jean-claude.guillard

Par jean-claude.guillard le 06/03/12
Dernier commentaire ajouté il y a 9 années 7 mois

Ça y est : les justiciables étaient mécontents de la lenteur de leur Justice ; on vous a entendu, là haut, et bingo, un grand coup de fouet est venu réveiller les fainéants. La réforme de la procédure a produit ses effets, notamment devant les Cours d'Appel.

Sous la direction d'un juge chargé de mettre les dossiers en état d'être plaidés, le nouveau calendrier procédural est appliqué ; les avocats déjà malmenés en première instance par l'automatisation des délais, rendue possible par un traitement informatisé implacable, ont subi en appel le bâton, à défaut de carotte.

3 mois pour que l'appelant dépose ses conclusions à compter de sa déclaration d'appel ; puis, dès qu'il aura reçu les conclusions, son confrère adverse ne disposera que 2 mois pour fournir les siennes. Diable, au pire de la fainéantise des avocats concernés, le dossier donc va être bouclé en 5 mois ; notre justice va concourir pour figurer au Guinness des records ! La vitesse a du toutefois être modérée pour nous éviter de basculer dans le hors concours, celui des pays à Justice expéditive.

Oui, mais... depuis la mise en place de ces procédures accélérées, les choses ne se passent pas forcément comme prévu, à en juger par les confidences de praticiens concourant à l'établissement des records du monde de vitesse : 5 mois après l'appel, le dossier était donc prêt pour être plaidé devant la Cour d'Appel... sauf que, l'encombrement des audiences était tel que la plaidoirie a été fixée en... 2013, soit un an plus tard ! 12 mois de placard pour un dossier ficelé...

Alors ça, c'est idiot : tout ce mal pour rien ! Finalement le délai total, temps du délibéré inclus, ne sera pas si différent du précédent, avant réforme. A faire enrager les avocats qui ont du sacrifier week-ends ou soirées familiales pour tenir les délais imposés pour un dossier qui n'était pas le seul de leur cabinet. Le couteau sous la gorge, certains n'ont plus le temps matériel de peaufiner leurs écrits, d'autres abusent du copier coller des conclusions de première instance, d'autres enfin finiront par une dépression. Car, pour chaque dossier, l'avocat risque sa peau, le non respect des délais générant des sanctions cruelles pour son client.

Alors, le justiciable qui ne constate pas de progrès majeur quant aux délais de son précieux dossier va continuer à râler et se plaindre de la lenteur de sa Justice ; il aura sans doute raison, le client n'est-il pas Roi ? Mais au moins, il ne pourra accuser son fainéant d'avocat, qui aura respecté les délais du record. Mais, alors, qui est responsable? Heu... les juges sont bien encombrés, et la plupart se plaignent du rythme endiablé qui leur est imposé, au point que, comme les avocats, ils doivent sacrifier partie de leur vie familiale pour écouler les stocks qui ne cessent de s'accroitre depuis cette réforme. N'oublions pas que l'accélération procédurale est paradoxalement intervenue alors que nos élites avaient trouvé remède à la crise économique, vous savez : le non-remplacement du fonctionnaire sur deux partant à la retraite ; cela impliquait que les heureux actifs survivants mettent les bouchées doubles, soit travailler plus sans gagner plus. Chacun a ses limites.

Il ne faut pas chercher plus loin les causes de l'échec dans la quête des records de vitesse. Alors, on bidouille : faire siéger un seul juge là où il en fallait trois ; transformer une audience de plaidoiries en une séance symbolique de dépôts de dossiers, ce qui fait gagner un temps fou pour faire autre chose ; imposer aux avocats (encore eux) de présenter un dossier synthétisé, pour une meilleure et plus brève lecture par le juge , avec renvoi du texte aux pièces numérotées, placées dans l'ordre dans un classeur spécifique, en attendant les conclusions du futur, sur pages interactives permettant d'un seul clic de visualiser la pièce désignée par un lien hypertexte. Le temps des juges est compté. Celui des avocats aussi, et l'abrègement des délais qui leur sont impartis est paradoxal au regard du travail supplémentaire exigé d'eux. Second paradoxe que cette profusion de réformes et textes nouveaux, conçus à la hâte également, rendant notre Droit de plus en plus abscons et de moins en moins cohérent pour les praticiens.

Ainsi va la Justice du XXIème siècle, houspillée, bousculée, déshumanisée, qui fait ce qu'elle peut avec le peu qu'elle a, au point d'en oublier les principes de sa bonne administration, reposant d'abord sur le temps qui lui est nécessaire pour appréhender le dossier qui lui est remis, pour réfléchir à la solution devant être mise en oeuvre et pour rédiger une décision explicitant ses choix afin que le justiciable soit en mesure de connaitre le raisonnement tenu.

La sagesse prêtée jadis à la Justice supposait, pour être reconnue, que tous ceux qui la servaient disposent de temps, celui de l'écoute et de la réflexion et de la mise en oeuvre ; ils en sont désormais privés au nom d'une accélération de la vie, d'une compétition mondialiste ou plus prosaïquement de restrictions budgétaires conjoncturelles. Les réformateurs de tous poils ont seulement méconnu le fait que nul record de vitesse ne sera homologué et qu'ils seront considérés comme ayant été les fossoyeurs d'une belle et simple justice napoléonienne, édifiée par des juristes éminents qui ont disposé de temps pour la peaufiner, dont de nombreux pays se sont inspirés pour l'appliquer encore à ce jour.

Le XXI ème siècle, après seulement un peu plus d'une décennie, nous révèle déjà les conséquences néfastes de réformes hasardeuses prises au nom de la modernisation. Halte là, on étouffe, avant d'en crever.

La seule chose qui soit certaine est que l'on ne peut raccourcir le temps qui s'écoule.