jean-claude.guillard

Par jean-claude.guillard le 20/10/13
Dernier commentaire ajouté il y a 6 années 1 mois

Dans le cadre du "changement c'est maintenant", devenu très rapidement "le changement c'est après", et pour apporter ma modeste contribution au travail acharné de nos énarques épuisés d'avoir à chercher des sources de financement à une dette abyssale, je suggère de ressortir des cartons poussiéreux un impôt révolutionnaire imaginé sous la Constituante.

Il avait été alors conçu de taxer les propriétaires d'immeubles à partir du nombre et de la taille des fenêtres et portes ; il avait même été ajouté en prime une petite taxe complémentaire sur les jardins et parcs; c'est par stupidité ou imprévision que ces impôts avaient été ensuite supprimés, au motif que les constructions nouvelles n'étaient plus dotées que d'une petite porte d'accès et d'une lucarne en guise de fenêtre; les illustres médecins de l'époque avaient alors prôné que l'aération des maisons n'était plus assurée et que les maladies prospéraient; rien à craindre de nos jours, avec la VMC ! De plus, avec de tels orifices réduits, finis les problèmes de déperdition d'énergie: frais l'été et chaud l'hiver; alors, elle n'est pas bonne, mon idée ?

En tous cas pas plus stupide que celle de vouloir taxer les propriétaires habitant leur maison sur sa valeur locative: avec la taxe foncière, la taxe d'habitation et le montant du remboursement d' emprunt, ça fait un petit plus bien sympathique; il risque de générer des choix de vie très écolos, comme celui d'acquérir une cabane au fond du jardin pour y loger sa petite famille à moindre coût.

Eh, les crânes d'oeufs, continuez dans la même voie avant que le chômage ne vous guette: de toutes façons, il parait que le ridicule ne tue pas. Créons vite, avant qu'il ne soit trop tard, soit un téléconcon, soit une cérémonie annuelle des "Achille Talon" de l'énarque le plus génialement inventif.

Un monarque digne de ce nom ne peut vivre sans ses bouffons.