETE MECONNUE

Quatre heures pour établir des conclusions responsives pour le compte d'un client institutionnel, sur une demande mettant en cause sa responsabilité : point par point, j'ai répondu à l'argumentation adverse, fournissant l'actualité jurisprudentielle pour chacun d'eux. Content, et espérant satisfaire mon client, je lui adresse mon projet.


----- LA SOCIETE EPONYME ----

UNE NOUVELLE SOCIETE MECONNUE

Quatre heures pour établir des conclusions responsives pour le compte d’un client institutionnel, sur une demande mettant en cause sa responsabilité : point par point, j’ai répondu à l’argumentation adverse, fournissant l’actualité jurisprudentielle pour chacun d’eux. Content, et espérant satisfaire mon client, je lui adresse mon projet.

Peu après, je reçois la correction, par courrier portant la signature du rédacteur ainsi que celle de son chef de service. Il m’est indiqué que, sur le fond, tout est parfait, mais que mon projet est vicié par la répétition d’une erreur de plume : je note en effet qu’une expression est à chaque fois biffée.

Le demandeur adversaire, Mr RAOUL, était le PDG de la SA RAOUL, et il m’a paru important de citer cette qualité dans le corps de mon projet, en indiquant que Mr RAOUL était "le PDG de sa société éponyme".

Et oui, c’est cet adjectif « éponyme » qui a été biffé à l’encre rouge, et le correcteur a précisé, qu’après vérification, une telle forme de société n’existait pas, et qu’il convenait de corriger l’erreur, en remplaçant « éponyme » par « anonyme ».

Dommage, pour une fois que je créais une nouvelle forme de société !

Heureusement que les services contentieux, dotés des plus éminents juristes, veillent aux âneries des avocats.

Bon, et bien moi, j’entends bien être et rester l’associé de ma SCP éponyme.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Un peu de culture :

éponyme

adjectif

(grec epônumos, qui donne son nom à)

Qui donne son nom à quelque chose, qui porte le nom de : Athéna, déesse éponyme d'Athènes. Johnny, le dernier album éponyme de Johnny Hallyday.

Héros éponyme, fondateur légendaire d'une cité grecque à laquelle il aurait donné son nom ; héros à qui une famille, une tribu ou une dynastie faisait remonter son origine.

Magistrat éponyme, magistrat annuel dont le nom se donnait à l'année. (À Athènes, à Delphes, à Délos, c'était l'archonte ; à Rome, les deux consuls.)

Source LAROUSSE

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mots-clés: 

Commentaires

Oui, c'est l'originalité de notre bonne vieille langue française, issue de la richesse de ses origines gréco-romaines.

Tout celà nous renvoie à la pauvreté des enseignements actuels, qui ont écarté les fondamentaux au profit de la facilité: je me plais à comparer les énonciations de la motivation de jugements pris au début du XXème siècle, avec celles de nos décisions actuelles... je m'amuse à tenter de lire les courriers de clients écrits phonétiquement, comme celui d'un homme, qui, ayant surpris dans la couche conjugale l'amant de sa femme, m'écrivait qu'il avait, ce jour là, découvert le "poteau rose"

Ne sommes nous pas, par notre formation d'avocat, les défenseurs de notre langue? Persistons à conserver l'usage de mots que nous maitrisons encore (et je ne parle pas là du langage judiciaire) pour leur éviter l'obsolescence.

Pourquoi se priver de la richesse de langue, et laisser place aux néologismes ou aux expressions à la mode créées ex nihilo ? dernier exemple en date: vous entendrez des hommes ou femmes médiatiques ou influents vous asséner fièrement au milieu de leur discours un magnifique "au jour d'aujourd'hui"! Cette expression, éthymologiquement improbable et relevant du pléonasme, est devenue à la mode par l'ignorance de son initiateur, et par la singularité pseudo-culturelle qu'elle paraissait apporter dans les couches populaires; des variantes en sont nées avec notamment l'illustre "à l'heure d'aujourd'hui", qui n'a rien à voir avec "l'heur d'aujourd'hui".

Ah, l'originalité de la langue de Molière...

L'avocat était autrefois un des garants du Verbe, mais il est vrai que la plaidoirie devient obsolète: il nous reste encore l'écrit pour manifester notre différence, et permettre à nos lecteurs de rechercher le sens d'un mot qui ne leur est pas familier, et peut-être de se l'approprier ensuite.

C'était l'esprit de mon billet.

Nom: 
Pierre HYRON
Site: 
http://

votre société était à la fois anonyme et éponyme

mais je sens qu'il m'aurait été répondu alors que le PDG n'était pas anomyne, puisqu'il avait le même nom que sa société éponyme: c'était donc un PDG éponyme; on ne va jamais s'en sortir...

enfin, la liquidation de la société va la rendre encore plus anomyne, et il paraitrait que l'ancien PDG a déjà trouvé un pseudonyme et qu'il est maintenant domicilié à Nimes où il fait triste mine ou peut-être une déprime.

l'essentiel n'est-il pas que ça rime avec son patronyme, pour qu'il monte une nouvelle boite à l'enseigne éponyme de son pseudonyme, toujours à Nimes bien sur.

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA