May
05
un conseil de l'ordre inflexible !

la conseil de l'ordre dans sa séance du 4 Mai nonobstant les deux voeux de l'assemblée générale a maintenu la suppression ou le gel (pour être précis) des subventions aux syndicats.

Cette décision était prévisible,les membres du conseil de l'ordre n'ont pas souhaité changé d'avis (d'autres ont préféré ne pas siéger hier soir) et ont estimé que le conseil de l'ordre était souverain.

Il n'est pas dans mon intention de violer le secret des délibérations,un compte rendu sera diffusé par le Batonnier.

En revanche,le conseil de l'ordre par un défaut de méthode et de communication, me semble t-il, s'est mis dans une situation inextricable.

Il fallait éviter d'en arriver là en anticipant, car il est toujours difficile en démocratie d'être désavoué par une assemblée générale de l'ordre pour ensuite ne pas tenir compte de son voeux.

Il faudra donc chercher en urgence à réinstaurer un lien de confiance ébranlé entre le conseil de l'ordre et nos confrères.

Commentaires

Nom: 
Gilles Huvelin
Site: 
http://gilles.huvelin.avocats.fr

Les partis politiques ne représentent qu'eux mêmes ? Pas assez d'adhérents ? Qu'importe, ils se paient sur le budget de l'Etat. Les syndicats ne représentent personne ? Baste, ils doivent donc être subventionnés. Demain ils auront droit également de mettre les doigts directement dans la confiture. Non seulement il n'y a pas de fracture sociale mais un émiettement de la société dans des strates de plus en plus nombreuses, mais en plus ces organismes dits représentatifs sont autant de verrous à l'évolution de la société contre toutes les réformes. Dans un monde où, dès que vous faites quelque chose vous coalisez trois groupes de personnes, ceux qui veulent votre place, ceux qui veulent faire le contraire alors que la légitimité leur a été refusé par les urnes, et l'énorme majorité ceux qui ne font rien, les syndicats n'ont pour objectif que leur pérennité, voir les places dans les organismes paritaires, et les partis, les sinécures aux parlements national et européen.Il est urgent de se débarasser des syndicats. Qu'ils commencent par être légitimes, qu'ils commencent par avoir des adhérents et ils n'auront point besoin de subventions. S'ils en ont besoin c'est qu'il y a qelque chose de bancal dans notre démocratie, pour ne pas dire plus. Je vous choque...J'ai tapé trop vite et avec trop de violence ce libelle. Il ne fallait pas me provoquer: Je suis démocrate. Je vous présente mes excuses.

Je ne suis adhérent d'aucun syndicat donc notre confrère Huvelin ne pourra pas penser en un plaidoyer pro domo.

Ce qui est certain reste que ceux qui se mobilisent quand il faut accompagner une réforme ou la contrer, quand il faut rédiger des contributions sur la profession en direction du CNB ou de la Chancellerie, quand il faut trouver du monde pour que l'ordre soit présent sur tels salons d'étudiant, sur telle conférence patronale ou syndicale, sur telle manifestation de la CCI, ce sont avec les élus ordinaux, les responsables syndicaux ou les adhérents.

Leur action est ainsi primordiale, indépendamment du côté organisation de la démocratie que vous évoquez, dans le fonctionnement même de la profession. Le déficit d'adhésions est un problème qui ne concerne d'ailleurs pas que notre profession mais est à mon sens un critère peu pertinent (pardon confrère !) pour juger de l'action réelle des syndicats au service de la profession.

Pour ma part, je ne vois aucun inconvénient, bien au contraire, quand notre ordre peut subventionner au terme d'un vrai dossier le fonctionnement des syndicats. Ces subventions leur permettent d'organiser telle conférence sur la défense des étrangers, tel congrès décentralisé sur les structures de cabinets, tel colloque sur l'avenir de la collaboration ou enfin sur la postulation. Manifestations ouvertes à tous les confrères (et qui pour mettre le nez dans les budgets de ces projets ne sont pas bénéficiaires, loin s'en faut !)

Cet avis exprimé, un petit jeu pour se détendre :

Affecter le thème de ces manifestations (qui ont toutes eu réellement lieu) à chacun des quatre syndicats présents dans notre beau barreau... :-)

Ajouter un commentaire

Image CAPTCHA